Diplomatie et relation internationale

Les problèmes irano-américains vont au-delà de l'affaire nucléaire


Dans la même rubrique:
< >

Lundi 28 Novembre 2016 - 00:17 Analyse: L’impuissance de la Ligue Arabe



IRIB
Lundi 14 Janvier 2008

Le Guide suprême de la Révolution islamique a souligné, lors de la rencontre avec le Directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique, que compte tenu de l'absence de dérive militaire dans les activités nucléaires de l'Iran, il n'y avait onc aucune justification pour que son dossier nucléaire soit encore examiné par le Conseil de sécurité. Rappelant que l'Agence viennoise devait rester une instance internationale indépendante, le Guide suprême de la Révolution islamique a ajouté que vu l'ambiance positive actuelle sur la scène internationale en ce qui concerne l'affaire nucléaire iranienne, la solution juste de ce dossier serait un grand examen ainsi qu'un succès important pour l'Agence internationale de l'énergie atomique. L'honorable ayatollah-ol-ozma Khaménéi a évoqué, ensuite, la vision et position de principe de l'Ordre de la République islamique d'Iran envers les traités internationaux et la nécessité pour ce pays de les respecter et appliquer. « La RII a toujours respecté et rempli ses engagements envers le TNP, en s'appuyant sur cette même vision. », a-t-il fait savoir. Le Guide suprême de la Révolution islamique a poursuivi que les puissances arrogantes ne supportent pas l'indépendance de l'AIEA d'où leur colère envers les positions déclarées de l'Agence viennoise confirmant l'absence de dérive militaire dans les activités nucléaires iraniennes. L'honorable ayatollah-ol-ozma Khaménéi a souligné, ensuite, que les problèmes des Etats-Unis avec l'Iran vont au-delà de l'affaire nucléaire. « Les Américains se trompent de croire qu'en faisant pression sur l'Iran, puissent faire plier la RII. Ni par cette question du nucléaire ni par n'importe quelle autre question, l'Amérique ne pourra jamais faire plier le peuple iranien. »a martelé le Guide suprême de la Révolution islamique. Réitérant les fermes positions de la RII envers le nucléaire, il a souligné que la RII a annoncé, à maintes reprises, qu'en s'appuyant sur ses croyances religieuses et humaines, elle s'oppose à la fabrication et l'usage des armes nucléaires. Le Guide suprême de la Révolution islamique a souhaité, ensuite, que les questions restées en suspens soient résolues, aussi rapidement que possible. Selon le rapport du bureau de presse de la Présidence, Mahmoud Ahmadinejad s'est entretenu samedi avec le Directeur général de l'AIEA. « Certains pays imaginent que l'AIEA est un instrument pour qu'ils réalisent leurs politiques et objectif. », a rappelé le Président iranien. « L'énergie nucléaire est un bienfait divin. Tous les pays ont besoin de ce bien, besoin qui s'agrandirait, de plus en plus, dans 20 ou 30 ans. Il faut donc favoriser des occasions légales pour que toutes les nations puissent bénéficier et utiliser de cette énergie et éliminer la rhétorique propagée par les grandes puissances d'après lesquelles, l'énergie nucléaire signifie la bombe atomique. Le Président iranien a indiqué que la RII reconnaissait seulement l'AIEA comme la seule instance habilitée d'examiner son affaire nucléaire mais que cela ne l'empêche pas, certainement, de négocier avec les autres pays. Pour sa part, le Directeur général de l'AIEA, Mohammad ElBaradeï a indiqué que le dossier nucléaire est sur une bonne voie et souhaité des plus vastes coopérations avec la RII dans divers domaines. Il a émis, également, l'espoir que le dossier nucléaire iranien sera résolu et que les activités se normaliseront, jusqu'au mois de mars prochain. Samedi, lors de ses entretiens avec le Secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale iranien, Saïd Jalili, il a, par ailleurs, souhaité qu'avec la coopération constructive et active de la RII avec l'Agence, toutes les questions restées en suspens soient résolues, jusqu'au mois de mars 2008. Le responsable iranien, Saïd Jalili a réitéré l'insistance de l'Iran sur ses droits incontestables dans l'usage de l'énergie nucléaire civile ainsi que le respect de la RII de ses engagements et devoirs, dans le cadre du TNP et de l'AIEA, qui est, pour l'Iran, la seule instance habilitée de jouer un rôle constructif dans les affaires nucléaires. « L'affaire nucléaire de l'Iran était un bon examen pour toutes les parties en lice. Entre autres, la nation iranienne a agi, dans le cadre des lois et traités internationaux, elle a respecté tous ses engagements et n'a jamais accepté de renoncer à ses droits tout en essayant de créer la confiance. »a-t-il fait savoir. « Par son rôle constructif et son action impartiale et non-politique, l'AIEA et son Directeur général, a renforcé la crédibilité et le prestige de cette instance malgré tous les efforts de certaines puissances qui cherchaient à porter préjudice à cette Agence. » a ajouté M. Jalili. Les deux parties ont évoqué la nécessité de trouver une démarche appropriée pour normaliser la situation, insistant que le principe logique que « l'Iran n'est pas une exception » devait être considérée comme base de toutes les discussions nucléaires de tels genres. Le Directeur général de l'AIEA a rappelé, à l'issue de son entretien avec le Président de l'Organisation de l'énergie atomique, Gholamreza Aqazadeh, et devant les journalistes, que la création d'un climat de dialogues aurait certainement d'impacts positifs pour le Moyen-Orient. Il a qualifié de franches ses négociations avec M. Aqazadeh, avant d'indiquer que des négociations davantage ont été, déjà, commencé pour accélérer les travaux en cours, afin de préparer le dernier rapport au mois de mars. Le Président de l'Organisation de l'énergie atomique, Gholamreza Aqazadeh, a, pour sa part, évoqué les bonnes coopérations constructives, notamment de ces derniers mois, entre l'Iran et l'Agence pour créer la transparence. Il a insisté sur le droit de l'Iran à l'usage de l'énergie nucléaire rappelant que les négociations étaient la seule voie permettant de résoudre l'affaire nucléaire iranienne. Il a souhaité, également, que le dossier nucléaire de l'Iran soit remis, de nouveau, à l'AIEA.Le responsable iranien a, pour sa part, rappelé que l'Iran coopérait, comme toujours, avec l'AIEA pour la solution des questions restées en suspens avant de conseiller aux pays occidentaux d'utiliser de cette occasion pour créer un climat d'interaction et de coopération.

http://french.irib.ir http://french.irib.ir



Lundi 14 Janvier 2008

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires