Palestine occupée

Les prisonniers politiques palestiniens en Israël pleurent les morts de Gaza et exigent l’unité des Palestiniens


Le mouvement des prisonniers politiques a débuté, samedi, une période de trois jours de deuil avec la Bande de Gaza. Et les jours de deuil se prolongent à mesure que les meurtres augmentent.

Ali Samoudi


Jeudi 1 Janvier 2009

Les prisonniers politiques palestiniens en Israël pleurent les morts de Gaza et exigent l’unité des Palestiniens
A travers des interviews menées par téléphone avec les Palestiniens dans les prisons israéliennes, il est clair que la préoccupation à l’heure actuelle est de rétablir une unité nationale après deux ans de discorde entre le Hamas et le Fatah. Cela dans le but de mieux servir la communauté assaillie, ainsi que la cause palestinienne en général.

Un représentant de parti de gauche a déclaré : "Le peuple ne veut pas de lettres, de positions ou de condamnations, mais plutôt une position palestinienne unifiée pour aborder les abominables crimes israéliens et le projet de nous détruire.”

Le Mouvement des Prisonniers appel à la réconciliation nationale “pour faire face aux plans israéliens de constamment rompre l’unité palestinienne.”

A travers tout le système carcéral israélien, où environ 11000 Palestiniens sont retenus captifs, de nombreuses salles de deuil ont été établies depuis samedi.

Par téléphone, le leader du Mouvement des Prisonniers a dit que les détenus sont “avec les martyrs et les blessés, leurs familles et leurs amis, ainsi qu’avec tous ceux affectés par le chagrin et la douleur causés par l’agression israélienne sur la Bande de Gaza.”

Dans la prison d’Ofar, construite sur les terres de Ramallah, à Beitunia, un office religieux a été dirigé par le Cheikh Mahmoud Saadi, un des leaders du Djihad Islamique. Toutes les factions ont participé et ont dénoncé aussi bien Israël que l’absence d’une contestation arabe forte.

“L’occupation est responsable et elle est facilitée par le silence arabe.” Concernant la scission Hamas - Fatah qui a laissé les gouvernements de Cisjordanie et de la Bande de Gaza en conflit pendant deux ans, Cheikh Saadi a réitéré son appel à l’unité nationale. “Nous demandons la fin des divisions. Nous devons être unifiés pour relevé le défi et préserver la cause palestinienne.”

Dans les derniers contacts avec les Palestiniens de la Prison Al Naqab (Néguev), il a été dit que l’une des préoccupations était que les différences internes pourraient continuer. La situation à l’intérieur de la prison, déjà explosive à cause des terribles conditions de vie dans les tentes, dans le désert, pourrait dégénérer en grèves si les attaques sur Gaza continuent. Les appels à l’unité plutôt qu’à la division sont rapides, à mesure que les déclarations israéliennes continuent d’annoncer que le parti à blâmer pour ces 300 Gazaouis tués est le Hamas.

Hamas et Fatah étaient déjà en conflit, mais les représentants de tous les partis ont rapidement indiqué que les revendications israéliennes font partie d’une stratégie globale de destruction de la cause nationale palestinienne.

Le membre du Fatah qui siège au Conseil Législative Palestinien, Jamal Huwail, est parmi ceux emprisonnés dans la prison israélienne Al Naqab. Par téléphone il a déclaré, “Tout notre peuple est uni face à cette guerre israélienne. Nous réclamons la fin des divisions internes et une déclaration d’unité nationale. Nous devons rapidement rassembler nos rangs dans une réponse préliminaire à l’agression qui ne doit pas contrecarrer nos objectifs d’unité. La cohésion de toutes les forces est nécessaire pour honorer les morts de notre peuple.

Nous sommes unis pour une bataille féroce avec l’occupation car ce qui est en train d’avoir lieu à Gaza indique clairement que notre première responsabilité est de mettre fin aux divisions internes.”

Le prisonnier politique du Hamas, Cheikh Jamal Abu Hija, est un doyen de la branche de résistance armée Izz Addin Al Qassam. Il en appelle, depuis la prison israélienne, à toutes les factions de résistance palestiniennes à “s’unir" face à l’occupation et à résister par tous les moyens.” L’appel aux armes est nécessaire, a-t-il dit, car “des mots de dénonciation et de condamnation seuls ne dissuaderont pas l’agression.” De plus, Cheikh Abu Hija a demandé à la résistance armée d’accélérer ses activités “ pour défendre notre peuple qui est exposé au massacre.”

Est également en prison le député du Conseil Législatif Palestinien, Riyad Raddad ; il parle de la période des vacances : “Cette agression survient pour la Nouvelle Année et les vacances, pour les Musulmans et les Chrétiens, et recouvre de sang le sacré.” Il a déclaré que la communauté internationale ne doit pas seulement intervenir en faveur des Gazaouis, mais aussi pour la totalité des valeurs universelles en jeu. “L’agression prouve que la puissance occupante a dépassé le danger qu’elle représente pour les Palestiniens et les Arabes. Il y a un réel danger pour la totalité des valeurs universelles qui exigent la protection de l’humanité et de la civilisation.” S’exprimant en tant que membre du mouvement Fatah, Raddad dit que l’unité interne est critique et il promet solidarité avec le Hamas, pris pour cible à Gaza. Il dit que “les massacres et la barbarie” doivent être arrêtés.

Le leader du Djihad Islamique et le prisonnier politique, Cheikh Bassam Saadi, a déclaré que l’unité nationale était l’une des réponses les plus essentielles à ce “ dangereux massacre.” Il a déclaré par téléphone que la réponse aux Israéliens est “de se serrer les coudes jusqu’au bout, renoncer aux divisions et régler les différends. ” Cheikh Saadi a déclaré, “Nous devons en finir avec les divisions et mobiliser immédiatement toutes les énergies. Nous devons tourner la page noire du passé car la poursuite de nos divisions, après le massacre de la Bande de Gaza, serait un vrai désastre pour les droits de notre peuple, pour nos martyrs, pour notre cause.”

S’exprimant en tant que membre du parti de gauche, le Front Populaire pour la Libération de la Palestine, Samir réclame un “réalignement de nos forces dans la même tranchée pour la défense de notre cause et de notre peuple qui souffre de l’Holocauste israélien aux vues et aux sues du monde entier.” Il a déclaré : "le peuple ne veut pas de lettres, de positions ou de condamnations, mais plutôt une position palestinienne unifiée pour aborder les abominables crimes israéliens et le projet de nous détruire.” Samir a déclaré hier, depuis la prison israélienne, à propos de la fomentation israélienne des clivages internes palestiniens “afin de s’assurer qu’aucun état contigu n’est possible et que l’état des négociations soit au plus mal.” Il a ajouté “Nous ne pouvons pas nous fier aux positions arabes ou internationales.”

Les prisonniers du PFLP, du Hamas et du Fatah appellent leurs rangs “à en finir avec les divisions et à restaurer l’unité nationale afin de contrecarrer les objectifs et les plans israéliens, le massacre israélien à Gaza.”

29 décembre 2008 - Ali Samoudi
Traduction de l’anglais : Lauriane

http://www.info-palestine.net http://www.info-palestine.net



Jeudi 1 Janvier 2009


Commentaires

1.Posté par faucon de la résistance le 02/01/2009 13:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler



Le carnage que l’armée des barbares est entrain de perpétrer contre les populations civiles palestiniennes de Gaza a déjà causé ce vendredi près de 430 morts et plus de 2 200 blessés. Le plus grand bain de sang commis par Israël depuis 1967. Hallucinante réaction complice de Mr Sarkozy qui tout sourire sert la main de la chef de guerre Livni ; ce même Sarkzy qui disait pourtant lors du dîner du CRIF 2008: "Il n’y a pas de solution militaire au conflit avec les Palestiniens et c’est l’ami d’Israël qui le dit."

Nous savions mais aujourd'hui nous savons encore mieux comment "La France entend accompagner pleinement Israël dans son chemin vers une paix juste et durable dans la région" (sic) en laissant faire le génocide sûrement!!!...

Nous n'assisterons pas en silence à l'agonie du peuple palestinien; notre conscience d'hommes libres nous l'interdit!

C'est pourquoi nous vous demandons de venir très nombreux dénoncer l'horreur.



Le samedi 3 janvier 2009

à la place de la République (Paris)

départ

à 15h






Faites passer l’information par téléphone, par SMS, par mail et par tous les moyens

Venez en famille


Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires