ALTER INFO

Les poulets sacrés de la démocratie


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 13:05 Formidable reprise économique aux USA

Jeudi 8 Décembre 2016 - 12:40 Fidel et le Che : deux politiques différentes



Manuel de Diéguez
Lundi 28 Janvier 2008

1 - Socrate et la démocratie
2 - Le machiavélisme des anges
3 - La politique et les sorciers
4 - Les poulets de la démocratie
5 - La démocratie des auspices
6 - Le mime du tragique du monde
7 - Comment observer le parcours du cerveau simiohumain
8 - La méthode isaïaque
9 - L'espèce à la recherche de son soleil

*

1 - Socrate et la démocratie

Vous n'appartiendriez pas à la génération du courage si vous n'étiez également celle de la hauteur. L'élévation n'est rien si sa vaillance triomphe seulement d'abaisser l'erreur. Il n'est d'orgueil que dans la lumière. Aujourd'hui, je vous demande d'apprendre votre soleil au milieu des récifs de l'histoire.

Ce n'est pas pour le motif que la démocratie est le moins catastrophique des régimes politiques, comme le disait Winston Churchill, qu'il deviendrait digne de l'audace de vos sacrilèges de négliger le diagnostic des désastres auxquels ce mode de gouvernement peut entraîner les nations. Les gouffres dans lesquels le suffrage universel précipite quelquefois les peuples sont connus . Le plus suicidaire est le retard des foules à prendre les armes contre les tyrannies . Mais le vote populaire mérite d'autres reproches encore que celui de sa paresse à croiser le fer avec les despotes. Le chef d'accusation le plus grave à lui signifier est d'avoir inventé un césarisme inconnu des Anciens et dont les vices paraissent connaturels aux libertés mêmes que les Républiques se disent attachées à défendre . Vous citerez donc l'opinion majoritaire à la barre de votre tribunal et vous prononcerez le réquisitoire actuel de la pensée, celui de Socrate l'iconoclaste,qui accusait le peuple d'Athènes de conduire la civilisation grecque au naufrage parallèle de la souveraineté de la cité et de la raison des philosophes.

Le péché originel dont le " sentiment général " se rend coupable résulte de la sacralisation subreptice et perverse du concept même de démocratie auquel les majorités oraculaires recourent sans seulement s'en douter. La pomme qu'elles consomment dans l'Eden n'est autre qu'une théologie ivre de ses idéalités faussement séraphiques. Quand la démocratie est devenue la proie d'un messianisme inhérent à l'unanimité de son verbe, elle se met au service de l'expansion militaire et territoriale d'un empire dont le culte porte le masque sotériologique, apostolique et rédempteur d'une Liberté mythique. Le péril qui en résulte est le plus dangereux de tous, en ce qu'il interdit que naissent et se forment jamais de vrais chefs d'Etat, ce qui conduit au malheur de priver des peuples dûment auto-domestiqués sous la férule de leur propre catéchisme d'appeler à leur secours des cerveaux armés pour le combat contre le principal danger de mort des civilisations ; car le risque de stérilisation de la pensée que courent les démocraties ne saurait se trouver exorcisé quand règne la peur de s'atteler à la tâche la plus urgente, celle d'instruire des radiographes ambitieux de scanner les arcanes mythologiques du cerveau simiohumain - ce qui exige une science des relations délirantes que la politique internationale entretient avec l'esprit d'orthodoxie du simianthrope .

2 - Le machiavélisme des anges

Dans les démocraties décérébrées sous la meule de leurs idéalités angéliques, il est difficile de rappeler que la raison véritable est une instance iconoclaste, parce que les nations chrétiennes se trouvent affligées de naissance d'une perversion qui leur fait arborer un masque de rédemptrices de l'humanité. C'est leur course vers le ciel de leur langage de séraphins qui les conduit à une cécité politique de type catéchétique. Leur aveuglement leur fait méconnaître l'évidence historique la plus criante et la plus connue depuis Thucydide : à savoir que les concepts civilisateurs qui servent de voilure immaculée aux grands Etats démocratiques entretiennent des relations viscérales avec la férocité de leur volonté de s'étendre. Une démocratie sotériologique est un César de la blancheur qu'elle prétend illustrer. C'est pourquoi la politologie mondiale a besoin d'hommes d'Etat initiés aux secrets prosélytiques des démocraties à vocation impériale. Celles-ci portent l'armure de parade et le blason de l'éthique des nations appelées par la surface de leur territoire et par le grand nombre de leurs habitants à exercer un rôle d'acteurs souverains de l'histoire de la planète.

Certes, les démocraties apostoliques se trouvent d'ores et déjà relativement informées de ce que notre astéroïde est livré à des déités rédemptrices, baptisées des idéalités ; elles savent même que le sceptre de leur sonorité a pris la relève des vertus catéchétiques exténuées des Evangiles. Mais elles ignorent encore que les chefs d'Etat des démocraties désireuses de se rendre pensantes seront contraints de s'initier à la connaissance du type de dichotomie cérébrale et morale dont souffre une espèce encore toute neuve et dont l'expérience politique de la messianisation des concepts remonte à deux siècles seulement, ou plus précisément, à un fils de pasteur décédé en 1831, un certain Hegel qui, le premier, a évangélisé la dialectique et rendu chrétienne l'idée platonicienne.

Mais l'initiation aux oracles du suffrage universel exige la découverte des sources anthropologiques du machiavélisme des anges, parce que toute politique se trouve contrainte d'afficher les masques sacrés que le simianthrope a successivement expérimentés au banc d'essai de l'histoire de sa boîte osseuse . Aussi les futurs cancérologues de la démocratie n'auront-ils pas la tâche facile ; il leur faudra décrypter la généalogie des théologiens du temporel, qui se trouvent actuellement sommés par les chromosomes des dieux du langage démocratique de promettre aux peuples tout fraîchement débarqués dans l'histoire du salut les bienfaits verbifiques que l'Eglise avait éloquemment reléguées dans un monde des félicités posthumes. Ce ne sera pas une mince affaire, pour vous, de suivre à la trace la mutation du finalisme chrétien qui aura fourni sa cuirasse verbale à la sotériologie protestante de la délivrance par l'intercession des concepts messianisés.

La politologie de demain devra donc préciser comment les chefs d'Etat des démocraties eschatologiques conjureront les périls mortels que charrie une parole de la délivrance portée sur les fonts baptismaux de la démagogie. Il leur appartiendra de répondre à leur vocation réelle, qui n'est pas de séduire les masses par des promesses de la grâce nécessairement oniriques , mais d'élaborer la science des Etats appelés à laisser une trace mémorable dans l'histoire de l'humanité.

3 - La politique et les sorciers

Première difficulté : la séparation entre la science politique pure et la démagogie n'a jamais été aussi simple que les théoriciens classiques se l'étaient imaginé depuis Aristote, parce que ce partage a toujours renvoyé en secret au statut anthropologique inexploré des sciences dites "expérimentales". Vérifient-elles seulement un monde globalement, donc approximativement réductible au calcul ou bien expérimentent-elles la nature platonicienne d'une collusion parfaite des mathématiques avec les mouvements impavides de la matière ? Les physiciens veulent ignorer que leurs équations ne sont que des vêtements de confection du cosmos ; et ils méprisent ou jalousent les mathématiciens olympiens, qui se nourrissent à peu de frais de la perfection de leur logique et qui campent bien loin des grossiers prêts-à-porter dont se contentent les apprentis-tailleurs d'un univers dromomane.

Les chefs d'Etat ne sont-ils que d'habiles négociateurs du possible en politique ? Quels sont les fruits de l'arbre de la connaissance bien raidie dans ses orthodoxies que l'histoire a planté dans le jardin d'Eden de l'action? Les Machiavel de l'orgueil populaire passent-ils par le portillon du faux royaume des cieux promis aux citoyens abstraits de 1789? Le mathématicien pythagorique a la chance de s'exercer à sa discipline en toute sérénité. Il trône dans le paradis où l'échiquier immuable d'Euclide ou celui de Menchikov se présentent en pilotes incorruptibles de ses équations. Rien de tel pour l'homme d'Etat des démocraties gouvernées par des traîtresses qui ne cessent de lui faire faux bond. Quel est le statut anthropologique des idéalités paraévangéliques ? Ces fichues métaphores sont le levain qui fait monter le pain de l'illusion dans le four de la foi.

Seule une spéléologie de la démagogie vous fera découvrir dans quelle mesure les postulats qui fondent les démocraties sur la fausse monnaie des concepts pseudo rédempteurs rendent aujourd'hui le métier de chef d'Etat infiniment plus périlleux à exercer que la fonction papale, qui permet aux successeurs de Saint Pierre de fonder leur autorité sur des songes tenus pour irréfutables et ficelés par des dogmes intouchables. Depuis les origines du genre humain , la politique repose sur la crédulité native d'une espèce miraculée par son vocabulaire; mais il existe une différence immense entre des candeurs inébranlables et qui ne seront jamais démenties par l'histoire vécue, d'une part et des naïvetés sporadiques que quelques mois suffiront à Clio pour qu'elle les jette à terre, d'autre part. Comment rédiger Le Prince à l'usage des charlatans sortis des urnes d'un suffrage universel flottant, lequel , certes, se laisse aisément abuser par les prophètes au petit pied qu'on appelle des démagogues, mais qui se trouvera non moins rapidement désabusé par les fluctuations de l'opinion publique? Il sera bien difficile de diriger un monde d'enfants de chœur égarés par des magiciens si les écailles tombent provisoirement des yeux des peuples tous les six mois .

Depuis un demi siècle , l'histoire boiteuse de la France s'est réduite à celle des anges d'une démocratie claudicante. Le Général de Gaulle avait illustré l'impossibilité d'initier le peuple de 1789 aux lois inexorables qui régissent le pilotage de l'Hexagone dans l'arène des nations . Aussi, soixante ans après la victoire des démocraties occidentales sur le théâtre de l'histoire du monde, le Vieux Continent se trouve-t-il toujours pris dans l'étau d'un OTAN militairement inutile, mais politiquement vassalisateur, et cela sans qu'aucun chef d'Etat élu au suffrage universel se fût levé pour appeler sa nation à secouer le joug d'un libérateur devenu le maître de ses prières. Puis, ce sera à l'école des prie-Dieu de la démocratie que la domestication de l'Europe se sera systématiquement poursuivie, et cela sans que jamais une science politique tombée en léthargie sur les cinq continents se posât la question décisive de comparer les agenouillement des démagogies religieuses d'autrefois à celles de la démagogie idéaliste des modernes. Celle-ci demeurerait-elle fondée sur une forme d'observation du vol des oiseaux , science dont on sait qu'elle a permis aux haruspices romains de départager les candidatures de Rémus et de Romulus à la royauté ? Mais les idéalités de la démocratie sont des volatiles aux plumes d'anges. La fiabilité des prosternations publique demeure cependant vérifiable sur les mêmes balances qu'autrefois . Dites-vous bien que les sorciers de la démocratie n'ont changé que les plateaux des appareils de pesée des anciens .

4 - Les poulets de la démocratie

Ecoutez les patriciens défendre à l'école des gloussements de leurs poulets sacrés la prééminence de leurs droits face à une plèbe dont l'audace politique allait maintenant jusqu'à prétendre élire des consuls. " Ils se jouent de notre piété. Qu'importe, disent-ils, que les poulets ne mangent pas. Qu'importe qu'ils sortent trop lentement de la cage. Qu'importe qu'ils chantent mal . Ce ne sont plus que misères à leurs yeux; mais c'est en honorant ces misères-là, que nos ancêtres ont fait la grandeur de notre république. (…) Qu'on prenne donc les pontifes, les augures, les rois des sacrifices dans la foule; qu'on mette l'aigrette du flamine au front du premier venu, pourvu qu'il ait face d'homme; qu'on livre les anciles, les sanctuaires, le culte des dieux à des mains sacrilèges. Plus d'auspices pour légitimer les lois, plus d'auspices pour l'élection des magistrats, plus d'auspices pour l'approbation du sénat dans les comices par centuries et par curies! (…) Et pourtant, les auspices ont fondé cette ville. Dans la paix et la guerre, à Rome et aux armées, les auspices règlent toutes choses. Qui l'ignore? Et entre quelles mains se trouvent-ils? Entre nos mains à nous, les patriciens ! " (Tite-Live , Livre VI, 41)

Les poulets sacrés ont-ils changé de nature ou seulement de plumage? Lorsqu'en 1995 , M. Jacques Chirac a promis au corps électoral de lui fournir des volatiles bien nourris et bien gras et que le peuple français n'a rien vu venir, l'indignation et le dépit de la presse se sont bientôt exprimés, mais non point à l'école d'une réfutation en règle du ridicule des promesses des sorciers, mais par la stupeur ou la colère de ce que le grand engraisseur des poulets sacrés de la démocratie n'ait pas fait tomber aussitôt des torrents de bienfaits du ciel des idéalités dont il avait si solennellement promis d'inonder la terre. Puis, en 2007, les mêmes volatiles ont chanté à nouveau : et à nouveau la stupéfaction, l'incrédulité ou la fureur ont souligné que le nouveau magicien romain n'avait pas tenu ses serments , et que les poulets ne s'égosillaient pas bien, et qu'ils sortaient trop lentement de leur cage. Vous remarquerez donc que MM. Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy n'ont fait que reproduire fidèlement la leçon d'anthropologie politique de M. François Mitterrand, le haruspice en chef de l'époque qui , le premier, avait recouru aux sortilèges du mythe communiste afin de porter la science des chefs d'Etat des démocraties modernes à la hauteur d'une interprétation du gloussement des poulets sacrés.

5 - La démocratie des auspices

L'heure a sonné de vous poser la question des difficultés politiques que les Machiavel d'aujourd'hui rencontreront dans la rédaction d'un traité de stratégie à l'usage des idéalités aux mains pleines de la démocratie des auspices. Car le rêve civique, autrefois prudemment réservé au royaume des innocents, se trouve maintenant soumis à l'épreuve des réalités lugubres de l'histoire universelle. Que faire quand la démagogie des pontifes du concept et du verbe ne dispose plus que des armes rouillées de trois théologies dont une divinité triphasée se partage les poulets du sacrifice? Certes, M. Nicolas Sarkozy caricature à souhait le mythe de la délivrance de la planète par l'examen des entrailles des pauvres sur les autels de l'empire romain. Certes, ce grand sacrificateur des volatiles de la démocratie s'applique à afficher son luxe et ses maîtresses parmi les viscères du mythe du Golgotha. Mais, ce faisant, ce messie déplumé rappelle à son corps défendant que , depuis Cincinnatus, la politique avait scellé un pacte avec l'ascèse des chefs.

L'essentiel, pour vous, est donc de connaître d'avance les rendez-vous que le monde de demain a pris en cachette avec l'agenda des chefs d'Etat européens et dont le calendrier sollicitera votre réflexion d'anthropologues de la démagogie. Comment gérerez-vous la Liberté, l'Egalité et la Fraternité, ces anges que l'Eglise désignait par leurs synonymes - l'Espérance, de la Foi et de la Charité - si les idéalités de la démocratie auront perdu leurs dernières plumes ? Comment remplaceront-elles les poulets de Tite-Live ? Leurs auspices ne laisseront-ils aucun répit aux égosillements des chefs d'Etat d'aujourd'hui, de sorte qu'ils se trouveront sommés de chanter du matin au soir aux côtés des sorciers de la délivrance du genre humain tout entier ? Impossible de conquérir le pouvoir au sein des démocraties sans promettre la lune ; mais ensuite, faute d'assurer le règne des bénédictions promises, nous nous trouvons précipité la tête la première dans la poussière de nos idéalités.

6 - Le mime du tragique du monde

Demandez-vous donc à quelle école de l'histoire les chefs d'Etat du monde actuel vont acquérir la science anthropologique du genre simiohumain sans laquelle ils rouleront à terre. Car enfin, on savait que notre espèce se trouve affligée de naissance d'un cerveau dichotomisé entre le réel et le rêve . Mais cette infirmité originelle ne nous avait pas encore condamnés à nous mesurer avec une aporie mortelle, puisque la nature nous avait fait sécréter des mythes immunitaires lesquels avaient permis à notre encéphale de contourner et même de défier ouvertement un obstacle psychobiologique insurmontable par nature : nous avons cru longtemps que notre espérance sur la terre n'était qu'un avant-goût des délices promises à notre immortalité.

Vous remarquerez que M. Nicolas Sarkozy n'a débarqué que par accident dans l'histoire de la France ; vous remarquerez, en outre, que, par un concours de circonstances extraordinaire , il semble jouer au mime du tragique du monde ; vous remarquerez, enfin, qu'il se trouve dépassé par les auspices de la démocratie des poulets sacrés. Ce gesticulateur de l'histoire aurait-il pris un rendez-vous crypté avec le "Connais-toi" vers lequel courrait notre espèce ? Cet enfant nous conduirait-il à décoder les paramètres cachés de la politique dont, pour sa part, il n'a ni l'expérience ni la connaissance ?

- Le corps de Nicolas Sarkozy et le corps de la France, 21 janvier 2008

Plus profondément, vous observerez que la superficialité d'esprit et l'incohérence politique de ce démagogue présentent, indirectement, un aspect providentiel, parce qu'à la faveur même d'un incident de parcours de la France, vous enregistrez la mise en évidence non seulement de l'incapacité native des démocraties de porter de vrais chefs d'Etat à leur tête , mais les causes de l'impuissance native des peuples à relever le gant que des circonstances fortuites leur lancent à la tête . Si votre réflexion philosophique porte donc sur les ressorts ultimes de la démagogie, vous en appellerez à une anthropologie ambitieuse de peser l'encéphale schizoïde des évadés de la zoologie à l'école d'une interprétation nouvelle de l'évolutionnisme . Alors, le pont qui reliera le "Connais-toi" simiohumain au destin nouveau du Prince de Machiavel commencera d'apparaître à vos yeux du seul fait que l'éducation véritable des nations passera par une science du devenir de l'encéphale semi onirique du simianthrope. Cette histoire-là, il vous faudra l'enseigner aux enfants dès les bancs de l'école, parce que le chef d'Etat moderne sera à la fois le pédagogue et le connaisseur du cerveau dichotomisé d'une espèce appelée à découvrir l'inconscient politique des idéalités de la démocratie .

En vérité, les quelques grands esprits politiques qui se voulurent également des hommes d'Eglise éminents - les Mazarin, les Richelieu, les Talleyrand - étaient des observateurs des façades de l'histoire, en ce qu'ils savaient d'instinct ce que cachent les masques sacrés qui permettent à l'histoire de se dédoubler entre la naïveté faussement dévote et le cynisme averti, entre les piétés apprises et le talent diplomatique, entre la parade des auréoles - elles autorisent le monde entier de faire passer les enluminures de l'histoire pour la substance du temps des nations - et l'éthique de la puissance politique qui enfle la voilure des Etats et qui les fait cingler vers leur gloire.

Si le rêve de voir débarquer le ciel sur la terre vit ses dernières heures , tandis que celui d'un report des félicités éternelles dans l'au-delà est descendu depuis longtemps au sépulcre, il faudra bien que les démocraties de demain se décident à initier votre jeunesse à une connaissance de l'histoire suffisamment trans-idéologique et trans-religieuse pour vous permettre d'arbitrer à nouveaux frais la guerre entre les riches et les pauvres qui a fait l'histoire depuis vingt-cinq siècles ; car l'Europe est désormais aux prises avec un empire dont la face cachée enseigne aux peuples de la " Liberté " que le glaive de la puissance s'arme de la cuirasse et arbore le blason des idéalités batailleuses et qu'il n'y a pas de guerre victorieuse contre le cancer de la démagogie sans l'inspection des entrailles de la planète des illusions.

7 - Comment observer le parcours du cerveau simiohumain

Et maintenant, quelle sera l'alliance que votre hauteur scellera avec votre courage, votre lucidité avec votre espérance, votre intelligence avec la politique ?

La France se trouve livrée à deux agonies à la fois , celle d'une nation qui n'aura su éviter ni la course de la IVe République vers la médiocrité parlementaire, ni la ruée de la Vème vers le césarisme myope et le dévergondage érotique des royautés de passage. Quelle sera la science d'Hippocrate qui étoffera ce diagnostic afin de vous armer d'une politologie informée des vices alternés de la démocratie des notables de province et des royautés démagogiques ? Comment éviterez-vous la municipalisation de la France d'un côté et, de l'autre, la cécité des monarchies nées de la rue?

On sait, depuis l'origine de l'empire romain, que les masses conduisent au césarisme et les " élites " aux chefferies locales. Le césarisme larvé qu'on appelle bling-bling n'est qu'une forme atténuée de l'impérialisme . Il allie le clinquant d'un trône illusoire à l'impéritie notabiliaire. Mais cet entre-deux est riche d'enseignements. Ce sont les périodes flottantes entre deux eaux qui radiographient le mieux l'équilibre instable entre la santé et la maladie de la politique - celle qu'illustre une espèce tour à tour consolidée et vaporisée par ses poulets sacrés.

L'art médical nouveau qui attend Esculape sera celui de l'initiation de l'Occident à la lecture et à l'interprétation de la véritable histoire du cerveau onirique du simianthrope . Afin apprendre à prendre la température de l'espèce semi réflexive, sachez que les religions sont les thermomètres qui enregistrent de siècle en siècle les progrès et les régressions de l'encéphale simiohumain. Mais pourquoi l'évolutionnisme n'a-t-il pas trouvé ses climatologues des rêves sacrés, sinon faute que l'historien et le penseur post darwiniens aient osé renverser la barrière de protection construite par la civilisation semi religieuse du XIXème siècle ? Puis le XXème siècle a persévéré dans une lecture semi pieuse du lent grossissement de la boîte osseuse du simianthrope. Dès lors, une anthropologie privée de repères rationnels et qui ne savait sur quel pied danser entre ses autels et ses laboratoires a jugé confortable de saluer l'émergence des mythes sacrés au sortir du paléolithique comme une étape prometteuse de l'avènement progressif et assuré de l'intelligence transanimale du simianthrope .

L'application de ce cataplasme aux héritiers des poulets sacrés des Romains reposait sur l'oubli du Pascal qui avait écrit que l'imagination est la " maîtresse d'erreur " du genre simiohumain et qui n'avait pourtant pas poussé l'audace de son génie jusqu'à observer la forme de l'imagination semi animale qui sécrète des idoles. Mais pour accéder à une compréhension anthropologique de la généalogie du culte des poulets sacrés , donc à une histoire explicative de l'évolution cérébrale du genre simiohumain, il aurait fallu savoir déjà qu'on n'écrit pas la véritable histoire de la raison transzoologique du simianthrope à partir d'une étape flottante de son parcours ; il y faut quelques longueurs d'avance sur l'itinéraire psychobiologique d'une espèce rêveuse. Comment démontrerez-vous la vocation inaugurale d'une méthode scientifique transonirique? Par l'étude du champ qu'embrassent les intelligences visionnaires - celles dont le génie propre leur permet d'accéder à des spectrographies des productions semi animales de l'imagination religieuse.

8 - La méthode isaïaque

Afin de trouver votre hauteur dans la lumière qui mène la barque du soleil, vous remarquerez qu'Isaïe disposait de deux millénaires et demi d'avance sur Freud et sur toute l'anthropologie actuelle . Quel spectacle son cerveau réfléchissait-il ? Celui de l'alliance du meurtre sacré avec l'offrande d'Isaac sur l'autel des tueurs de Jahvé . Comment écririez-vous jamais l'histoire des sacrifices si vous n'écarquillez les yeux sur le pacte originel des idoles avec l'assassinat? Comment comprendriez-vous jamais l'histoire véritable du christianisme si votre globe oculaire ne servait pas de réflecteur aux sacrilèges du premier psychanalyste des meurtres sacrés? Qu'est-ce, sur une rétine devenue isaïaque, qu'une idole qui mange de la chair et boit du sang sur ses offertoires ? Qu'est-ce qu'une idole qui accorde à ses fidèles la récompense bien cuite de leurs crimes dans les marmites de leur ciel ? Qu'est-ce qu'une idole qui vous comble des félicités de la vie éternelle dans un empyrée peuplé de meurtriers sanctifiés ?

Mais si vous apprenez à lire l'histoire du cerveau simiohumain non plus à l'école des millions d'années d'une histoire de votre ossature - cette astuce permettait seulement à la timidité des sciences humaines d'aujourd'hui de répandre un nuage de fumée sur l'histoire réelle de votre espèce - mais à l'école du sang de vos sacrifices aux idoles , quelle ne sera pas votre surprise de découvrir que le cerveau des Grecs de l'époque d'Homère n'était pas le même que celui de Socrate, qui est apparu trois siècles seulement plus tard ! C'est donc que l'histoire véritable de l'encéphale d'une espèce sanctifiée par ses assassinats sacrés est faite de percées sporadiques et de longues récessions.

Au XVIe siècle encore , toute la chrétienté se demandait si l'idole autorisait sa créature à détruire les charançons qui dévoraient les vignes;

Qui sommes-nous? LETTRES PHILOSOPHIQUES A UN JEUNE ANTHROPOLOGUE , Première partie: Esquisse d'une histoire du cerveau humain LETTRE II : Où l'anthropologie critique s'interroge sur la théologie des insectes , 1er septembre 2006

et y a un demi siècle à peine, l'Eglise chrétienne expliquait encore la colère de l'idole qui avait provoqué un tremblement de terre de la même manière que Claudius expliquait, dans Tite-Live, que le premier Consul de la plèbe nommé sans consultation des entrailles des poulets sacrés avait subi un désastre militaire bien mérité et inévitable, tellement les dieux romains, comme il l'avait bien dit au Sénat, étaient fous de rage de ce qu'on n'eût pas demandé leur avis aux saints volatiles. Mais savez-vous que Vatican II n'aura été qu'un intermède dans l'histoire du cerveau simiohumain ? Savez-vous que Benoît XVI a publié un article fort pieux, dans lequel il a démontré la légitimité doctrinale du procès que la Curie de la sainte Eglise du Christ avait intenté à Galilée ? Savez-vous que, cinq siècles après Luther et Calvin, le trafic des indulgences a retrouvé toute son orthodoxie et que ces bons du trésor achetables aux guichets du Vatican permettent à nouveau aux fidèles d'entrer au paradis contre espèces sonnantes et trébuchantes ?

9 - L'espèce à la recherche de son soleil

Comment voulez-vous qu'une humanité qui n'a pas encore retrouvé le regard d'anthropologue que portait Isaïe sur les sacrifices de sang à Jahvé soit capable d'observer les poulets sacrés que figurent désormais les idéalités politiques que la démocratie fait glousser sur les propitiatoire du suffrage universel? Mais pour faire débarquer l'histoire de l'évolution du cerveau simiohumain dans l'histoire d'une espèce mémorisée par l'écriture depuis quelques millénaires seulement, il vous faut découvrir la pulsion originelle qui fonde le dédoublement du cerveau simiohumain entre le réel et les rêves sanglants dans lesquels il se réfléchit. Pourquoi se peindre en pied dans le miroir de l'idole, pourquoi écrire en lettres de sang l'histoire meurtrière de la foi, sinon parce que les évadés de la zoologie veulent sortir de leur cage ? Comment se trouver une extériorité, comment se regarder du dehors s'il n'y a pas de dehors, si le singe semi pensant demeure clos sur lui-même et s'il est condamné à se réfléchir seulement et à jamais que dans sa propre image ? Pour combattre l'idole, il vous faudra devenir à vous-même votre propre lumière. Cela, l'Egypte le savait, qui représentait le dieu Amon-Râ debout sur la barque de son soleil. Vous voyez qu'il n'y a pas de science de votre feu qui ne soit une école des " exercices spirituels " de votre intelligence .

Mettez-vous donc à l'école des sacrilèges d'Isaïe. Peut-être les chances de fonder une politologie que fécondera une anthropologie critique est-elle précisément l'avènement d'un président donc l'infirmité dessine en creux ce que les démocraties modernes attendent d'un vrai chef d'Etat : qu'il soit la vigie et l'annonciateur de l'avenir de la pensée sur les cinq continents et non le redresseur des autels et des cultes tombés en poussière.

Le 28 janvier 2008



Lundi 28 Janvier 2008

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires