Proche et Moyen-Orient

Les pétrodollars irakiens investis en Israël



Vendredi 10 Septembre 2010

Les pétrodollars irakiens investis en Israël
L’industrie pétrolière irakienne souffre de l’absence d’un gestionnaire étatique fort.
Le champ laissé ainsi libre, a été occupé par une multitude de sociétés privées qui champignonnent à travers tout le territoire irakien et qui ne font rien de mieux si ce n’est d’orienter l’argent du pétrole, moyennant de grosses commissions, vers les sociétés multinationales et de là, vers les établissements bancaires aux services des intérêts d’Israël. Cet état consacre un retour en arrière, au temps du colonialisme britannique où le destin énergétique de la région était scellait à Londres.
L’hebdomadaire « Américain Free Express », lui, ne va pas par quatre chemins. Dans un article signé « Victor Torin », le quotidien rappelle les premiers mois de l’invasion irakienne pendant lesquels les GI.’s ont tout fait pour relier les gazoducs transitant le pétrole du nord irakien aux ports libanais, via les territoires occupés.
Pour Torin qui évoque son dialogue avec le célèbre documentariste Tax Mars à ce sujet, l’expédition mésopotamienne n’a été rien d’autre qu’un piège israélien dans lequel sont tombés les Etats-Unis. Le journaliste ne peut s’empêcher d’entrevoir à travers cette attitude, « celle d’un protecteur qui renonce à ses propres intérêts au profit de ceux de son protégé qu’il couvre d’ailleurs d’argent et d’armes ».
Dans la suite de son article, l’auteur pose une triple question à laquelle Mars répond : « pourquoi c’est en Irak que les Etats-Unis devront détenir leur plus grande représentation diplomatique au monde ? Pourquoi c’est en Irak que 50.000 soldats américains seront stationnés ? Et pourquoi c’est toujours l’Irak qui est choisi pour abriter 13 bases militaires américaines?
La réponse de Mars est éloquente : « Et bien tout ceci rentre dans un schéma créatif, celui du Grand Israël pour le compte duquel notre ambassade travaillera et elle travaillera en tant que distributeur du pétrole ».
Selon certains documents, le gros des activités des firmes pétrolières actives en Irak, qu’elles soient américaines, françaises ou chinoises sont gérés par des lobbies liés au régime sioniste. De ce fait, les bénéfices des recettes pétrolières irakiennes sont injectés aux établissements bancaires d’Israël. Beaucoup d’Irakiens l’ignorent, mais l’argent de leur pétrole sert à grossir les poches des banquiers sionistes.
Sociétés chinoises ou israéliennes ? Les traces des Rothschild
La chine est le plus grand consommateur du pétrole dans le monde. A l’heure qu’il est, le pays possède pas moins de 25 raffineries ultra modernes alors que la dernière raffinerie américaine à avoir été construite remonte aux années 70.
La présence massive des compagnies chinoises en Irak et leurs liens étroits avec les firmes sionistes semble être l’ultime étape du scenario en plusieurs actes écrits par les stratèges américains pour le pillage des richesses énergétiques irakiennes.
Le documentariste « Tax Mars » a son propos hypothèse. Au journaliste de « American Free Express », il dit : « les raffineries chinoises sont des sociétés privées qui appartiennent toutes à la grande famille des Rothschild, ce qui veut dire que les pétrodollars irakiens vont droit dans les banques d’Israël ». et Mars d’ajouter : « Mao comptait beaucoup de juifs dans son entourage proche. Ben Gorion, lui, n’a jamais caché son admiration pour le communisme et les théories de Lénine. Les relations très amicales entre Israël et la Chine à son époque nous conduit à une hypothèse : la bombe atomique chinoise est conçue grâce aux informations volées aux centres d’études américains par les espions israéliens ». Mars illustre son propos par le cas de l’espion américain Jonathan Pelard qui « travaillaient pour le compte d’Israël et la Chine ».
« Les Rothschild regardent la Chine comme le modèle originel d’un communisme assaisonné à la sauce capitaliste, modèle qui est extensible à l’ensemble de la planète. D’où leur sympathie pour ce régime. Peu de gens savent que Goldman Sachs, établissement bancaire dirigé par les Rothschild, a empli des milliers d’entrepôts chinois de matières premières et ce au plus fort de la crise financière américaine ».
« Il est intéressant, ajoute Mars, de chercher à découvrir les dessus du marché du pétrole irakien. Les Cinq sociétés chinoises qui y sont actives appartiennent aux Rothschild. Les Rothschild c'est-à-dire Israël, ce furent ces mêmes gens qui en 1990 donnèrent à Tel-Aviv le nom de « Cité Blanche » et firent d’Israël, ce régime sanguinaire qu’on connaît ».
Selon Mars, les Chinois sont bien payés de retour pour les services rendus à Israël. Goldman Sachs joue un rôle incontournable dans la croissance de l’économie chinoise au point qu’aujourd’hui les places boursières et bancaires de Shanghai et de Hong Kong sont devenues les plus grandes de la planète. « Ce n’est pas sans raison que le directeur exécutif de Goldman Sachs Henry Paulson, un temps trésorier en chef de George Bush junior a visité 70 fois la Chine !!!! ».
Mais le dernier mot, c’est Victor Torin qui le prononce : « Les américains paient de leur sang le maintien de la présence de leur pays en Irak, ils paient aussi de leur poche les frais d’une guerre ruineuse ; mais qu’obtiennent-ils ? Presque rien. Le gros lot, c’est la Chine et Israël qui le décrochent ! »

http://french.irib.ir http://french.irib.ir



Vendredi 10 Septembre 2010


Commentaires

1.Posté par damien le 10/09/2010 20:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Boycottons Israel. C'est aux dirigeants musulmans de donner exemple.

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires