Palestine occupée

Les pays arabes appelés à soutenir les efforts financiers le processus d’Annapolis


Le Quartet des médiateurs internationaux pour le Proche-Orient a appelé vendredi les pays arabes à honorer leurs engagements financiers et politiques envers l’Autorité palestinienne afin de soutenir les efforts de paix avec Israël. "Le Quartet a appelé tous les donateurs à honorer les engagements pris (...). Le Quartet encourage les pays arabes à remplir leur rôle à la fois politique et financier pour soutenir le processus d’Annapolis", déclarent dans un communiqué les membres du Quartet - Nations unies, Etats-Unis, Union européenne et Russie" - à l’issue d’une réunion à Londres.


Samedi 3 Mai 2008



Le Quartet devrait réitérer cet appel lors d’une réunion avec des représentants des pays arabes dans la journée. George Bush a annoncé en grande pompe la reprise des pourparlers de paix entre Israël et l’Autorité palestinienne lors de la conférence d’Annapolis (Maryland), le 27 novembre, mais les négociations n’ont pas montré jusqu’à présent de signe tangible de progrès.

Des diplomates arabes et des spécialistes de politique étrangère expliquent que l’absence d’avancées concrètes a découragé les pays arabes, devenus sceptiques sur l’objectif du président Bush de parvenir à un accord d’ici la fin de l’année. "Rappelons-nous qu’il ne s’agit pas des Etats-Unis mais (...) du peuple palestinien", a déclaré Condoleezza Rice alors qu’on lui demandait si le scepticisme des pays arabes expliquait en partie leur réticence à soutenir financièrement l’Autorité palestinienne. "Clairement, si vous avez pris un engagement, vous devez l’honorer", a-t-elle souligné lors d’une conférence de presse avant la réunion entre le Quartet et les pays arabes, dont l’Arabie saoudite, l’Egypte, la Jordanie, la Tunisie, le Koweït et les Emirats arabes unis.

Selon les chiffres communiqués par Washington, sur les 717,1 millions de dollars promis par les membres de la Ligue arabe, seuls 153,2 millions ont été versés, et ce par trois pays : l’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis et l’Algérie.

A titre de comparaison, les autres donateurs, principalement les Etats-Unis et les pays européens, ont versé 502,1 millions de dollars sur les 834,9 millions promis.

Le Quartet a par ailleurs fait part de sa "profonde préoccupation" concernant la situation humanitaire dans la bande de Gaza, soumise à un blocus imposé par les autorités d’occupation après la prise de contrôle de l’enclave côtière par le Hamas.

Les grandes puissances ont appelé à un changement de stratégie par rapport à la bande de Gaza, apportant leur soutien aux efforts de l’Egypte pour obtenir une trêve entre Israël et les groupes résistants palestiniens et pour assouplir le blocus.

Le Quartet "a fortement encouragé Israël, l’Autorité palestinienne et l’Egypte à coopérer pour mettre sur pied une nouvelle approche dans la bande de Gaza qui apporterait la sécurité à tous les habitants de Gaza, mettrait fin à tous les actes terroristes (et) garantirait l’ouverture contrôlée et durable des points de passage de Gaza pour des motifs humanitaires et pour les échanges commerciaux", peut-on lire dans le communiqué.

Le Quartet a par ailleurs appelé Israël à geler les projets de colonises et à démanteler les colonies illégales construites après mars 2001, considérées par les Palestiniens et plusieurs pays comme un obstacle à la paix.

Un diplomate arabe a déclaré que de nombreux pays de la région commençaient à perdre espoir dans le processus de paix. "Il y a un sentiment de frustration parce qu’il n’y a pas de bénéfices tangibles", a dit ce diplomate, qui a souhaité rester anonyme. "Même si les gens comprennent que vous ne pouvez pas négocier publiquement, il n’y a pas de signes montrant que les négociations avancent et il y a des signes attestant d’une dégradation de la situation sur le terrain."

Alors qu’elle était en route vers Londres, Condoleezza Rice a pourtant assuré que les deux parties avançaient dans leurs discussions. "Le fait que rien ne remonte à la surface a conduit, je pense, les gens à penser qu’il n’y a rien, qu’aucun progrès n’a été fait", a-t-elle dit. "Et je pense simplement que ce n’est pas vrai. Je pense qu’ils font des progrès", a ajouté la secrétaire d’Etat, qui, outre le Proche-Orient, discutera également du Kosovo et de l’Iran lors de ses entretiens à Londres. "Je pense qu’il est bien trop tôt pour commencer à abandonner tout espoir (sur un accord) d’ici la fin de l’année", a-t-elle poursuivi.

Rice doit s’entretenir avec le Premier ministre palestinien Salam Fayyad et la ministre israélienne des Affaires étrangères Tzipi Livni vendredi soir avant de se rendre ce week-end en Israël et dans les territoires palestiniens.

http://www.aloufok.net http://www.aloufok.net



Samedi 3 Mai 2008


Commentaires

1.Posté par Aigle le 04/05/2008 11:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

l'EGYPTE ou plutot le Gouvernement de l'Egypte qui alimente les Criminels sionistes en GAZ , les autres IZNOGOUDS qui financent la mascarade et les fausses promesses des Sionistes americains , voilà le tableau de la Dignité arabo musulmane dans toute son horreur !!

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires