Politique Nationale/Internationale

Les objectisf insidieux de la résolution 1701

L’Italie se prépare à envoyer des troupes au Liban



Le premier ministre italien, Romano Prodi, et son ministre des Affaires étrangères, Massimo d’Alema, ont annoncé le weekend dernier que l’Italie était prête à fournir plusieurs milliers de soldats ainsi que des navires, des hélicoptères et des véhicules armés à la force multinationale prévue pour le Liban Sud. Une participation à cette soi-disant mission de l’ONU au mandat « clair, précis et robuste » constituerait la plus importante intervention étrangère de troupes italiennes depuis la Seconde Guerre mondiale.


wsws.org
Jeudi 17 Août 2006

Les objectisf insidieux de la résolution 1701

Par Marianne Arens


Dès la mi-juillet, lors du sommet du G8 qui s’était tenu à Saint-Pétersbourg, Prodi avait promis d’envoyer des troupes au Liban. Lors de la réunion de crise de l’Union européenne à Bruxelles, début août, l’Italie se trouvait parmi les pays désireux de participer à la soi-disant « mission de paix » (aux côtés de l’Espagne, la Finlande, la Pologne et la Suède) en promettant de fournir 3.500 hommes.

Le ministre de la Défense, Arturo Parisi, a dit dimanche qu’il s’attendait à ce que « la mission au Liban obtienne avant tout l’approbation de la majorité [centre-gauche] ». Il a dit qu’elle serait exécutée « dans un laps de temps très court… en terme de jours plutôt que de semaines. » Le ministre a expliqué que la nouvelle résolution de l’ONU avait changé la nature d’une telle mission, passant d’une fonction « purement d’observation “ d’arbitres de touche ” à celle " d’arbitres principaux " se trouvant au centre du terrain, capables de reconnaître chaque infraction et de faire observer le règlement avec autorité. »

En fait, dans le cas de la future mission de l’ONU, il est tout à fait inopportun de faire la comparaison avec un « arbitre ». La mission, acceptée à la fois par Israël et par les Etats-Unis, vise à consolider les objectifs de l’agression d’Israël. La résolution de l’ONU appelle le Hezbollah à cesser toute attaque alors qu’Israël doit simplement cesser ses « opérations militaires offensives » tout en restant au Liban Sud jusqu’à ce que la Force intérimaire des Nations unies au Liban (Finul) soit complètement stationnée dans la région, et ne se retirant « qu’au fur et à mesure » de la mise en place de la force multinationale.

Celle-ci jouerait alors un rôle identique à celui des troupes de la FIAS (Force internationale d’assistance à la sécurité) en Afghanistan, à savoir libérer de toute entrave les forces américaines (et celles de leur allié Israël) de façon à pouvoir alors organiser de nouvelles provocations contre la Syrie et l’Iran.

Voici précisément la mission préconisée non seulement par le premier ministre Romano Prodi et le ministre de la Défense, Arturo Parisi (parti de la Marguerite, démocrates-chrétiens) mais aussi par le ministre des Affaires étrangères et vice-premier ministre, Massimo D’Alema des Démocrates de gauche (DS), le parti qui a succédé au Parti communiste italien (PCI). D’Alema avait déjà rencontré fin juillet Condoleezza Rice en l’invitant à participer à la Conférence internationale sur le Proche-Orient qu’il avait organisée le 26 juillet à Rome en collaboration avec Prodi. Cette conférence a, de par sa politique d’apaisement, donné le feu vert au bombardement militaire et à la destruction du Liban Sud par l’armée israélienne approvisionnée en armes de précision par les Etats-Unis.

Le virage à droite du gouvernement Prodi s’est opéré à une vitesse surprenante. Le gouvernement prédécesseur, dirigé par Silvio Berlusconi, avait suscité le mépris et la haine de millions de personnes de par sa participation militaire à la guerre contre l’Irak et à son occupation. Des millions d’Italiens étaient descendus dans la rue pour protester contre la participation militaire à la guerre en Irak. A présent, le gouvernement Prodi suit les traces de Berlusconi en planifiant la participation à la mission de l’ONU au Liban.

Un rôle particulièrement répulsif est joué par Refondation communiste (Rifondazione Comunista), le parti qui s’est scindé des Démocrates de gauche il y a 15 ans prétendument pour faire « renaître » le communisme. Aujourd’hui, le parti est un élément important de la majorité gouvernementale et son dirigeant de longue date, Fausto Bertinotti, est le président de la Chambre des députés.

Rifondazione a joué un rôle primordial dans la victoire de Prodi lors des élections du printemps dernier. L’une des revendications, soutenue également par Rifondazione Comunista et formulée par Prodi lors de sa campagne électorale, avait été le retrait des troupes italiennes d’Irak. En fait, sur les 3.200 soldats italiens envoyés en Irak par le gouvernement Berlusconi, il en reste encore 2.700.

En juillet, le financement supplémentaire du déploiement de l’armée à l’étranger avait soulevé des discussions au sein du parlement italien, rendant nécessaire la publication d’un nouveau décret. Dans le cadre de la mission FIAS, l’Italie maintient également un contingent de 1.400 soldats en Afghanistan.

A la Chambre des députés, où Prodi dispose d’une majorité sûre, quatre délégués de la majorité gouvernementale, tous membres de Rifondazione Comunista, ont voté contre le déploiement de troupes en Afghanistan, parmi eux figure le dirigeant du mouvement « no global », Francesco Caruso. Un autre membre de Rifondazione, Paolo Cacciari, a présenté sa démission en signe de protestation.

Juste avant le vote au Sénat où Prodi n’a qu’une faible majorité, l’ensemble de la direction de Rifondazione Comunista, dont Fausto Bertinotti et son successeur au poste de secrétaire national, Franco Giodano, se sont adressés au grand public. Aux côtés de Giorgio Napolitano, le président de la République italienne (également un ancien membre du Parti communiste italien), ils ont mis en avant l’argument que l’avenir du gouvernement Prodi était en jeu et que l’Italie était obligée de participer aux missions internationales sanctionnées par l’ONU.

Finalement, le 28 juillet, la motion de confiance a été rejetée et Prodi a pu remporter une majorité au Sénat pour le financement de missions à l’étranger. Les critiques dans les rangs de Rifondazione Comunista qui, de par le passé, avaient voté huit fois contre l’intervention en Afghanistan, ont cette fois soutenu le gouvernement Prodi. Pour ce qui est de l’opposition de droite, dirigée par Berlusconi, elle a refusé de participer au vote, ne désirant pas s’opposer à Prodi sur cette question.






Jeudi 17 Août 2006


Tags : onu

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires