Diplomatie et relation internationale

Les négociations Solana-Jalili à Genève ont pris fin


Dans la même rubrique:
< >

Lundi 28 Novembre 2016 - 00:17 Analyse: L’impuissance de la Ligue Arabe



Dimanche 20 Juillet 2008

Les négociations Solana-Jalili à Genève ont pris fin
Les discussions samedi à Genève entre le diplomate en chef de l'UE Javier Solana et le négociateur iranien sur le nucléaire Saïd Jalili se sont achevées. Au terme de leur réunion, Jalili et Solana ont qualifié de positives, les négociations de Genève.
Le secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale a déclaré qu'au cours de leurs pourparlers d'hier, les deux côtés avaient abordé leurs points de vues sur la poursuite des pourparlers sur le nucléaire iranien.
Il existait, a-t-il affirmé, des litiges et des convergences de vue lors de ces négociations, mais il revient aux parties négociatrices d'œuvrer pour avoir une coopération fructueuse dans le domaine du dossier nucléaire iranien.
Jalili a ajouté que les discussions Iran-Europe où était également présent le N°3 du département d'Etat américain, William Burns, allaient dans le prolongement des pourparlers précédents entre Téhéran et le groupe 5+1 dont font partie les Etats-Unis, mais qu'un diplomate américain participait pour la 1ère fois à une telle réunion. Le haut représentant européen pour la politique extérieur a, pour sa part, fait savoir que les participants à la réunion de Genève avaient parlé du paquet d'offre, avancé par les 6 puissances du monde. Certains observateurs politiques croient entre temps que le climat positif régnait entre les négociateurs iranien et occidentaux, lors de la réunion de Genève, ce qui pourrait, pour eux, aller dans l'intérêt des deux côtés.
Auparavant, l'Iran et l'Union Européenne (UE) s'étaient à maintes reprises assis à la table de négociations, négociations qui sont jusque là restées stériles, en raison des tergiversations régulières des décideurs de la Maison Blanche. Mais la donne a changée. D'aucuns estiment la présence inédite d'un diplomate américain dans les négociations de samedi entre l'Iran et l'Occident apparaît être un facteur facilitateur des pourparlers sur le nucléaire iranien. Ne sont pas bien entendu rares les politologues qui qualifient d'un geste uniquement diplomatique, la présence de Burns dans la réunion de Genève afin de permettre à Washington de se débarrasser de l'isolement, envers l'affaire du nucléaire iranien. En tout état de cause, ce qui est maintenant important, c'est les points de vue des parties négociatrices sur la poursuite des pourparlers et la teneur des dialogues suivants. En tout cas, tout porte à croire que les négociations d'hier à Genève seraient fructueuses et efficaces, quoi que le règlement des problèmes compliqués et difficiles nécessite, comme l' a indiqué Jalili, un temps suffisant et qu'on ne doit pas s'attendre à ce que toutes les questions soient très rapidement résolues. "La diplomatie est "comme un tapis iranien: cela avance millimètre par millimètre"a réaffirmé Jalili.

http://french.irib.ir http://french.irib.ir



Dimanche 20 Juillet 2008

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires