Palestine occupée

Les militaires américains au Liban


Dans la même rubrique:
< >


Jeudi 14 Février 2008

Les militaires américains au Liban
Le fait qu'une délégation militaire américaine s'est rendue secrètement et, déguisée en civil à Beyrouth, en dit long sur un nouvel complot au Liban. Les membres de cette délégation dont le sous-secrétaire américain à la Défense Eric Adelman, se sont rendues de Bahreïn à Beyrouth, dans un avion miliaire et se sont installés dans l'ambassade des Etats-Unis au Liban. La rencontre de cette délégation avec Fouad Siniora a redoublé les inquiétudes. Aujourd'hui le 14 février, c'est le troisième anniversaire de l'assassinat de l'ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri et le courant du 14 mars s'emballe dans des diatribes au ton martial, mettant en danger la souveraineté nationale du Liban. Le 14 mars s'est ouvertement déclaré à la guerre civile tandis qu'Eric Adelman est porteur du message de Bush à Siniora, l'assurant de son soutien tous azimuts. Durant toute cette année, Washington n'a lésiné sur rien pour maintenir, à tout prix, au pouvoir le gouvernement illégal de Siniora. Equipements et munitions militaires, soutien politique et la préparation du terrain à la guerre civile ne sont que la pointe de l'iceberg des machinations américaines dans la crise que traverse le pays du Cèdre. Pourtant la vigilance et la sagesse politique du courant du 8 mars formé du Hezbollah, du Président du parlement Nabih Berri et du Courant Patriotique Libre, CPL, de Michel Aoun ont fait échouer les complots de la Maison Blanche. Sans nul doute, au cours de cette dernière année, le 14 mars a agi comme le bras de Washington au Liban, négligeant les intérêts nationaux du pays. L'intéressant c'est que le journal israélien Haaretz a reconnu, après deux ans, que si la guerre estivale d'Israël face au Hezbollah se poursuivrait non seulement Israël aurait essuyé un échec plus cuisant mais aussi le gouvernement Siniora aurait été renversé. De l'avis des experts, après l'échec d'Israël face au Hezbollah, c'est grâce aux soutiens de Washington que le gouvernement Siniora se maintient toujours au pouvoir. C'est dans ce sens que l'un des leaders du 14 mars le druze Walid Joumblatt a souligné récemment : « La cœxistence avec le Hezbollah est impossible. » « Nous ne voulons pas de guerre avec Israël.» Dès le début du XXIe siècle, le Hezbollah libanais a infligé des coups durs politiques et militaires aux Occupants sionistes et leurs allés américains. C'est pour cette même raison qu'après leurs ingérences dans les affaires libanaises, les militaires américains sont venus pour compenser l'échec au Liban, dans le vide politique. Le Liban se trouve à présent au bord du gouffre et il ne reste pas beaucoup de temps au 14 mars de revenir vers le peuple.

http://french.irib.ir http://french.irib.ir



Jeudi 14 Février 2008


Commentaires

1.Posté par MIJEON Amaury le 14/02/2008 23:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Jouer au feu peut faire très mal.
Les américains ont la fâcheuse tendance de jouir d'un rôle de déstabilisateur,afin d'accomplir leur rôle de domination.
Le nouvel ordre mondial doit passer par toutes les tentatives possibles!
Le gouvernement de Fouad est un appareil à ma solde du futur système,tout comme le sont,tous les autres gouvernements dit"révolutionnaire".
Reste,un problème!
Le fait de croire et d'être convaincu,que par tous les moyens,on parviendra à soumettre et à controler les populations,nous amène droit vers un mur dont nous ignorons la hauteur,la longueur et l'épaisseur!

2.Posté par kamal patriote le 16/02/2008 00:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

quand la majeur partie d'un peuple permet a un gouvernement de gérer son pays, on respecte sa décision. un pays doit rester libre et doit être gouverné par son propre gouvernement. toute personne qui critique le choix du peuple est traitre au yeux de la nation, neutre le liban restera, un libanais n'a pas à critiquer la politique des pays voisins et à les poussés à détruire le pays.

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires