Palestine occupée

Les manoeuvres électorales machiavéliques de la coalition du 14 mars



Dimanche 14 Juin 2009

Les manoeuvres électorales machiavéliques de la coalition du 14 mars
Les raisons de la défaite de l'opposition au scrutin législatif libanais sont toujours à l'ordre du jour au Liban. Jour après jours de nouvelles réalités sont dévoilées sur la campagne et les manœuvres électorales qui ont été mises en œuvre par la coalition du 14 mars avant le et pendant le scrutin du 7 juin. Une véritable machine usant en plus de l'argent électoral, des moyens les plus machiavéliques, et qui devront avoir, à long terme, de profondes répercussions sur la vie politique au Liban.
Ces moyens ont été exposés par un responsable du Hezbollah, qui a gardé l'anonymat, lors d'une rencontre par le rédacteur en chef du quotidien libanais al-Akhbar, Ibrahim al-Amine, dans son éditorial de ce samedi.
 
((Ce responsable évoque longuement le rapatriement par le Courant du Futur de plus de 100.000 émigrés libanais vivant à l'extérieur, en leur payant les frais de voyage. Selon lui, cette aide est loin d'être occasionnelle, comme c'est le cas avec l'opposition  qui reconnait avoir assisté financièrement des émigrés libanais pour qu'ils viennent au Liban.  
 
Elle constitue chez la majorité une démarche inscrite dans le cadre d'une stratégie électorale, à laquelle ont participé des services libanais officiels, aussi bien au Liban, que dans certaines ambassades à l'étranger, comme en Europe, aux Etats Unis et en Australie où des listes avaient été rapidement mises entre ses mains .   
 
Des services occidentaux officiels sont également soupçonnés d'avoir fourni une assistance logistique  à cette machine infernale; les coordonnées d'Européens d'origine libanaise non inscrits dans l'ambassade du Liban avaient été livrées à la machine électorale de la coalition du 14 mars.  Le responsable du Hezbollah révèle aussi que le FBI aurait même recouru à l'arrestation un certain nombre de libanais, alors qu'ils voulaient se rendre au Liban, pour leur demander pour quelle camp allaient-ils voter.
Par ailleurs, des questions ses posent toujours  sur le choix électorale de quelques 5.000 électeurs, vivant en Syrie, et dont le candidat de l'opposition dans la Békaa de l'ouest Abdelhalim Mrad avait payé les frais de voyage. Ce dernier soupçonne  plus de la moitié d'entre eux d'avoir changé à la dernière minute leur choix électoral après avoir touché des sommes d'argent, dès leur entrée dans les territoires libanais.
Alors qu'à Zahlé, le chef de la liste du bloc populaire, Elias Skaf vainqueur du scrutin de 2005, et perdant en 2009, s'est trouvé avec une augmentation surprenante dans le corps électoral de sa circonscription, par rapport à l'ancien scrutin . Il s'est avéré qu'au lendemain de cette victoire, le transfert de plusieurs milliers de Musulmans sunnites a été effectué pour changer la composition confessionnelle de cette région.
 
Sont également incluses dans cette stratégie électorale les erreurs signalées  dans la transcription des noms des électeurs sur les listes distribuées dans les bureaux de vote, ce qui a privé de vote un grand nombre d'entre eux: d'aucuns soupçonnent que ces fausses transcriptions aient été commises intentionnellement par le ministère de l'intérieur.
 
Le Hezbollah signale également une autre manœuvre électorale utilisée entre autre dans les régions de Ber-Elias et Taanayel , consistant à entraver le travail des représentants de la machine électorale de l'opposition disséminés dans les bureaux de vote pour surveiller le scrutin: certains ont été achetés, tandis que d'autres ont été chassés des bureaux. Ce qui suscite le doute sur ce qui s'est passé dans ces points.
 
En parallèle à ces manipulations dans les registres électoraux qui n'en finissent pas, le contenu de la campagne médiatique menée par la coalition du 14 mars a attiré l'attention du responsable du Hezbollah.
Relayée par les médias, elle ne cessait de dresser de faux  épouvantails: en accusant le Hezbollah en particulier de vouloir imposer le régime de la " Wilayat el-Faquih", ( thème sensible aussi bien pour les Sunnite que les Chrétiens) ; en prétendant que l'opposition en général veut  prôner au Liban un pouvoir de partage entre les trois grandes communautés (ce mensonge se doit de faire peur aux minorités chrétiennes et aux Druzes), ou alors de vouloir raccourcir le mandat du président de la république (sujet particulièrement sensible pour les Maronites)…L'une des rumeurs avait même incité à ôter la nationalité libanaise, voire à répudier la communauté arménienne, parce qu'elle a voulu voter pour le CPL.  
Ayant comme thème commun l'exacerbation des sensibilités et des inquiétudes intercommunautaires, ces fausses accusations ont harcelé l'opposition, l'acculant en position de défense. Mais elles ont surtout permis aux auteurs de cette machine électorale de mettre en œuvre leurs manœuvres machiavéliques, et d'en faire à leur guise, sans être le moindre inquiété.
Mais, conclut le responsable du Hezbollah, le moral de la résistance n'en ressort nullement entaché. Consciente des défis et des enjeux auxquels elle fait face, elle a traversé des moments pires et ne manquera pas de tirer la leçon, voire de profiter des aspects positifs de cette nouvelle situation.))

http://www.almanar.com.lb http://www.almanar.com.lb



Dimanche 14 Juin 2009


Commentaires

1.Posté par Moha le 14/06/2009 22:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

le liban : premiere victime collateral du discours du caire d'obama, les hommes sont comme sisyphe, ils n apprennent rien de leurs erreurs, et il suffit qu'un beau parleur leur promette monts et merveilles ...

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires