Propagande médiatique, politique, idéologique

Les islamistes wahhabites financés par l’Arabie Saoudite ne sont pas là pour aider les rohingyas


Dans la même rubrique:
< >

Vendredi 8 Novembre 2019 - 00:40 Zemmour ou le talent au service de la haine


Seule la vérité pourra aider à mettre fin au massacre des rohingyas, alors arrêtons les accusations sans preuve contre ceux qui dirigent ou non la Birmanie et cherchons à savoir à qui profite les crimes commis actuellement.


DomTo
Dimanche 17 Septembre 2017

Les islamistes wahhabites financés par l’Arabie Saoudite ne sont pas là pour aider les rohingyas
D’après Aung San Suu Kyi, les dernières attaques des islamistes ne sont pas un hasard, mais sont là pour empêcher l’établissement de la paix dans la région.
"Aung San Suu Kyi, le chef de facto de Myanmar, a fermement condamné les attaques contre les forces de sécurité, affirmant qu’elles ont été délibérément réalisées après qu’une commission consultative sur l’état de Rakhine dirigée par l’ancien chef des Nations Unies Kofi Annan a publié son rapport final avec des recommandations sur les étapes à suivre les conflits sectaires et la violence des régions.
Parmi les nombreuses suggestions de la commission, on a demandé des examens de la loi sur la citoyenneté du pays de 1982, qui empêche les Rohingya de devenir des citoyens du Myanmar parce qu’ils sont considérés comme des immigrants clandestins du Bangladesh et une fin des restrictions qui leur sont imposées dans le pays dominé par les bouddhistes.
"Le gouvernement a été conscient du risque que les attaques coïncident avec la publication du rapport final de la commission hier et a donné des instructions aux ministres de l’Union compétents", at-elle déclaré dans le communiqué de son bureau.
"Il est clair que les attaques d’aujourd’hui sont une tentative calculée pour saper les efforts de ceux qui cherchent à construire la paix et l’harmonie dans l’État de Rakhine« , a-t-elle déclaré.  »Nous ne devons pas laisser échouer notre travail par les actes violents des extrémistes."
http://www.rfa.org/english/news/myanmar/attacks-in-myanmars-volatile-northern-rakhine-state-leave-71-dead-11-injured-08252017125843.html

Qui sont les rebelles rohingyas ?

Il ne faut pas oublier que ce sont eux qui ont déclenché les dernières violences.
Dans un article récent intitulé « La nouvelle insurrection d’Asie. Les abus de la Birmanie contre les musulmans Rohingya provoquent une réaction violente », le Wall Street Journal affirme que l'arrivée des islamistes wahhabite soutenus par les saoudiens est une réponse aux violences subies par les Rohingya :
"Maintenant, cette politique immorale a créé une réaction violente. La plus récente insurrection musulmane du monde oppose les militants Rohingya soutenus par les Saoudiens aux forces de sécurité birmanes. Alors que les troupes du gouvernement se vengeaient contre les civils, ils risquaient d’encourager davantage de Rohingyas à rejoindre la lutte."
"Appelé Harakah al-Yaqin, appellation en arabe pour « le Mouvement de foi », le groupe répond à un comité d’émigrants Rohingya résidant à la Mecque ainsi qu’à un cadre de commandants locaux ayant une expérience de la guerre en tant que guérilleros à l’étranger".
Que veulent-ils dire par "à un cadre de commandants locaux ayant une expérience de la guerre en tant que guérilleros à l’étranger".
Très certainement qu'ils ont servi dans les reseaux d'islamistes internationaux financé par l'Arabie Saoudite, dans des groupes comme Daesh ou Al Nosra, sur d'autres terrains, comme la Syrie, l'Irak ou la Libye....

La presse les qualifie de "rebelles"

Souvenez-vous de la Libye ou de la Syrie, nous y avons soutenu des groupes d'islamistes wahhabites appelés "rebelles" qui étaient en fait liés à Daesh ou Al Qaida (Al Nosra) et même ceux qui n'ont jamais pris d'étiquette ne valait pas mieux :
Figaro : Des rebelles syriens ont décapité un enfant
 

Les "rebelles" islamistes wahhabites Rohingyas affirment ne pas vouloir de l'aide des autres rebelles wahhabites armés et financés aussi par l'Arabie Saoudite.

Pour garder une bonne image et un soutien international, et ne pas être assimilé aux autres terroristes wahhabites responsable du 11 septembre, du Bataclan, de Nice, de Charlie Hebdo ou dernièrement des attentats de Barcelone, les islamistes Rohingyas précisent :
« Nous n'avons aucun lien avec al-Qaïda, l'Etat islamique ou tout groupe terroriste international. Et nous ne souhaitons pas que ces groupes s'impliquent dans le conflit en Arakan », écrit l'ARSA jeudi dans un communiqué publié sur Twitter.
Pourtant ils sont financé par les saoudiens comme les autres islamistes wahhabites :
"Hillary Clinton a écrit : « L’Arabie Saoudite et le Qatar financent et arment ISIS  ».
Joe Biden, le général Martin Dempsey et le général Wesley Clark ont tous déclaré que les alliés des États-Unis au Moyen-Orient armaient et finançaient ISIS et Al Qaeda.
Plusieurs messages du Département d’État ont clairement affirmé à quel point l’Arabie saoudite était la première source de financement du terrorisme dans le monde, pas seulement au Moyen-Orient.

Et personne ne se pose la question de savoir pourquoi nous n’entrons jamais en guerre ni ne prenons de sanctions contre ces financiers du terrorisme."

Et qui a créé ces terroristes ? 

Hillary Clinton a reconnue qu'Al Qaida a été créé par les USA dans cette vidéo :
https://www.youtube.com/watch?v
Lors de la campagne présidentielle Trump avait accusé Clinton et Obama d’avoir créé Daesh :
https://www.rtbf.be/info/dossier/election-presidentielle-americaine-la-course-est-lancee/detail_trump-clinton-et-obama-ont-cree-l-ei-et-hillary-devrait-etre-en-prison?id=9176216
Et Clinton a reporté la faute sur Obama :
http://www.europe-israel.org/2015/11/terrorisme-hillary-clinton-aurait-revele-que-daesh-est-une-creation-dobama-pour-aider-au-developpement-des-freres-musulmans/

Le message d'Aung San Suu Kui à Erdogan devient plus clair

Dans un entretien téléphonique avec le président turc Recep Tayyip Erdogan mercredi , la chef du gouvernement birman a dénoncé
« l'iceberg de désinformation » donnant selon elle une vision trompeuse de la crise des musulmans rohingyas. D'après elle, cette désinformation ambiante vise à « créer un tas de problèmes entre différents pays dans le but de promouvoir les intérêts des terroristes ».
C'est le premier commentaire officiel de la dirigeante, prix Nobel de la paix, depuis le début des troubles fin août.

Les guerres contres les minorités ethniques ne datent pas d'hier malheureusement

Cela fait plusieurs décennies qu'il y a des guerres en Birmanie, et jusqu'à présent, tout le monde se foutaient des violences commises par l'armée birmane, avec la complicité de nos gouvernements, sur les minorités éthiques.
Et ces violences ne sont pas réservé aux Rohingyas, non, les Karens, les Shans, les Kachins subissent aussi les violences des militaires birmans.
  Exemple sur le territoire Kachin :
Artillerie lourde, tanks, hélicoptères de combat et MiG-29, armes chimiques, Tatmadaw, l’armée birmane, est en effet engagée, depuis la mi-août 2016, dans une énième offensive de grande ampleur pour réduire la résistance kachin.
« On pensait qu’avec la victoire d’Aung San Suu Kyi, les hostilités allaient cesser ou tout au moins diminuer, mais c’est encore pire que tout ce que nous avions connu jusqu’à présent » - Daung Khar, officier de liaison de l’Organisation pour l’indépendance kachin
http://ccfd-terresolidaire.org/fdm/2017/298-mars-avril/en-birmanie-les-5792

Depuis les années 90, la France soutient la junte birmane et pas qu'un peu

Ce n'est pas la Chine qui maintient la dictature en Birmanie, sans l'aide de la France, la junte aurait certainement passé la main à la NLD après les élections de 1990 car ils étaient ruinés et le pays n'avait pas le droit d'acheter des armes à l’étranger.

Et donc, une grande partie des crimes commis sur les Rohingyas et les autres minorités ethniques, dans le passé et aujourd'hui sont imputable à la France !
Rappel :

"Vente d'arme provenant de Pologne (24 hélicoptères d’occasion) A cet égard, il est remarquable que Lech Walesa, interrogé sur ces ventes d’armes et les ressources du SLORC (ancien nom de la junte birmane), aurait répondu que "la Pologne a été payée par l’argent de TOTAL" [ Interview citée entre autres par L'Evénement du Jeudi, 2-8 juin 1994, Humanité Dimanche, 3-9.03.1994 et Paris 24:00"
https://www.fidh.org/IMG/pdf/dissection_birmanie.pdf

La complicité de la France dans les crimes commis

"Exécutions, travail forcé, expropriations et soutien financier à la junte, les nouvelles accusations portées à l'encontre de Total en Birmanie sont sévères. Dans un rapport publié ce matin que Libération s'est procuré, l'ONG américano-thaïlandaise Earth Rights International (ERI) accuse le géant pétrolier français et ses partenaires américain (Chevron) et thaïlandais de « complicité d'assassinats ciblés, de travail forcé ».
http://www.liberation.fr/planete/2010/07/05/total-accuse-de-complicite-d-assassinats-et-de-travail-force-en-birmanie_663916

Qui contrôle la Birmanie ?

Aung San Suu Kui est accusée de tout les crimes mais est très loin d'avoir tout le pouvoir, après des semaines de diabolisation, certains journalistes commencent à avoir un discours plus honnête :

"Pas le moment d'affaiblir Aung San Suu Kyi pour l'ONU

Quant à Aung San Suu Kyi, oui, elle est parvenue au pouvoir par les urnes mais au terme d’un accord qui continue de donner à la junte militaire le contrôle de l’armée, de la police et des garde-frontières, ceux-là mêmes qui sont au premier rang de la répression.
Les discriminations oppriment une dizaine d’autres minorités, dont les Karen qui comptent 30% de chrétiens, sans que cela préoccupe grand monde en dehors de la Birmanie.
C'est ce qui explique pourquoi les grands Etats convoqués aujourd'hui à l'ONU sont prudents. Car ce n’est pas en caricaturant les choses que l’on progressera. Le secrétaire général des Nations unies que j’ai rencontré la semaine dernière à New York m’a dit ceci : "J'estime qu'il faut garantir avec Aung San Suu Kyi l'évolution démocratique de la Birmanie, mais cette évolution démocratique doit passer par le respect des droits de tous." 
Une petite phrase qui ressemble comme deux gouttes d’eau à l’extrait du discours sur les droits de l’Homme qu’a prononcé Aung San Suu Kyi il y a cinq ans lorsque elle a reçu son prix Nobel à Oslo.
 Autrement dit, ce n’est pas le moment de l’affaiblir, car les seuls gagnants de cette stratégie seraient les généraux birmans et leurs sympathisants dans l’extrême droite bouddhiste."
http://www.lejdd.fr/international/asie/birmanie-ce-que-lon-na-pas-dit-sur-aung-san-suu-kyi-et-les-rohingyas-3434405

La raison du projecteur sur les Rohingyas

Si vous voulez connaître les raisons de l'emballement général pour les Rohingyas par les médias du monde entier, voir :

Comment les USA se servent des islamistes et des Rohingyas pour contenir la Chine et prendre le côntrole de l’ASEAN



Dimanche 17 Septembre 2017


Commentaires

1.Posté par DomTo le 18/09/2017 15:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

J’étais en train de chercher la vidéo ou la preuve qu’ASSK ai dit :

« Personne ne m’a dit que j’allais être interviewée par une musulmane ».

Et cela pourrait bien être aussi une grosse invention...

C’est un gars qui raconte ce que quelqu’un lui a dit, une source « fiable » mais pourquoi il n’est pas capable de citer un témoin !

"La prix Nobel de la paix Aung San Suu Kyi s’est emportée après avoir été interviewée par une journaliste « musulmane » qui l’avait interrogée sur les violences antimusulmanes en Birmanie, affirme un biographe. Selon lui, la « dame de Rangoun » a déclaré hors caméra, après un échange houleux avec une présentatrice pakistano-britannique de la BBC, Mishal Husain, en octobre 2013 : « Personne ne m’a dit que j’allais être interviewée par une musulmane ».

La scène est racontée par Peter Popham, auteur d’une récente biographie, The Lady and The Generals, Aung San Suu Kyi and Burma’s Struggle for Freedom (« La dame et les généraux, Aung San Suu Kyi et la lutte de la Birmanie pour la liberté, non traduit). Dans un article publié vendredi sur le site du quotidien britannique The Independent, Peter Popham indique que les propos lui ont été rapportés par une source « fiable »."

http://www.liberation.fr/planete/2016/03/26/birmanie-suu-kyi-furieuse-d-etre-interviewee-par-une-musulmane_1442209

Sinon c'est dommage que l'article soit mal présenté, il n'y a pas d'espace entre les h2 ni entre les paragraphes ce qui rend la lecture difficile alors que je l'ai posté niquel en html.

2.Posté par kol le 18/09/2017 22:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ah donc, faudrait que les rohingyas se laissent massacrer ?

3.Posté par Zaheer le 19/09/2017 06:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"Les "rebelles" islamistes wahhabites Rohingyas affirment ne pas vouloir de l'aide des autres rebelles wahhabites armés et financés aussi par l'Arabie Saoudite."

Aie, un moustique. Wahhabite ! Ca marche aussi avec l'antisémite...

4.Posté par abderrazak le 19/09/2017 09:14 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Franchement cest quoi cet article propangadiste mensonger sioniste.?

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences


Publicité

Brèves



Commentaires