Economie

Les intimidations répétées de l’UE envers la Grèce peuvent provoquer la disparition de l’euro



Mercredi 3 Février 2010

Les intimidations répétées de l’UE envers la Grèce peuvent provoquer la disparition de l’euro
Selon certains commentaires, la démarche actuelle de l’Union européenne face à la Grèce, en fait à son endettement disproportionné, ressemble à un jeu au bord d’un précipice où l’on se retrouve avec son adversaire dans l’espoir de le faire céder, pour finalement y tomber les deux.
Les menaces violentes de l’UE d’application de sanctions, de réductions de l’aide financière, voire de sa suppression, ne font que renforcer la crise. Si l’UE jette le bouchon trop loin, il faut s’attendre à une banqueroute de l’Etat grec – ce qui pourrait avoir pour conséquence l’effondrement du système de l’euro.1
Le monde financier a réagi immédiatement lorsque l’agence de rating Fitch réduisit en décembre à BBB+ les fortes dettes grecques du fait du fort endettement du pays, portant un coup à la confiance dans cet Etat. Ce signal d’une faillite éventuelle eut pour conséquence qu’on se débarrassa des emprunts de l’Etat, que les fonds spéculatifs se tournèrent contre le pays, que les primes de risques sur les emprunts de l’Etat augmentèrent et que la bourse grecque s’effondra.
Du même coup, l’UE exige des mesures draconiennes: «L’Union européenne et le Fonds monétaire international exigèrent que les dettes privées soient remplacées par des obligations de l’Etat, à financer par des augmentations des impôts, par une réduction des dépenses publiques et l’obligation pour les citoyens à dépenser leurs économies. Cela crée une amertume grandissante non seulement envers ceux qui ont causé ces dettes, mais aussi contre les conseillers et les créanciers étrangers néolibéraux qui avaient poussé ces gouvernements à vendre leurs banques et leurs infrastructures publiques à des initiés.2
La ligne dure appliquée par la Banque centrale européenne, qui refuse aux Grecs tout «traitement particulier», a eu pour conséquence une nouvelle chute des emprunts grecs et un renchérissement des crédits nécessaires pour réduire le déficit budgétaire.
«Alors que Trichet exige des mesures brutales d’économie et que la commission de l’UE accuse la Grèce de falsifier les résultats des comptes, un groupe de travail du gouvernement allemand travaille d’arrache-pied pour trouver des failles légales qui permettraient, malgré l’interdiction des statuts de la Banque centrale européenne, de fournir une aide financière à la Grèce.
Selon le commentaire de Marco Annunziata de la banque italienne Unicredit, l’UE mènerait un jeu hasardeux, contraignant la Grèce à entreprendre de sérieuses économies tout en prévoyant, le cas échéant, une opération de sauvetage.»3
Si la Grèce cède à la pression de l’UE, on y risque des troubles sociaux. Ce n’est pas par hasard que le Premier ministre grec, Georgios Papandreou, a estimé que: «les salariés ne paieront pas les pots cassés: nous ne nous en tiendrons pas à des blocages, voire des diminutions de salaires. Nous ne sommes pas arrivés au pouvoir pour détruire l’Etat social.»4
La menace de l’UE de ne plus apporter d’aide financière à la Grèce est pour elle un boomerang: si la Grèce devait se décider à reprendre son ancienne monnaie nationale, afin d’avoir de nouveau les coudées franches pour reprendre en main son économie par une dévaluation, cela pourrait donner des idées à d’autres Etat menacés de banqueroute. Les pays méridionaux, notamment le Portugal, l’Espagne et l’Italie, mais aussi l’Irlande pourraient suivre cet exemple, ce qui mènerait à plus ou moins long terme à l’effondrement de l’union monétaire et à la fin de l’euro.
De ce fait, la Banque centrale européenne a entrepris une étude pour évaluer les risques d’un retrait d’un pays membre de l’union monétaire: «L’étude, transmise le 18 janvier au ‹Daily Telegraph›, est un exemple marquant du système de droit de l’UE, datant de la féodalité: l’auteur de l’étude estime qu’un pays sortant de l’euro, est automatiquement expulsé de l’Union européenne. Le commentateur Ambrose Evans-Pritchard du ‹Telegraph› déclare: ‹L’auteur étale une ligne de pseudo arguments et d’arguties propres aux juristes de l’UE.› On aurait mis en place un nouvel ordre juridique remplaçant l’ancienne conception de la souveraineté et réduisant en permanence les droits des nations. Ce type d’arguments a pour but d’intimider la population grecque, mais il se pourrait aussi que cela aille en sens contraire.»5
Ils furent nombreux à la fin des années huitante à avoir averti du danger «de renoncer à la souveraineté nationale et de se soumettre en 1989 à ce chantage comme condition à la réunification de l’Allemagne». On peut encore y lire que: «l’Allemagne a non seulement été contrainte de financer indirectement les autres pays de l’UE par le biais de la monnaie unique, mais encore d’adopter l’idéologie verte de l’EU, allant à l’encontre du caractère scientifique. Il faudrait pour le moins en revenir à une Europe telle qu’elle se présentait avant le traité de Maastricht – mais mieux encore à une Europe des patries, de républiques souveraines. En reprenant le système de cours de change fixes, dont la nécessité n’est plus à démontrer, on évitera la spéculation entre les différentes monnaies.»6    •

1    yourhomeadviser.com
2    Michael Hudson. Recovering from Neoliberal Disaster: Why Iceland and Latvia Won’t (and Can’t) Pay the EU for the Kleptocrats’ Ripoffs.
sur: http://investment-blog.net      
3    Strategic Alert, résumé. année 24, n° 3 du 20 janvier 2010. (Ce jeu hasardeux consiste à lancer deux voitures à toute vitesse l’une contre l’autre. Celui des deux pilotes qui, au dernier moment, s’écarte passe pour lâche. Si aucun ne s’écarte, ils passent pour courageux, mais n’en retirent aucun bénéfice, étant morts.)
4    Ambros Evans-Pritchard. Greece defies Europe as EMU crisis turns deadly serious. The Telegraph du 13/12/09. www.telefgraph.co.uk
5    Strategic Alert. a.a.O.
6    Strategic Alert. a.a.O.

http://www.horizons-et-debats.ch http://www.horizons-et-debats.ch



Mercredi 3 Février 2010


Commentaires

1.Posté par HAARP le 03/02/2010 19:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je vais foutre toute cette bande d'anarchistes grecs dans le droit chemin de la saine rigueur monétaire des bankSSters ! Allez hop ! Ca va pas trainer !

2.Posté par courburedutemps le 04/02/2010 10:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Contrairement au USA , à l'angleterre et au Japon, l'UE ne peut pas imprimer des billets de banks à tout va et reposer sur une bulle financière, faire les agioteurs.

Une solution pour les allemands divisés l'europe en deux.

"L'allemagne aurait commandé 14 machines à imprimer des euros".

http://www.ipernity.com/blog/stangrof/214657.

3.Posté par Joël le 04/02/2010 19:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Vivement que l'UE se casse la gueule et qu'on en finisse de cette chienlit consumériste et anti tout, sauf anti USA! Vive les Nations une et indivisibles et batteuses de monnaies ce qui n'empêchera pas de conclure des accords économiques et culturels! On s'en fou des connards de l'UMPS et NPA qui ne remettent absolument pas en cause les catastrophes de cette union de merde et qui s’imaginent tout au moins le disent-ils réguler le monstre!!!!!!! Des neuneu infantiles, des guignols, les libéraux libertaires attardés qui croient au bon dieu de la conscience moral de tout à chacun ; Bref des c…..

4.Posté par Will91 le 05/02/2010 12:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bravo Joël. Peut-être aurais-je tourné cela de manière moins brutale mais foutrebouc ! qu'il est bon de lire un Français en colère. L'euro doit se casser la figure et alors ? Faut pleurer ? Ah siiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii, si l'euro vient à disparaître, c'en est fini de l'europe, de tout ce système fondé sur l'escroquerie majeur d'une pseudo dette, la terre s'arrêtera de tourner et le soleil s'éteindra, le système solaire s'effondrera et l'univers entier se consumera comme aiment à l'ânonner les élites politiques, médiatiques, financières, seules responsables de cette future gabegie, peuplées la plupart par de cuistres imbéciles. Alors surtout citoyens de France, sachez vous en souvenir le jour où votre colère s'accompagnera d'actes beaucoup plus musclés qu'une simple petite manif' à la CFDTCGette (qui a dit à la con ?).

5.Posté par sousou le 05/02/2010 19:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La fin de l'euro ? le plus beau jour de notre vie, Champagne !

6.Posté par HAARP le 06/02/2010 11:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tant que les bankSSters et leurs larbins seront en état de nuire, vous pouvez toujours en rêver de votre champagne !

7.Posté par xray le 06/02/2010 12:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


L’EUROPE

Les Français sont revenus à la situation du début des « années 40 ».
Ils sont soumis à :
- Une monnaie d’occupation ;
- Des journalistes d’occupation ;
- Des mœurs judiciaires dignes du nazisme ;
- Des collabos financés et au service de qui ? L’Europe, les Américains, ou le Vatican ?

Néanmoins, dans les moyens mis en œuvre par l’Europe pour asservir les foules on reconnaît les méthodes de curés :
- « Générer l’incompréhension, les désordres, la délinquance, la criminalité, l’injustice, la misère, les maladies, les épidémies, les conflits, les guerres, les famines, etc. »
Le tout reposant sur l’ignorance permanente et des flots de mensonges sous lesquels les médias noient les individus.

Le bourbier européen


8.Posté par Dragon le 07/02/2010 23:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonsoir,

ALTERINFO est un média formidable, parce qu'il regorge d'un telle quantité d'informations réelles et concrètes celles-là, qu'il faut vraiment être difficile pour ne pas y trouver son compte.

En rapport de ce sujet, j'ai pensé qu'aller voir sur ce même site des infos telles que:

"L'arnaque monétaire internationale ou la face cachée de la mondialisation" ou
"IL n' y a pas de crise, c'est une démolition programmée"
( Le webmaster en a certainement plein d'autres...)

Taper aussi : "Le jeu de l'argent" (Archives oubliées) ou
"ILLuminati, la secte du dollar,

sont des sources d'Informations très fournies et riches d'enseignement, permettant à chacun de mieux comprendre les stratégies mises en place à longueur d'années par les ILLuminati, pour essayer de parvenir à instaurer leur sale monnaie mondiale unique!

Alors, cette menace de disparition de l'euro, stratagème de déstabilisation pour mener à bien leurs plans machiavéliques ou bien le merveilleux génie qui est venu déverser une bonne brouette de sable dans l'engrenage mondialiste??

"En ces périodes de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire".

A plus.


9.Posté par norodon le 09/02/2010 15:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

bien sur les responsabilités des difficultées que rencontre la grece , le portugal et dans une moindre mesure l'espagne sont a recherchés chez les grands pays comme la france et l' allemangne .pourquoi en effet la france comme l' allemangne s' en tire sans trop de degats ,alors que la grande bretagne et les petits pays eux , s' engouffrent .et ce n'est pas pour les memes causes .La france et l' allemangne possedent des capitalisations boursieres de 3 fois inferieures a celles des anglais et 6 fois inferieures a celles des americains .Les USA comme la GB ont etaient les premiers a sombrés dans cette crise, chomage ,depreciation monetaire ,inflation et j' en passe .Et c'est justement cette forte capitalisation boursiere qui est en grande partie la cause .Ce qui veut dire que les valeurs de l' economie phisique reélle ne refletent pas les valeurs de la capitalisation boursiere , qui sont ,elles , essentiellement virtuelles. Et ce n'est pas le cas de l'allemangne et de la france qui s'entirent a bon compte comme nous l' avons souligné .par contre,
pour les petits pays , si ils rencontrent des difficultées economiques de plusieurs ordres ,cela est du au faible niveau de developpement et d' industrialisation comme c'est aussi le cas de certains ex pays de l' EST .Dans ces pays il n' y a ni bourse ni developpement economique du niveau francais ou allemands .Maintenant qu'is sont dans l' europe ,il ne s'agit pas de leur mettre des ultimatums ,c'est hypocrite et meprisant puisque c' est aussi grace a leur marché que francais et allemands se trouvent en quelque sorte sauvés .Tout cela prouve que la construction europeenne n ' a jamais obeit aux desirs des peuples ,mais a etait assujeti aux lois implacables de la logique du capital et du profit .Nous sommes tres sur que sans leur dependance a bruxelle , ces pays auraient pu facilement s' ensortir .


Nouveau commentaire :

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances

Publicité

Brèves



Commentaires