Diplomatie et relation internationale

Les ingérences de l’Ambassadeur des Etats-Unis au Liban


Dans la même rubrique:
< >

Lundi 28 Novembre 2016 - 00:17 Analyse: L’impuissance de la Ligue Arabe


L’Ambassadeur des Etats-Unis, à Beyrouth, Jeffrey Feltman, s’est lancé dans de nouveaux agissements politiques au Liban. Après une rencontre avec les leaders du courant du 14 mars, il s’est entretenu avec le Premier ministre, Fouad Siniora.


Irib
Jeudi 19 Juillet 2007

Les ingérences de l’Ambassadeur des Etats-Unis au Liban
De l’avis des milieux politiques libanais, l’objectif de cette rencontre serait de s’informer de l’approche du gouvernement Siniora, après la réunion de Paris tenue les 14 et 15 juillet à la Celle Saint-Cloud, avec la participation de 30 représentants des différents groupes politiques libanais et sous la Présidence du Chef de la diplomatie française, Bernard Kouchner.

La participation des partis de l’opposition, qui se sont regroupés sous l’appellation du courant du 8 mars et, notamment, du Hezbollah libanais, a suscité le mécontentement de la Maison Blanche qui a encouragé la tenue d’une manifestation minable contre le Hezbollah, à Paris. Le courant du 8 mars, qui regroupe le Président Emile Lahoud, le Président du parlement et la fraction du Hezbollah, insiste sur le dialogue national et la formation d’un gouvernement d’Union nationale, pour sortir de la crise actuelle. Mais, Washington, tout en s’ingérant dans les affaires libanaises, empêche le règlement de cette crise.

L’Adjoint du Secrétaire général du Hezbollah, Cheikh Naïm Qassem, a déclaré, à ce propos, que les Etats-Unis cherchaient à créer des différends et des tensions, au Liban, en vue de rendre la situation plus complexe et, par conséquent, d’en profiter. Sans nul doute, le Hezbollah a perturbé les plans américano-israéliens dans la région. Aussi, les Etats-Unis, en apportant leur soutien tous azimuts au régime sioniste, cherchent, d’une part, à installer, définitivement, les réfugiés palestiniens, au Liban, et, de l’autre, s’efforce, depuis longtemps, d’ailleurs, de dresser la Syrie et le Liban l’un contre l’autre, en installant un gouvernement pro-israélien, au Liban, pour que ce pays se transforme en un centre d’agression contre la Syrie, devenant la base du nouveau Moyen-Orient et des services de renseignements américains. Mais le Hezbollah a réussi à neutraliser ces complots.

Pour cette raison, cette année, les aides politiques, économiques et militaires, destinées au courant du 14 mars, qui soutient Fouad Siniora, ont été décuplées, pour empêcher sa chute, car la défaite de ce courant signifierait l’échec d’Israël et des Etats-Unis au Liban. C’est pour cette même raison que les Américains s’inquiètent de la tenue de toute réunion nationale au Liban et soutiennent, inconditionnellement, les leaders du 14 mars, en vue de faire obstacle à tout règlement de la crise libanaise.


Jeudi 19 Juillet 2007

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires