Palestine occupée

Les hommes politiques libanais tirent la sonnette d'alarme



En dépit du processus positif de quelques tours de négociations entre le Chef de la formation politique "Futur", Saad Hariri, et le Président du parlement libanais, Nabih Berri, les hommes politiques libanais ont mis en garde contre le ralentissement des pourparlers.


Lundi 19 Mars 2007

Les hommes politiques libanais tirent la sonnette d'alarme


Le Secrétaire général du Hezbollah libanais, Seyyed Hassan Nasrallah, un des dirigeants du courant du 8 mars, a tiré la sonnette d'alarme, avertissant contre les démarches entreprises par le courtant du 14 mars notamment du cabinet Siniora, dans le sens de tuer le temps et de confronter le peuple libanais. D'après Nasrallah, l'objectif d'une telle attitude était une action divisionniste en vue de faire échouer les efforts entamés par les pays de la région et des concertations interlibanaises censées mettre fin à la crise sévissant dans le pays. De concert avec le Secrétaire général du Hezbollah libanais, Michel Aoun, Chef du courant patriotique libanais, a soutenu la résistance anti-sioniste de la nation libanaise, et il a lancé une mise en garde contre le prolongement des concertations entre Berri et Hariri et les abus de certains membres du courant du 14 mars du climat politique favorable au Liban, qui émane des efforts inlassables de la RII et de l'Arabie Saoudite. En fait, Téhéran et Riad se sont attelés à favoriser le dialogue entre les dirigeants du Président du parlement libanais et le Chef du courant du Futur.

A rappeler que le courant du 14 mars regroupe des partis pro-occidentaux, dont les Etats-Unis, tandis que le courant du 8 mars rassemble des groupes opposés à l'hégémonie de l'Occident, l'Amérique à la tête.

Quoi qu'il en soit, le calme s'est depuis quelques jours établi au Liban. Dans ce contexte, l'espoir de la mise sur pied d'un gouvernement d'unité nationale et la fin de la crise libanaise a de nouveau émergé dans le paysage politique du pays du Cèdre. Entre temps, les Etats-Unis et le régime sioniste ne cachent pas leur inquiétude envers les récents développements libanais, d'autant plus que leur politique consiste toujours à affaiblir la solidarité du peuple libanais, dans le sens de leurs desseins impérialistes au Liban.

Ce sont, dans le sillage, des éléments libanais inféodés aux Etats-Unis, dont Samir Jaejae et Walid Jumbalat, qui agissent de connivence avec Washington pour faire échouer les négociations Berri- Hariri.

Compte tenu de tels vastes complots, tramés contre le peuple libanais, on peut comprendre la nécessité que représentent la mise sur pied du gouvernement d'union nationale et le règlement de la crise libanaise d'autant que les avertissements des hommes politiques du pays en disent long.

IRIB


Lundi 19 Mars 2007

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires