Politique Nationale/Internationale

Les grandes lignes des déclarations du Guide suprême de la Révolution islamique


Les réalités économiques de notre société ont un grand écart avec ce qu'elles doivent être. Il faut donc se concentrer sur ces grands thèmes:


IRIB
Vendredi 23 Février 2007





-la puissance économique: le PNB, la croissance économique, la part du pays du commerce mondiale, la production mondiale, les exportations industrielles et la production industrielle;

-l'aptitude à influer sur les processus mondiaux

-le bien-être du peuple

-l'engagement à mettre en priorité l'équité dans les décisions d'ordre économique



Le pays a besoin d'un modèle économique réussi dans ces domaines:

-les compagnies iraniennes qui ont réussi dans leurs entreprises

-des titres économiques iraniens ou mixtes avec le partenaire étranger

-un gouvernement consacré au progrès

-l'efficacité, la rentabilité et la création d'emploi

-la conjugaison de la coopération et de la concurrence

-la probité



Pour réaliser cette tâche, il faut définir les valeurs économiques des infrastructures sur le plan social:

-comment acquérir la richesse

-production en tant jihad économique

-concurrence

-probité



On devra s'attendre à vivre dans deux ou trois années, de changement concret dans l'économie du pays. L'année 1386 du calendrier persan sera l'année du Jihad économique. Pour concrétiser le changement souhaité dans l'économie du pays, il est nécessaire de prendre en considération les points suivants : Les obstacles d'ordre culturels et social doivent être surmontés, et les organes qui sont responsables des questions culturelles doivent agir de sorte qu'ils puissent défendre les activités économiques du pays dans tous les domaines. Le pays a besoin de plus de production des richesses matérielles, pour assurer son développement durable. Dans les programmes culturels du pays il faut prouver qu'il n'y a aucune contradiction entre la production des richesses nationales et la piété dans la vie personnelle et individuelle. En d'autres termes, les organes culturels du pays doivent préparer le terrain au développement économique. Dans ce cadre, il faut attirer également l'attention des responsables administratifs à l'importance de cette question.



Par ailleurs, il faut surmonter également les obstacles politiques qui pourraient exister devant le processus de développement économique. Il est possible que la prise de certaines positions dans le domaine de la diplomatie étrangère, pour défendre certains principes de la politique générale du pays aient porté préjudice aux activités des secteurs économiques à l'intérieur du pays. Le gouvernement doit dont essayer de compenser ces dommages, car en réalité, les entreprises iraniennes ne doivent pas payer le prix des politiques adoptées par le gouvernement.



Le pas suivant à affranchir concerne les réformes nécessaires qu'il faut appliquer dans le domaine de la législation et dans le domaine des questions judiciaires. Dans ce cadre, les organes législatifs et judiciaires du pays doivent contribuer aux efforts visant à créer davantage des richesses à l'échelle nationale.



En troisième lieu, la politique économique du gouvernement doit être au service du processus de développement durable. Pour cela, nous aurons besoin à l'élaboration des plans opératoires par des spécialistes et des économistes. Le document du développement durable du pays pour une perspective de 20 ans a bien déterminé les objectifs et les finalités du plan général du développement durable de la République islamique d'Iran. Dans ce cadre, il est nécessaire de redéfinir les politiques économiques et les politiques du pays dans les autres domaines, pour pouvoir évaluer les conséquences de toutes ces démarches sur la situation économique de l'Iran. A titre d'exemple, les lois fiscales, les lois budgétaires et les lois du commerce doivent toues défendre le processus du développement durable de la République islamique d'Iran. Le Conseil de discernement pour le bien de l'ordre islamique est tenu à étudier minutieusement toutes les politiques économiques du pays et présenter ses rapport au gouvernement qui responsable exécutoire du programme du développement durable de la République islamique d'Iran.



Les évolutions politiques survenues en Iran après la victoire de la Révolution islamique de 1979, et les évolutions culturelles qui ont exercé leur influence sur la société iranienne pendant la défense sacrée du peuple iranien, pendant la guerre de 8 ans que l'ancien régime irakien et l'ex-dictateur de Bagdad, Saddam Hussein avaient imposée à la République islamique d'Iran, ont eu certes des effets positifs dans la société iranienne. A présent, le pays a besoin à une grande évolution économique. Cette évolution doit commencer par l'application des réformes nécessaires à l'intérieur des organes administratifs du pays.



Dans ce cadre, le Guide suprême de la Révolution islamique, l'Ayatollah Ozma Khaménéi a demandé au gouvernement d'appliquer l'article 44 de la constitution de la République islamique d'Iran. A cet effet, le gouvernement a été chargé de redéfinir les lois et les règlements budgétaires dans tous les domaines. Ces lois doivent déterminer pour leur part la part du gouvernement iranien dans l'application des activités économiques à l'échelle nationale.



L'un des principaux sujets de ce plan porte sur la limitation des interventions non budgétaire du gouvernement dans les activités et les affaires économiques et commerciales, dont l'émission des autorisations, des accords, la fixation des prix. Par contre, le gouvernement de la République islamique d'Iran sera chargé de faciliter les activités du secteur privé, tout en favorisant les investissements privés intérieurs et étrangers dans l'application des projets économiques et industriels du pays.



Il ne faut craindre que les entreprises prennent un pouvoir considérable. Cela peut être, par contre, un point très positif pour l'économie nationale de la république islamique d'Iran, pourvu que le gouvernement et les autres organes responsables des affaires politiques, économiques, sociales et culturelles du pays soient en mesures d'empêcher les rentes et la corruptions économiques et financières. L'accumulation légitime des richesses est admise par l'ordre de la République islamique d'Iran. Dans ce cadre, le gouvernement doit appliquer des réformes nécessaires dans le système fiscal du pays pour aplanir le terrain au processus du développement durable de la République islamique d'Iran.



La notification du projet de l'application de l'article 44 de la Constitution de la République islamique d'Iran, a chargé l'Organisation nationale des plans de superviser le poursuivi de ce projet. Le gouvernement de la République islamique d'Iran est tenu également à modifier ses approches dans les domaines des questions économiques du pays. Cette modification d'approche de la part du gouvernement doit s'effectuer dans les domaines suivants :



- Le gouvernement, le parlement et le pouvoir judiciaire de la République islamique d'Iran doivent montrer qu'ils ont appliqué des modifications nécessaires pour soutenir les activités économiques du secteur privé, à condition que ces activités s'effectuent dans le cadre des lois et des règlements du pays, et par des voies tout à fait légales et légitimes.



- Le gouvernement et le parlement de la République islamique d'Iran doivent prouver qu'ils ont créé un terrain favorable au développement des activités économiques et un climat sûr pour le développement des investissements économiques dans le pays, en soutenant les droits des acteurs économiques du pays, l'améliorations des moyens techniques et technologiques mis au services du secteur économique.



- Le gouvernement doit s'occuper davantage des affaires politiques du pays et éviter toute concurrence avec les secteurs économiques privés. Par contre, le gouvernement de la République islamique d'Iran doit soutenir les investissements, le développement scientifiques et technologique du pays et soutenir également les entreprises économiques iraniennes dans leurs affaires à l'étranger.



- En ce qui concerne les devoirs du pouvoir judiciaire de la République islamique d'Iran pour soutenir le processus de développement économique du pays, il incombe à l'organe judicaire de défendre le droit à la propriété, le droit à la propriété spirituelle, la spécialisation des tribunaux chargés des procès économiques, l'assurance des investissements le long des frontières économiques du pays, le soutien à la production des richesses,etc.



Pour pouvoir réaliser ces objectifs, il faut appliquer des plans suivants :



En premier lieu, le gouvernement et le parlement de la République islamique d'Iran doivent superviser les activités économiques et présenter sur une échelle nationale un modèle approprié pour toutes les activités économiques du pays. Dans ce modèle, ils doivent mettre un mécanisme de contrôle pour empêcher la corruption économique et financière, tout en s'efforçant de supprimer les système bureaucraties qui se dressent comme un obstacle à l'accélération du processus de développement durable du pays.



L'un des principaux sujets de ce plan porte sur la limitation des interventions non budgétaire du gouvernement dans les activités et les affaires économiques et commerciales, dont l'émission des autorisations, des accords, la fixation des prix. Par contre, le gouvernement de la République islamique d'Iran sera chargé de faciliter les activités du secteur privé, tout en favorisant les investissements privés intérieurs et étrangers dans l'application des projets économiques et industriels du pays.



Il ne faut craindre que les entreprises prennent un pouvoir considérable. Cela peut être, par contre, un point très positif pour l'économie nationale de la république islamique d'Iran, pourvu que le gouvernement et les autres organes responsables des affaires politiques, économiques, sociales et culturelles du pays soient en mesures d'empêcher les rentes et la corruptions économiques et financières. L'accumulation légitime des richesses est admise par l'ordre de la République islamique d'Iran. Dans ce cadre, le gouvernement doit appliquer des réformes nécessaires dans le système fiscal du pays pour aplanir le terrain au processus du développement durable de la République islamique d'Iran.



En second lieu, les organes exécutifs, législatifs et judiciaires doivent redoubler leurs efforts pour soutenir le développement de la productivité économique et industrielle dans tous les domaines, permettre aux secteurs privés iraniens de développer leur capacité de compétitivité sur les marchés mondiaux. Le gouvernement et les autres organes du pays doivent essayer de présenter à l'opinion publique iranienne la valeur des activités économique comme une grande valeur social e et culturelle.



Par ailleurs, le gouvernement et les autres organes de la République islamique d'Iran doivent soutenir également les industries traditionnelles et l'artisanat qui font partie également du patrimoine culturel de la République islamique d'Iran.



En dernier lieu, le gouvernement et le parlement de la République islamique d'Iran doivent superviser les activités économiques et présenter sur une échelle nationale un modèle approprié pour toutes les activités économiques du pays. Dans ce modèle, ils doivent mettre un mécanisme de contrôle pour empêcher la corruption économique et financière, tout en s'efforçant de supprimer les système bureaucraties qui se dressent comme un obstacle à l'accélération du processus de développement durable du pays.


Vendredi 23 Février 2007

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires