Religions et croyances

Les fondamentaux pour un occidental


Peu dans mon entourage connaissent ou même s'intéressent aux religions. Ces questions ne semblent plus d'actualité, comme si tout cela faisait parti d'une époque révolue pour l'occidental lambda. Pourtant, les religions sont (encore une fois) choisies comme prétexte (?) à la pire des abominations: l'asservissement de l'Autre. Le refus étant sanctionné par la mort.
Serait-ce parce que l'histoire nous apprend que les guerres avaient (en apparence) toutes comme prétexte les croyances afin de mieux circonscrire l'espérance divine présente en chacun de nous et mieux nous asservir dans le matérialisme mortifère?


jmfa@club-internet.fr
Mardi 20 Mars 2007

Il s'agit plus de questions que d'affirmations

Il y eut le Judaïsme (après d'autres croyances qu'à tord on pourrait confondre parfois avec des polythéismes). Dans les écrits de cette époque avant Jésus, Dieu vînt à Abraham accompagné de deux autres êtres. C'est l'un de ces passages par exemple qui aurait donné le concept de trinité pour le monde chrétien. Comment dans l'Islam est interprété cette visite divine qui n'est certes pas la seule de ces écrits mais qui interpelle à plus d'un titre par exemple au sujet du sacrifice d'un des fils d'Abraham que Dieu exige? La création de la lignée Juive dite élue. C'est un passage vraiment crucial car cette notion de race élue fait des ravages parmis de nombreux juifs. Si l'on s'attarde sur l'épopée de Moïse qui part avec l'or des égyptiens et donc avec l'armée égyptienne à ses trousses, ouvrir les eaux devant Moïse et les refermer sur les poursuivants afin de les anéantir n'est pas vraiment un signe de miséricorde en tout cas pour les égyptiens!
Cette période, je la nommerais "Ancienne Alliance".
La "Nouvelle Alliance" arrive avec la venue de Jésus.
L'histoire de Jésus rapportée par les écrits est amputée d'un nombre considérable d'années: entre 12 ans et 30 ans nous ne savons rien (à priori) de la vie de Jésus durant cette période.
Il semble que l'on retrouve des traces de son passage dans divers pays dont l'Inde, voir même dans les pays celtiques. Parcours initiatique?
De retour en terre Sainte, celui qui ne fût probablement jamais nazaréen ébranla la nomenclatura juive du moment:
Dans les Actes des Apôtres (24 : 5), l''avocat Tertullus, mandaté par les autorités juives de Jérusalem auprès du procureur Félix, dénonce Saint Paul en ces termes : "Nous avons trouvé cet homme, une peste, un individu qui fomente des discordes parmi les Juifs dans le monde entier, une des têtes de file de la secte des Nazôréens".
Il semble que Jésus et sa "secte" remette en question les enseignements de l'Ancienne Alliance.
Et le Saint Homme de colère chassa les marchands du temple: contre le matérialisme judaique?
Bref, Jésus savait ce qu'il allait se passer. Il demanda à Juda, son disciple préféré de le livrer aux autorités juives, qui, n'ayant pas autorité exécutoire, demandèrent à Ponce Pilate de le crucifier. Il semble que Ponce Pilate ait été un peu réticent à donner l'ordre. Il semble aussi que ce soit le premier à le désigner comme Roi des Juifs (par une question).
Au sujet de la crucifixion, l'Islam considère que Jésus n'est pas allé en croix si je ne me trompe pas. Certains non musulmans pensent aussi que Jésus n'est pas allé en croix et n'est donc pas mort ce jour là et qu'il n'y a donc pas eu résurrection ni élévation. Il aurait vécu à l'écart avec sa compagne Marie Magdala avec une descendance.
Ainsi le Plan Divin était accompli, les juifs de l'époque faisant parti de ce plan à mon humble avis.


Mercredi 21 Mars 2007

Economie et pouvoir financier | Histoire | Philosophie politique | Religions et croyances

Publicité

Brèves



Commentaires