Palestine occupée

Les factions libanaises s’écharpent au Qatar sur l’arsenal du Hezbollah


Dans la même rubrique:
< >


Dimanche 18 Mai 2008

Les factions libanaises s’écharpent au Qatar sur l’arsenal du Hezbollah
Réunies à huis clos au Qatar, les factions libanaises s’écharpent autour de l’arsenal du Hezbollah. Le gouvernement et l’opposition libanaise se sont retrouvées samedi à Doha pour entamer les plus importantes négociations entre les deux camps depuis le début de la crise politique qui paralyse le pays depuis 18 mois.

La réunion de Doha a pour but de parvenir à la formation d’un gouvernement d’union nationale et l’élection du général Michel Sleimane, candidat de compromis, à la présidence. Elle a lieu dans le cadre de l’accord conclu jeudi sous l’égide de la Ligue arabe, au terme des violences intercommunautaires (67 morts et 200 blessés en une semaine), les plus sanglantes depuis la fin de la guerre civile de 1975-90.

Dès avant le début de la rencontre, le ministre des Télécommunications Marouane Hamadeh, joint au téléphone par l’Associated Press, avait annoncé la couleur et prédit "trois jours critiques" avant la conclusion d’un éventuel compromis : il a expliqué que les pourparlers aborderaient également la question de "l’usage par le Hezbollah de ses armes afin de parvenir à ses objectifs politiques internes".

Selon l’Agence nationale d’informations, agence officielle libanaise, la discussion s’est immédiatement tendue lorsque deux des principaux leaders de la majorité parlementaire, le Saad Hariri et Samir Geagea ont abordé cette question hautement sensible.

D’entrée, la majorité a donc fait monter les enchères. Ce à quoi la délégation du Hezbollah a répondu que son arsenal était intouchable. Selon la chaîne privée LBC, les échanges qui s’en sont suivis ont été "vifs" et le sujet aura occupé toute la session de la matinée.

Le camp du Premier ministre Fouad Siniora veut donc quitter le Qatar avec des garanties que le Hezbollah ne reprendra pas le contrôle des rues, comme il l’avait fait la semaine dernière en s’emparant de Beyrouth-Ouest.

Si le Hezbollah s’accroche à son arsenal, la rencontre de Doha échouera, a mis en garde Geagea sur les ondes d’Al-Jazira : "Nous ne pouvons plus accepter le Hezbollah tel qu’il est", soit un véritable Etat dans l’Etat, a-t-il jugé.

Par la voix du chef de sa délégation, le député Mohammed Raad, le Hezbollah a réaffirmé sa position qui est que son armement, destiné à la résistance contre Israël, "ne doit pas être touché", selon LBC.

Du coup, l’hôte du sommet, le Premier ministre qatari Hamad ben Jassem al-Thani, a demandé aux deux camps de se cantonner pour l’instant aux discussions sur la formation d’un gouvernement d’union nationale. Et une commission quadripartite a été mise sur pied pour rédiger un nouveau projet de loi électorale.

Fouad Siniora jouait cependant l’optimisme, estimant que la séance de samedi a montré que "toutes les parties veulent aboutir à un accord qui mènera à un début de solution à cette crise", selon la radio privée Voix du Liban. "C’est pas facile", soupirait de son côté l’ancien président Amine Gemayel, membre de la délégation de la majorité.

http://www.aloufok.net http://www.aloufok.net



Dimanche 18 Mai 2008


Commentaires

1.Posté par Aigle le 19/05/2008 13:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'Histoire contemporaine a prouvé , si besoin est , qu'à chaque consession de la part de la resistance , repondait un rouleau compresseur de manipulation et de mensonges tendant à plonger les peuples arabes dans la tourmrnte des conflits internes au seul benefice des Sionistonazis mondiaux . Rien , ABSOLUMENT RIEN , NE DOIT ETRE CONCEDE EN LA MATIERE , aux traitres criminels et porte voix de leurs maitres que sont les Geagea et autres joumblatt

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires