Sciences et croyances

Les facéties du mercure : Pendant qu’Obama prévient de ses dangers, la FDA approuve le mercure dans les plombages dentaires



Vendredi 4 Septembre 2009

Les facéties du mercure : Pendant qu’Obama prévient de ses dangers, la FDA approuve le mercure dans les plombages dentaires

Ellen Brown, 28 août 2009


      L’administration fait entendre deux voix contradictoires. Tandis que le Président prêche une chose, la FDA fait le contraire. Si nous voulons avoir une « médecine plus intelligente, qui marche vraiment, » nous devons extirper la politique, les lobbies et le copinage de la science.


      Le Président Obama a proposé de couvrir les coûts de son régime d'assurance médicale grâce à une médecine « plus intelligente, » c’est-à-dire, en adoptant des procédures qui éliminent l’inefficacité et préviennent le stress. Lors d'une réunion à l’hôtel de ville dans le New Hampshire, le 11 août 2009, il a donné l'exemple d'un diabétique qui doit se faire amputer d’un pied, pour 30.000 à 50.000 dollars. Il aurait été plus judicieux de conseiller le patient sur l’alimentation et la perte de poids et de surveiller ses médicaments avant que l'amputation devienne nécessaire. La compagnie d'assurance aurait économisé de l'argent et le patient aurait sauvé son pied.


      En 2008, le plan du couple Obama-Biden pour une Zunie en bonne santé insistait aussi sur l’approche préventive des maladies, notamment la réduction des toxiques auquel le corps est exposé, et au premier rang de ces poisons il y avait le mercure. Ce plan déclarait en objectif fondamental :

      Réduire les risques de contamination mercurielle. Plus de cinq millions de femmes en âge de procréer présentent un taux élevé de toxicité mercurielle dans le sang, et environ 630.000 nouveau-nés sont en danger chaque année. L'EPA estime que, chaque année, plus d'un enfant sur six pourrait risquer des troubles du développement à cause de l'exposition au mercure dans le ventre de leur mère.


      Le sénateur Obama était responsable de la création de l’importante législation visant à réduire l'exposition environnementale au mercure, notamment l’interdiction des exportations de mercure métallique et la législation concernant l’élimination progressivement de l’emploi du mercure dans la fabrication du chlore.


      Le mercure peut pénétrer dans le sang par diverses voies, et celle de l’actualité récente, c’est le mercure trouvé dans le thimérosal des vaccins. Une autre source ayant fait les nouvelles en juillet, c’est le mercure diffusé par les plombages dentaires pendant la mastication. L'Organisation Mondiale de la Santé a fait savoir qu’entre 3 et 17 microgrammes de mercure sont libérés dans l’organisme chaque jour par la mastication, comparés à seulement 2 à 5 microgrammes venant des poissons et des autres sources environnementales réunies. En 1990, le New England Journal of Medicine publia un éditorial décrivant ainsi les amalgames de mercure : « peut-être la principale source d'exposition [au mercure], d'une grande partie de la population étasunienne. »



Décision surprise de la FDA


      Le 29 juillet 2009, quand l’amalgame de mercure a fait l’actualité, ce n’était pourtant pas pour avertir de ses dangers. Il s'agissait plutôt de signaler la décision surprise de la FDA, sur l’innocuité des plombages mercuriels. La décision est tombée après des années de dérobade de la FDA et une vague de procès du consommateur. Un mouvement croissant de consommateurs avait amassé tant de preuves sur les dangers présentés par les plombages dentaires au mercure que, quand un tribunal a finalement ordonné à la FDA de sortir une décision, les plaignants ont annoncé : « Nous avons gagné ! » Mais, au lieu de la déclaration qu'ils prévoyaient, la FDA n’imposa aucune restriction dans l'utilisation des amalgames au mercure. Les dentistes ne sont même pas tenus de dire à leurs patients que les plombages à l’« argent » sont composés principalement de mercure. La FDA a reconnu ne pas savoir si l'amalgame est nuisible pour les enfants de moins de six ans, les femmes enceintes ou allaitantes, mais elle n'a pris aucune mesure pour les protéger. Elle a même retiré de son site Internet un avis sur l’existence de risques neurologiques qui disait : « Les amalgames dentaires contiennent du mercure qui peut avoir des effets neurotoxiques sur le système nerveux des enfants et des fœtus en développement. »


      Les avocats des consommateurs furent stupéfaits car la FDA avait accepté de renforcer ses avertissements contre les amalgames mercuriels. Les preuves contre les amalgames mercuriels des obturations dentaires ont été jugées si convaincantes, que la Suède, la Norvège et d'autres pays ont déjà complètement interdit leur utilisation. Degussa, premier producteur allemand d’amalgame et plus grand producteur mondial de métaux dentaires, a complètement stoppé sa production d'amalgame après qu’une cour fédérale a statué que les dentistes qui l’utiliseraient s’exposeraient à des poursuites. La FDA devrait faire de même.


      Pourquoi sa volte-face inattendue ? Charles Brown, du National Counsel for consumers for Dental Choice, suggère que cela a à voir avec un changement de personnel. En mai 2009, le Dr Margaret Hambourg prit la succession au poste de commissaire de la FDA. Le Wall Street Journal nota que, pendant cinq ans avant cela, elle siégeait au conseil d'administration de Henry Schein, Inc, une firme de 4 milliards de dollars qui distribue des fournitures dentaires et médicales, dont des vaccins. Avec incrédulité, Brown écrivit :

      Washington est renommé pour ses renvois d’ascenseur*. Ceux du parti qui quittent le pouvoir obtiennent des places grassement payées dans des compagnies, puis retournent au gouvernement pour renflouer leurs bienfaitrices. Le nouveau commissaire de la FDA, Margaret Hambourg, travailla dans le régime Clinton, se retira et devint administratrice chez le colosse des produits dentaires Henry Schein, gagnant un quart de million de dollars par an pour les quelques heures passées à être directrice. Les compagnies font cela parce qu'elles savent que, quand le parti reviendra au pouvoir, il remboursera la facture.



Science ou politique ? Question de responsabilité


      Au-delà de ce conflit d'intérêt potentiel, il y avait probablement la forte pression de l'American Dental Association, le syndicat professionnel des dentistes. Si l'amalgame mercuriel était officiellement déclaré toxique, il se pourrait que quelque deux milliards d’amalgames mercuriels devraient être remplacés aux frais des praticiens ou des assureurs, sans parler de l’avalanche de procès pour dommages médicaux qui suivrait.


      Les dentistes ne peuvent guère se défendre en plaidant ignorer les effets nocifs du mercure puisque ses risques sanitaires sont connus depuis longtemps. Lewis Carroll a fait allusion aux effets toxiques du mercure avec son personnage du XIXème siècle, le Chapelier Fou. On a remarqué que les confectionneurs de chapeaux de feutre exposés au nitrate de mercure présentent des symptômes émotifs, notamment des colères soudaines, des dépressions, des pertes de mémoire, de la timidité, de l’insomnie, de l'irritabilité, des hallucinations, des délires et des manies, une affection appelée « syndrome du chapelier fou. » Le fabricant du produit Dispersalloy, consistant en capsules de poudre métalliques mélangées à du mercure liquide, que l’on place dans la bouche du patient, montre sur son site Internet un avertissement indiquant :

      L'inhalation de vapeurs de mercure sur une longue durée peut provoquer l’hydrargyrisme, caractérisé par des tremblements aigus et de l’éréthisme... l’Éréthisme peut se manifester par une timidité anormale, des rougissements, de l’affectation, de la dépression ou de l’abattement, du ressentiment envers la critique, de l'irritabilité ou de l'excitabilité, des céphalées, de la fatigue et de l’insomnie. Dans les cas graves, des hallucinations, des pertes de mémoire et une détérioration mentale peuvent survenir.


      Parmi d'autres études inquiétantes suscitant le soucis du consommateur, fut signalé un cas en août 1990 par les Dr Lorscheider et Vimy de l'Université de Calgary en Alberta, dans lequel douze plombages mercuriels radioactifs (un nombre typique chez un humain adulte) furent implantés dans des bouches de moutons. Le groupe témoin reçut des plombages faits d'un matériau inerte. En trente jours, les moutons plombés au mercure avaient perdu la moitié de leur fonction rénale. L'étude a montré que le mercure des amalgames dentaires ne reste pas circonscrit dans les dents mais se propage à travers le corps vers les organes. Des informations similaires ont été rapportées concernant des singes. Le mercure marqué par l’isotope [radioactif] montra l'empoisonnement des organes internes et du cerveau des moutons et des singes.


      Parmi les études sur les humains, celle menée à l’Université du Kentucky montre une élévation importante du mercure dans le cerveau de 180 habitants du Kentucky, autopsiés après qu’ils soient morts de la maladie d'Alzheimer. Lorsque les concentrations d'oligo-éléments ont été analysées, le déséquilibre le plus important trouvé était une majoration du mercure. Dans les études de cadavres victimes d'accidents, ceux qui ont à peine cinq amalgames ont dans les tissus du cerveau une quantité de mercure équivalente à trois fois celle des cadavres sans amalgame.


      D’autres études ont fait un lien entre les plombages mercuriels et la sclérose multiple (MS). Dans un rapport du chercheur Robert Siblerud de l’Université d’État du Colorado, des patients atteints de MS ayant des amalgames ont été comparés à des patients atteints de MS dont les amalgames ont été enlevés. On a constaté que le premier groupe avait des taux significativement plus bas de globules rouges, d'hémoglobine, d'hématocrite, de lymphocytes suppresseurs T et T-8 (ce qui indique l’affaiblissement du système immunitaire). Ils ont eu aussi 33 pour cent de recrudescence en plus de leurs symptômes pendant l'année précédente. Dans une autre étude, le taux de mercure dans le liquide céphalo-rachidien des patients atteints de MS a paru huit fois plus élevé que chez les témoins. Siblerud a observé que la MS fut d'abord décrite par un médecin français au milieu des années 1830, moins de dix ans après que les plombages argent/mercure aient été promus pour la première fois à Paris.


      Tout cela suggère que la décision de la FDA du 31 juillet repose plus sur la politique que sur la science. Les effets des plombages mercuriels sur les patients eux-mêmes ont apparemment moins de poids que les effets du mercure sur le bilan des professionnels de santé et des compagnies d'assurance.


      Si nous voulons une « médecine plus intelligente, » qui garde vraiment des gens bien portants, nous devons faire disparaître la politique de la médecine. Nous avons besoin d'un organisme gouvernemental qui explore et finance de solides recherches sur ce qui maintient la santé des gens et ce qui les rend malade, un organisme qui prenne ses décisions indépendamment des lobbies, des détaillants de médicaments, du financement de l'industrie se trouvant être pour bénéficier des résultats, ou du va et vient entre hauts postes des services publics et du secteur privé.



      Écrit en collaboration avec Richard Hansen, Docteur en Médecine Dentaire, coauteur de The Key to Ultimate Health: Non-Toxic Dentistry.



* Ndt : Renvois d’ascenseur semble l’expression française la plus proche de revolving door, qui signifie textuellement porte tournante. Le revolving door est en fait l’un des systèmes de corruption en vigueur aux USA, légal celui-là, consistant en un va-et-vient de fonctionnaires hauts placés entre services public et secteur privé.



Original : www.webofdebt.com/articles/mercury_mischief.php
Traduction copyleft de Pétrus Lombard publiée par Alter Info


Articles apparentés


Vérités sur les maladies émergentes (voir aussi les commentaires)

      Le livre présenté dans cet article démontre, preuves à l’appui (grâce aux conclusions de plus d’une centaine d’études), que toutes les maladies émergentes sont provoquées par les métaux lourds, en particulier, mais pas seulement, par le mercure. Ce métal a la faculté de supplanter les oligo-éléments métalliques sans avoir leur propriété spécifique de catalyseur du métabolisme. Ce simple fait est à l’origine d’une palanquée de dérèglement fonctionnels divers dus au dysfonctionnement du métabolisme général, dont les manifestations dépendent du degré de contamination et sans doute de l’âge et de facteurs personnels. Très important, il faut savoir que la contamination n’est détectable dans le sang qu’aussitôt après contamination (il quitte très vite le sang pour se fixer dans les tissus). Il faut savoir aussi que la sensibilité extrême à l’électricité et aux rayonnements est favorisée également par la contamination mercurielle. Les rayonnements ont besoin du mercure pour devenir perturbants. Sans doute que cette contamination diminue la résistivité du terrain ? Pour comprendre tout ça, il est nécessaire de lire ce livre.


La FDA reconnaît à contrecœur les effets neurotoxiques des amalgames dentaires sur les enfants




Vendredi 4 Septembre 2009


Commentaires

1.Posté par tarzan le 04/09/2009 16:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il semblerait que la pectine, qui est présente dans certains fruits, puisse nettoyer le corps des métaux lourd (donc du mercure). C'est en effet ce chélateur, qu'ont choisi, depuis plusieurs années déjà, certains hopitaux de la région de Tchernobyl pour traiter avec succès les enfants irradiés au Césium.

2.Posté par Fredd le 05/09/2009 12:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Le lobby des dentistes...


C'est pas des musulmans!
http://www.takeourworldback.com/itwasntmuslims_fr.htm

Nouveau commentaire :

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances


Publicité

Brèves



Commentaires