Palestine occupée

Les élections israéliennes : la haute saison du racisme


Alors que les différents partis politiques sont en train d'échauffer le débat en vue des prochaines élections générales en Israël, plusieurs partis de droite ont commencé à rivaliser pour savoir quel parti charrie le plus de haine envers les Arabes et les Palestiniens, et quel parti est capable de les chasser une bonne fois pour toutes.

Par Saed Bannoura


Jeudi 5 Février 2009

Les élections israéliennes : la haute saison du racisme
Or, de tels débats ne sont pas nouveaux en Israël, un Etat fondé sur l'expulsion des palestiniens autochtones de leurs terres en perpétrant un massacre après l'autre, des années même avant qu'Israël soit établi officiellement.

Mais pour le moment, dans ce nouvel ordre du monde, le racisme contre les arabes est utilisé par certaines factions de droite en Israël comme un moyen de gagner plus de sièges dans les élections à venir.

Le parti de droite Union Nationale, un des principaux partis parmi les colons juifs en Cisjordanie, a proposé une initiative pour combattre les Arabes et les Palestiniens en les expulsant au Venezuela.

Le parti a dit que le président du Venezuela, Hugo Chavez, a démontré qu'il était un leader politique très loyal envers les Palestiniens, « aussi, les Arabes qui n'acceptent pas d'être transférés dans le monde arabe, seront à l'aise au Venezuela, ce sera mieux pour eux et plus confortable pour nous. »

Pendant ce temps, Uzi Landau (photo ci-dessus), un ancien député du Likoud, et actuel numéro 2 sur la liste du parti d'extrême droite Ysrael Beitinou, a dit que ces appels au transfert des Arabes ne font pas seulement partie de la campagne électorale, et a jouté que « le public juif en Israël connaît ce fait et attend un leader courageux qui n'aura pas peur d'être qualifié de raciste. »

Landau a déclaré que la plupart des Arabes d'Israël sont loyaux envers le pays mais que leurs leaders politiques « sont en train de mener une guerre contre Israël. » Il a ajouté que ces leaders pourraient former « des cellules terroristes qui feraient de la vie en Israël un enfer. »

Comme « solution », il a dit que chaque citoyen arabe en Israël devrait prouver sa loyauté envers l'Etat juif, devrait accepter Israël comme « un Etat juif démocratique » et que cette acceptation serait la condition pour obtenir la citoyenneté israélienne.

Bien sûr, cette déclaration est parmi les plus racistes faites par les leaders israéliens puisqu'elle ignore le fait basique qu'Israël comme Etat a été fondé en expulsant et en tuant les habitants autochtones de la terre, les Palestiniens.

Maintenant, les partis d'extrême-droite en Israël sont en train de proposer une nouvelle loi qui pourrait être appliquée en Israël. Cette loi oblige tout citoyen israélien à rejoindre les militaires à son dix-huitième anniversaire. Les habitants doivent faire vœu de respecter et d'honorer le drapeau israélien, l'hymne national israélien et reconnaître Israël comme un Etat juif démocratique.
Toute personne qui refuserait de le faire ne serait pas autorisée à participer aux élections, ni en tant que candidat ni en tant qu'électeur.

Il y a dans l’histoire des similitudes qui ne choquent plus, les Etats-Unis, le meilleur ami et allié d'Israël, a été établi sur la terre des Indiens après avoir lynché et massacré les autochtones, et pris leurs terres.

Avigdor Lieberman, le chef du parti Ysrael Beitinou, et actuel candidat au poste de premier ministre, est l'un des leaders de droite qui ont fait preuve de haine scandaleuse envers les Arabes et les Palestiniens dans des discours politiques et leurs campagnes.

Lieberman pourrait être un embarras pour Israël non pas à cause de ses déclarations racistes contre les Palestiniens et contre les Arabes, non pas à cause de ses déclarations de les expulser de leur terre, mais parce qu'il est un responsable israélien, un membre de la Knesset qui formule clairement la politique israélienne d'hostilité et de haine contre les Arabes.

Le quatrième candidat du parti, Michael Bin-Ary, a aussi fait bon accueil à l'idée d'expulser les Arabes et a dit que « tout le monde sait qu'avoir 1,5 million d'arabes en Israël est un sérieux problème. »

« Nous sommes un parti courageux, des millions de juifs croient maintenant dans les idées de Me'er Kahane », a déclaré Bin-Ary, « nous devons encourager les Arabes à quitter Israël en mettant en place un nouveau système, et en remplaçant le chef actuel de la Haute Cour, Dorit Beinisch, et transformer le système judiciaire en un système qui représente l'opinion de la majorité en Israël. »

Le parti Ysrael Beitinou a décidé d'envoyer un de ses membres les plus radicaux, Barock Marzel, pour le représenter dans la ville arabe d’Oum Al Fahim. Les partis arabes de la ville considèrent cette décision comme une provocation.

Le parti de gauche Meretz a demandé à Israël d'empêcher Marzel de prendre la tête de liste à Oum Al Fahim car sa présence pourrait provoquer des affrontements entre Juifs et Arabes dans la ville et dans différentes parties d'Israël.

Actuellement, les grands rivaux dans les élections, spécialement le Kadima et le Likoud (voir la charte du Likoud), sont en train de mener leur campagne média en menant une guerre. Les leaders israéliens rivalisent entre eux à celui qui va frapper le plus fort la Bande de Gaza, à celui qui chassera le Hamas du pouvoir et qui mobilisera les troupes pour de futures offensives.

Ils rivalisent aussi pour garder les plus grands blocs de colonies en Cisjordanie occupée, et pour les étendre. Ils rivalisent à celui qui sera le leader qui « sera arrivé à la paix avec les Palestiniens et la Syrie sans se retirer de la plupart des territoires occupés ».

Source : IMEMC
Traduction : MM pour ISM


 
 
 


Jeudi 5 Février 2009


Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires