ALTER INFO

Les dirigeants israéliens se répartissent les rôles


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 13:05 Formidable reprise économique aux USA

Jeudi 8 Décembre 2016 - 12:40 Fidel et le Che : deux politiques différentes


Israël. La tournée européenne du controversé Avigdor Lieberman ne peut cacher le fond de la politique de Tel-Aviv, défendue par Shimon Peres, qui ne parle plus d’État palestinien.
Pierre Barbancey
L’Humanité


Samedi 9 Mai 2009

(AP)
(AP)
Les dirigeants israéliens se sont réparti les rôles. À l’ancien videur de boîtes de nuit, l’actuel et très controversé ministre des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman, le soin d’affronter l’Europe. Non pas que l’exercice soit en soi très difficile. Entre le « grand ami » d’Israël, le Français Nicolas Sarkozy, l’Allemande Angela Merkel, qui n’a jamais critiqué Tel-Aviv, l’Italien Berlusconi et le Britannique Gordon Brown, les défenseurs ultimes, Lieberman n’a pas grand-chose à craindre.

Kouchner accueille son ami Lieberman

« L’objectif de ce gouvernement n’est pas de produire des slogans ou de faire des déclarations pompeuses, mais de parvenir à des résultats concrets », a-t-il ainsi affirmé, après avoir été interrogé à Rome sur sa position concernant la création d’un État palestinien. Aux côtés de son homologue italien, Franco Frattini, Avigdor Lieberman s’est dit confiant dans le fait que le gouvernement dirigé par Benyamin Netanyahou « parviendrait à une paix solide et définitive avec les Palestiniens et les nations arabes autour de nous ». Pressé par les journalistes, il a insisté sur le fait que le gouvernement israélien était encore en train de tracer les contours de sa nouvelle politique étrangère (sic), que le premier ministre, Benyamin Netanyahou, devrait dévoiler avant des entretiens, prévus à la mi-mai, avec le président américain, Barack Obama.

À Paris, le même Lieberman n’a pas eu de soucis à se faire. Certes, l’Élysée, prudent, a jugé préférable de le faire recevoir par le secrétaire général, Claude Guéant, et non par Sarkozy. En revanche, l’inénarrable Bernard Kouchner l’a accueilli au Quai d’Orsay. Il n’y a pas eu de conférence de presse à l’issue de la rencontre, histoire d’éviter les questions désagréables. Comme celle-ci, par exemple : pourquoi cette différence d’attitude selon qu’il s’agisse du Hamas, accusé de ne pas vouloir reconnaître Israël, et ce gouvernement israélien, qui ne parle plus de la création d’un État palestinien ?

Shimon Peres comme Netanyahou

Car, contrairement à ce que laissent entendre plusieurs médias, Lieberman n’est pas le représentant de son parti ou de ses idées, pas même du gouvernement auquel il appartient, mais bien d’Israël. Au moment où le ministre des Affaires étrangères se trouvait en Europe, le premier ministre, Netanyahou, s’exprimait - via une communication satellitaire - devant la conférence organisée à Washington par le Comité des affaires publiques américano-israéliennes (l’AIPAC, lobby américain pro-israélien). « Nous sommes disposés à reprendre les négociations de paix sans délai et sans conditions préalables - le plus tôt sera le mieux », a-t-il dit. Il a détaillé son approche « en trois volets » - questions politiques, développement de l’économie palestinienne et renforcement des forces de sécurité palestiniennes. Mais sans faire référence à l’établissement d’un État pour les Palestiniens. En revanche, il attend des Palestiniens qu’ils reconnaissent Israël en tant qu’État juif !

C’est devant cette même conférence de l’AIPAC que s’exprimait le président israélien, Shimon Peres. « Benyamin Netanyahou a été mon opposant politique », a-t-il expliqué, avant d’ajouter : « Aujourd’hui, c’est mon premier ministre. Il connaît l’histoire et veut faire l’histoire. Dans notre tradition, faire l’histoire, c’est faire la paix (sic !) et je suis sûr que la paix est sa priorité. » Étrangement, Peres, pourtant co-récipiendaire du prix Nobel de la paix (avec Yitzhak Rabin et Yasser Arafat) pour les accords d’Oslo, n’a pas eu, lui non plus, un seul mot sur la création d’un État palestinien. En revanche, il s’est longuement arrêté sur la « menace nucléaire iranienne ». C’est-à-dire le même schéma que celui développé par Netanyahou, depuis Tel-Aviv, et Lieberman, depuis les différentes capitales européennes. Cela ne doit évidemment rien au hasard. L’Union européenne et les États-Unis peuvent bien continuer à répéter qu’ils appuient une solution à deux États, ils sont d’autant moins crédibles qu’ils n’exercent pas la moindre pression sur Israël en ce sens. Aujourd’hui comme hier.

6 mai 2009 - Le web de L’Humanité
Vous pouvez consulter cet article à :
http://www.humanite.fr/2009-05-06_I...

http://www.info-palestine.net/



Samedi 9 Mai 2009


Commentaires

1.Posté par redk le 10/05/2009 00:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Sarkouchnner, une prostitué a certainement plus de dignité et d'amour propre que lui, qui n'hésite pas a se vautré avec un SS!!

2.Posté par Tumoi le 10/05/2009 01:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Kouchner - Lieberman :
Qui s'assemblent se ressemble

3.Posté par anna le 10/05/2009 14:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Quand une francaise se vautrait avec un ss elle passait a tabac voire plus.

4.Posté par Quetzal Colt le 10/05/2009 22:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Leur véritable but est de tuer l'instinct d'humanité en l'homme jusqu'à une solution...finale.
Ils oublient qu'on est tous sur le même bateau. La Terre nourrissière n'est qu'un vaisseau spatial (vivant) qui coule à cause d'eux...Titanic la mère en cloque ! ! !

5.Posté par Quetzal Colt le 10/05/2009 22:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

4 (suite)
Les riches sur le pont et les pauvres à la cale qu'ils veulent empêcher d'accéder aux radeaux de sauvetages. Pauvres cons, ils comprendront trop tard qu'ils sont cuits, archi cuits.
A l'abordage citoyens !

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires