VIDEOS

Les dessous de la piraterie somalienne (vidéo)



redaction@mecanopolis.org
Vendredi 24 Avril 2009

Les dessous de la piraterie somalienne (vidéo)

Par Michelle Favard-Jirard

Avec neuf millions d'habitants et une côte longue de 3 300 km, la Somalie est, depuis 1991, un patchwork formé au sud par la Somalie proprement dite, au nord-ouest par le Somaliland bordant le Golfe d'Aden et au nord-estpar le Puntland, région semi autonome perchée sur sa corne. Dans chaque zone, la situation diffère, le nord-est et le sud, étant les plus instables.

Comme la majorité des pays africains décolonisés - dans les conditions lamentables que l'on sait - la Somalie a sombré dans le chaos puis la guerre civile. S'en est suivi une terrible famine et, en 1992, l'intervention, sous l'égide de l'ONU, d'une force militaire internationale à prépondérance américaine qui, se retrouvant en position d'échec, dut quitter les lieux en laissant le pays en proie à l'anarchie.

Des vérités pas très bonnes à révéler

C'est dans les années 80 qu'apparaît la piraterie, tout d'abord sous l'instigation de simples pêcheurs réagissant à l'incursion de navires étrangers pénétrant illégalement dans les eaux territoriales somaliennes. Malheureusement, ce système d'autodéfense se transforme peu à peu en un business lucratif et, suscitant des envies, dégénère en gangstérisme. Ce que réfute pourtant l'un des leaders des pirates, Sugule Ali qui affirme : « Nous ne nous considérons pas comme des bandits. Ceux qui sont des bandits, [sont] ceux qui pêchent dans nos mers et s'en servent comme dépotoirs ».

Un article paru voici quelques mois dans le journal londonien The Independant, fait écho à cette déclaration, affirmant que « dès la chute du gouvernement en 1991, de mystérieux bateaux européens ont fait leur apparition au large des côtes somaliennes, se délestant d'étranges cargaisons de barils. Peu après, la population a été prise de malaises divers : démangeaisons, nausées, etc. Suite au tsunami de 2005, l'échouage de quelques-uns de ces barils sur les plages, ayant bien entendu suscité curiosité et manipulation de la part des plus curieux, de graves signes de contamination radioactive se sont alors manifestés, entraînant le décès de quelques trois cents âmes. » Interrogés par Reuters, Ahmedou Ould-Abdallah, représentant de l'ONU en Somalie, devait confirmer « la présence de métaux lourds (plomb, cadmium, mercure) dans ces cargaisons provenant d'hôpitaux ou d'usines » et accuser « la mafia italienne (sic) de s'en être débarrassée à moindre frais ».

pirates2

Déchets toxiques et piratage

D'autre part, à des centaines de kilomètres de là, un autre genre de rumeurs faisaient état de pillages des fonds marins, de surexploitation de fruits de mers - crevettes, langoustes et thons - par des chalutiers étrangers, évalués, pour la seule année 2008, à 300 millions de dollars.

Déplorant une pauvreté toujours croissante, le pêcheur Mohammed Hussein, résident de Marka, situé à une centaine de kilomètres de Mogadiscio, confiait à Reuters : « Si rien n'est fait, nous n'aurons bientôt plus de poisson au large de nos côtes ».

Comment, penseront d'aucuns, concilier dans une même région, le dumping de déchets toxiques et l'exploitation outrancière des ressources marines dès lors exposées à la contamination ? Vu la longueur du littoral somalien, sans garde-côte ni armée, commente un interlocuteur, « on peut par exemple imaginer combien il serait facile de voler du poisson en Floride et se lester en toute impunité de barils à contenance toxique en Californie. La distance séparant ces faits n'en annule pas pour autant, leur horrible commun effet : des indigènes meurent et la piraterie prospère... Il n'y a là aucune contradiction ».

Alors qu'attaques et kidnappings par les pirates se multiplient, la résolution du problème reste difficile. Interviewé le 14 avril dernier à Mogadiscio par Edmund Sanders du Los Angeles Times, le premier ministre somalien Omar Abdirashid Ali Sharmarke déclarait : « Nous ne sommes pas utilisés autant que nous le souhaitons... Il faut combattre les pirates sur la terre ferme. Nous avons des informations sur leur identité et leur fonctionnement... » Une intervention terrestre semble de même être favorisée par le représentant onusien Ahmedou Ould-Abdallah qui parle « d'encourager la paix sur la terre ferme afin de renforcer la sécurité sur mer ». Une chose est certaine, ce genre d'initiative de la part des seuls occidentaux ne pourrait qu'aggraver le conflit.

Aux dernières nouvelles, par une annonce de Sharmarke à l'Associated Press, on apprenait ce vendredi 17 avril, qu'une conférence sur la Somalie était organisée à Bruxelles la semaine prochaine, conduite par l'Union européenne et les Etats-Unis, à laquelle participeraient entre autre, le secrétaire général de l'ONU, le président somalien et des représentant de l'Union africaine en Somalie. Le pirate capturé dimanche dernier, Abdulwali Muse, 19 ans, devait être jugé à New York, alors que le porte-parole du quai d'Orsay, Frédéric Desagneaux, annonçait quant à lui, que la France proposait d'entraîner à Djibouti un bataillon somalien fort de 500 hommes.

Enjeux géopolitiques, véritable volonté de stabilisation ? L'ombre du Moyen-Orient pèse lourd sur cette région du monde...

Michelle Favard-Jirard pour Novopress

Les dessous de la piraterie somalienne envoyé par Mecanopolis



Vendredi 24 Avril 2009


Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires