Politique Nationale/Internationale

Les dernières évolutions du dossier nucléaire iranien



IRIB
Mardi 26 Septembre 2006



Le Président de l’Organisation iranienne de l’Energie atomique, Gholam-Reza Aghazadeh, s’est rendu, aujourd’hui, à Moscou, pour s’entretenir avec les autorités russes des travaux de la construction de la centrale nucléaire de Bouchehr, au sud de l’Iran. Aghazadeh a critiqué, devant les journalistes, la lenteur des entrepreneurs russes. Le Président de l’Organisation iranienne de l’Energie atomique a déclaré que Téhéran avait prévu la production de 24.000 mégawatts d’électricité nucléaire, sur une période de 20 ans, faisant, également, état de la ferme volonté du gouvernement iranien de développer les centrales atomiques, ainsi que la production du combustible nucléaire, en Iran. Gholam-Reza Aghazadeh a déclaré qu’il s’entretiendrait avec son homologue russe, Sergueï Krienko, de la question de confier une partie des travaux de la construction de la centrale de Bouchehr aux entreprises iraniennes. Aghazadeh a souligné que l’Iran était, tout à fait, capable, sur le plan technique, de se charger d’une partie de ces travaux, en espérant que la contribution des entreprises iraniennes au projet de Bouchehr accélèrerait la fin des travaux. A noter que le Ministre russe de la Défense, Sergueï Ivanov, a déclaré, pour sa part, qu’il ne fallait pas permettre que le scénario irakien se répète pour l’Iran, faisant allusion aux négociations en cours entre les membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU. « Ceux qui prétendent que l’Iran poursuit, secrètement, un programme nucléaire militaire ou que Téhéran soutient les groupes terroristes, doivent étayer leurs allégations de documents solides et probants. », a déclaré le Ministre russe de la Défense. Il a évoqué, ensuite, les accusations portant sur l’existence d'armes de destruction massive, en Irak, prétexte, invoqué, par les Etats-Unis, pour attaquer l’Irak, en mars 2003. Par ailleurs, l’ancien Président américain, Bill Clinton, lors d’un entretien avec la chaîne CNN, a critiqué le gouvernement de George W. Bush, l'accusant d’avoir violé le Traité de non prolifération nucléaire (TNP), en faisant allusion aux recherches, effectuées, par le Pentagone, pour fabriquer deux nouveaux types d’armes nucléaires. Il a critiqué, également, la position hostile de Bush vis-à-vis du programme nucléaire iranien. « L’administration Bush s’oppose au développement du programme nucléaire iranien, pour la simple raison qu'elle ne fait pas confiance aux Iraniens.», a-t-il déclaré. Bill Clinton a ajouté que, dans une situation, où des pays comme les Etats-Unis, l’Inde, le Pakistan ou le régime sioniste possèdent des arsenaux nucléaires, les autorités américaines auront du mal à convaincre d’autres pays de ne pas proliférer des armes nucléaires. Et, enfin, le Ministre omanais des Affaires étrangères, Youssef Ben Alawi, lors d’un entretien avec le quotidien, "Al-Hayat", a déclaré que les pays arabes souhaitaient préserver leurs bonnes relations avec la RII, en soulignant que les pays arabes avaient plus d'intérêts en commun avec l’Iran qu’avec les puissances extrarégionales.



Mardi 26 Septembre 2006

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires