ALTER INFO

Les démocrates entraînent le pays sur la mauvaise pente


Dans la même rubrique:
< >

Vendredi 6 Décembre 2019 - 00:30 Je Suis Antisioniste



Paul Craig Roberts
Dimanche 17 Novembre 2019




Le nom du faux lanceur d’alerte, Eric Ciamerella, était connu depuis belle lurette, mais officieusement. Il est désormais officiel. Le sénateur Rand Paul a officiellement révélé son nom. N’est-ce pas bizarre que les républicains soient les seuls à vouloir que Ciamerella témoigne, les démocrates ne veulent pas l’entendre.


Si les gens observent attentivement, ils verront que les démocrates sont en difficulté. Quand l’affaire Russiagate a calé, Adam Schiff (député démocrate de Californie) a mis en scène le faux ‘lanceur d'alerte’, mais les démocrates ne peuvent pas se risquer à lui demander de témoigner à la barre. L’intérêt des démocrates s’est alors reporté sur des types minables du Département d’État, qui ne pouvaient parler que de ouï-dire de seconde ou troisième main, et de la rumeur impossible à confirmer du second appel téléphonique.


Pourquoi les démocrates prennent-ils ainsi des risques ? Ils peuvent compter sur la pressetituée pour couvrir tout ce qu’ils trafiquent et continuer à rabâcher sans relâche des accusations contre Trump, mais après le coup monté du Russiagate, les gens seront-ils assez stupides pour se faire avoir avec la fumisterie de remplacement ?


Certains analystes pensent que les députés démocrates n’ont pas lancé le fameux impeachment pour présenter des témoignages, puisqu’ils n'en ont pas, mais pour attiser la haine contre Trump, en particulier parmi les jeunes qui sont portés à aimer ce qui est chouette. Le projet des démocrates consiste à faire qu’il est sympa de haïr Trump, à convaincre les jeunes de voter cool et de détester Trump.


J’ai demandé dernièrement où sont les actes d’accusation du procureur général Barr contre les responsables du régime Obama, pour leur tentative de coup d’État contre Trump avec le Russiagate. Certains républicains ont expliqué que Barr attendait d’être plus près des élections pour que l’impact soit maximal dans l’électorat.


Si c'est le cas, c'est une erreur. Plus Barr attend, plus la pressetituée et les démocrates discréditeront longtemps les actes d’accusation et ce que fait Trump pour présenter sa propre version de l’affaire. Plus Barr attend, plus la présidence de Trump est sacrifiée longtemps au cirque de l’impeachment. Plus Barr attend, plus les républicains sont démoralisés par le manque total d’intégrité au sein des médias et des démocrates de la Chambre des députés. Ce cirque est vraiment très dégueulasse pour ceux qui ne sont pas sous l’emprise de l’émotion de haine contre Trump. Les gens honnêtes et intègres ne souhaitent pas être associés à des affaires aussi déloyales.


Beaucoup de gens sont en fait si bien conditionnés à haïr Trump, qu’ils admettraient qu’il soit démis par un coup d’État. Ils sont tellement sous le coup de l’émotion, qu'ils sont incapables de penser aux conséquences du coup d'État pour la démocratie. C'est la mauvaise pente des Romains. À partir du moment où un empereur a été destitué par un coup d'État, tous les empereurs peuvent l'être, et c’est devenu fréquent. Le désordre interne qui en a résulté, a grandement contribué à la chute de Rome.


Lors de la prochaine élection présidentielle, les démocrates pourraient légitimement poser des problèmes à Trump sur de nombreuses questions susceptibles d'intéresser nombre de gens honnêtes. Les démocrates pourraient attaquer Trump pour le coup d'État contre le président bolivien Morales. Ils pourraient se dresser contre lui pour le démantèlement des protections environnementales et avoir permis à des compagnies minières et énergétiques de dévaster les parcs nationaux et les refuges naturels de la vie sauvage. Ils pourraient s’en prendre à lui pour la persécution de Julian Assange, parce qu’il pratique le journalisme traditionnel. Ils pourraient l’accuser de servir les intérêts israéliens au lieu ceux de la politique étrangère étasunienne. Ces questions et d’autres auraient leur place dans une véritable campagne digne d’une démocratie. À la place, nous avons des scandales montés de toutes pièces.


Tout ceci nous dit que la démocratie ne peut survivre au manque d'intégrité dans le Parti démocrate et la presse. Quand la démarche politique consiste uniquement à mentir et haïr, la démocratie n’est plus possible. Pourquoi les démocrates de la Chambre des députés et la presse bousillent-ils la démocratie ?



Paul Craig Roberts, 14 novembre 2019


Original : www.paulcraigroberts.org/2019/11/14/the-democrats-have-the-country-on-a-slippery-slope/

Adaptation française Petrus Lombard






Dimanche 17 Novembre 2019


Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires