Palestine occupée

Les déclarations anti-arabes pour un Israël pur de Tzipi Livni suscitent l'indignation



Lundi 15 Décembre 2008

Les déclarations anti-arabes pour un Israël pur de Tzipi Livni suscitent l'indignation
Les Arabes Israéliens ont réagi avec indignation à l’appel du ministre des Affaires Etrangères et candidate au poste de Premier ministre, Tzipi Livni, demandant que les citoyens arabes quittent Israël et partent dans le nouvel Etat palestinien afin de permettre la création d’un Israël pur .

Abbas Zakour, membre de la Liste Arabe Unie, a déclaré que les déclarations de Tzipi Livni reflétaient le racisme anti-arabe en Israël.


"Les remarques de Livni montrent qu'il existe un consensus sioniste entre les partis de Droite et les partis de Gauche que l'Etat juif devrait être" pur" des Arabes", a-t’il dit.


"Les Arabes Israéliens ne quitteront pas leur terre», a déclaré le député arabe, Abbas Zakour à IslamOnline.


"Malheureusement, certains pays arabes et certaines parties palestiniennes, ainsi que les Américains et les Européens montrent de la compréhension à l'idée de la création d'un "pur" État juif.


"Nous devons nous préparer avant qu'il ne soit trop tard", a souligné Zakour.


La population Arabe en Israël est estimée à 1 413 500 soit 19,8% des 6,5 millions de la population israélienne, selon les statistiques publiées par le Bureau Central israélien des Statistiques en 2006.


Le député Ahmed Tibi est d'accord : "ces choses ont été dites avant, mais cette fois c’est plus grave car elles sont dites par un candidat au poste de Premier ministre", a t-il dit.


Pour le député Ahmed Tibi a déclaré que le chef de Kadima copiait le leader du parti d’Extrême-Droite, le Likoud, Benjamin Netanyahu.


"Elle doit décider si elle compte laisser un million d'Arabes sans droits politiques ou identité nationale, ou si elle a vraiment l'intention de transférer un million de citoyens arabes à l'Etat palestinien qui sera créé, [et dans ce cas], elle doit le dire honnêtement. Le candidat du Likoud, Moshé Feiglin, le dit avec dureté mais au moins il est honnêt" a-t-il poursuivi.


Les déclarations anti-arabes de Livni ont également provoqué des critiques de l'Autorité palestinienne.


"Les remarques posent des obstacles sur le chemin du processus de paix et ne conduiront pas à un accord de paix et à une solution juste et globale», a déclaré le porte-parole, Nabil Abou Rudeinha, à l'Agence France-Presse (AFP).


"Ces déclarations ne servent pas la cause de la paix ou les efforts déployés pour parvenir à une paix globale dans la région. Elles montrent qu’Israël n'est pas sérieux au sujet d’une solution ou des négociations avec les Palestiniens."

"La voie de la paix est le respect de la législation internationale. La campagne électorale israélienne ne doit pas être exploitée afin de créer des tensions".


Avant même qu'un état à l'identité ‎palestinienne prenne forme, elle dit aux citoyens arabes de la ‎Palestine occupée aller assouvir leurs aspirations nationales, ‎leurs revendications légitimes ailleurs.


L’attitude du régime israélien n’a pas empêché les ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne ont adopté, les 8 et 9 décembre, un texte intitulé « Council Conclusions Strengthening of the EU bilateral relations with its Mediterranean partners - upgrade with Israel ».


Sous l’impulsion de la présidence française, le principe de rehausser les relations entre Israël et l’Union européenne a été accepté. Déjà, avant la tenue du sommet méditerranéen, Paris avait essayé de faire adopter cette mesure, mais avait dû reculer devant la levée de boucliers de certains régimes arabes.


Ce texte a été adopté après de nombreuses discussions. La première version présentée par la France faisait la part belle à Israël et a suscité des réserves chez certains des partenaires — notamment le Royaume-Uni et la Belgique — qui ont demandé un « rééquilibrage » du texte. Un comble, quand on pense qu’il y a quelques années encore, la France était accusée d’être pro-arabe.


Notons aussi que ce texte a été entériné le jour même où l’expert de l’ONU sur les droits humains dans les territoires palestiniens, Richard Falk, demandait la mise en œuvre de « la norme reconnue de la “responsabilité de protéger” une population civile punie collectivement par des politiques qui s’assimilent à un crime contre l’humanité ».


Dans le même sens, ajoutait-il, « il semble que c’est le mandat de la Cour pénale internationale d’enquêter sur la situation, et de déterminer si les dirigeants politiques israéliens et les chefs militaires responsables du siège de Gaza doivent être inculpés et poursuivis pour violations du droit pénal international ».



Dans des déclarations à l'AFP depuis Amman, le porte-parole du président palestinien, Mahmoud Abbas, a dénoncé les propos de Tzipi Livni, estimant qu'"ils constituent une entrave au processus de paix et montrent qu'Israël n'est pas sérieux" dans sa volonté de règlement du conflit.

"Pour parvenir à la paix, il faut créer un climat de confiance", a dit Nabil Abou Roudeina, accusant Mme Livni "d'exploiter la campagne électorale en Israël pour créer un climat de tension".


http://www2.irna.ir http://www2.irna.ir



Lundi 15 Décembre 2008


Commentaires

1.Posté par redk le 15/12/2008 11:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Israël pur?, pur de quoi?!! mis à part un pur vole pour un pur état nazis!!!

http://www.dailymotion.com/relevance/search/Entre%2Bmythe%2Bet%2Br%25C3%25A9alit%25C3%25A9%2BPartie

http://www.dailymotion.com/relevance/search/La%2Bpierre%2Bgrav%25C3%25A9e%2Bdu%2BRoi%2BSalomon

2.Posté par Anna le 16/12/2008 23:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

pur de quoi ? c'est bien dit redk

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires