ALTER INFO

Les débats à Washington préparent une escalade de la violence en Irak


Dans la même rubrique:
< >


Dans la foulée de la répudiation populaire de la guerre en Irak dans les élections de mi-mandat de la semaine passée, les représentants de l’establishment politique américain, tant républicains que démocrates, cherchent à élaborer une nouvelle politique qui empêchera une défaite manifeste et qui maintiendra la domination américaine sur le pays riche en pétrole.


Patrick Martin et Barry Grey
Jeudi 16 Novembre 2006

Les débats à Washington préparent une escalade de la violence en Irak

Par Patrick Martin et Barry Grey





Il y a des divisions importantes entre les deux partis ainsi qu’en leur sein sur les questions tactiques, ce qui reflète l’ampleur de la défaite stratégique à laquelle fait face l’impérialisme américain en Irak et la contradiction aiguë entre les sentiments de la majorité du peuple américain — qui considère que la guerre est illégitime — et toutes les sections de l’establishment politique. Ces dernières s’entendent sur le fait qu’une défaite semblable à celle subie au Vietnam serait un désastre qui menacerait la position mondiale de l’impérialisme américain.

Les divisions au sein de l’élite politique étaient à l’avant-scène dimanche dans les émissions des grands réseaux de télévision avec le sénateur John McCain, le plus véhément supporteur républicain de la guerre appelant à une escalade de la violence et demandant plus de troupes en Irak alors que le sénateur Carl Levin, qui présidera le comité sur l’armée lorsque les démocrates prendront le contrôle du Congrès en janvier, a dit qu’un retrait limité des troupes devra commencer dans « quatre à six mois ».

McCain et le sénateur Joseph Lieberman du Connecticut, le principal faucon de guerre démocrate, étaient de l’émission Meet the Press sur NBC. McCain, qui a établi un comité exploratoire la semaine passée pour préparer sa campagne présidentielle de 2008, a très clairement demandé que l’armée américaine élargisse ses opérations en Irak, à Bagdad en particulier, où il a appelé pour une confrontation avec Moqtada al-Sadr, le dirigeant de la milice chiite l’Armée du Madhi.

Dans les commentaires qu’il a faits dimanche, McCain a aussi discuté des conséquences d’une défaite en Irak pour l’armée américaine, disant qu’elle serait bien pire que celle du Vietnam. « Je ne suis pas intéressé à voir la scène… du toit de l’ambassade américaine à Saigon multipliée par mille. »

Il a continué : « Je crois qu’un retrait, ou une date pour un retrait, mènera au chaos dans la région, et la plupart des experts militaires pensent la même chose. Je crois qu’il y a beaucoup qui peut être fait pour sauver cette mission, mais tout cela demande plus de troupes. »

Tim Russert, l’interviewer de NBC, a cité des sondages indiquant que 82 pour cent du peuple américain étaient opposés à l’escalade militaire en Irak. Il a demandé « Comment pouvez-vous aller devant le pays après les dernières élections et dire, “Envoyez plus de troupes en Irak” ? » McCain a répondu qu’il « ne peut faire que ce qu’il croit être le meilleur pour les jeunes hommes et femmes dans l’armée. Agir autrement serait immoral et déshonorable. »

En d’autres mots, la moralité et l’honneur exigent que la volonté démocratique du peuple américain soit défiée et que soient ignorés les véritables intérêts des soldats américains qui meurent au taux de 100 par mois et ceux du peuple irakien qui est massacré par milliers chaque mois.

Le seul changement tactique défendu par McCain était la concentration des activités de l’armée américaine dans la province d’Anbar et dans les autres régions où les insurgés sunnites sont actifs tout en augmentant la pression sur le gouvernement soutenu par les Américains du premier ministre Nouri al-Maliki pour passer à l’attaque contre les milices chiites à Bagdad.

Lieberman voulait lui aussi la continuation de l’opération militaire américaine en Irak peu importe le sentiment populaire. Ses prescriptions tactiques différaient légèrement de celles de McCain, puisqu’il appelait pour qu’on fasse pression sur le gouvernement Maliki pour qu’il « désarme ces milices et que plus de sunnites soient intégrés dans un gouvernement d’unité nationale », ce que l’augmentation de l’assaut contre les provinces sunnites rendrait plus difficile, si ce n’est impossible.

Lieberman a explicitement endossé le principe, énoncé plus tôt par Bush et repris par McCain, qu’« en tant que dirigeants élus, nous ne pouvons baser notre politique de défense et notre politique étrangère, notre politique de sécurité nationale, sur les sondages ».

Russert a demandé « Pouvez-vous maintenir un pays en guerre s’il ne veut pas y demeurer ? » La réponse de Lieberman était révélatrice. « Vous ne le pouvez pas, a-t-il dit, et voilà pourquoi nous devons réaliser un consensus bipartisan pour une victoire en Irak, pour le succès en Irak, qui soit réalisable… c’est là le grand problème, les terroristes ne peuvent nous défaire sur le champ de bataille en Irak, mais nous pouvons perdre la guerre au pays si nous ne commençons pas à devenir bipartisan sur cette question et à regagner la confiance et redonner de l’espoir au peuple américain. »

En langage clair, Lieberman est en fait en train de dire : Nous savons que le peuple américain est contre la guerre et qu’il a voté ainsi le 7 novembre. Nous, l’establishment politique, devons adopter une politique de guerre davantage axée sur les deux partis pour empêcher cette majorité anti-guerre de s’exprimer dans le débat de politique à Washington. Nous devons utiliser le système biparti pour empêcher la majorité anti-guerre d’être représentée.

Le leadership démocrate au Congrès joue son rôle en se taillant une position supposément anti-guerre, pour calmer l’opinion publique, tout en se laissant amplement de marge de manoeuvre pour en arriver à une entente avec l’administration Bush qui permettrait à la guerre de se poursuivre.

Le sénateur Levin, invité à l’émission This Week sur ABC, a affirmé : « Le peuple a exprimé de façon extrêmement puissante qu’il n’acceptait pas la politique de l’administration », ajoutant, « Nous devons débuter une phase de redéploiement de forces de l’Irak d’ici quatre à six mois. » Cette déclaration a fait les grands titres des médias américains comme si elle signifiait une fin rapide à la guerre. Toutefois, la proposition de Levin n’a pas été présentée en fait comme un plan de retrait des troupes, mais comme un moyen pour faire pression sur le gouvernement Maliki afin qu’il exécute les ordres de Washington contre les milices chiites.

Le discours de Levin a été appuyé par le sénateur Joseph Biden, qui dirigera le Comité sénatorial sur les relations étrangères, et par le nouveau chef de la majorité au Sénat, Harry Reid, bien que ce dernier ait rajouté des conditions selon lesquelles aucune date précise ne devait être fixée et que la véritable décision sur le retrait des troupes devait être laissée aux officiers militaires américains sur le terrain en Irak, un langage qui remet en question le principe de contrôle civil sur l’armée.

Les congressistes démocrates et l’administration Bush espèrent utiliser le Groupe d’étude sur l’Irak bipartisan, un comité dirigé par l’ancien secrétaire d’Etat James Baker, associé de la famille Bush depuis longtemps, comme le véhicule pour en arriver à un accord sur la politique en Irak.

Plusieurs membres républicains du comité, incluant Baker lui-même et Robert Gates, celui que Bush a nommé pour remplacer Donald Rumsfeld au Pentagone, ont publiquement critiqué le refus de l’administration Bush de négocier avec les puissances régionales qui ont de l’influence en Irak, incluant la Syrie et l’Iran. Baker s’est déjà entretenu directement avec des représentants iraniens et syriens pour sonder le coût de leur collaboration. Un tel développement de diplomatie risque d’être l’une des principales recommandations du comité, qui s’est réuni avec Bush et Cheney lundi, et qui devait rencontrer mardi le leadership démocrate au Congrès.

Membre démocrate du Groupe d’étude sur l’Irak, l’ancien secrétaire général de la Maison-Blanche sous Clinton, Leon Panetta, a été cité dans l’édition de dimanche du San Jose Mercury-News. Il aurait affirmé que les évaluations faites en privé par les représentants du gouvernement au comité étaient beaucoup plus sombres que celles faites en public. « Nous avons quitté certaines de ces séances stupéfaits par la gravité du problème en Irak », a-t-il déclaré.

Peu importe le consensus qui émerge du rapport du Groupe d’étude sur l’Irak, dont on prévoit la publication avant la fin de l’année, il sera basé sur une combinaison de violence militaire et de manœuvres diplomatiques jugées nécessaires pour maintenir la position américaine en Irak et au Moyen-Orient. Le résultat sera la poursuite, et fort probablement l’intensification, du bain de sang en Irak.

Une telle politique a été clairement exprimée dans l’éditorial du New York Times de dimanche. Très tôt, le Times avait appuyé l’invasion de l’Irak et soutenu les efforts de l’administration Bush pour intimider l’opinion publique en publiant des reportages sensationnalistes et non fondés sur de soi-disant armes de destruction massive irakiennes. Alors que l’occupation américaine peinait et se dirigeait tout droit vers un désastre, le Times a adopté une posture plus « critique », tout en gardant espoir que l’on pourrait sauver quelque chose de l’intervention.

Dans le dernier éditorial, qui rejette l’appel pour un retrait anticipé de l’Irak, le Times déclare : « À moins que le plan de retrait des États-Unis soit accompagné d’un effort plus sérieux pour la reconstruction des forces de sécurité de l’Irak et d’une médiation des divisions sectaires, un retrait par étape ne fera qu’accélérer la descente de l’Irak dans la guerre civile — tout en plaçant les soldats qui restent derrière dans une position encore plus dangereuse. Nous craignons également que les Irakiens ne soient intéressés à rien sauf au châtiment, jusqu’à ce qu’ils voient que la sécurité et la reconstruction soient possibles. Pour cette raison, nous avons suggéré un dernier blitz pour stabiliser Bagdad. Cela va nécessiter, au moins temporairement, une augmentation du nombre des Américains en Irak et du nombre de soldats irakiens dans les rues de Bagdad. »

Le Times, qui élabore en termes généraux la position de la section dominante du Parti démocrate, propose une combinaison des politiques de McCain et de Levin — ou plutôt, la substance du premier et la rhétorique du second — afin d’offrir une couverture « anti-guerre » à une escalade militaire.

Dans la même édition, le Times présentait un article majeur du correspondant en chef en Irak, John F. Burns, qui décrit avec approbation les mesures politiques en Irak qui sont mises de l’avant de façon plus en plus stridente par les décideurs politiques des deux partis. Portant pour titre « Stabilité v. démocratie : est-ce qu’un nouvel homme fort peu aider ? » L’article argumente en faveur d’un abandon des prétentions démocratiques de l’occupation américaine et pour la mise en place d’un homme fort militaire qui sanctionnerait et collaborerait à l’escalade de la violence militaire américaine.

Burns, qui se distingue parmi les propagandistes peu honorables de l’impérialisme américain pour être un spécimen particulièrement malhonnête et cynique, présente le complot des services de renseignements américains et des agences militaires comme étant une réponse à la volonté populaire des masses irakiennes. Elles demandent, affirme-t-il, une dictature militaire : « Donnez-nous un homme fort, disent-ils [les Irakiens ordinaires]. Laissez-le piétiner les finesses de l’équité procédurale et des droits humains, en fait, toute la panoplie des institutions démocratiques que l’Amérique a tenté d’implanter ici, en autant qu’il puisse apporter la paix. »

Burns, bien sûr, ignore les « institutions démocratiques » made in USA tel qu’Abou Ghraib, Fallujah, les rafles de masse, les camps de prisonniers, la terreur et les tueries quotidiennes qui ont déjà entraîné la mort de centaines de milliers d’Irakiens, ainsi que les sondages récents qui démontrent que la vaste majorité des Irakiens appuie le retrait immédiat des troupes américaines.

Le correspondant du Times suggère que l’opération soit menée avec plus d’élégance que le coup appuyé par les États-Unis qui a évincé le pantin américain Ngo Dinh Diem du Vietnam du Sud en 1963. « Il a fini mort, une balle dans la tête, derrière un véhicule blindé de transport de troupes de fabrication américaine à l’extérieur du Palais présidentiel de Saigon », note t-il.

Burns ajoute: « le candidat en tête de la liste des hommes forts parmi les Irakiens laïcs serait Ayad Allawi, que les Américains avaient nommé premier ministre dans le premier gouvernement post-Hussein en 2004. M. Allawi, bien que chiite, a des liens solides avec les sunnites, et une réputation de dur à cuir qui remonte au temps où il était un jeune agent baasiste. »

La nomination de cet « actif » de la CIA de longue date et assassin notoire au poste d’homme fort des États-Unis en Irak, souligne le caractère criminel de toute l’intervention américaine en Irak et la complicité de toutes les différentes sections de l’establishment politique américain — libéraux et conservateurs, démocrates et républicains — dans l’entreprise coloniale illégale, qu’ils sont déterminés à poursuivre, quelque en soit les coûts futurs en vies américaines et irakiennes.

(Article original anglais paru le 14 novembre 2006)

http://www.wsws.org http://www.wsws.org



Jeudi 16 Novembre 2006

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires