Economie

Les coopérations entre les pays du D8, un modèle de développement pour les pays islamiques



Jeudi 11 Mars 2010

Les coopérations entre les pays du D8, un modèle de développement pour les pays islamiques
La première réunion des ministres de l’Industrie du groupe D8 a eu lieu, du 28 février au 2 mars en cours, à Téhéran, à l’initiative de la RII, et avec pour thème phare, les moyens de renforcer les coopérations et les liens économiques, commerciaux et industriels, entre les États membres. Regroupant l’Iran, l’Indonésie, le Bangladesh, la Turquie, le Pakistan, la Malaisie, l’Egypte et le Nigeria, le D8 fut fondé, le 15 juin 1997, par le Premier ministre turc de l’époque, Necmettin Erbakan. Le groupe s’est proclamé, alors, dans le cadre du Communiqué d’Istanbul. Les pays membres du D8 envisagent, aujourd’hui, de faire parvenir tout le groupe, au sommet du progrès, dans les domaines de l’industrie, de l’agriculture, de l’informatique et de la télécommunication, sans oublier les finances et le commerce, les sciences, la technologie et le développement de la main-d’œuvre, l’hygiène et l’énergie. Les pays du D8 abritent, dans l’ensemble, plus de 900 millions d’âmes et représentent, ainsi, 14% de la population mondiale. Le groupe présente, aussi, un modèle de gestion régionale, dont les Etats membres s'efforcent d'aborder, avec une nouvelle approche, les défis du monde actuel. Bien évidemment, on ne peut pas dire que le D8 s’est avérée, depuis sa fondation, une institution agissant, toujours, avec 100% de réussite, pour atteindre ses objectifs. Cependant, l’expérience montre que la création et l’institutionnalisation de ce groupe ont été, dans l'ensemble, une initiative positive et réussie, d’autant plus que cela a motivé les autres pays pour se regrouper au sein d'organismes similaires. Sur un ensemble de 182 pays, dont la Banque Mondiale a publié les informations sur leur PIB, la part des 57 pays membres de l’Organisation de la Conférence Islamique (OCI), pour l’année 2006, se chiffrait à, environ, 2.796 milliards de dollars, soit 5,8% du produit brut de toute la planète. Ceci dit, les pays du D8 ont enregistré, ensemble, 61%, et les 49 autres pays de l’OCI, 39%, du produit intérieur brut des pays islamiques. De nos jours, les secteurs de l’industrie et de la production progressent à un rythme accéléré. Dans ce conteste, seuls, les pays qui envisagent leur programme de développement, dans le cadre d’un pacte de partenariat, pourront survivre, sur la scène des compétitivités économiques mondiales, estiment les experts. De ce point de vue, les coopérations économiques entre les pays ont un effet direct et intégral sur la croissance de leur PIB, ces coopérations couvrant les mécanismes commerciaux préférentiels, le libre échange, l’union douanière ou économique et le marché de consommation. Cette approche aide les Etats membres à lever les obstacles qui se dressent encore devant l’extension de leurs coopérations commerciales, tout en optant pour la spécialisation, dans la conception de leur programme de développement économique. A l’âge du progrès, l'approche la plus déterminante que l’on peut adopter consiste à transformer les évolutions intérieures en opportunités extérieures. A ce propos, un objectif de la réunion ministérielle du D8 était de rendre le terrain favorable à la mise en avant des productions industrielles présentables, sur le plan des compétitivités économiques du monde, tout en essayant de sensibiliser les Etats membres à leurs potentialités internes.
La déclaration finale de la réunion du D8, qui, d’ailleurs, représente une Feuille de Route pour les coopérations économiques et industrielles des pays membres, interprète leur ferme volonté de s’avancer sur ce chemin. Les délégations d’expertise économiques du D8 réunis à Téhéran ont, également, élaboré et défini des mesures censées rehausser le niveau des échanges commerciaux des Etats membres, qui s’estime, actuellement, à 68 milliards de dollars. En renforçant leurs liens régionaux et internationaux, les pays du D8 pourront devenir un modèle réussi de convergence, dans le sens du progrès économique, scientifique et technologique du monde de l’Islam et du monde entier. Vu les réserves abondantes d’énergie et les marchés dynamiques, dont ils jouissent, les pays du D8 pourront assumer un rôle plus déterminant, dans la gestion économique de la planète. Dans le même cadre, les ministres de l’Industrie du D8 ont évalué, lors de la réunion de Téhéran, les nouveaux champs de coopérations et d’échanges technologiques entes les Etats membres ; pareil, pour les champs d’investissements bi ou multilatéraux. Entre autres, la réunion a adopté une proposition élaborée par la société de construction automobile "Iran Khodro", concernant la planification et la fabrication d’une automobile avec la marque conjointe des pays du D8, une proposition qui repose, en particulier, sur les potentialités et capacités de l’industrie automobile, en Iran, en Turquie, en Egypte, en Malaisie et en Indonésie. Comme l’a très bien fait remarquer le Guide suprême de la Révolution islamique, l’Ayatollah Khamenei, qui recevait les ministres de l’Industrie du D8, à Téhéran, les affinités culturelles et islamiques et l’emplacement géographique hypersensible des dits pays, qu’ils soient en Asie ou dans le continent africain, de même que leur population d’un milliard d’âmes et leurs énormes ressources d’énergie, ont fait qu’ils puissent être considérés comme un exemple pour tous les pays musulmans. La persistance de leurs coopérations, en matière d’industrie, apportera, bien sûr, des acquis positifs pour eux et pour le monde musulman tout entier. Et la RII est prête à partager ses acquis scientifiques et industriels avec les autres pays islamiques, comme l’a promis l’Ayatollah Ali Khamenei. Le Guide suprême de la Révolution islamique a, aussi, fait allusion à l’attitude des pays hégémoniques consistant à exploiter la science et la technologie, afin d’assurer leur mainmise sur les autres. "Les pays islamiques doivent mettre à profit leurs énormes potentialités humaines et ressources naturelles et développer leurs coopérations bilatérales, afin de parvenir à la place qu’ils méritent, et pour ce faire, ils doivent investir dans le renforcement de leurs coopérations industrielles", a poursuivi l’Ayatollah Khamenei, devant les ministres du G8.


Jeudi 11 Mars 2010


Commentaires

1.Posté par halid le 11/03/2010 16:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

c'est une tres bonne chose,il faut que sa continue ainsi.

2.Posté par YoMoi le 11/03/2010 21:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

On ne peut que se réjouir par l'expérience et leur souhaiter beaucoup de chance et du succès dans leur entreprise. Je dois cependant relativiser le chiffre 900 M et 14% par la faiblesse de la production total des pays concernés et qui, si l'on élimine l'industrie d'extraction, notamment pétrolière, va descendre bien en dessous de 1%.

http://en.wikipedia.org/wiki/List_of_countries_by_GDP_%28nominal%29

Un deuxième point est la participation de l'Égypte; malgré toute la sympathie que je peux avoir pour le peuple égyptien, quand on voit comment agit la classe dirigeante dans toutes les affaires de la région et quant on remarque qui les finance; on ne peut que se poser la question sur leur vrai rôle au sein le groupe D8. J'espère que vous comprenez... Cheval de Troie!

3.Posté par LE MONOTHEISTE le 12/03/2010 10:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

la solution c'est le retour au tawhid, au coran et a la sunna

4.Posté par fennec le 12/03/2010 16:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Oui c'est vraiment dommage que l'Egypte y soit intégrée.

5.Posté par SHAHID le 14/03/2010 11:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

MOUBARAK BIENTOT FINI. EL BARADEIL DEMANDE DES ELECTIONS!!! IL FEAU QUE LE PEUPLE VOTE EN MASSE !!! AVANT QUE LE TAITRE DE MOUBARAK MAITE SON FILS AU POUVOIR

Nouveau commentaire :

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances

Publicité

Brèves



Commentaires