ALTER INFO

Les chinois possèdent la plus grande partie de l’argent de la planète


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 13:05 Formidable reprise économique aux USA

Jeudi 8 Décembre 2016 - 12:40 Fidel et le Che : deux politiques différentes



Zeynel CEKICI
Lundi 27 Novembre 2006

Les chinois possèdent la plus grande partie de l’argent de la planète

Les chinois possèdent la plus grande partie de l’argent de la planète

Les USA maintenant les plus grands débiteurs du monde

AmericanFreePress

Par Bill Bonner, novembre 2006

30 et 80 millions de dollars. Les deux grands nombres de la fin du monde tel que nous l’avons connu. Le premier chiffre est le débit de l’augmentation des réserves de devises étrangères de la Chine par heure -- surtout des dollars. Le deuxième est le taux de la réduction horaire du capital US, tel qu’il est mesuré dans les comptes actuels.


Début novembre, le fond commun des réserves de la Chine a atteint la hauteur de mille milliards de dollars, faisant de lui le plus grand lac d'argent du monde. Les USA ont aussi une chaîne de grands lacs. Mais ils sont d’une espèce différente -- les immenses entonnoirs de la dette qui devient chaque jour plus grande. À lui seul, le coût de la guerre en Irak est de huit millions de dollars par heure.


Et un autre point de comparaison : Le troisième trimestre 2006 a montré le produit intérieur brut de la Chine s’élevant encore à plus de 10% par an. Le même trimestre a révélé un ralentissement de l’économie US -- une croissance de seulement 1,6% par an.


Le magazine The Economist décrit la fortune croissante de la Chine : Vers la fin d'octobre les réserves de devises étrangères de la Chine ont des chances d’atteindre le sommet de mille milliards de dollars, deux fois leur niveau d’il y a deux ans et plus d'un cinquième des réserves mondiales.


Cette coquette somme serait suffisante pour acheter tout l’or déposé dans les chambres fortes des banques centrales ou de quasiment toutes les propriétés résidentielle de Londres. ….


Les réserves officielles de la Chine dépassent déjà de loin ce qui est requis pour assurer la stabilité financière. En général, un pays a besoin d'assez de devises étrangères pour couvrir trois mois d'importations ou pour équilibrer sa dette extérieure à court terme. Les réserves de la Chine équivalent à 15 mois d'importation et elles sont six fois plus grandes que sa dette à court terme. L'explosion des réserves est aussi un casse-tête pour la banque centrale. Elle crée un excès de liquidités, qui risquent d’alimenter une plus haute inflation, des bulles dans le cours des actifs, et des crédits bancaires imprudents.


Qui plus est, les experts estiment que la Chine pourrait avoir deux mille milliards de dollars de réserves avant qu'elle décide quoi en faire. La pauvre Chine. Tout cet argent à ne rien faire. Que peut-elle en faire ? L'argent est bien sûr une malédiction. Regardez juste le Hilton à Paris. Quand trop s’en amoncelle dans un endroit, il commence à empester comme les vieilles chaussettes. Alors, la Chine devra sortir l'équipement d’excavation et commencer à répandre le truc autour. Peut-être qu’elle pourrait acheter une maison de Donald Trump [1] ou un Picasso de Steve Wynn [2] ?


Non, c’est pour plus tard dans le cycle, quand les Chinois seront riches et dégénérés. Maintenant, la Chine continuera juste à acheter les choses dont elle a besoin pour continuer son expansion -- compagnies d’exploitations minières, gisements pétroliers, produits de ferme… à moins qu’elle cultive elle-même.


Voyons : Une acre de champs au Kansas se vend entre 550 et 1.265 dollars. Disons 1.000 dollars pour faire les calculs de têtes. Avec mille milliards dans votre poche, vous pourriez acheter un ranch passablement grand dans les régions du centre -- disons, un milliard d'acres, exact ? Le Kansas a seulement 52,36 millions d'acres. Ainsi, les chinois pourraient acheter l'état entier et il leur restera encore 947,64 milliards -- assez pour acheter tous les champs du Nebraska, de l’Iowa, du Dakota du Sud, du Dakota du Nord, du Missouri, d’Arkansas, de Louisiane, du Colorado, du Nouveau-Mexique, du Montana, du Wyoming, de l'Oklahoma et sans doute aussi du Texas.


« Bon, n'est-ce pas particulier », pourraient dire les économistes US. « Les étrangers savent que les USA ont l’économie la plus dynamique, la plus prospère du monde entier. Oui, nous dépensons plus que nous fabriquons. Mais l'argent nous revient à la fin. Cela montre juste l’excellente économie que nous avons. Les étrangers en veulent un bout. »


Et jour après jour, au rythme de 80 millions de dollars par heure, les étrangers obtiennent un peu plus de ses morceaux. Et maintenant la Chine, si elle le choisissait, pourrait négocier ses bouts de papier US contre un bout de terre de la taille du Louisiana Purchase [3]. Ou elle pourrait acheter des actions ou des bons du Trésor. Le total de la capitalisation des 30 actions du Dow entiers atteint seulement environ trois mille milliards de dollars. Ainsi, elle pourrait s’acheter un tiers des Dow, ou une participation majoritaire dans chacun d'eux.


Ce ne sera pas très agréable ! Par la suite, nous pourrons tous aller travailler dans des usines chinoises ou vendre nos organes internes aux médecins chinois. Quelle super économie.


Mais là nous voudrions faire une pause, respirons et laissons éclater notre admiration pour ces grandes foutaises. Nul doute que les américains ont un modèle de capitalisme démocratique envié dans le monde entier. Il fonctionne à merveille -- en théorie. Mais dans la pratique, il est arrivé à un stade de son cycle où seuls les riches ont l’air de faire du fric, alors qu’en fait les pauvres et les classes moyennes en perdent.


Aujourd'hui, comme les américains vont voter, la masse monétaire augmente, Saddam a été condamné à mort et le Dow a repris plus de 100 points. Toujours, « les difficultés d’argent de la bourgeoisie causent l'appréhension des élections », raconte un journal de Houston.


Se comportant selon leurs envies, mais pas dans leurs intérêts, les petits ménages US ont eux-mêmes chargé la dette. Ils essayaient tout juste de rivaliser de standing avec leurs voisins, qui tentaient juste de les suivre. Au demeurant, ils faisaient confiance au capitalisme démocratique et au succès des politiciens républicains.


Pendant ce temps, la Chine est toujours un pays communiste dont les dirigeants et le peuple se souviennent d’une époque très différente, quand le Gang des Quatre régnait, que les gens mouraient de faim, et qu’on tentait de fondre l'acier dans les arrière-cours. Ensuite, le pays a semblé prêt à appliquer toute idée dingue se présentant aux chefs du parti. Même maintenant, c'est toujours une économie partiellement centralisée, organisée par des gens dont les idées ont été façonnées en partie par le « petit de livre rouge » maboul de Mao. Dans la théorie, ce devrait être une situation sans espoir. Au lieu de ça, les chiffres et les témoins oculaires nous disent que c’est en plein boum.

Bill Bonner est auteur à succès dans l'investissement et fondateur et président d'Agora Publishing, l’une des compagnies d’information du consommateur les plus prospères du monde.

Original : http://www.americanfreepress.net/html/chinese_have_most_money_.html

Traduction de Pétrus Lombard

Notes du traducteur

1- Donald Trump :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Donald_Trump

2- Steve Wynn
http://www.web-insolite.com/steve-wynn-trou-picasso.htm

3- Le Louisiana Purchase est le territoire vendu par la France aux USA en 1803. Il était beaucoup plus vaste que l’actuelle Louisiane.



Lundi 27 Novembre 2006

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires