Economie

Les banques exigent des mesures d'austérité contre les pays « gaspilleurs »



Barry Grey
Mardi 2 Mars 2010

Les banques exigent des mesures d'austérité contre les pays « gaspilleurs »

Avec le déclenchement de la crise européenne de la dette souveraine, une nouvelle catégorie est apparue dans la presse bourgeoise, celle des « pays gaspilleurs. » Les éditorialistes accusent régulièrement des populations entières, à commencer par les Grecs mais aussi d'autres, d'avoir vécu au-dessus de leurs moyens. Elles doivent à présent en subir les conséquences.

Comme remède presque universel émanant de politiciens aussi bien libéraux que conservateurs, c'est un assaut sans précédent qui est engagé contre l'emploi, le salaire et le niveau de vie de la classe ouvrière et la démolition des retraites, du système de santé, de l'éducation et d'autres services sociaux de base.

La découverte de cette pandémie de gaspillage est une réaction directe aux exigences du capital financier international. Après avoir plongé le monde dans un désastre économique par leur course effrénée à l'enrichissement personnel, et poussé leurs Etats respectifs dans la faillite pour les avoir renfloués, les seigneurs de la finance font appel à leurs aides au gouvernement pour protéger leurs investissements en réduisant radicalement les budgets des programmes dont dépendent des centaines de millions personnes.

La canaille journalistique qui promeut la croisade contre le gaspillage ignore le fait bien connu que le niveau de vie de la population laborieuse est en baisse depuis des décennies dans tous les pays industrialisés tandis que la fortune de l'élite financière connait une augmentation exponentielle.

Un exemple notoire de ce type d'experts a été fourni dimanche dans la rubrique « éditorial et opinion », par Thomas Friedman, le chroniqueur du New York Times qui couvre les affaires internationales. Friedman, toujours le chef de troupeau de la suffisance libérale, et porte-parole bien nanti du libéralisme américain écrit : « Oui, Monsieur, nous venons tout juste d'avoir nos 70 années d'abondance aux Etats-Unis. Et durant ces 70 dernières années, diriger. a en grande partie consisté à prodiguer des bienfaits. »

Il poursuit : « Mais maintenant il semble que nous entrons dans une nouvelle ère, « où la grande tâche du gouvernement et de la direction politique consistera à retirer des choses aux gens », a dit Michael Mandelbaum, expert aux affaires étrangères de l'université John Hopkins. En effet, diriger signifie à présent réduire, licencier ou dégraisser les prestations de services, les programmes ou le personnel. »

Friedman continue en comparant la population des Etats-Unis à des sauterelles qui ont rongé « la prospérité qui nous avait été léguée. »

Il donne le conseil suivant au président Obama (dont la campagne en faveur de l'austérité fiscale prouve qu'il n'en a guère besoin) : « Le président doit convaincre le pays d'investir dans l'avenir et de payer pour le passé - le gaspillage passé - et ce tout en même temps. Nous devons payer plus que jamais pour davantage de nouvelles écoles et plus d'infrastructure tout en acceptant plus de coupes sociales que jamais au moment où la confiance dans le gouvernement est au plus bas. »

Deux jours après la publication de l'article de Friedman, le contrôleur des finances de l'Etat de New York a publié un rapport soulignant qui sont les véritables gaspilleurs. Le rapport évalue que les bonus de Wall Street ont grimpé de 17 pour cent en 2009 pour atteindre 20,3 milliards de dollars. De plus, il y est dit que les sociétés de courtage à la bourse de New York ont engrangé une somme record de 49,9 milliards de dollars au cours des trois premiers trimestres de 2009 et qu'elles vont encaisser plus de 55 milliards de dollars de profit sur l'ensemble de l'année - soit près de trois fois plus que le record absolu précédent.

Les revenus moyens des plus importantes banques de Wall Street, telles Goldman Sachs et JPMorgan Chase, ont augmenté de 31 pour cent l'année dernière tandis que l'ensemble des revenus moyens a augmenté de 27 pour cent pour passer à plus de 340.000 dollars.

Ces chiffres montrent que l'élite financière américaine, grâce aux bons offices du gouvernement Obama, a exploité la crise qu'elle a fabriquée de toutes pièces pour appliquer son programme de longue date de restructurer les rapports de classe en réduisant radicalement et de façon permanente les niveaux de vie de la classe ouvrière.

C'est une accélération de l'offensive menée depuis de nombreuses décennies par la classe dirigeante. L'élite dirigeante américaine a déjà énormément accru sa part de la richesse nationale grâce aux réductions des impôts pour les entreprises et les riches, à la dérégulation économique, aux coupes dans les programmes sociaux, au quasi-démantèlement de la base industrielle du pays et au recours à la répression d'Etat appliquée avec l'aide de la bureaucratie syndicale et de sa répression de la résistance de la classe ouvrière.

Citons quelques faits :

L'Institut de politique économique rapporte que dans les 30 années qui ont précédé 2008, près de 35 pour cent de la croissance du revenu total aux Etats-Unis étaient allés au 0,1 pour cent de tête du 1 pour cent des gens aux plus hauts revenus. Les 90 pour cent inférieurs se partageaient durant la même période seulement 15,9 pour cent de la croissance des revenus.

La hausse de l'inégalité des revenus avait même démarré avant que la crise financière n'éclate en 2008. Selon une étude, deux tiers de la croissance des revenus étaient allés entre 2002 et 2007 au 1 pour cent le plus riche de la société et les revenus du 1 pour cent classé en tête avaient augmenté dix fois plus vite que ceux des 90 pour cent restant. Le 1 pour cent de tête des gens aux plus hauts revenus percevait en 2007 une part du revenu plus importante qu'à aucun autre moment depuis 1928.

Les derniers chiffres publiés par l'agence américaine qui collecte les impôts, l'Internal Revenue Service (IRS), montrent que le revenu moyen des 400 familles américaines est passé de 16 millions à 87 millions de dollars entre 1992 et 2007, soit une quintuple augmentation. Pendant ce temps, le pourcentage du revenu national total qui est allé à ces 400 familles a triplé, passant de 0,52 pour cent en 1992 à 1,59 pour cent en 2007.

Entre-temps, le revenu d'un Américain moyen est tombé de 13 pour cent au cours de la première décennie de ce siècle.

La conséquence est que les Etats-Unis ont le plus haut niveau d'inégalité des revenus des pays hautement industrialisés. Ils figurent en cela à un rang d'inégalité plus grande que le Sri Lanka et sur un pied d'égalité avec le Ghana et le Turkménistan.

C'est ce que le capitalisme a fait pour la population américaine avant le déclenchement de la crise financière. Depuis le crash de 2008, d'autres millions de personnes ont été précipitées dans le chômage, la pauvreté, la famine et sont devenues sans domicile fixe. Aujourd'hui, 40 millions d'Américains vivent dans la pauvreté tandis que six millions (2 pour cent de la population) n'ont pas de revenu et ne subsistent qu'avec des bons alimentaires.

Telles sont les conditions qui, selon Friedman et l'establishment patronal et politique pour lesquels il parle, doivent être aggravées de façon drastique.

La crise actuelle est en train d'éliminer toute prétention démocratique en exposant les réalités de classe d'un système fondé sur la propriété privée des moyens de production et la subordination des besoins sociaux à l'enrichissement personnel d'une élite parasitaire. Il ne s'agit pas de réformer le système mais de rompre avec la mainmise de cette aristocratie moderne par la mobilisation politique de la classe ouvrière américaine et internationale dans une lutte pour le socialisme.



Mardi 2 Mars 2010


Commentaires

1.Posté par sousou le 02/03/2010 15:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Socialisme...rien que le mot, fait peur aux zuniens. Et il n'ont pas tord, quand on voit ce que font les socialos en Europe.

2.Posté par Apolitique le 02/03/2010 15:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tant que nous ne sommes pas débarassé de ces vampires de banquiers nous être humain allons à notre propre perte, car faut s'avoir que c'est les grandes banques qui ont pris le pouvoir et dicte les politiques à suivre dans le monde entier, résultat c'est plus de chomage,d'impôts, de taxe de misère, de guerre et d'autres catastrophes!!

3.Posté par pistache le 02/03/2010 15:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

quitte à vivre dans la misère , autant ne pas bosser !

4.Posté par Persona non grata le 02/03/2010 16:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Le genre d'article qui te met bien la haine !!!!!!!!!!!!!!

Ils exigent quoi ces baltringues de mer... ??? Des restrictions et des pertes d'acquis sociaux , plus d'impots ??

Ils ont retourné le systéme financier mondial en se partageant le gateau pendant des années et aujourd hui il viennent EXIGER ?????!!!!!!!

Bah ouais normal quand ils voient les moutons de panurge courber l'échine et à gagner 6000 balles par mois depuis 1996 SANS BRONCHER , normal qu'ils viennent exiger aux bouffons anésthésiés par le divertissement de payer pour leur conneries !!




5.Posté par Nenuphar le 02/03/2010 17:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Depuis 2008, année où tout était devenu évident, on nous bassine avec la crise financière.

Or, cette crise n'est pas seulement financière elle est globale, systémique, selon le jargon approprié.

Cette crise a eu ses origines dans la distribution du crédit tous azimuts aux états unis mais pas seulement.

Depuis la libéralisation voulue, imposée, par Regan et Tatcher, le monde a été contraint de suivre le mouvement des libéraux purs et durs, quitte à s'endetter pour se mettre à niveau et suivre le mouvement moutonnier.

* Les entreprises ont levé des fonds pour se positionner quasiment de manière monopolistique dans leur cœur de métier et se sont donc mises à accroitre coute que coute leurs profits, au bénéfice des actionnaires, quitte à délocaliser leurs productions.

* Les particuliers ont été aussi de la partie, voulant à tout prix ne pas rater le train de l'enrichissement rapide; ils se sont mis à acheter et vendre dans les seuls créneaux laissés à leur disposition, l'immobilier et les marchés boursiers.

Les financiers ont eu la part belle en prêtant aux entreprises et aux particuliers sans même se soucier souvent de leur capacité de remboursement.

Pour le cas particulier des USA, car il faut bien le reconnaître que tout est parti de leurs montages plus ou moins douteux, ils sont mal venus à vouloir dicter aux autres pays ce qu'ils doivent faire. Ils devraient, puisqu'ils sont en première ligne avec leur dollar "roi" qui a étouffé même ceux qui n'en voulaient pas, commencer par nettoyer leurs propres affaires, plus scandaleuses et maffieuses que toutes autres.

A ce sujet, ils sont les maîtres dans la manipulation afin de détourner l'attention ailleurs que chez eux, cœur de la crise actuelle qui n'a pas fini de dévoiler tous ses secrets.

6.Posté par brigitte le 02/03/2010 18:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Nous ne sortirons de cette crise qu'en jetant dehors tous ceux qui nous gouvernent, droite comme gauche, ils sont tous dans le système.

7.Posté par Dedieu Jesus le 02/03/2010 18:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ils ne manquent pas d' air ces goujats de banquiers, ils demandent aux gens de se serrer la ceinture pendant qu' ils se gavent avec de l' argent qui ne leur appartient pas.
C' est evident que ces banquiers et fonds de pension et gros investisseurs manipulent les marches.
Il faut se debarrasser de cette racaille en cravate, ainsi que tous ces politichiens verreux et ces collabos de journaleux

8.Posté par MACBERNIC le 02/03/2010 18:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

les précédents gouvernements n'ont pas hésité a accorder des largesses aux populations en menant des politiques de gauche (allocations chomage.....) faisant exploser la dette de leur pays explosion qui ne date pas d'aujourd'hui, tout cela pour garder une bonne image auprès des populations de leur parti politique en vu d'être réelu

la dette n'était pas considérer comme un problème à l'époque d'après eux (raisonnement socialiste)

les socialistes donc ont joué leur rôle dans le plan pour le NWO qui exige que les états soient massivement endéttés

bien souvent des lobbies sont crées pour réclamer des faveurs des gouvernements (subvention en tout genre sous pretexte de promouvoir l'emploi...)
les entreprises privées ont bien profité et profite encore (sauvetage des banques) des largesses des états qui ne voyaient pas la dette comme un problème

dans ce contexte le citoyens lambda qui se révoltait contre l'explosion de la dette des états n'étaient pas entendu

QUEL FUT LA RESPONSABILITE DU CITOYEN LAMBDA DANS CETTE MANIERE DE DIRIGER?

aucune il n'est nullement responsable et si il avait voulu s'opposer à la politique de la dette il aurait été impuissant et aujourd'hui c'est les populations que l'on accuse d'avoir vecu au dessus de leur moyen!!!!! et pas les gouvernement qui ont souvent volontairement creusé les déficits c'est revoltant et le mot est faible

ATTENTION MES AMIS cette nouvelle doit vous interpeler elle n'est pas anodine
cette news signifie tout simplement que le gouvernement secret est intégralement au commande visiblement il ne sera pas déclaré ofiiciellement
cela signifie que le NWO a déjà commencé (souvenez vous du discours de sarkozy annonçant le NWO pour 2009)

je m'explique si nous étions toujours en période de préparation du nwo les élites n'auraient pas osé annoncer ce programme de peur de devoir affronter la colère du peuple, aujourd'hui nous ne leur faisons plus peur apparement


MESSIEURS ILLUMINATIS nous ne sommes pas responsable de vos bidouillages en vu d'endetter les états et nous n'allons pas payer pour vous





9.Posté par Dedieu Jesus le 02/03/2010 18:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La grande imposture : un document `a lire sur le site suivant.
http://vivresansogm.org/topic/index.html
Cliquer sur libre infos d' Artemisia college et aller tout en bas de la page pour ouvrir le document

10.Posté par Conspiright le 02/03/2010 19:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Exigeons a notre tour des mesures d'austerite contre les banques !

Moins de taxe sur les peuples, plus de taxes sur les revenus financiers !

La monnaie d'un pays appartient a son peuple tout entier !

11.Posté par Zorbanet le 02/03/2010 21:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Hé bien, on n'a qu'à leur proposer un deal :-)

Avant, les pays ont payé pour vous, maintenant, vous payez pour les pays, correct, non?

12.Posté par Larguet le 03/03/2010 03:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Serrez-vous la ceinture

A eux de servir dans vos comptes, et de se taper des primes que le citoyen ne voit qu’en rêve

13.Posté par dan le 03/03/2010 09:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


à l'instar de NIGEL FARAGE, élevons la voix ensemble

pour ceux qui n'ont pas eu connaissance du scandale déclenché par Nigel Farage, traitant au Parlement européen de ""serpillère humide""" le président de l'union européenne

si vous allez sur le Blog de PIERRE JOVANOVIC "QUOTIDIEN.COM" vous aurez la totalité des interventions et les suites qui viennent de tomber

ça fait du bien d'entendre ne serait-ce qu'1 voix s'élever contre cette armée de bons soldats de l'Armée Bilderberg

14.Posté par re le 03/03/2010 10:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

http://index.jdf.com/structure/financiere/dettes/banques.html


Fin de partie pour les pays de l’Union européenne
Eurasie :: Dimanche, 14 février 2010 ::
Fin de partie pour les pays de l’Union européenne

Les manipulations générales en faveur de l’établissement d’un nouvel ordre économique sont devenues si denses qu’elles s’étalent presque au grand jour. Pourtant, les véritables influences restent cachées, et les intentions ultimes ne peuvent qu’être assez difficilement soupçonnées, presque jamais comprises.

La crise financière aura permis de recapitaliser les banques avec l’argent public. Aujourd’hui ce sont ces mêmes institutions qui menacent de détruire les États qui les ont sauvées. Qui peut un instant croire encore que ces opérations de déstabilisation seraient dues à la seule irrationalité des marchés, et qu’elles n’obéissent pas, en premier lieu, à un agenda caché ?

Chronologie de la crise en cours

C’est l’agence de notation Flitch Ratings, contrôlée par le holding français Fimalac, qui a été la première à dégrader la Grèce, en décembre dernier. Ce sont ensuite les dirigeants de la Banque centrale européenne (BCE) qui ont mis le feu aux poudres, en annonçant « Si avant la fin de l’année la Grèce n’a pas retrouvé son niveau de notation qu’elle avait avant la crise, nous ne garantissons pas que la dette grecque puisse être refinancée par la BCE. Ce n’est d’ailleurs pas notre problème, mais celui de la Grèce seulement ».

Ensuite, comme plusieurs sources le confirment, c’est une grande banque américaine d’investissements et deux hedge funds (fonds de gestion spéculatifs) qui ont décidé de faire courir la panique sur les marchés. Ces « investisseurs » ont tout d’abord parié sur la baisse du prix des obligations émises par le trésor grec, portugais ou espagnol, puis, se sont précipités sur les produits dérivés qui permettent de s’assurer contre le risque de défaut de paiement d’un Etat ou d’une entreprise, appelés Credit Default Swap (lire notre article du 6 février).

Avant la réunion du G7, en fin de semaine dernière, Dominique Strauss-Kahn, le directeur général du FMI, a créé un nouvel effet panique en annonçant que « son institution était disponible pour voler au secours de la Grèce ».

Mensonges

Mais en réalité la faillite de la Grèce est impossible. Cela pour une raison simple, c’est qu’elle ne peut, du fait de son appartenance à la zone euro, se retrouver en manque de liquidités (en comparaison, quand l’Argentine à été en « faillite » en 2001 c’était parce qu’elle n’avait plus de devises en dollars pour financer ses importations). De plus, les traités européens prévoient que l’UE doit assister les États en cas de « menace sérieuse de graves difficultés ». Il est donc mensonger de prétendre que l’UE pourrait sacrifier la Grèce. La plupart des analystes admettent d’ailleurs qu’il s’agit d’une opération planifiée . En fait, la déstabilisation de la Grèce n’a pour but que de donner l’illusion que l’UE est engagée dans un bras de fer avec les spéculateurs, alors qu’il s’agit en réalité d’une « action concertée », comme l’indiquait le premier ministre grec la semaine dernière.

Les statuts de la BCE ne permettant pas d’émettre une dette publique, mais seulement de racheter ces dettes à travers les institutions bancaires privées, il ne sera donc pas possible pour l’UE de refinancer directement la Grèce et les autres pays en difficultés, dont l’état de délabrement demandera également un « plan de sauvetage » dans les semaines ou mois à venir. Dans l’immédiat, pour « couvrir » la Grèce, il va être nécessaire de créer un nouvel « organe » afin de mettre en commun une grande partie de la politique budgétaire européenne. La Grèce sera donc contrainte de faire d’autres concessions que celles des derniers jours, de sorte à ouvrir la voie des réformes sociales qui seront ensuite promulguées en Espagne, en Italie et au Portugal, pour commencer. L’idée centrale est d’utiliser cette crise des Etats afin contraindre au fédéralisme économique la majorité des pays membres qui s’y refusaient jusqu’ici.

L’homme de l’ombre

Le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy avait évoqué, en novembre dernier, la création d’un « gouvernement économique » des 27 pays membres, de même que l’établissement d’un impôt européen. Le président de la Commission européenne José Manuel Barroso lui avait emboité le pas quelques jours plus tard, devant le parlement européen : « Je ne suis pas contre l’idée d’un impôt européen pour permettre à l’UE de bénéficier de ressources propres par rapport aux contributions des États. J’ai l’intention d’examiner toutes les questions de fiscalité dans l’Union européenne, nous devons passer en revue toutes les ressources (financières) de l’UE (…) Le programme sur lequel j’ai été élu dit qu’il faut examiner de possibles ressources propres ».

Le 11 novembre 2009, Mario Borghezio, membre italien du parlement européen, avait évoqué la possibilité que les candidats aux postes de président et ministre des Affaires étrangères de l’UE, comme Jan Peter Balkenende, David Miliband, Herman Van Rompuy parmi d’autres, pourraient être ceux des « groupes occultes » Bilderberg et Trilatérale et non simplement ceux des forces politiques des pays (voir cette vidéo du Parlement). Le lendemain, Herman Van Rompuy se rendait au Château de Val Duchesse pour une réunion du Groupe Bilderberg où il donna, dans un discours, sa vision quant à la gouvernance de l’Europe et la nécessité de centraliser les flux financier des États membres (faits rapportés par cet article du Times).

La mise en place de ce « gouvernement » n’aura pas pour but de sauver la Grèce, l’Espagne ou le Portugal, mais d’unifier les budgets des pays membre de l’UE afin de pouvoir disposer de leurs ressources, c’est à dire, pour être plus précis, de mettre fin à leur souveraineté économique. Les dispositions du Traité de Lisbonne, entré en vigueur le 1er décembre dernier, donne toute la marge de manœuvre nécessaire pour cela.

C’est dans une ambiance de crise qu’Herman Van Rompuy pourra donc se présenter en sauveur de la zone euro au sommet qui réunira les chefs d’État européens ce jeudi 11 février, à Bruxelles. Pourtant, les solutions qu’il préconisera n’auront en rien été décidées dans l’urgence, parce que des pays européens pourraient se retrouver en faillite. Il est en réalité préparé depuis plus de vingt ans par le président européen, ses complices et l’oligarchie financière qui l’a mis en place (voir le document pdf en fin d’article).

Bien entendu, ce gouvernement ne sera pas effectif au matin du 12 février. Pour faire plier les États et que les populations européennes acceptent d’être entièrement dominées par Bruxelles, ainsi que toutes les réformes nécessaires qui leurs seront imposées sous prétexte de relancer la zone euro (lire notre article du 2 février), il faut que la situation se dégrade encore. Mais le piège est d’ors et déjà en train de se refermer.

La démocratie européenne, qui était née en Grèce en 507 avant J.C., sera morte, en Grèce également, dans les premiers mois de l’année 2010.

Addendum, 11 février 2010

Joli numéro de passe-passe dans les coulisses de Bruxelles aujourd’hui. On pourrait presque penser que Sarkozy et Merkel veulent voler la vedette au président du Conseil von Rompuy. Ce serait oublier que cette crise des États trouve, d’une part, son origine dans le déclassement de la Grèce par l’agence de notation Flitch, propriété du groupe français Fimalac et que, d’autre part c’est la Deutsche Bank, en concertation avec la banque américaine Goldman Sachs, qui est à l’origine des spéculations sur l’euro, comme l’indique cette dépêche de l’AFP.(1) Il est donc difficile de ne pas admettre que ce sont toujours les mêmes qui sont aux commandes – où qu’il y a pour le moins collusion d’intérêts – et que l’on voudrait nous faire voir des divergences là où il n’y a que des complicités.

Reste que Sarkozy et Merkel ne vont en aucune manière venir réellement et directement en aide à la Grèce. Ils se limiteront à des déclarations d’intention, de sorte à calmer un peu les marchés et évacuer tout soupçons, en indiquant qu’ils se porteront garant de la Grèce si elle en venait à se trouver véritablement en faillite – ce qui est impossible, pour les raisons que nous avons déjà évoquées plus haut.

Ce n’est bien sur pas le genre d’élucubrations hystériques dont Sarkozy s’est fait le spécialiste qui doit retenir notre attention – il n’est que l’idiot utile d’un jeu qui n’est pas le sien – mais le plan que présentera Hermann von Rompuy ce soir, puis les premiers actes de validation lors de la rencontre des ministres des finances des pays de la zone euro avec Jean-Claude Junker, patron de l’Eurogroupe et ministre des finances luxembourgeois (et ancien directeur de la Banque Mondiale), lundi prochain.

1. Ce qui n’a pas empêché le patron de la Deutsche Bank, dont le cynisme laisse penser qu’il aime prendre les gens pour des imbéciles, d’indiquer : « La pression sur l’euro s’accroît. L’UE doit maintenant tout entreprendre pour stabiliser la Grèce et l’euro ». (source)

Mecanopolis

15.Posté par dan le 03/03/2010 10:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


@ à RE

MERCI à vous de rappeller avec justesse les dessous des cartes de Bruxelles et leur
manipulations pour nous faire avaler des couleuvres

il faut se souvenir que sur les 27 présidents européens 16 font partie de Bilderberg et beaucoup ont été formés à YALE Université

Le Président Barroso lui même a été mis sur orbite car il devait un retour d'ascenceur aux US -
En effet, Frank Carlucci, alors ambassadeur US au Portugal avait flairé en Barroso un bon soldat et l'a envoyé faire ses études à Yale Université qui comme chacun le sait est la nursery de la CIA

ce qui est dommage c'est que le passé politique de ces élus qui nous gouvernent n'intéresse pas les médias qui font de l'auto-censure

Il est difficile ainsi pour les citoyens qui n'ont pas le temps ou la volonté de connaitre et découvrir la Bombe qu'est Bruxelles
Malgré tout on a voté NON à l'Europe et on nous a fait revoter - et bêtement les français ont accepté l'idée même de revoter sur le même sujet

Après cela Bruxelles et Bilderberg ont de beaux jours devant eux

16.Posté par dan le 03/03/2010 11:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


@RE


juste un petit bémol au sujet de Sarkozy
je ne pense pas qu'il soit l'idiot utile mais au contraire un chef d'orchestre talentueux pour la mise en place du NOM
voyez son passé familial et politique et vous saurez ainsi qui il est vraiment

17.Posté par dan le 03/03/2010 11:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


@ RE -

en allant sur le lien que vous indiquez je découvre ce que les banques appelle "STRUCTURE DE DEFAISANCE"
allez sur wikipédia comprendre ce qu'est cette "structure"

sur le précédent lien on apprend que les banques pourraient confier leur dette dans des sociétés en difficultés qu'elles ont en participation en leur sein

Elles pourraient y loger des dettes pour des opérations à "fort effet de levier" et aussi, elles externaliseraient la gestion des dossiers pour lesquels la conversion de la dette en capital ne peut être évitée


Si je comprends bien, à terme à cause des banques les "entreprises à participation en leur sein"" vont se retrouver en grande difficulté ce qui suppose qu'il en découlera encore plus de chomage!!!!

mais j'ai peut être mal compris

18.Posté par cielétoilé le 03/03/2010 11:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ils sont vieux (sur la photos) , leurs années sont comptées . Il ne leur reste pas grand chose à vivre mais suffisamment pour nuire au plus grand nombre et prendre des décisions qui vont faire pleurer bien des familles qui se retrouveront dans le dénuement . Ils s'en moquent, cela les fait rire (d'après la photo) . Selon leur loi, il y a le fort ou l'imbécile . C'est sûr, le chas d'une aiguille sera difficile à franchir, d'autant qu'ils sont plus près de leur fin de vie . S'ils n'avaient pas dépensé autant d'argent dans les armes et les conflits , ils en auraient plus pour consolider leur système , sans appauvrir le plus grand nombre .

19.Posté par Larguet le 03/03/2010 11:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Sarkozy est leur principal pion dans foutu merdier du NOM.

Il suffit de voir comment il agit dans sa gestion du pays et vis-à-vis des autres nations ou de l’UE, pour comprendre, qu’il a une ligne bien tracée.

Il s’en fout éperdument du devenir de ses citoyens.

Il se préoccupe beaucoup d’autres choses que de la misère quotidienne que subissent les français.

Il a d’autres objectifs en tête, et tous les éléments qui l’entourent (ministres et autres responsables), ont été choisi un à un sciemment, pour lui permettre d’être bien épaulé et d’arriver à bon port.

20.Posté par dan le 03/03/2010 12:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


@ LARGUET--- tout à fait d'accord avec votre analyse - le tout est de faire connaitre ce que j'appelle "le dessous des cartes"" à un maximum de gens autour de nous puisque les médias sonbt absents, c'est à nous de relayer les infos

21.Posté par simon le 03/03/2010 12:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Quitte à être systématiquement ruiné, arrêtons de travailler.

Autrefois c'était les gens qui braquaient les banques, maintenant ce sont les banques qui braquent les gens.

22.Posté par la truie qui file le 03/03/2010 13:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Nous avons lu tout à l'heure un commentaire sur le blog de paul jorion qui fait dans son article une proposition interessante qui est de faire cesser la speculation par des parieurs qui ont participé avec les CDS à la ruine de la grece .

http://www.pauljorion.com/blog/?p=8523

La prochaine etape en cours en ce moment est l'attaque sur l'euro pour arriver dans un premier temps à la parité 1$ = 1 Euros . Dans un premier temps puisque la ruine complete signifie la prise de controle TOTALE de l'europe par les banquiers qui telecommandes le conseil europeen ....bildenberg ou autres ,il se peut que l'acteur secret soit dans le fait que tous les decideurs consultent leur programme buggués de simulation dans tous les domaine ...à part les conseils du couvent virtuel des Soorcha faal ( meme sans etre des pythie de delphes )

Il faudra bien-sûr un crash assez violent et qu'un sauveur soit là et le comble c'est qu'il n'y en a qu'un seul .Une petite amende pour insulte de 3000 euros ( le charisme de serpillere mouillée !) peut importe ce monsieur va devenir tres vite d'une popularite extreme comme la pomme de terre interdite .



Tout est presque prevu et le commentaire du blog est une petite voix-tache que probablement peu de personnes ont relevé .comme toutes les choses qui peuvent devenir importantes elles sont toujours minimes au depart et personne ne les voit .

cela à attiré notre attention synthese de divers commentaires ..
( et parfois les commentaires sont plus interssants que les articles de base c'est comme au jeu de billard , la premiere queue n'a que peu d'interet ....)

Il faut donc un sauveur qui parle bien , au visage avenant , avec un charisme incontestable du marchand de brosse à dent pour 4X4 . tout comme il faut un messie pour faire prier les brosses à dents un maitre-Yaya ou metre à entortiller les boyaux .

C'est du grand marque-killing de la mise de connerie en boite , souriez madame la marquise pute-publique-killeuse du bon sens

Ce nouveau messie est donc là né en Albion comme il se doit et tout le monde l'adore deja comme les rolling stones à son epoque huilée à la censure du mauvais gout et de la preche des biens-pesants . ( il y a bien d'autres modeles en reserves , pas d'inquietude , de meme au USA ou dans presque tous les pays du monde ...meme ceux pour desillu-sioner en coeur )

C'est loin l'epoque d'un kohn-bendit apotre du grand sion-vert qui ferme son clapet , la grande epoque de son role et de ses exploits assortie de quelques peines mineures en on fait de lui un deputé grassement payé pour applaudir en comptant les coups puisque il à bien fait son travail de taupe pour ceux qui tirent les ficelles .

Chose ettonnanfe qu'un seul puissent ose parler et que finalement il puisse le faire aussi bien et aussi longtemps tout comme d'autres bandits merdiatique à d'autre epoques pour se tailler une tranche actuel de parvenu et d'ecraseur des classes ou des causes pour lesquels ils etaient des tribuns ...voire des messies

Je voudrai me tromper mais fait etrange nous croisons un peu trop partout d'autres recupateurs de causes ( et d'attendus ) qui font des tres bons ecrans de fumée pour mettre en place ce que le plus grand nombre redoute et attend simultanément :
Ka-Krash mondial , gue-guerre et du NouilleOrdreMediocre ( et il en a ces faux revoltés qui attendent cet instant comme des pillards et loubards devant une rideau de fer en train de rouiller de ce qu'ils ne font que convoiter ou avoir envie de détruire )

Trop de causes ensembles tombent à pic , celle des droits de la chose " tue mes genes" ou de la liberté du grain d'herbe et du brin d'oseille qui sont tellement opportunes pour disperser les forces vives et surtout l'attention.

Bassinage sur le racisme ou l'antisemitisme et de symboles ou des mots creux pour mettre une medaille sur des secrets d'outres-tomberaux ou de l'instrumentalisation des BD en video agonie ,et meme cette rengaine usante à farce sur le sionisme ou l'anti -calgonisation de la betise humaine .

Et les bons activistes des deux bords gobent l'hamecon et meme la ligne tellement elle est enorme .

En fait les convaincus des toutes les factions qui participent sont tous bernés eux memes sans grand effort par un systeme tellement stupide qu'il deteint sur ceux qui l'entretiennent autant que ceux qui le redoutent .

Ce petit post en fera rugir plus d'un dans tous les camps retranchés comme une pile blisterisé par la certitude de leur bonne foi ou de leur pretendu credo .

La seule manière de ne plus etre complice est probablement de quitter la table de trichage des opinions et des rumeurs une fois que le seuil de saturation est atteint .



C'est deja une chance d'essayer de n'etre nulle part dans cette salade et d'essayer de s'en extraire le sommet du bulbe pour commencer .
Comment ne peut t'on pas le souhaiter cet etat ? et les vrais reponses qui viennent pour toute personne qui arrive à la paix intérieure en vivant simplement avec ce vieux bon sens de l'ancien terroir des 5 cotes de antipodes .

(ps et ne venez plus nous bassiner avec vos peur de tomber dans une casserole de nouille-age please ! )

23.Posté par Larguet le 03/03/2010 13:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ dan

La solution ne peut que des citoyens eux même. Des français même.

Quelqu’un à l’extérieur ne peut qu’aider à mieux voir à cerner le problème.
Quand ont est mêlé à une affaire quelconque, on a du mal à cerner les tenants et aboutissants.
Car nous sommes acteurs de ce méli-mélo.

Il faut l’analyse d’une personne, externe au conflit pour avoir un aperçu exacte, et voire de quoi il en retourne.

24.Posté par william wallace le 03/03/2010 20:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Faisons sauter tous ces grabataires, qui pourrissent notre planète, comme s'ils pensaient être les derniers a y vivre. Aux armes, faites tous ce qui peux nuire à ce système pourri...

25.Posté par izarn le 06/03/2010 02:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pour tuer la globalisation financiere, une seule solution: Prendre le pouvoir sur la BCE et dévaluer l'euro de 50%...Dévaluation compétitive: les USA coulent...Et soudain le travailleur français devient compétitif!
De Gaulle avait dévalué, pourquoi c'est interdit désormais? C'est interdit par les banksters de la finance globalisée...


26.Posté par Marie Hélène le 11/03/2010 17:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Twitter
Certains proposent de vider tous au meme moment nos comptes bancaires. C'est possible, non ?
On pourrait aussi refuser en bloc d'envoyer nos déclarations de revenu . Non ?
Alors OK ?

Nouveau commentaire :

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances

Publicité

Brèves



Commentaires