Conflits et guerres actuelles

Les attaques de 'l'histoire officielle' du 11 Septembre comme impossible selon le Colonel Donn de Grand Pre


Des 24 pages du rapport par les experts militaires et civils dans les mains des officiers supérieurs du Pentagone et de la Maison Blanche documentant le 911 étaient un "travail d'interne."

Rapport ignoré et non rapporté jusqu'ici. le 19 nov. 2004


Arthur_5150@yahoo.com
Vendredi 16 Septembre 2005

Un Colonel des marines à la retraite dit que les attaques de "l'histoire officielle" du 911 comme impossible.

Des 24 pages du rapport par les experts militaires et civils dans les mains des officiers supérieurs du Pentagone et de la Maison Blanche documentant le 911 étaient un "travail d'interne."

Rapport ignoré et non rapporté jusqu'ici. le 19 nov. 2004

Par Greg Szymanski

Il parle en jargon militaire, en utilisant des mots comme le coup d'état froid et contre coup d'état comme la plupart d'entre nous demande un café et un roulement doux le matin.
Il choisit les mots soigneusement, comme si "oui, monsieur" ou '"non, monsieur" sautera dehors à n'importe quelle seconde.

Il est évident de son rythme et sa cadence, il est un militaire.C'est évident qu'il est le type qui s'occupe de l'ordre et en détails, recherchant l'angle militaire avec chaque hauteur qu'il prend.

Cela fait plus de 25 ans que le retraité des marines le Colonel Donn De Grand Pré pointe du pied la ligne militaire, mais depuis le 911 avec un sens du devoir et de l'honneur ou ce qu'il appelle dans la masselotte marine "Sempre fi" ou la poussée "toujours fidèle" le met de nouveau au service du public.

C'était ce matin noir néfaste de septembre 2001 qui a remis au Colonel son nom de Donn de Grand Pre et l'a retiré lui son cheval préféré sur son ranch paisible de la Virginie. Pendant qu'il s'asseyait observant l'avion de ligne à réaction se briser dans la tour, c'était comme la trompette du matin qui retentie, lui indiquant de mettre son uniforme et aller de nouveau au travail

"Quand j'ai vu la boule de feu, j'ai su que le coup d'état froid avait commencé," dit le Colonel mystérieusement, expliquant que c'est quand la hiérarchie civile crée un mouvement pour renverser le gouvernement afin d'avancer un ordre du jour politique prévu. "Les néo--cons impliqué, comme Rumsfeld et Wolfowitz, ont plannifié le 911 pendant des années. Ils ont eu besoin de quelque chose pour justifier leurs plans de guerre et avancer le plan des globalistes pour controler la richesse et la puissance en commandant essentiellement l'Amérique.

"Ils disaient, façon de parler, laissez les jeux commencer ! Je pourrais ajouter, bien que, il y ait ceux dans les militaires, ceux dans le Pentagone qui veulent arrêter ces bâtards. Étonnamment, c'est les militaires qui seront notre dernier recours et seulement eux les sauveurs contre les globalistes et leurs épouvantails dans le gouvernement, qui veulent détruire essentiellement ce pays comme nous le savons afin d'avancer leur richesse et puissance."

L'image que le Colonel peint est refroidissante, presque incroyable. Les critiques pourraient même dire qu'il est juste un autre "crack militaire" retraité ou un de ces auteurs militaires frustrés de fiction se concentrant sur la calamité, l'horreur et la mort.

Cependant, quand vous regardez dans ses yeux, vous voyez un homme rechercher la vérité. Quand vous regardez son passé, il est tout sauf un auteur de fiction, mais plutôt un homme qui a passé sa vie à traiter avec les faits, pas l'insinuation.

Ainsi, pourquoi maintenant ? Pourquoi il a permis aux événements du 911 de le pousser de nouveau dans le "repaire du diable?" Il est déjà servi son temps militaire, bien servi son pays depuis qu'il est entré dans le corps militaire en 1944 comme opérateur radio à 18 ans. Travaillant à sa manière vers le haut des rangs de militaires, son excursion du devoir l'a porté la première fois en Birmanie, Chine et puis en Corée en tant qu'officier commis aéroporté d'infanterie où il a été sérieusement blessé. Après deux ans récupérant le coté état administratif, le devoir l'a appelé encore, cette fois par le Secrétaire de la Défense Robert McNamara pour écrire "le côté en noir des militaires" en tant que le chef armé et négociateur dans le Moyen-Orient.

Une fois rappelé, il rit rapidement, retentissant tout comme un Président de grosse entreprise :

"Nous étions connus en tant que vendeur superbe dans l'ISA ou dans des affaires de sécurité internationale. Et excédent par période de dix ans, nous nous sommes vendus au-dessus de cent milliards de dollars de valeur d'équipement militaire à tous les arrivants, y compris les prétendus bons et les mauvais."

Vers l'avance rapide de l'horodateur maintenant au 911 et aux événements suivant, y compris le régime de marionnette installé en Afghanistan et la guerre continue en Irak, pour ne pas mentionner le passage au rapide, façonnée et autoritaire "Patriot Act" et un niveau de la crainte, de la peur placé sur la population américaine par notre système "couleurs codées" de sécurité de la patrie.

Peut-être ce qui est nécessaire maintenant plus que tout, est une "perspective militaire intérieur" de ce qui arrive vraiment à l'Amérique post 911? Peut-être que l'homme qui aide à rapiécer le puzzle dans son ensemble est "le colonel cowboy de la Virginie" qui aime les chevaux d'équitation justes comme beaucoup qu'il aime fouiller au monde dangereux de l'intrigue et de l'espionnage gouvernemental.

"Rappelez-vous, Sempre Fi," qu'est pourquoi je suis de retour, "raille le Colonel.

Et quand il vient au Moyen-Orient, il connaît le gazon, il connaît les prétendus bons types des mauvais types, même lorsqu'ils changent parfois la couleur de leurs chapeaux pour la convenance politique. Il sait les "coins et recoins" dangereux derrière les politiques secrètes de grands projectiles comme Rumsfeld, Wolfowitz et Richard Perle. Il dédaigne particulièrement Perle, l'appelle un "fou" qui ouvertement beugle aux parties de Washington au sujet de la puissance du "nouvel ordre mondial" et de venir à la 3eme guerre mondiale.

Bien que son dédain soit évident pour ceux qu'il appelle les néo--cons de la hiérarchie civile, il est toujours probablement sur une base de prénom avec eux, car les jeux joués dans les halls du gouvernement de l'ombre disparaissent beaucoup plus profonds que des mots.

"Ils vous laissent parler, vous laissent continuer sachant que vous serez écarté en tant que fanatique," explique le Colonel. "Mais si vous devenez trop étroit, trop près d'exposer la vraie vérité, tous ce que je peux dire est "gare à vos fesses".Je visite toujours le Pentagone régulièrement, plus maintenant puisque le 911 a eu lieu. Il n'est jamais facile de dire vraiment qui sont vos amis de vos ennemis. Mais c'est une partie de service militaire, triant le bon grain de l'ivrai."

Une fois un marine, toujours un marine, mais quand il vient "à l'histoire officielle" au sujet des attaques du 911, le Colonel et ses camarades du Pentagone descendent des côtés complètement différents de la barrière. Au moins, publiquement, souligne le Colonel.

"J'ai personnellement parlé avec le chef de l'état major des armées, le Général Myers, et il est en accord total, du moins en privé, que le 911 étaient un travail interne," a dit le Colonel. "Il est d'accord avec mon évaluation et l'évaluation d'autres experts que tous disent que" l'histoire officielle "est à coté de la plaque. Naturellement, il la niera publiquement comme les autres haut placés dans les secteurs militaires et civils. Ils, en fait, nieront publiquement m'avoir jamais parlé. C'est la manière dont le jeu est joué.

"Mais ils ne peuvent pas nier, si quelqu'un creuserait juste assez profondément pour pousser l'issue, qu'il avec un groupe d'expert-pilotes civils et militaires a présenté les 24 de rapport au General Myers après le 911, détaillant notre théorie de ce qui s'est vraiment produit. Il est d'accord avec notre évaluation que c'était un travail interne.Il ne l'admettra pas juste publiquement et, vous voyez, les jeux continuent!"

Le rapport de 24 page présenté au General Myers a été compilé par un groupe distingué de civil et de pilotes militaires après qu'un colloque marathon de 72 heures organisé par le Colonel les jours justes après 911.

Les résultats choquaient, mais seulement à ceux non privés de la façon dont les néo cons et leurs riches défenseurs fonctionnent.

Le rapport avertit fondamentalement le public américain que la version officielle du gouvernement ne supporte pas à l'examen minutieux. Il conclut que les systèmes de défense militaires ont été suspendus et des procédures habituelles d'opération ont été ignorées, tenant compte des avions du 911 pour frapper leurs cibles sans interruption.

En outre, le rapport conclut que l' équipage sur chacun des quatre vols avec passagers impliqué dans le 911 n'a eu aucun contrôle de leur avion et était soit télécommandé vers leurs cibles soit substitué par des drones militaires. Le rapport ajoute que le vol 93, volant au-dessus du comté de Somerset, PA, était le seul avion qui ne devrait pas avoir été abattu, mais a été abattu le plus probablement sur les ordres spécifiques avec des missiles mis le feu d'un escadron de chasse appelé les "voyous heureux".

"Notre rapport écrit est finalement entré dans les mains du vice-président de l'état major des armées, le General,Peter Pace, le 23 janvier 2002," indique le Colonel.

"J'ai alors eu un appel le 5 mars d'un des propriétaire de chevaux du Général qu'il n'y aurait aucun commentaire officiel actuellement.

"Maintenant, la situation entourant mon rapport demeure comme suit : Les médias américains traditionnels n'ont pas publié ou n'ont annoncé aucun détails concernant l'enquête indépendante. J'ai l'évidence entiere que 500 copies du rapport ont été immédiatement distribuées en haut rang, y compris le Général Myers, Rumsfeld et la Maison Blanche .Pas étonnamment, je n'ai pas été officiellement approché concernant nos résultats et il n'y a eu aucun mot officiel mentionné quelque par ni aucune de ces parties mentionnées ci-dessus.

"En fait, les seules personnes pour lui donner n'importe quelle mention du tout ont été un rapport très long et détaillé dans la presse du Portugal comme une entrevue cette année avec le radiodiffuseur alternatif, Alex Jones.

"Actuellement, j'ai mis le 911 derrière moi, car je peux maintenant monter mon cheval préféré encore après avoir été frappé par une crise cardiaque que je pense étais le résultat de l'effort lié à l'affaire de la totalité du 911. Ne le prenez pas mal, je n'ai pas oublié ou donné vers le haut de l'espoir. Je veux juste avancer et peut-être éviter ce que ces néo cons ont projeté après. Cependant, je ne veux pas speculer comme je préfère rester dans la course effective vers l'avant."

On dit qu'un militaire attend la retraite et ainsi ses droit du premier amendement se mettent en boîte finalement. Et est exactement ce ce que le Colonel a fait, écrivant une trilogie étendue de trois-volume titré "Les barbares à l'intérieur des portes".

Ses livres, en vente dans les librairies limitées et par la poste, essentiellement documentent l'élévation des globalist et le mouvement néo con qui cherche à établir un "Nouvel ordre du monde" en militarisant et fédéralisant perpétrant à un changement classique de gouvernement aux Etats-Unis.

Une citation de son deuxième livre, titré "la vengeance du Rat" diffusé en octobre 2002, met le 911 dans la perspective par rapport au mouvement des globalistes :

"Le déclenchement des activités du 911 était l'effondrement financier mondial imminent et imparable, qui peut seulement être temporairement empêché par une guerre importante, peut-être connu sous le nom de troisieme guerre mondiale. Pour retirer ceci, je vois par la suite qu'ils projettent d'imposer la loi martiale aux Etats-Unis."

La seule manière de les arrêter, conclut le Colonel, est pour que nos militaires réagissent avec un contre- coup. Dans son premier livre, appelé "la piqûre du serpent", écrite en 2000 avant le 911, les entretiens de Colonel sur ce contre- coup apporté contre le mouvement néo conserveteur.

"C'est notre seul salut maintenant après le 911," il avertit. "Je chiffre à environ 70% des militaires au Pentagone sont avec nous sur ceci, mais il est difficile de dire puisqu'ils ont placé tant de subordonnés fidèles à la hiérarchie civile dans les hauts rangs. Cependant, tous les signes sont là : d'abord l'attaque pour créer la crainte, le patriot act ensuite pour controler les masses, puis la loi martiale et puis le changement. Ils peuvent être arrêtés, mais cela ne va pas être facile."

Le colonel souligne le mouvement néo--conservateur est personnifié par l'Assistant au secretariat de la défense Paul Wolfowitz.

"Wolfowitz a été dans ce jeu depuis 1974," dit le colonel. "J'étais toujours dans le service actif quand je l'ai rencontré en 1974 et il venait même fort alors, de même que Richard Perle et un quelques autres.

"D'observer les globalists, il évident qu'ils ont eu une bonne pensée hors les plan d'attaque du 911. Cependant, je sais également à l'évidence que beaucoup de choses post 911ne sont pas allés selon le programme et, ainsi je pense, qu'ils ne savent pas vraiment quoi faire maintenant"

Et si le Colonel a sa manière, il voudrait rester une étape en avant, arrêtant le mouvement néo--conservateur dans ses voies avant que les vies les plus innocentes soient perdues ici et ailleurs.

"J'ai foi que la justice régnerai à la fin, mais ça va être un long, dur combat avec notre salut se reposant fondamentalement dans les mains du fidèle combattant ces barbares déjà à l'intérieur des portes.

"Rappelez-vous, Sempre Fi, Sempre Fi."
http://www.arcticbeacon.citymaker.com/articles/article/1518131/17041.htm

Autres liens sur le Colonel Donn De Grand Pre :

http://www.prisonplanet.com/022904degrandpre.html
http://www.apfn.net/messageboard/8-10-03/discussion.cgi.64.html
http://www.btpholdings.com/barbarians.html
http://www.styvoo.ch/postx318-0-105.html


Samedi 17 Septembre 2005


Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires