Analyse et décryptage

Les antimissiles américains en Pologne peuvent devenir une arme redoutable (expert)


Dans la même rubrique:
< >


RIA-Novosti
Jeudi 11 Octobre 2007

Les antimissiles américains en Pologne peuvent devenir une arme redoutable (expert)
Les antimissiles, que les Etats-Unis envisagent de déployer en Pologne, sont une arme de frappe et représentent une menace réelle pour la Russie, estime le professeur Vladimir Zavaliï, docteur d'Etat ès sciences techniques et spécialiste en matière de défense antimissile.

Selon lui, l'intention des Etats-Unis d'implanter en Pologne 10 antimissiles destinés à intercepter d'éventuels missiles balistiques iraniens à ogives nucléaires marque le début d'une nouvelle étape de la "guerre des étoiles".

"Les antimissiles qu'il est prévu de déployer en Pologne sont des missiles capables de suivre une trajectoire balistique. C'est une arme d'autant plus redoutable qu'il est facile de les doter d'une ogive spéciale et d'améliorer leur précision de frappe", a confié le professeur Zavaliï à l'agence RIA Novosti.

Selon lui, cette arme laissera au système russe de préalerte très peu de chances de réagir en cas d'attaque.

"Les possibilités de notre système de détecter un tir de missiles et d'alerter les dirigeants supérieurs du pays seront ramenées au minimum. Le temps de réaction disponible sera tout juste de deux à trois minutes. Ce laps de temps ne permettra d'opposer aucune riposte", a souligné l'expert.

D'après lui, bien que personne aux Etats-Unis ne parle aujourd'hui de ce scénario, il est techniquement parfaitement réaliste.

M. Zavaliï a rappelé qu'il n'existait aucun accord sur le contrôle des éléments du futur bouclier antimissile.

"Aucun accord ne nous autorise à effectuer des inspections en Pologne. Pis, la conclusion d'un tel accord n'est même pas prévue", a-t-il constaté.

Quant au radar que les Etats-Unis envisagent de déployer en République tchèque, il sera en mesure de surveiller toutes les activités aérospatiales dans la partie européenne de la Russie.

"La politique de Washington n'est pas de rompre les relations avec nous, mais de privilégier une coopération dont il pourra tirer des avantages. Cette politique ne profitera nullement à la Russie", estime M. Zavaliï.

Il a rappelé que la Russie et les Etats-Unis avaient convenu de créer en commun un centre d'échange des informations fournies par leurs systèmes de préalerte. En 2000, l'accord prévoyant l'implantation de ce centre avait été signé par les présidents russe et américain. Or, depuis leur arrivé au pouvoir, les républicains ne cessent de freiner l'application de ce document.

L'expert n'exclut pas la possibilité d'une situation analogue dans le cas du bouclier antimissile en Europe. A son avis, certaines ententes pourront être conclues, mais elles ne seront pas respectées.

M. Zavaliï doute que les Américains acceptent de créer un système ABM conjointement avec la Russie ou d'utiliser en commun le radar de Gabala, en Azerbaïdjan.

Il est persuadé que les efforts des Etats-Unis pour déployer un système mondial de défense antimissile ne donneront pas les résultats escomptés.

"Ce système ne sera pas en mesure de protéger les Etats-Unis contre les attaques balistiques d'envergure. La mise en oeuvre d'un tel système est impossible en principe", estime l'expert.

Selon lui, les Américains eux-mêmes le comprennent, mais s'en tiennent à une approche tout à fait différente.

"Premièrement, ils ont besoin de perfectionner leurs technologies de pointe et l'ABM leur offre cette possibilité dans tous les domaines. Deuxièmement, ils sont obligés de nourrir leur immense complexe militaro-industriel. Troisièmement, créer l'illusion d'un bouclier antimissile planétaire signifie obtenir le moyen de faire pression non seulement sur la Russie, mais aussi - et surtout - sur les pays de la région Asie-Pacifique", a conclu le professeur Zavaliï.

Vendredi prochain, la Russie et les Etats-Unis tiendront à Moscou des consultations sur les problèmes de la sécurité stratégique, en particulier sur l'ABM. Organisée dans le format "deux/deux", cette rencontre réunira les ministres de la Défense et des Affaires étrangères russes et américains.


Jeudi 11 Octobre 2007

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances

Publicité

Brèves



Commentaires