Palestine occupée

Les accords de paix Palestiniens dans l'impasse



Jeudi 29 Octobre 2009

Les accords de paix Palestiniens dans l'impasse
La querelle amère et interminable entre le Fatah et le Hamas répand son poison à travers le Moyen-Orient et au-delà.
 
 Le fossé qui sépare la Cisjordanie et Gaza semble abyssale. Les deux territoires en souffrance – l’un sous l’occupation Israélienne, l'autre sous le siège Israélien – restent chacun accroché à la gorge de l’autre, comme s’ils ignoraient que leur rancune les met en danger et condamne leur cause nationale à l'oubli.  
 
 Les Palestiniens eux-mêmes sont les principales victimes de l'inimitié effrontée entre le Fatah et le Hamas. Mahmoud Abbas, le chef du Fatah et président de l'Autorité Palestinienne, est largement critiqué dans les cercles palestiniens, et pas les moindres, en raison de son hésitation concernant le rapport Goldstone sur les crimes de guerre commis pendant la guerre de Gaza de Décembre-Janvier.  
 
 Mais il y a aussi d'autres dommages. L'Egypte a fait d'immenses efforts en tant que médiateur entre le Fatah et le Hamas. Après de longues et patientes négociations, l’Egypte a élaboré un document détaillé, traitant de sujets controversés tels que des accords pour des élections Palestiniennes planifiées pour le 28 juin 2010, la fusion des forces de sécurité, un futur gouvernement des deux territoires par un comité commun au Fatah et au Hamas, et ainsi de suite. On espérait que les deux partis signeraient la semaine dernière, et s'engageraient ainsi sur le chemin de la réconciliation, peut-être conduisant en temps opportun à la formation d'un gouvernement d'unité nationale.  
 
 Mais ces espoirs se sont une nouvelle fois avérés vains. Le document demeure non signé. L'influence du Caire en a souffert, de même que la réputation de son chef des services secrets, le Général Omar Suleyman, qui a mené les efforts prolongés de médiation. Pire encore, l'intérêt national de l'Egypte est menacé. Coupé du monde par Israël, Gaza est de plus en plus intégré à l'économie Egyptienne. Il en dépend pour sa survie avec les marchandises passées en contrebande à partir de l'Egypte, par les centaines de tunnels frontaliers.  
 
 Israël ne souhaite pas mieux que de céder les besoins de Gaza à l’Egypte, mais c’est ce que l’Egypte craint le plus. Qui voudrait hériter de la responsabilité d'une société brisée de 1.5 millions d’habitants en colère, privés de tout et radicalisés, 9 habitants de Gaza sur 10 vivent sous le seuil de pauvreté ? L'Egypte a déjà assez de problèmes avec sa propre population pour avoir de quoi s'inquiéter, que le désespoir à Gaza puissent passer à travers la frontière et infecter le Sinaï, y créant de graves problèmes de sécurité.
 
 
 Ne souhaitant en aucun cas être blâmé pour l'échec de la médiation Egyptienne, Mahmoud Abbas a signé la semaine dernière un décret appelant à des élections en Cisjordanie et à Gaza pour le 24 Janvier. Le Hamas a aussitôt déclaré que ce décret était illégal et indiqué qu'il n’y participerait pas.  
 
 Un autre dommage de l'inimitié Palestinienne est la stratégie de paix pour le Moyen-Orient du Président Barack Obama. Si les Palestiniens pensent qu’il peut leur donner un Etat Palestinien alors qu'ils continuent à se disputer, ils se trompent lourdement. Sans un front Palestinien et Arabe uni, il y a peu d'espoir pour un règlement pacifique.  
 
 Mais les Etats-Unis sont eux-mêmes bloqués par leur refus de tout contact avec le Hamas, qui demeure sur sa liste d’organisation terroriste. Ceci va contre toute logique puisque le Hamas semble avoir abandonné la lutte armée, est fermement aux commandes de Gaza, et a indiqué à plusieurs interlocuteurs internationaux qu'il est prêt à accepter une solution de deux états. Il est certainement temps pour les Etats-Unis d’engager le dialogue avec le Hamas -- comme ils l’ont fait avec l'Iran, le Soudan et la Syrie ?  
 
 Il y a cependant des rumeurs, que sous la pression Israélienne, les Etats-Unis – en la personne de l'envoyé spécial pour le Moyen-Orient, George Mitchell – ont pu conseiller Mahmoud Abbas que le moment n'était pas venu pour un accord avec le Hamas. Si ces rumeurs s’avèrent vraies, l'administration d'Obama se tire une balle dans le pied et sa politique de paix est condamnée à l'échec.  
 
 En Israël, le gouvernement extrémiste de Binyamin Netanyahu est évidemment enchanté par l’hésitation Américaine et les divisions Palestiniennes. Alors que la côte de popularité de Netanyahu en Israël a monté, les sondages d'Obama en Amérique ont chuté. Ayant remporté la bataille contre Obama sur les colonies, Netanyahu est maintenant confiant qu'il peut résister à la pression internationale de négocier sur les questions importantes. « Nous n'avons aucun partenaire pour la paix, » peut-il clamer, « Abbas est trop faible pour fournir la paix, alors que Hamas sont des terroristes qui veulent nous tuer. »  
 
 En attendant, Israël prévoit évidemment de continuer son vol des terres à Jérusalem et en Cisjordanie. En dehors des grands blocs de colonies près des frontières Israëliennes, qui abritent environ 225.000 colons Israéliens, il y a déjà 75.000 colons de plus au delà de la barrière de sécurité. Les fanatiques nationaliste-religieux sont plus puissants que jamais, alors que le camp Israélien pour la paix semble avoir abdiqué.  
 
 L'impasse semble totale. Le cruel siège de Gaza continue. Les Etats Arabes sont incapables de faire poids. Israël est implacable. L'Union européenne est préoccupée avec ses propres problèmes d'agrandissement et d'intégration.
Et les grands espoirs que Barack Obama a suscités il y a juste quelques mois, s'évaporent lentement, mais sûrement.
 
Traduction Alter Info
 
 http://www.agenceglobal.com/Article.asp?Id=2174



Jeudi 29 Octobre 2009


Commentaires

1.Posté par dik le 30/10/2009 11:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La réconcilation entre le Fatah et Hamas est interdite en coulisses par les USA et Israël qui affirment, haut et forts, qu'il n'y a pas de lendemain pour les palestiniens sans réconciliation! Inutile de louer les efforts des pays dits "modérés", l'Egypte à leur tête, quand ils sont dans le camp ennemi. Le document signé par Fatah a été trafiqué en dernière minute, par l'Egypte, pour que Hamas ne peut le signer sans se dénier!

Lire l'article "La métamorphose d'un humain en vermine" d'Aline de Dieguez sur Alterinfo : Qui peut s'entendre avec la vermine?

En attendant, seuls les succès de BDS, du rapport Goldstone et la pression des ONG pour lever le blocus sur Gaza peuvent être opérants.

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires