ANALYSES

Les USA sont « très semblables à l’Allemagne de Weimar », s’inquiète Noam Chomsky (VO)


Dans la même rubrique:
< >

Mercredi 19 Octobre 2016 - 12:49 Le prix de la rétrogradation

Lundi 17 Octobre 2016 - 11:17 Olivier Roy : « Le djihad et la mort »


« Je n’ai jamais rien vu de tel durant ma vie, s’alarme Noam Chomsky. « Je suis suffisamment âgé pour me souvenir des années 1930. Toute ma famille était au chômage. La situation était bien plus difficile qu’aujourd’hui. Mais il y avait beaucoup d’espoir. Les gens espéraient. » Alors qu’aujourd’hui l’atmosphère qui règne aux Etats-Unis est « effrayante » juge Chomsky, qui compare la situation à l’Allemagne de Weimar. « Les parallèles sont frappants », note-t-il. « Il y avait aussi une énorme désillusion envers le système parlementaire. Le fait le plus frappant concernant Weimar, ce n’est pas que les nazis aient vaincu les sociaux-démocrates et les communistes, mais que les partis traditionnels, les conservateurs et les libéraux, étaient haïs et ont disparu. Cela a laissé un vide que les nazis ont très habilement réussi à occuper. » Chris Hedges a recueilli les propos de Noam Chomsky.


Chris Hedges
Mardi 20 Avril 2010

Les USA sont « très semblables à l’Allemagne de Weimar », s’inquiète Noam Chomsky (VO)

Par Chris Hedge, Truth Dig, 19 avril 2010

Noam Chomsky is America’s greatest intellectual. His massive body of work, which includes nearly 100 books, has for decades deflated and exposed the lies of the power elite and the myths they perpetrate. Chomsky has done this despite being blacklisted by the commercial media, turned into a pariah by the academy and, by his own admission, being a pedantic and at times slightly boring speaker. He combines moral autonomy with rigorous scholarship, a remarkable grasp of detail and a searing intellect. He curtly dismisses our two-party system as a mirage orchestrated by the corporate state, excoriates the liberal intelligentsia for being fops and courtiers and describes the drivel of the commercial media as a form of “brainwashing.” And as our nation’s most prescient critic of unregulated capitalism, globalization and the poison of empire, he enters his 81st year warning us that we have little time left to save our anemic democracy.

“It is very similar to late Weimar Germany,” Chomsky told me when I called him at his office in Cambridge, Mass. “The parallels are striking. There was also tremendous disillusionment with the parliamentary system. The most striking fact about Weimar was not that the Nazis managed to destroy the Social Democrats and the Communists but that the traditional parties, the Conservative and Liberal parties, were hated and disappeared. It left a vacuum which the Nazis very cleverly and intelligently managed to take over.”

“The United States is extremely lucky that no honest, charismatic figure has arisen,” Chomsky went on. “Every charismatic figure is such an obvious crook that he destroys himself, like McCarthy or Nixon or the evangelist preachers. If somebody comes along who is charismatic and honest this country is in real trouble because of the frustration, disillusionment, the justified anger and the absence of any coherent response. What are people supposed to think if someone says ‘I have got an answer, we have an enemy’ ? There it was the Jews. Here it will be the illegal immigrants and the blacks. We will be told that white males are a persecuted minority. We will be told we have to defend ourselves and the honor of the nation. Military force will be exalted. People will be beaten up. This could become an overwhelming force. And if it happens it will be more dangerous than Germany. The United States is the world power. Germany was powerful but had more powerful antagonists. I don’t think all this is very far away. If the polls are accurate it is not the Republicans but the right-wing Republicans, the crazed Republicans, who will sweep the next election.”

“I have never seen anything like this in my lifetime,” Chomsky added. “I am old enough to remember the 1930s. My whole family was unemployed. There were far more desperate conditions than today. But it was hopeful. People had hope. The CIO was organizing. No one wants to say it anymore but the Communist Party was the spearhead for labor and civil rights organizing. Even things like giving my unemployed seamstress aunt a week in the country. It was a life. There is nothing like that now. The mood of the country is frightening. The level of anger, frustration and hatred of institutions is not organized in a constructive way. It is going off into self-destructive fantasies.”

“I listen to talk radio,” Chomsky said. “I don’t want to hear Rush Limbaugh. I want to hear the people calling in. They are like [suicide pilot] Joe Stack. What is happening to me ? I have done all the right things. I am a God-fearing Christian. I work hard for my family. I have a gun. I believe in the values of the country and my life is collapsing.”

Chomsky has, more than any other American intellectual, charted the downward spiral of the American political and economic system, in works such as “On Power and Ideology : The Managua Lectures,” “Rethinking Camelot : JFK, the Vietnam War, and US Political Culture,” “A New Generation Draws the Line : Kosovo, East Timor and the Standards of the West,” “Understanding Power : The Indispensable Chomsky,” “Manufacturing Consent” and “Letters From Lexington : Reflections on Propaganda.” He reminds us that genuine intellectual inquiry is always subversive. It challenges cultural and political assumptions. It critiques structures. It is relentlessly self-critical. It implodes the self-indulgent myths and stereotypes we use to elevate ourselves and ignore our complicity in acts of violence and oppression. And it makes the powerful, as well as their liberal apologists, deeply uncomfortable.

Chomsky reserves his fiercest venom for the liberal elite in the press, the universities and the political system who serve as a smoke screen for the cruelty of unchecked capitalism and imperial war. He exposes their moral and intellectual posturing as a fraud. And this is why Chomsky is hated, and perhaps feared, more among liberal elites than among the right wing he also excoriates. When Christopher Hitchens decided to become a windup doll for the Bush administration after the attacks of 9/11, one of the first things he did was write a vicious article attacking Chomsky. Hitchens, unlike most of those he served, knew which intellectual in America mattered.

“I don’t bother writing about Fox News,” Chomsky said. “It is too easy. What I talk about are the liberal intellectuals, the ones who portray themselves and perceive themselves as challenging power, as courageous, as standing up for truth and justice. They are basically the guardians of the faith. They set the limits. They tell us how far we can go. They say, ‘Look how courageous I am.’ But do not go one millimeter beyond that. At least for the educated sectors, they are the most dangerous in supporting power.”

Chomsky, because he steps outside of every group and eschews all ideologies, has been crucial to American discourse for decades, from his work on the Vietnam War to his criticisms of the Obama administration. He stubbornly maintains his position as an iconoclast, one who distrusts power in any form.

“Most intellectuals have a self-understanding of themselves as the conscience of humanity,” said the Middle East scholar Norman Finkelstein. “They revel in and admire someone like Vaclav Havel. Chomsky is contemptuous of Havel. Chomsky embraces the Julien Benda view of the world. There are two sets of principles. They are the principles of power and privilege and the principles of truth and justice. If you pursue truth and justice it will always mean a diminution of power and privilege. If you pursue power and privilege it will always be at the expense of truth and justice. Benda says that the credo of any true intellectual has to be, as Christ said, ‘my kingdom is not of this world.’ Chomsky exposes the pretenses of those who claim to be the bearers of truth and justice. He shows that in fact these intellectuals are the bearers of power and privilege and all the evil that attends it.”

“Some of Chomsky’s books will consist of things like analyzing the misrepresentations of the Arias plan in Central America, and he will devote 200 pages to it,” Finkelstein said. “And two years later, who will have heard of Oscar Arias ? It causes you to wonder would Chomsky have been wiser to write things on a grander scale, things with a more enduring quality so that you read them forty or sixty years later. This is what Russell did in books like ‘Marriage and Morals.’ Can you even read any longer what Chomsky wrote on Vietnam and Central America ? The answer has to often be no. This tells you something about him. He is not writing for ego. If he were writing for ego he would have written in a grand style that would have buttressed his legacy. He is writing because he wants to effect political change. He cares about the lives of people and there the details count. He is trying to refute the daily lies spewed out by the establishment media. He could have devoted his time to writing philosophical treatises that would have endured like Kant or Russell. But he invested in the tiny details which make a difference to win a political battle.”

“I try to encourage people to think for themselves, to question standard assumptions,” Chomsky said when asked about his goals. “Don’t take assumptions for granted. Begin by taking a skeptical attitude toward anything that is conventional wisdom. Make it justify itself. It usually can’t. Be willing to ask questions about what is taken for granted. Try to think things through for yourself. There is plenty of information. You have got to learn how to judge, evaluate and compare it with other things. You have to take some things on trust or you can’t survive. But if there is something significant and important don’t take it on trust. As soon as you read anything that is anonymous you should immediately distrust it. If you read in the newspapers that Iran is defying the international community, ask who is the international community ? India is opposed to sanctions. China is opposed to sanctions. Brazil is opposed to sanctions. The Non-Aligned Movement is vigorously opposed to sanctions and has been for years. Who is the international community ? It is Washington and anyone who happens to agree with it. You can figure that out, but you have to do work. It is the same on issue after issue.”

Chomsky’s courage to speak on behalf of those, such as the Palestinians, whose suffering is often minimized or ignored in mass culture, holds up the possibility of the moral life. And, perhaps even more than his scholarship, his example of intellectual and moral independence sustains all who defy the cant of the crowd to speak the truth.

“I cannot tell you how many people, myself included, and this is not hyperbole, whose lives were changed by him,” said Finkelstein, who has been driven out of several university posts for his intellectual courage and independence. “Were it not for Chomsky I would have long ago succumbed. I was beaten and battered in my professional life. It was only the knowledge that one of the greatest minds in human history has faith in me that compensates for this constant, relentless and vicious battering. There are many people who are considered nonentities, the so-called little people of this world, who suddenly get an e-mail from Noam Chomsky. It breathes new life into you. Chomsky has stirred many, many people to realize a level of their potential that would forever been lost.”


Publication originale Truth Dig

http://contreinfo.info/article.php3?id_article=3037 http://contreinfo.info/article.php3?id_article=3037



Mardi 20 Avril 2010


Commentaires

1.Posté par cielétoilé le 20/04/2010 21:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il fait partie de ces gens courageux d'Amérique qui ont encore l'âme des premiers pionniers . Ce ne sont pas eux qui ont le pouvoir mais ils sont de ces premières pierres de la cité de l'humanité du futur.

2.Posté par Filibert le 20/04/2010 21:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Traduction google

Par Chris Hedge, Vérité Dig, 19 avril 2010

Noam Chomsky est le plus grand intellectuel de l'Amérique. Son corps massif de travail, qui comprend près de 100 livres, a pendant des décennies dégonflé et a exposé les mensonges de l'élite au pouvoir et les mythes qu'ils commettent. Chomsky a fait cela en dépit d'être boycotté par les médias commerciaux, transformé en paria par l'Académie et, de son propre aveu, est un haut-parleur pédant et parfois un peu ennuyeux. Il combine avec l'autonomie morale de bourses d'études rigoureuses, d'une remarquable maîtrise du détail et une intelligence fulgurante. Il rejette sèchement notre système à deux partis comme un mirage orchestrée par l'état des sociétés, condamne la intelligentsia libérale pour FOPS être et courtisans et décrit les radotages des médias commerciaux comme une forme de «lavage de cerveau." Et comme le critique le plus visionnaires de notre pays de capitalisme sauvage, la mondialisation et le poison de l'empire, il entre dans sa 81 e année nous avertir que nous avons peu de temps pour sauver notre démocratie anémique.

"Il est très similaire à la fin de l'Allemagne de Weimar,« Chomsky m'a dit quand je l'ai appelé à son bureau à Cambridge, Mass "Les parallèles sont frappants. Il y avait aussi d'énormes désillusions avec le système parlementaire. Le fait le plus frappant de Weimar n'était pas que les nazis ont réussi à détruire les sociaux-démocrates et les communistes, mais que les partis traditionnels, les partis conservateurs et libéraux, étaient haïs et disparut. Il a laissé un vide que les nazis très habilement et intelligemment réussi à prendre le relais. "

"Les Etats-Unis est extrêmement chanceux qu'aucun honnête, figure charismatique a surgi", Chomsky a continué. «Chaque personnage charismatique est tel un escroc évident qu'il se détruit, comme McCarthy ou Nixon ou les prédicateurs évangélistes. Si quelqu'un vient le long qui est charismatique et honnête de ce pays est réellement en danger à cause de la frustration, de désillusion, la colère justifiée et l'absence de toute réponse cohérente. Ce que les gens sont censés pense que si quelqu'un dit: «J'ai obtenu une réponse, nous avons un ennemi? Il était là les Juifs. Ici, il sera les immigrants illégaux et les noirs. On nous dira que les hommes blancs sont une minorité persécutée. On nous dira que nous avons à nous défendre et l'honneur de la nation. La force militaire sera élevé. Les gens vont être battus. Cela pourrait devenir une force écrasante. Et si cela arrive, il sera plus dangereux que l'Allemagne. Les États-Unis est la première puissance mondiale. L'Allemagne était puissante, mais avait antagonistes plus puissants. Je ne pense pas que tout cela est très loin. Si les sondages sont exacts, il n'est pas les républicains, mais les républicains de droite, les Républicains fou, qui va balayer la prochaine élection. "

«Je n'ai jamais rien vu de tel dans ma vie", a ajouté Chomsky. "Je suis assez vieux pour se souvenir des années 1930. Toute ma famille est au chômage. Il y avait beaucoup plus désespérée conditions qu'aujourd'hui. Mais il était plein d'espoir. Les gens avaient l'espoir. Le DPI a été l'organisation. Personne ne veut le dire plus, mais le Parti communiste a été le fer de lance pour le travail et l'organisation des droits civils. Même les choses comme donner ma tante couturière au chômage une semaine dans le pays. C'était une vie. Il n'y a rien comme ça maintenant. L'humeur du pays est effrayant. Le niveau de la colère, la frustration et la haine des institutions n'est pas organisée d'une manière constructive. Il s'en va dans les fantasmes auto-destructeurs. "

«J'écoute la radio pour parler", a dit Chomsky. "Je ne veux pas entendre Rush Limbaugh. Je veux entendre les gens qui appellent po Ils sont comme [le suicide pilote] Stack Joe. Qu'est-ce qui m'arrive? J'ai fait toutes les bonnes choses. Je suis un craignant Dieu chrétien. Je travaille dur pour ma famille. J'ai un fusil. Je crois dans les valeurs du pays et de ma vie qui s'effondre. "

Chomsky a, plus que toute autre intellectuelle américaine, la carte de la spirale descendante du système politique américain et économique, dans des œuvres comme "Le pouvoir et d'idéologie: Le cours de Managua», «Repenser Camelot: JFK, la guerre du Vietnam et des États-Unis politique Culture »,« une nouvelle génération dessine la ligne: le Kosovo, le Timor oriental et les normes de l'Occident »,« Comprendre Power: La Chomsky indispensable "," Manufacturing Consent "et" Letters From Lexington: Réflexions sur la propagande. "Il nous rappelle qu'une véritable enquête intellectuelle est toujours subversive. Il remet en question les présupposés culturels et politiques. Il critique les structures. Il est sans cesse auto-critique. Il implose les mythes auto-indulgence et les stéréotypes que nous utilisons pour nous élever et d'ignorer notre complicité dans des actes de violence et d'oppression. Et il rend les puissants, ainsi que leurs apologistes libérale, profondément mal à l'aise.

réserves Chomsky son venin féroces de l'élite libérale dans la presse, les universités et le système politique qui agissent comme un écran de fumée pour la cruauté du capitalisme sans frein et la guerre impériale. Il expose leur posture morale et intellectuelle comme une fraude. Et c'est pourquoi Chomsky est haï, et peut-être craint, plus parmi les élites libérales que parmi l'aile droite, il excorie aussi. Lorsque Christopher Hitchens a décidé de devenir une poupée liquidation de l'administration Bush après les attentats du 9 / 11, l'une des premières choses qu'il fit fut d'écrire un article vicieux attaquer Chomsky. Hitchens, contrairement à la plupart de ceux qu'il servait, qui savait intellectuelle en Amérique comptait.

«Je ne vous souciez pas écrire sur Fox Nouvelles", a dit Chomsky. "Il est trop facile. Ce dont je parle sont les intellectuels libéraux, ceux qui se décrivent eux-mêmes et perçoivent en tant que puissance difficile, aussi courageux, que défendre la vérité et de justice. Elles sont essentiellement les gardiens de la foi. Ils fixent les limites. Ils nous disent à quel point nous pouvons aller. Ils disent: «Regardez comme je suis courageuse." Mais n'allez pas d'un millimètre au-delà. Au moins pour les secteurs cultivés, ils sont les plus dangereuses de la soutenir. "

Chomsky, parce qu'il suit à l'extérieur de chaque groupe et évite toutes les idéologies, a été crucial au discours américain depuis des décennies, de son travail sur la guerre du Vietnam pour ses critiques de l'administration Obama. Il maintient obstinément sa position comme un iconoclaste, un homme qui se méfie de la puissance sous toutes ses formes.

"La plupart des intellectuels ont une auto-compréhension de soi que la conscience de l'humanité", a déclaré le Moyen-Orient scholar Norman Finkelstein. "Ils savourent et admirer quelqu'un comme Vaclav Havel. Chomsky est méprisante de Havel. Chomsky embrasse la vue Julien Benda du monde. Il ya deux ensembles de principes. Ils sont les principes de pouvoir et de privilège et les principes de vérité et de justice. Si vous rechercher la vérité et la justice, il sera toujours synonyme d'une diminution du pouvoir et de privilège. Si vous poursuivez pouvoir et de privilège, il sera toujours au détriment de la vérité et la justice. Benda dit que le credo de tout véritable intellectuel doit être, comme le Christ a dit: «Mon royaume n'est pas de ce monde." Chomsky expose les prétentions de ceux qui prétendent être les détenteurs de la vérité et de justice. Il montre qu'en fait, ces intellectuels sont les détenteurs du pouvoir et de privilège et tout le mal qui l'accompagne. "

«Certains des ouvrages de Chomsky se composera de choses comme l'analyse des déformations du plan Arias en Amérique centrale, et il va consacrer 200 pages à elle," a dit Finkelstein. »Et deux ans plus tard, qui ont entendu des Oscar Arias? Il vous fait étonnant serait Chomsky ont été plus sage d'écrire des choses sur une grande échelle, les choses avec une qualité plus durable afin que vous les lisiez quarante ou soixante ans plus tard. C'est ce que Russell a fait dans des livres comme «Le mariage et la morale." Peut-on même lire plus ce que Chomsky a écrit sur le Vietnam et l'Amérique centrale? La réponse est souvent négative. Cela vous dit quelque chose sur lui. Il n'est pas écrit pour moi. S'il était écrit pour moi, il aurait écrit dans un grand style qui aurait étayé son héritage. Il écrit parce qu'il veut provoquer un changement politique. Il se soucie de la vie des gens et il ya le nombre de détails. Il essaie de réfuter les mensonges quotidiens vomie par les médias de l'establishment. Il aurait pu consacrer son temps à écrire des traités philosophiques qui ont enduré comme Kant ou de Russell. Mais il a investi dans les petits détails qui font la différence pour gagner une bataille politique. "

«J'essaie d'encourager les gens à penser par eux-mêmes, à la question des hypothèses standard», Chomsky a déclaré lorsqu'on l'interroge sur ses objectifs. "Ne prenez pas pour acquis hypothèses. Commencez par prendre une attitude sceptique envers tout ce qui est la sagesse conventionnelle. Assurez-elle se justifier. Il ne peut généralement pas. Soyez prêt à poser des questions sur ce qui est pris pour acquis. Essayez de penser les choses à travers vous-même. Il ya beaucoup d'informations. Il vous faut apprendre à juger, d'évaluer et de comparer avec d'autres choses. Vous devez prendre certaines choses sur la confiance ou vous ne pouvez pas survivre. Mais s'il ya quelque chose de significatif et important ne le prenez pas sur la confiance. Dès que vous avez lu tout ce qui est anonyme, vous devez immédiatement la méfiance. Si vous lisez dans les journaux que l'Iran défie la communauté internationale, se demander qui est la communauté internationale? L'Inde est opposée à des sanctions. La Chine est opposée à des sanctions. Le Brésil est opposé à des sanctions. Le Mouvement des pays non alignés est vigoureusement opposé à des sanctions et a été pendant des années. Qui est la communauté internationale? Il est à Washington et quiconque se trouve en accord avec elle. Vous pouvez comprendre cela, mais vous avez à faire le travail. C'est la même chose sur la question après l'émission. "

Chomsky courage de parler au nom de ceux qui, comme les Palestiniens, dont la souffrance est souvent minimisé ou ignoré dans la culture de masse, détient la possibilité de la vie morale. Et, peut-être plus encore que son érudition, son exemple de l'indépendance intellectuelle et morale soutient tous ceux qui défient le dévers de la foule pour dire la vérité.

"Je ne peux pas vous dire combien de personnes, moi y compris, et ce n'est pas une hyperbole, dont les vies ont été changées par lui", a déclaré Finkelstein, qui a été chassé de postes dans plusieurs universités pour son courage et d'indépendance intellectuelle. "S'il n'y avait pas Chomsky, j'aurais succombé depuis longtemps. J'ai été frappé et battu dans ma vie professionnelle. Ce n'est que la connaissance que l'un des plus grands esprits de l'histoire humaine a foi en moi qui compense cette constante, sans relâche et vicieux coups. Il ya beaucoup de gens qui sont considérés comme des nullités, les gens soi-disant peu de ce monde, qui, soudain, recevez un e-mail de Noam Chomsky. Il insuffle une nouvelle vie en vous. Chomsky a suscité beaucoup de gens pour réaliser un niveau de leur potentiel qui serait à jamais perdue. "

3.Posté par cielétoilé le 20/04/2010 23:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"recevez un e-mail de Noam Chomsky. Il insuffle une nouvelle vie en vous. Chomsky a suscité beaucoup de gens pour réaliser un niveau de leur potentiel qui serait à jamais perdue." Et quelle est l'adresse de cette nice person ? Remarquez la petite pub qu'on voit de temps en temps affichée sur votre site "recevez une green card " , sachant que celle-ci m'a été refusée et que leurs services de douane (malgré le contrat d'netreprise) ont été limite agressifs , après tout, qu'ils se la gardent ... On est aussi bien en Europe ! On ne va pas les coloniser et être de dangereux immigrés dont parlait Chomsky , ;))) ! Mais il a raison de dire que les américains ont perdu leur confiance en l'avenir . Or c'était bien cette confiance qui leur donnait leur force et leur allant créatif et dynamique dans les affaires .Il a raison de souligner que l'état d'esprit guide les citoyens vers la politique et que la politique forge le monde de demain ...

4.Posté par norodon le 21/04/2010 16:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

""" Alors qu’aujourd’hui l’atmosphère qui règne aux Etats-Unis est « effrayante » juge Chomsky, qui compare la situation à l’Allemagne de Weimar. « Les parallèles sont frappants », note-t-il. « Il y avait aussi une énorme désillusion envers le système parlementaire. """ La peur est plus grave encore quand on sait que ce desespoir
peut etre utilisé et retourné contre l'iran .Il faut avoir a l'esprit que la guerre contre les vietnamiens avait etait pousser par l'existence d'une forte criminalité qui sevisait a cette epoque aux USA . Alors qu'on europe on voit les memes signes et le rapprochement de sarko aux gringos n'est pas etranger a un plan de guerre
concocté contre l' iran ! Chomsky dit beaucoup de chose mais ne fait rien d'autre que nous appeurés des griffes de yankeées. çà rappelle Soleynitsine quand il arrivait aux USA . Il disait "" Je viens d'un pays ou ne peut rien dire ,et je suis dans un dans un pays ou on peut tous dire mais qui ne sert a rien.""""

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires