ALTER INFO

Les USA pourraient utiliser les attentats à la bombe Irakiens pour accroître leur présence militaire dans la région


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 13:05 Formidable reprise économique aux USA

Jeudi 8 Décembre 2016 - 12:40 Fidel et le Che : deux politiques différentes



english.pravda.ru
Vendredi 13 Avril 2007


English Pravda, le 13 avril 2007


​​​​


​​​​Les fonctionnaires US et Irakiens ont exprimé un optimisme prudent sur le fait que les opérations de sécurité depuis deux mois en Irak puissent réussir. Une attaque suicide à la bombe au parlement et une autre qui a fait s'abattre dans le Tigre un pont de Bagdad ont fourni un puissant message montrant que les mesures énergiques menées par les étasuniens pourraient être trop tardives.


​​​​L'attaque à l'intérieur du parlement de l'Irak, qui utilise un palais des congrès de l'ère de Saddam dans la Zone Verte protégée par les États-Unis, s'est produite en dépit de la sécurité considérablement renforcée dans le complexe depuis le début de la dernière offensive de sécurité contre la violence à Bagdad.


​​​​Les attaques à la bombe de jeudi révélaient que la lutte des troupes étasuniennes et Irakiennes se déroulait non seulement à Bagdad mais dans beaucoup de régions dans tout le pays. Les insurgés Sunnites et les miliciens Chiites détenant la force depuis des mois ou des années combattent férocement pour leur territoire, recourant à la tactique des raids éclairs de la guérilla classique.


​​​​Pour aggraver les problèmes se posant aux États-Unis et à la sécurité Irakienne, Al-Qaida opère en Irak, l'organisation la plus violente de la plus grande insurrection Sunnite et celle dont il est le plus difficile de se défendre parce qu'elle possède apparemment une écurie pleine de kamikazes. De pareilles attaques, comme celles de jeudi, peuvent être pratiquement impossibles à arrêter.


​​​​Le symbolisme de l'attaque du parlement dans la Zone Verte, surtout parce qu'on la considère comme un asile sûr dans une ville sans cela chaotique et extraordinairement dangereuse, était un coup de relations publiques à l'enchère de l'administration Bush d'augmenter la force des troupes US et de les garder en Irak.


​​​​Le président George W. Bush et les commandants US en Irak disent tous que l'effort US est fait pour restaurer le calme dans la capitale et dans les régions environnantes au moins jusqu'à la fin de l'été. Mais les attaques de jeudi et d'autres preuves suggèrent que le boulot pourrait prendre considérablement plus de temps.


​​​​L'attaque du parlement aggrave d'autres problèmes qui empoisonnent l'Irak.


​​​​L'administration Bush a exigé que le premier ministre Chiite Nouri al-Maliki honore une série de difficiles références législatives pour remettre le pays sur les rails. Mais aucune d'elles, particulièrement le passage d'une loi de partage des revenus pétroliers dans tout le pays entre Sunnite, Chiite et Kurdes, n'est pas près de passer dans les registres.


​​​​Une attaque comme celle du parlement plongera probablement le récalcitrant corps législatif dans plus d'agitation et rendra improbable l'action rapide pour toute mesure contestée.


​​​​L'offensive sécuritaire actuelle, orchestrée par la Maison Blanche conjointement avec Al-Maliki, recevra les 30.000 troupiers étasuniens supplémentaires dans le pays vers fin mai. Le but déclaré est de calmer suffisamment la capitale de sorte que les politiciens puissent s'occuper des tâches extraordinairement difficiles qu'ils ont devant eux.


​​​​Mais l'attaque du parlement est certaine de seulement durcir les positions. Cela pourrait rendre les compromis -- déjà difficiles -- quasi impossibles.


​​​​Et au delà de ça, l'attaque du parlement a éclipsé l'incroyable destruction de l'une des neuf ponts sur le Tigre de Bagdad, un incident qu'il aurait été difficile d'imaginer même un jour particulièrement violent.


​​​​Les deux attaques ont nettement attiré l'attention sur le fait que la division s'approfondit entre les Sunnites et les Chiites du pays, et sur la difficulté de les réunir. Le pont est tombé physiquement, mais c'est aussi un symbole de la manière dont Bagdad autrefois vibrant, aux quartiers mélangés, est maintenant devenu lentement presque uniquement Sunnite ou Chiite, avec le Tigre comme frontière, rapporte Associated Press.


​​​​Jeudi, le secrétaire de la Défense Robert Gates a levé la possibilité d'une réduction des forces US en Irak fin 2007 ou début 2008, écartant la « mauvaise nouvelle » de la décision du Pentagone de maintenir en place des troupes de combat plus longtemps que prévu.


​​​​« Ils sortent toutes les mauvaises nouvelles tout de suite parce que les nouvelles informations qui peuvent venir un jour l'hiver prochain sont, ah à propos vous ne devez pas partir, » a dit Gates.


​​​​Lui demandant s'il pensait qu'un abaissement du niveau [des troupiers] en hiver était une possibilité réelle, Gates a dit, « Oui. »


​​​​« Je pense que c'est une possibilité, » a-t-il dit aux journalistes en route pour Washington après la réunion au Canada de quelques ministres de la défense de l'OTAN. Il a ajouté que toute décision sur le niveau des troupes dépendra des conditions sur le terrain en Irak.


​​​​Les commentaires de Gates sont venus des heures après une meurtrière attaque suicide à la bombe dans la Zone Verte sévèrement fortifiée de Bagdad qui a tué huit personnes au parlement de l'Irak.


​​​​Les fonctionnaires de l'administration Bush ont condamné l'attaque mais ont rejeté la suggestion qu'elle annonçait le fiasco des énergiques mesures de sécurité dirigées par les USA dans la capitale de l'Irak.


​​​​Condoleezza Rice, la secrétaire d'État a dit qu'on devrait s'attendre à des attaques telles que celle de jeudi puisque les forces US progressent à Bagdad, rapporte Reuters.



Source : agences

Préparé par Alexandre Timoshik

Pravda.ru

http://english.pravda.ru/world/americas/13-04-2007/89669-us_iraqi_bombings-0

Traduction de Pétrus Lombard pour Alter Info




Vendredi 13 Avril 2007

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires