MONDE

Les USA mendient des sanctions contre l'Iran auprès de la Chine et de la Russie


Les USA continuent leurs tractation en coulisse pour mettre en place des sanctions paralysantes contre l'Iran, alors même que l'Iran semble coopérer avec le P5 +1 et l'AIEA et semble satisfaire aux préoccupations internationales. Malgré cela, Les USA semblent avoir déjà en tête que les négociations avec l'Iran échoueront et s'empressent déjà à escalader le dossier.


Jeudi 15 Octobre 2009

En dépit des espoirs Américain, la Russie refuse d'entendre parler de sanctions

L’espoir que la Russie se montrera plus accommodante,  suite au retrait de l’administration Obama du système de défense anti-missile, semble être prématurée ce Mardi, alors que la Secrétaire d'Etat, Hillary Clinton,  n'a trouvé aucun appui auprès du Kremlin pour intensifier les sanctions contre l'Iran.  
 
 Un haut fonctionnaire senior US voyageant avec Clinton, lui avait dit avant les réunions qu'elle devrait presser les leaders russes pour savoir sur « quelles formes spécifiques de pression la Russie serait prête à se joindre avec nous et nos autres alliés si l'Iran ne tenait pas ses engagements » sur le dossier nucléaire.  
 
 Mais Clinton a dit aux médias après ses entretiens avec le Ministre des Affaires Etrangères, Sergei Lavrov, qu'aucune demande n'avait été faite.  
 
 « Nous n'avons soumis aucune requête aujourd'hui, » a-t-elle dit. « Nous avons passé en revue la situation et la où on en est, ce que je pense est le timing appropriée que nécessite ce processus. »  
 
 Bien que Clinton ait dit que la Russie avait été « extrêmement coopérative dans le travail que nous avons effectué ensemble » sur la question de l'Iran, les médias russes ont insisté sur l'absence d'un accord sur des sanctions.  
 
 « Clinton a échoué à faire avancer le dossier US sur l'Iran, » a déclaré le Moscow Times alors l'agence de presse RIA Novosti a rapportée, « Clinton, Lavrov acceptent de retarder les sanctions contre l'Iran. »  
 
 Définissant la position de son gouvernement, Lavrov a déclaré qu'il y a des fois où les sanctions deviennent inévitables - quand les autres étapes politiques et diplomatiques ont été essayées et épuisées - mais « ce n'est évidemment pas le cas avec l'Iran. » Les sanctions « produisent rarement des résultats, » a-t-il dit.  
 
 Suggérant une distinction entre les deux positions, Clinton a déclaré que les États-Unis ne pensent pas que les sanctions devraient être durcies maintenant.  
 
 « Nous ne sommes pas encore arrivés à ce point, » a-t-elle dit. « Ce n'est pas une conclusion que nous avons atteint, et nous voulons être très clairs que notre préférence est que l'Iran travaille avec la communauté internationale » et mette en place des mesures de confiance, y compris en ouvrant l’ensemble de son programme nucléaire à l'inspection.  
 
 Au cours des quatre dernières années, la communauté internationale a offert à l'Iran trois propositions incitatives en échange de sa coopération sur la question nucléaire. En dépit des trois sets de sanctions du Conseil de sécurité de l'ONU, l’Iran a rejeté les deux premières propositions, en
2005 et en 2008.  
 
 Une troisième offre a été présentée par les membres permanents du Conseil de Sécurité de l’ONU + l'Allemagne (P5+1) en Avril passé, et Clinton a averti plus tôt cette année que s’il n’y a pas de réponse avant fin Septembre, cela pourrait mener « à des sanctions paralysantes. »  
 
 Le 9 Septembre, l'Iran a présenté sa réponse sous la forme d’un document traitant de sujets s'étendant du terrorisme et à la piraterie à l'environnement, mais restant silencieux sur la question du nucléaire.  
 
 Les entretiens du 1er Octobre entre l'Iran et les représentants du P5+1 à Genève ont apporté un sursis. Clinton a rapporté que l'Iran a donné son accord de principe pour acheminer l’enrichissement de l'uranium à l'étranger, pour permettre les inspections des sites nucléaires – y compris le site précédemment secret de Qom - et pour se réunir une nouvelle fois dans le courant du mois.
 
 Interrogé Dimanche lors d’une interview avec une radio Britannique sur l’étape qui conduirait les États-Unis à brandir la menace « de sanctions paralysantes, » Clinton a répondu que les grandes puissances pourraient bifurquer de la voie diplomatique vers la voie des sanctions « si nous arrivons à la conclusion à n’importe quel moment dans les prochaines semaines que les choses ne se passent pas comme nous pensons qu’elles devraient. »  
 
 « Le Président a déclaré que nous voulons voir une action de la part de l'Iran d’ici à la fin de cette année, et je pense que c’est un assez bon test, » a-t-elle ajouté.  
 
 Après une longue revue, l'administration a annoncé le mois dernier qu'elle laissait tomber le plan des États-Unis pour déployer les composants d'un bouclier de défense de missiles balistiques en Pologne et en République Tchèque pour se protéger contre les missiles à longue portée Iraniens, et examinerait à la place une alternative se focalisant sur une menace de missile à courte et moyenne portée.  
 
 Bien que le Président Obama et Clinton aient insisté sur le fait que la décision ne « concernait pas la Russie » - qui s'était énergiquement opposée au plan original - cela a été largement interprété dans la région comme une concession envers Moscou en conformité avec l'engagement d'Obama d’appuyer sur le bouton "RESET"  de leurs relations bilatérales tendues.  
 
 Mardi, dans la Chambre des Représentants, les législateurs ont discuté d’une loi visant à faciliter le désinvestissement des entreprises impliquées dans le secteur de l'énergie Iranien.  
 
 L’Iran Sanctions Enabling Act, qui jouit du soutien des 2 partis, rendrait facile aux Etats, aux gouvernements locaux et aux fonds de pension de se désengager des compagnies investissant $20 millions ou de plus dans l'énergie Iranienne, et assure une protection contre tout procès qui pourrait subvenir en raison du désinvestissement.  
 
 La loi a été introduite par le Républicain Barney Frank (Massachussets.), Président du comité de services financiers, et bénéficie du soutien de plus de 250 coparrains. La loi est passée au Sénat, représenté  par le Sénateur Sam Brownback et dispose pour le moment de 34 coparrains.  
 
 Une loi semblable est passée à la Chambre en 2007, mais n’a pas passé le cap du Sénat.  
 
 D'autres lois visant à augmenter les pressions financières sur Téhéran et en attente d’approbation au Congrès, permettent de sanctionner les entreprises étrangères qui vendent de l'essence à l'Iran, qui importe environ 40% de ses besoins domestiques. Le comité d'opérations bancaires du Sénat envisage aussi de combiner diverses mesures en une loi complète de sanctions.

La Chine salut la coopération rapprochée avec l'Iran

Les USA mendient des sanctions contre l'Iran auprès de la Chine et de la Russie
Le Premier Ministre Chinois, Wen Jiabao, a indiqué que son pays maintiendra sa coopération avec l'Iran et stimulera « une coordination plus rapprochée dans les affaires internationales ».  
 
 La Chine est disposée « à maintenir un niveau de contact élevé avec l'Iran, encourager la compréhension mutuelle et la confiance, encourager une coopération pratique entre les deux côtés et une coordination étroite dans les affaires internationales, » a déclaré Wen lors d'une réunion avec son hôte, le Premier Vice-Président Iranien, Mohammad Reza Rahimi, à Pékin Jeudi.  
 
 Il a déclaré que Pékin « était prêt à continuer de jouer un rôle constructif en favorisant une résolution pacifique du dossier nucléaire Iranien ».  
 
 « Les rapports Sino-Iraniens ont connu un développement rapide… et la coopération dans le commerce et l'énergie s'est élargie et approfondie, » a affirmé Wen.  
 
 Les commentaires du haut fonctionnaire Chinois viennent après que la Secrétaire d'Etat US, Hillary Clinton, a dit plus tôt à Moscou que l'Iran pourrait faire face à de nouvelles sanctions si la diplomatie ne persuade pas Téhéran d’arrêter son programme d'enrichissement d'uranium.  
 
 En dépit des négociations diplomatiques en cours de l'Iran avec l'Ouest, Washington cherche une assurance auprès des membres du Conseil de Sécurité de l’ONU détenant le droit de veto - tels que la Russie et la Chine – au cas où les négociations échouent, des sanctions fraîches attendront l'Iran.  
 
 Pékin et Moscou ont cependant tout deux insisté que la communauté internationale doit d’abord épuiser la voie diplomatie avant de considérer toutes autres options.  
 
 La République Islamique a à plusieurs reprises rejeté les allégations Occidentales comme quoi elle aurait un programme d'armement nucléaire secret.

 
 L'Iran, dont le programme nucléaire est sous l'inspection minutieuse de l'Agence Internationale de l'Energie Atomique (IAEA), a appelé au retrait de toutes les armes de destructions massives à travers le globe.

Traduction Alter Info
 
 http://www.presstv.ir/detail.aspx?id=108735&sectionid=351020104



Jeudi 15 Octobre 2009


Commentaires

1.Posté par sharaf le 15/10/2009 15:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Toutes les Nations du Monde respectent l'Islaam ,sauf l'Occident moderne,(US,Israël,Europe)...pas croyable ces monstres ?!
Rien ne les arrête dans cette folie meurtrière islamophobique d' un autre age !
http://www.google.com/search?q=ren%C3%A9+gu%C3%A9non+la+crise+du+monde+moderne&ie=utf-8&oe=utf-8&aq=t&rls=org.mozilla:fr:official&client=firefox-a
-ce site pour notre usage du mot "Moderne ".



2.Posté par joe l'arnaque le 15/10/2009 15:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

la chine un poids de taille surtout après leur démonstration de force lors du défilé militaire
pas facile d'attaquer l'iran
si l'iran a du pétrole , de l'uranium , une région géographique et stratégique , une religion ,un peuple connu pour sa patience , pensez vous un seul instant que s'est le fruit du hazard .
le tout puissant veille...

3.Posté par yacine_kbl le 15/10/2009 16:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"Clinton a répondu que les grandes puissances pourraient bifurquer de la voie diplomatique vers la voie des sanctions « si nous arrivons à la conclusion à n’importe quel moment dans les prochaines semaines que les choses ne se passent pas comme nous pensons qu’elles devraient. » "

ce qui veut dire que l'iran DOIT faire les choses comme l'usa le pense qu'elles devraient l'être SINON les grandes puissances vont bifurquer de la diplomatie.

alors à quoi sa sert la diplomatie dans ce cas ?? elle perd tout son sens !



4.Posté par ishtar le 15/10/2009 17:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

y'à qu'a regarder le carte du Monde ,on trouve L'iran ,afganistant,pakistant,inde,et chine
la CHINE ,et L'inde on vraiment a gagner avec L'iran
ADIEU LES yankees,et les sionistes c'est la Fin pour vous

5.Posté par lol le 15/10/2009 21:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

les usa mendient pour le compte de leurs maitres de tel aviv, nuance ^^

6.Posté par Predication & Gros Bisous le 15/10/2009 22:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

USA = United Sionists of America = criminel de la Palestine !!!

Chinois, méfiez vous, ces sales types ne sont que des faibles au service de sion.

7.Posté par djamel le 15/10/2009 22:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

*L'Iran n'a pas d'armes nucléaires
*Israël SI.

L'Iran est signataire du TNP.
*Israël NON.

*L' AIEA visite les installations iraniennes.
*L'AIEA est interdite d'entrée en Israël.

*L'Iran a un programme de recherche et de développement nucléaire civil qui reste un droit reconnu par toutes les instances internationales.
*Israël poursuit un programme de recherche et de développement nucléaire militaire secret mais le nie.

Le comble dans tout cela, c'est que la "communauté internationale", à savoir la France , l'Angleterre et les Etats -Unis, veulent à tout prix désarmer celui qui est déjà sans armes !

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires