Néolibéralisme et conséquences

Les US Ont Deux Options Pour Sauver Leur Economie : Se Déclarer En Faillite ou Provoquer Une Guerre


Dans la même rubrique:
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 08:29 SECURITE DES MOYENS DE PAIEMENT 



Mardi 24 Mars 2009

Les US Ont Deux Options Pour Sauver Leur Economie : Se Déclarer En Faillite ou Provoquer Une Guerre

Les US Ont Deux Options Pour Sauver Leur Economie : Se Déclarer En Faillite, Ou Provoquer Une Guerre. La Dette US , Un Casse Tête Pour Les Dirigeants Chinois.

Bush avait des "visions" Obama entrevoit des "lueurs d'espoir" face à une situation économique qui ne fait que se dégrader avec des millions de chômeurs et de sans abri en plus, une dette fédérale monstrueuse, et des solutions à l'emporte pièce qui ne visent qu'à sauver la mise des banques et autres magnats de la finance pourtant responsables du Crash. Obama, parce qu'il a été élu grâce au financement de sa campagne par les profiteurs du système, n'a que deux options : Faillite ou Guerre. Laquelle va-t-il choisir ? Et que va faire la Chine, qui détient des mille milliards de dollars US ?

Les Etats Unis sont les plus gros emprunteurs du monde. Début 2009, La dette nationale US dépassait déjà les 11 mille milliards de $ et elle continue de gonfler telle une avalanche. Des experts disent que les US ont seulement deux manières de résoudre le problème : soit se déclarer en faillite ou provoquer une guerre.

Selon des estimations d'experts, la probabilité d'une faillite des bons du Trésor US est actuellement élevée. Les rumeurs ne sont pas du tout nouvelles. De plus, des experts disent que les USA ont déjà commencé à oeuvrer sur l'opportunité de refuser le dollar pour éviter de payer les dettes.

Dmitry Abzalov, un expert au Center for Russia ’s Political Conjuncture a dit qu'actuellement le gouvernement se charge des dettes des entreprises. " La crise des dettes des entreprises est donc devenue la crise des dettes du gouvernement." Début 2009, la dette des US s'élevait à 10,6 mille milliards de dollars. En prenant en considération l'actuel déficit budgétaire des US, de même que les perspectives de déficit du budget pour l'année en cours, il devient clair que le marché des bons du Trésor US n'a, à la base, aucune autre alternative. " Il n'y a pas d'autre possibilité pour les investisseurs d'investir leurs fonds étant donné que la seule option c'est les bons du Trésor," a dit cet expert à Bigness.ru.

Quand l'économie mondiale se remettra, les investisseurs vont réaliser qu'il y a plein d'autres opportunités d'investissements, les bonds du Trésor européens, par exemple ( si l'économie européenne se remet aussi de la crise bien sûr) où les bonds du Trésor des pays en développement.

"La pyramide des bons du Trésor US s'effondrera dans ce cas là. Le pourcentage de la dette croît chaque jour, ce qui pousse les US à emprunter de plus en plus sur une base quotidienne. L'Amérique n'a aucune chance de repayer sa dette, " a dit l'expert.

Inga Koksha, une analyste pour la Aton investment Company, est d'accord sur le fait que la faillite des US est tout à fait possible, bien qu'elle soit certaine que cela n'arrivera pas sauf si le monde trouve une alternative au dollar US. Le dollar s'effondrera immédiatement en cas de faillite, ce qui est absolument inacceptable, car 63% des réserves mondiales sont en dollars. Leurs effondrements provoqueraient un effondrement économique mondial.

"Techniquement, la faillite des US pourrait avoir lieu d'ici 3 à 5 ans, bien qu'il soit trop tôt pour dire que ce pourrait être possible. Les USA peuvent imprimer de nouveaux billets pour rembourser leurs dettes," a-t-elle dit.

Dmitry Abzalov croit qu'une nouvelle guerre pourrait mettre fin à l'actuelle situation de la dette nationale US. La guerre détruira le surplus de liquidités, et la dette actuelle.

"La guerre en Irak a commencé à retarder la crise US dont les premiers signes se sont manifestés dans l'économie US fin 2000" a-t-il dit.

Les Américains ont essayé de relever leur économie en s'appuyant sur des actions militaires depuis des décennies, depuis la Grande Dépression des années 30. Une guerre stimule l'industrie nationale même si la relance de l'économie se base sur des commandes de la défense.

Ekaterina Yevstigneyeva - Premiere publication : Pravda 19/03/09 www.english.pravda.ru

Repris sur Global Research


La Dette US , un casse tête pour les dirigeants chinois.

Point culminant d'une vague de communiqués récents faits par les dirigeants de Beijing, une déclaration forte du Premier Wen Jiabo exprimant ses inquiétudes sur la valeur des 681,9 milliards de $ US d'investissement dans les bons du Trésor US, renforçant les préoccupations économiques de la direction chinoise pour l'année 2009.

Les analystes ont reçu cette déclaration du Premier Wen Jiabo comme un avertissement fort lancé en direction de Washington. Elle fait suite à une révision du paquet fiscal chinois de 588 billions de $ pour stimuler l'économie, conclue à la fin du Congres National Chinois (NPC - parlement de la Chine) et la publication d'un communiqué conjoint en cloture de la rencontre des ministres des finances de certains pays du G20 : Le Brésil, l'Inde, la Russie et la Chine. Le moment choisi pour ces déclarations met en lumière la stratégie économique raisonnable naissante à l'intérieur et vis à vis de l'étranger. De plus, c'est un aperçu du débat passionné qui a lieu en Chine portant sur la feuille de route de la relance économique et un test pour les relations Sino-US, étant donné les massives réserves chinoises de 2 mille milliards de $ en devises.

Lors d'une conférence de presse après la clôture le 12 mars du NPC, Wen a dit , " Nous ( la Chine) avons prêté d'énormes sommes aux US et bien sûr nous somme préoccupés par la sécurité de nos avoirs, et pour parler franchement, je suis un peu inquiet." Au cours d'un appel tout à fait inhabituel, Wen a ajouté " je demande aux US de maintenir un crédit correct, d'honorer leurs promesses et de garantir la sécurité des avoirs chinois."

Sur la question des réserves en devises de la Chine, Wen a affirmé que le souci principal de Beijing était de préserver l'intérêt national, mais il a également reconnu que , " nous' (la Chine) devons aussi considérer la stabilité de l'ensemble du système financier international, car les deux facteurs sont liés".

La déclaration de Wen liant les intérêts nationaux chinois à la stabilité du système financier international visait à répondre aux inquiétudes d'un possible impact déstabilisateur d'une montée en puissance de la Chine dans le système financier international. La déclaration reflète également la position non déclarée officiellement que la Chine est un partenaire responsable, et écarte toute attente persistante que la Chine jouera un rôle de leader pour refaçonner le système post Bretton.

Lors d'une interview avec le journal chinois l'Economic Observer, Wu Xiaoling, le vice président du Comité des Affaires Financières et Economiques du NPC, a expliqué que " les réserves (de la Chine) étaient une forme d'obligations qui ne pouvaient pas être directement utilisées pour des dépenses publiques". " Bien que les réserves en devises étrangères représentent des actifs de la Banque Centrale, elles sont également des obligations - la Banque Centrale a une dette vis à vis de la société et doit être protégée" a-t-il dit.

Wu a aussi été vice gouverneur de la Banque Centrale et directeur de l'Administration Publique des Devises Etrangères (SAFE), l'agence administrative gérant le système étatique de réserves en devises étrangères. Quand on l'a interrogé sur l'approche du gouvernement central concernant la gestion de ses réserves en devises étrangères dans le cadre de la crise mondiale financière, Wu a mis l'accent sur " la sécurité, le profit et les liquidités". Au cours du même interview, il a été rapporté que le surplus comptable de la Chine avait baissé de 27% pour l'année 2008, illustrant la pression subie par la valeur des avoirs de la Chine. "Le meilleur moyen de minimiser un risque (accru) c'est de diminuer l'ampleur des réserves en devises étrangères". Selon Wu, le gouvernement peut réduire le lourd souci que constitue la nature des réserves en ayant recours à d'autres moyens en "établissant un fond d'investissement en Yuan, ou en développant le commerce et l'investissement à l'étranger".

Un secteur de développement clairement ciblé par la campagne de diversification de Beijing ce sont ses Réserves Stratégiques de Pétrole (SPR). Dés début 2009, le dirigeant du NEA (National Energy Administration - Administration Nationale de l'Energie) , Zhang Guobo, qui est aussi vice ministre de la Commission de Réforme du Développement National, a écrit un article dans le quotidien The People's Daily disant : " le pays 'la Chine) devrait exploiter la chute mondiale des prix des ressources énergétiques pour augmenter ses réserves en pétrole".

Selon un plan récemment publié par la NEA, la Chine prévoit de construire 9 grandes raffineries le long de ses zones côtières dans les trois années à venir. Lors d'une conférence sur l'énergie début février, la NEA a aussi annoncé que la Chine construirait 8 dépôts stratégiques de SPR en plus des 4 actuellement prévus pour 2011, et augmentera sa capacité en réserves de brut, passant de 103 millions à 281 millions de barils. Les 4 dépôts existants actuellement sont dans le Zhenhai, Zhoushan, Huangdao et Dalian, deux projets confirmés de futurs dépôts seront dans le Huanggao et Jinzhou; et les autres lieux envisagés pour construire d'autres dépôts sont : Quanzhou, Shantou, Guangzhou, Bao'an, Zhanjiang, Yangpu, Yantai, Binhai, Caofeidian, Tieling, Linyuan, Lanzhou, Wanzhou et Shanshan.

Cependant, des analystes occidentaux font remarquer que les trajectoires actuelles stratégiques et économiques des US et de la Chine sont entremêlées : " si la Chine refuse de continuer d'acheter nos bons, la valeur du dollar plongera, et de même, la valeur des réserves en devises étrangères en dollars de la Chine" a dit Peter Navarro, professeur associé en politique publique à la Paul Merage School of Business, Université d'Irvine, Californie. Navarro a ajouté : " D'un autre côté, si la Chine continue d'acheter notre dette pour soutenir le dollar, elle est confrontée à une forte probabilité qu'avec une telle stimulation fiscale et le flot d'argent facile déversé dans le système US, l'inflation sera inévitable. Cela aussi contribuera finalement à la dévaluation du dollar, et par conséquent des réserves en devises étrangères chinoises. Donc, pour les Chinois, la question est soit de vendre et partir en courant maintenant, ou d'attendre et de spéculer plus tard".

Russell Hsiao 24/03.09 - Asia Times Online http://www.atimes.com/atimes/China_Business/KC24Cb01.html

R. Hsiao est éditeur de China Brief à la Fondation Jamestown Cet article a d'abord été publié sur www.jamestown.org. Copyright Jamestown Foundation.

Actualisation 24/03/09

Selon une dépêche AFP du 24/03/09, à une semaine de la réunion du G 20, le gouverneur de la banque centrale de Chine , Zhou Xiaochuan, dans un texte publié sur le site Internet de l'institution a appelé à la création d'une nouvelle monnaie de réserve internationale. "L'éclatement de la crise et son débordement dans le monde entier reflètent les vulnérabilités inhérentes et les risques systémiques dans le système monétaire international", a-t-il dit. Le contrôle de cette nouvelle monnaie serait placée sous les auspices du FMI. Comme l'établissement d'une telle monnaie pourrait prendre du temps, Mr Zhou Xiaochuan a précisé que : "à court terme la communauté internationale, et particulièrement le Fonds monétaire international, devraient au moins (...) faire face aux risques résultant du système actuel, conduire des contrôles réguliers et des évaluations".

Introduction Traductions Mireille Delamarre


Mardi 24 Mars 2009


Commentaires

1.Posté par Le concierge le 24/03/2009 21:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ou alors, montrer au monde le chemin des lumières, le chemin qui mène aux portes du nouveau monde, nouveau monde où la paix sera seule route à prendre, un nouveau monde ou les esprits justes en seront les initiateurs. Un nouveau monde où l'on aura pas honte de parler d'amour! Un nouveau monde où la dignité et l'honneur en seront les fondements!
Un nouveau monde que je nomme "VIZION".

2.Posté par Ambre le 24/03/2009 21:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il n'a rien compris. Ce qu'il faut faire, c'est supprimer la monnaie, et pas en créer d'autres !

3.Posté par fuzz le 25/03/2009 04:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

en gros les chinois se débarassent de leur liquidités en dollars, et déjà que la FED a acheter 300 milliards de bon au trésor US, pour faire fonctionner la planche a billet. si les chinois remettent çà sur le tapis, le dollars plongera encore plus vite, que sous l'avalement de sa propre dette,,puisqu'il faut le rappeler depuis la rachat de bon au trésor par la FED, les etat unis ont décidé d'avaler leur propre dette. et donc si on rajoute la masse monétaire de la chine,il y'a fort a parier que tout le monde cherche a s'en débarasser les premiers, pour que d'autre se retrouve avec des truc libéllé dollar.
Par contre pour le pétrole, lui il remonte, presque à 55, et d'ici à l'été, je pense que tout le monde va acheter en masse du pétrole parce qu'en plus le dollar aura bcp baissé et il sont encore peu les pays comme l'iran qui vendent leur pétrole en € depuis l'été dernier, et du même coup le baril remontera à 80/100 $ puistout le monde s'empressera apres avoir fait le stock de changer de devise pour payer le pétrole.
Reste qu'il faut voir ce qu'il se passera au G20

4.Posté par napooiseau le 25/03/2009 10:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Quel que soit l'outil que l'on emploi (dollar, euro, substitut x ou y), le problème viens de la façon, du but que l'on désire atteindre et des moyens que l'on à de le contrôler.
Le système actuel pêche bien plus par sa permissivité que par ces principes de fonctionnement. La preuve en est qu'après guerre nous avons eu de longues périodes de stabilité.
Il s'agit de museler les excès, d'imposer un minimum de solidarité, de ne plus permettre la marchandisation d'un certains nombres de produits, de services vitaux ou necessaires à une vie descente.
L'économie ne doit plus être le but de nos sociétés, mais redevenir un moyen d'échange. Le politique doit être strictement séparé des cercles financiers ou entrepreneuriaux. Quitte à appliquer la peine de mort en cas d'abus avéré.
Il faut par tous les moyens utiles, disponibles, faire cesser la colusion entre les milieux d'affaire et nos différents pouvoirs politiques.

5.Posté par citizen le 25/03/2009 11:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il semble que le président Mr Obama, ne voit pas les choses de la même manière que les autres.
d'àprès une interview! (vue sur contre-info.info)

La création d’une monnaie supranationale n’est « pas nécessaire » selon Obama
mercredi 25 mars

Le président américain Barack Obama ne juge pas nécessaire de créer une nouvelle monnaie de réserve mondiale, une initiative prônée par la Russie afin de sortir de la crise et de réorganiser le système financier international.

"Il n’y a pas de nécessité de créer une nouvelle monnaie mondiale", a déclaré M. Obama lors d’une conférence de presse à la Maison Blanche.

Le président a fait remarquer que le dollar s’était renforcé et que les investisseurs avaient confiance dans la force de l’économie américaine. Selon lui, les Etats-Unis ont déjà commencé à se remettre de la crise, comme l’atteste le projet de budget fédéral pour l’année 2010.

En vue du sommet du G20 de Londres, la Russie a appelé à charger le Fonds monétaire international (FMI) d’étudier la création d’une monnaie de réserve supranationale et de diversifier les devises utilisées dans les réserves et les opérations des banques centrales et des organisations financières internationales.

Selon Moscou, les droits de tirage spéciaux pourraient jouer le rôle de monnaie supranationale, ceux-ci constituant actuellement une monnaie de réserve pour certains pays.

Les propositions russes ont été soumises aux dirigeants des pays du G20, de la CEI et des organisations internationales.

Sources Novosti


6.Posté par napooiseau le 26/03/2009 08:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'aire de la souveraineté US sur le globe est REVOLUE. Que celà ne soit pas encore assimilé par ces braves gens et leurs acolyte; c'est sûr. Qu'ils fassent mine de ne pas savoir; c'est sûr aussi.
A nous, petits pays et puissances moyennes divers, de prendre notre avenir en main. Mais lorsque l'on s'est abitué au suivisme nourricier depuis des décénies; lorsque lon a des dirigeants qui n'ont pas d'autre logiciel à utiliser et aucune inventivité..... Et bien il faut les virer!

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires