Diplomatie et relation internationale

Les Six remettent à novembre leur décision concernant les sanctions contre l'Iran


Dans la même rubrique:
< >

Lundi 28 Novembre 2016 - 00:17 Analyse: L’impuissance de la Ligue Arabe



RIA-Novosti
Vendredi 28 Septembre 2007

Vendredi, les six pays négociateurs sur le dossier nucléaire iranien ont remis à novembre prochain la décision de prendre ou non des sanctions supplémentaires contre l'Iran, rapportent les agences Reuters et Associated Press.

Selon la déclaration conjointe adoptée par les Etats-Unis, la Russie, la Chine, la Grande-Bretagne, la France et l'Allemagne, les "six" voteront la troisième résolution du Conseil de sécurité de l'ONU en novembre prochain, après avoir entendu les rapports du haut représentant de l'UE pour la politique étrangère et de sécurité commune (PESC) Javier Solana et du directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) Mohamed ElBaradei

En réponse au refus de Téhéran d'établir un moratoire sur l'enrichissement d'uranium, le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté les résolutions 1737 et 1747 prévoyant des sanctions contre les programmes nucléaire et balistique iraniens. Cependant, Téhéran a refusé de remplir les exigences formulées dans ces documents et les a qualifiées d'illégitimes.

Il n'en reste pas moins qu'au début de l'été dernier, après une rencontre entre le secrétaire du conseil de sécurité iranien Ali Larijani et le président de l'AIEA Mohamed ElBaradei, Téhéran a accepté de reprendre sa coopération avec l'AIEA afin de convaincre la communauté mondiale du caractère pacifique de son programme nucléaire.

Aux termes de l'entente intervenue en juillet dernier, Téhéran s'est engagé à fournir à l'AIEA avant décembre 2007 des informations sur plus de 20 années de développement de son programme nucléaire. Cette semaine, des représentants de l'agence sont arrivés à Téhéran pour étudier certaines questions, dont celles concernant l'utilisation militaire de l'énergie atomique par l'Iran.

Dans leur déclaration conjointe, les "six" se sont félicités de l'entente intervenue entre l'Iran et l'AIEA. "Néanmoins, nous invitons l'Iran à présenter d'urgence et de façon efficace des résultats concrets susceptibles d'éclaircir toutes les questions importantes et de dissiper les doutes au sujet de son programme nucléaire, dont les questions relatives à l'utilisation militaire de l'atome", indique le document.


Vendredi 28 Septembre 2007

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires