Proche et Moyen-Orient

Les Royal Marines s'emparent d'un pétrolier iranien sous les ordres des États-Unis


La saisie par la Grande-Bretagne d'un superpétrolier iranien transportant 2 millions de barils de pétrole est un acte de piraterie et une escalade majeure des tensions qui menace de dégénérer. Elle a été menée à la demande des États-Unis dans le cadre de la campagne de provocations militaires et de sabotage économique contre Téhéran.


Chris Marsden
Mardi 9 Juillet 2019

Les Royal Marines s'emparent d'un pétrolier iranien sous les ordres des États-Unis
Un détachement de près de 30 soldats britanniques, y compris des Marines du 42 Commando, a fait une descente sur le pétrolier Grace 1, avec la police de Gibraltar, l'affleurement rocheux saisi par la Grande-Bretagne après la guerre de Succession d'Espagne sous la Paix d'Utrecht en 1713, stratégiquement placé pour contrôler l'accès à la mer Méditerranée.

Le Royaume-Uni a déclaré qu'il avait saisi le navire pour empêcher l'Iran de violer les sanctions contre la Syrie.

L'opération militaire de jeudi matin a consisté en une descente à la corde à partir d'un hélicoptère Wildcat et en un embarquement à bord d'un hors-bord. Grace 1 traversait le détroit de Gibraltar. Il a été identifiée par Lloyd's List comme ayant commencé son voyage depuis l'Iran et était contrôlé par Russian Titan Shipping, une filiale de TNC Gulf à Dubaï. Depuis, l'Iran a déclaré qu'il en était propriétaire.

Les 28 membres de l'équipage étaient pour la plupart des ressortissants indiens.

Lloyds List affirme qu'il s'agit du premier pétrolier transportant du pétrole iranien à se rendre en Europe cette année. Il représente une perte importante pour un pays frappé par les sanctions américaines globales et les sanctions économiques plus ciblées de l'Union européenne. En avril 2018, l'Iran a expédié 2,5 millions de barils par jour, qui sont tombés à environ 300.000 barils par jour en juin de cette année, selon Al Jazeera. D'autres sources affirment que l'Iran n'exporte actuellement que 200.000 b/j et qu'il doit en expédier au moins 600.000 pour éviter une crise économique.

Téhéran a répondu en convoquant l'ambassadeur de Grande-Bretagne auprès de son ministère des Affaires étrangères pour expliquer ce qu'il a décrit comme une «saisie illégale». Une déclaration iranienne «demande la libération immédiate du pétrolier, étant donné qu'il a été saisi à la demande des États-Unis, sur la base des informations actuellement disponibles».

Le commentaire le plus important est venu de Mohsen Rezai, ancien chef des Gardiens de la révolution en Iran et membre d'un conseil qui conseille le Guide suprême, l'Ayatollah Khamenei. Il a dit que l'Iran répondrait aux brutes «sans hésitation». Il a averti dans un tweet, «Si la Grande-Bretagne ne libère pas le pétrolier iranien, il est du devoir des autorités de saisir un pétrolier britannique».

L'ambassadeur du Royaume-Uni, Rob Macaire, a réitéré la position britannique selon laquelle le navire avait été saisi à la demande des «autorités gibraltariennes pour faire appliquer les sanctions contre le régime de Bachar al-Assad». Le ministère de la Défense a également insisté pour que les troupes britanniques agissent sous la direction de la police de Gibraltar.

Fabian Picardo, ministre en chef de Gibraltar, a ajouté que «nous avons des raisons de croire que le Grace 1 transportait son chargement de pétrole brut à la raffinerie de Banyas en Syrie... propriété d'une entité qui fait l'objet de sanctions de l'Union européenne contre la Syrie».

C'est un mensonge à la fois transparent et stupide. Gibraltar, qui compte un peu plus de 30.000 habitants, est aussi capable d'agir indépendamment qu'une souris dans une cage.

Le ministre espagnol des Affaires étrangères par intérim, Josep Borrell, a déclaré que Gibraltar s'était emparé de Grace 1 en réponse à une demande des États-Unis à la Grande-Bretagne. El Pais a rapporté que Borrell, du Parti socialiste (PSOE), a déclaré que les services de renseignement américains avaient laissé entendre que le superpétrolier se trouvait dans les eaux territoriales britanniques. Madrid va maintenant se plaindre officiellement d'une incursion britannique dans les eaux espagnoles, Borrell, le candidat de l'UE au poste de Haut Représentant pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, déclarant: «Nous analysons la situation et voyons comment elle affecte notre souveraineté».

Le conseiller de Donald Trump pour la sécurité nationale, John Bolton, a tweeté, «Excellente nouvelle: le Royaume-Uni a arrêté le superpétrolier Grace I chargé de pétrole iranien à destination de la Syrie, en violation des sanctions de l'UE. L'Amérique et nos alliés continueront d'empêcher les régimes de Téhéran et de Damas de profiter de ce commerce illicite.»

Il est difficile d'évaluer l'importance du conflit entre le Royaume-Uni et l'Espagne, étant donné les tensions constantes au sujet de Gibraltar et le degré auquel l'Espagne souhaiterait un jour s'opposer aux États-Unis. De plus, une source diplomatique espagnole a déclaré: «L'Espagne ne voulait pas s'en mêler parce qu'il s'agissait de respecter les sanctions de l'Union européenne.»

Néanmoins, la Grande-Bretagne joue le rôle qu'elle a choisi en tant qu'allié militaire impérialiste le plus loyal de l'Amérique – une position rendue plus impérative par la date limite pour le retrait du Royaume-Uni de l'UE en octobre.

C'est certainement la première fois qu'un État membre de l'UE saisit un pétrolier iranien en mer et l'UE s'est jusqu'à présent efforcée de maintenir en vie le plan d'action global conjoint (JCPOA) de 2015, conclu entre Téhéran, les États-Unis, la Chine, la Russie, la Grande-Bretagne, la France et l'Allemagne, qui limite à 300 kg le stock d'uranium du pays après le retrait par Trump, l'année dernière, du soutien américain.

L'accord connaît de graves difficultés, le président iranien Hassan Rouhani avertissant mercredi que Téhéran réagirait à l'agression américaine qui pousserait le Moyen-Orient au bord de la guerre en augmentant son enrichissement d'uranium à «la quantité que nous voulons» après le 7 juillet.

M. Rouhani a déclaré que l'Iran avait retiré le cœur du réacteur Arak et l'avait rempli de ciment en janvier 2016, mais si les signataires restants de l'accord de 2015 ne défiaient pas les États-Unis et fonctionnaient selon «le programme et le calendrier de tous les engagements que vous nous avez donnés, nous allons remettre le réacteur Arak à son état antérieur».

L'Iran ne réduirait ses stocks d'uranium enrichi que si la Grande-Bretagne, la France, l'Allemagne, la Russie et la Chine honoraient leurs engagements.

Le Royaume-Uni cherche clairement à renforcer la détermination de l'UE à affronter l'Iran au nom de Washington. Picardo de Gibraltar a déclaré qu'il avait «écrit ce matin aux présidents de la Commission européenne et du Conseil, exposant les détails des sanctions que nous avons appliquées», tandis que des sources diplomatiques britanniques ont déclaré à El Pais qu'elles sont convaincues que Madrid et Londres travaillent dans le même but, à savoir faire respecter les sanctions de l'UE contre la Syrie: «Cela a été fait dans le respect du droit international, et nous n'avons aucun doute que le gouvernement espagnol soutient également le régime de sanctions, même si nous admettons que les deux gouvernements ont encore un différend en suspens concernant le territoire de Gibraltar.

L'exécutif de l'UE a refusé de commenter jeudi, affirmant que la mise en œuvre des sanctions relevait de la compétence des États membres.

Quel que soit le niveau des désaccords entre les États-Unis et l'Europe, le danger de guerre ne cesse de croître. Et aucune puissance impérialiste ne peut se voir confier la tâche de s'y opposer. La «prudence» de l'Europe n'est rien d'autre que le reflet de sa faiblesse militaire face aux États-Unis et de sa crainte d'être mise à l'écart dans le Moyen-Orient riche en pétrole. Mais sa réponse sera de chercher à renforcer sa main contre Washington et Wall Street – en fin de compte par le réarmement et la création d'une armée européenne. Une guerre catastrophique au Moyen-Orient entraîne le danger d'une guerre mondiale. Elle ne peut être arrêtée que par l'intervention sociale et politique indépendante de la classe ouvrière.

(Article paru en anglais le 6 juillet 2019)


Lundi 8 Juillet 2019


Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES


Publicité

Brèves



Commentaires