Palestine occupée

Les Nations-Unies qualifient l'Apartheid Israélien' d'étranglement contrôlé'


Peut-être parce qu'il s'agit d'une information frappante ou d'un message fort, les médias ne se sont fortement concentrés que sur l'un des résultats du récent rapport du Conseil des Droits de l'Homme de l'ONU sur les Territoires Occupés : que les actions israéliennes correspondaient à de l'Apartheid.
Mais la couverture médiatique n'a pas abordé les deux autres affirmations faites dans le rapport : L'occupation israélienne montre des éléments d'Apartheid et de colonialisme.

Par Neha Inamdar


Neha Inamdar
Jeudi 5 Avril 2007

Photo Associated Press : Un enfant de Gaza a écrit :
Photo Associated Press : Un enfant de Gaza a écrit :
En d'autres termes, Israel viole les droits de l'homme sous trois formes : l'occupation, l'Apartheid et le colonialisme.

Le rapport qualifie le "retrait unilatéral" d'Israel de 2005 qui était supposé mettre fin à l'occupation "d'excessivement inexact" et "d'impossible à affirmer de façon sérieuse". Israel a conservé le contrôle de l'espace aérien de Gaza, de l'espace maritime et des frontières externes, et de la circulation des personnes et des marchandises depuis qu'il s'est retiré, y compris en exercant son pourvoir militaire avec plus de 364 incursions de l'armée.

"En effet" declare le rapport, "suite au retrait d'Israel, Gaza est devenu un territoire isolé, emprisonné, occupé."
De plus, de graves violations aux droits de l'homme et des crimes de guerre ont rendu la vie aussi difficile que possible aux Gazéens et les sanctions économiques que l'Occident et Israel ont imposé à Gaza a créé une crise humanitaire, une crise que l'ONU qualifie :"d'étranglement contrôlé qui entre apparemment dans les limites généreuses de la tolérance internationale.",

Facteur dans le fait que 70% de Gazéens soient sans emploi ou non payés, et que plus de "80% de la population vivent sous le seuil de pauvreté officiel." 1.1 million de Gazans sur une population de 1.4 million dépendent de l'aide en nourriture de diverses agences.

La situation en Cisjordanie n'est pas meilleure. Sur les checkpoints, où les violations se produisent quotidiennement, la loi n'y existe pas mais "où il y règne un régime arbitraire et versatile."
56% des Cisjordaniens vivent sous le seuil officiel de pauvreté et dépendent de l'aide alimentaire.

Le Mur est clairement illegal. Il ne sert pas un "objectif de sécurité" comme l'affirment les israéliens, mais un "objectif politique" : "Que l'objectif du Mur soit d'acquérir la terre entourant des colonies de Cisjordanie et d'inclure des colonies à Israel ne peut plus être sérieusement contesté."

Les colonies de Cisjordanie sont illégales - 40% des terres détenues par les colonies israéliennes appartiennent à des Palestiniens - mais elles continuent à s'agrandir, avec la pleine approbation du gouvernement israélien. Et les fantassins "de l'empire colonial" israélien sont des colons fanatiques violents qui sont protégés et aidés par l'IDF dans leurs débordements de violence contre les Palestiniens.

L'image globale des Palestiniens vivant dans les Territoires Occupés est sinistre : il y a 9.000 prisonniers palestiniens dont 400 enfants et plus de 100 femmes. Il y a plus de 700 "détenus administratifs, c.-à-d. des personnes détenues sans accusation ou procès." Les assassinats ciblés ont tué plus de 500 Palestiniens, selon le rapport de l'ONU.
L'IDF "inflige de graves préjudices corporels et mentaux aux Palestiniens" à Gaza et en Cisjordanie. Tout cela mène le Rapporteur Spécial, John Dugard, à demander : "Peut-onl sérieusement nier que l'objectif d'une telle action est d'établir et de maintenir la domination d'un groupe racial (les Juifs) sur un autre groupe racial (les Palestiniens) et de systématiquement les opprimer ?

Le rapport se termine en soulignant que : "Les Palestiniens ont été soumis à des sanctions économiques : c'est la première fois qu'un peuple occupé est traité ainsi." En notant que les sanctions contre les Palestiniens sont "probablement la forme la plus rigoureuse de sanctions internationales imposées dans l'histoire moderne".

Israel échappe même à l'imposition de sanctions alors qu'il a violé les principales résolutions du Conseil de sécurité et de l'Assemblée Générale, les droits de l'homme et le droit international. L'Union Européenne, les Etats-Unis, les Nations-Unies et la Fédération Russe sont complices dans l'échec à faire cesser les violations israéliennes des Droits de l'Homme et l'auto-détermination des Palestiniens.

Le rapport souligne à justite titre ques les Territoires Palestiniens Occupés sont le seul endroit dans le monde développé "à qui l'on refuse le droit à l'auto-détermination et est opprimé par un Etat affilié à l'Occident".

La semaine dernière, Ehud Olmert, en conformité avec ses prédécesseurs, a rejeté le droit au retour des réfugiés palestiniens. L'IDF a bouclé dimanche dernier la Cisjordanie et Gaza et ce jusqu'à la semaine prochaine. Des incursions militaires de l'IDF dans Gaza ont été encore une fois autorisées.

Pendant ce temps, les principaux médias occidentaux comme New York Times continuent à fermes les yeux sur les réalités qu'affrontent les Palestiniens.



Lire le rapport :

1- Rapport du 29 janvier 2007 sur la situation des droits de l'Homme dans les Territoires Palestiniens Occupés : 1ère partie, Introduction et Gaza – John Dugard


2- Rapport du 29 janvier 2007 sur la situation des droits de l'Homme dans les Territoires Palestiniens Occupés : 2ème partie, Cisjordanie, Jérusalem, l'Occupation, la colonisation et l'Apartheid en Palestine – John Dugard

Source
Traduction : MG pour ISM


Jeudi 5 Avril 2007

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires