PRESSE ET MEDIAS

Les Médias Européens provoque des musulmans pour enflammer 'Le Clash des civilisations' sioniste


Dans la même rubrique:
< >

Mardi 29 Novembre 2016 - 08:00 LIVRE: Le Manifeste de la Raison Objective


Sous l'apparence de la liberté d'expression, un journal danois connu a édité une douzaine de dessins animés anti-Islamiques provocateurs clairement conçus pour offenser des musulmans. Le résultat prévisible a considérablement augmenté la possibilité de violence et laisse le Danemark dans une situation fâcheuse coûteuse et dangereuse.


Arthur_5150@yahoo.com
Vendredi 10 Février 2006

Les Médias Européens provoque des musulmans pour enflammer "Le Clash des civilisations" sioniste

De Christopher Bollyn
American Free Press

Sous l'apparence de la liberté d'expression, un journal danois connu a édité une douzaine de dessins animés anti-Islamiques provocateurs clairement conçus pour offenser des musulmans. Le résultat prévisible a considérablement augmenté la possibilité de violence et laisse le Danemark dans une situation fâcheuse coûteuse et dangereuse.

Pendant quatre mois après Jyllands-Posten (JP), le papier du matin le plus largement lu du Danemark, a édité 12 dessins animés anti-Islamiques, les Danois se sont réveillés au fait qu'il y a un prix très élevé à payer pour favoriser le "Clash des civilisations."

Le fait que les rédacteurs derrière les images anti-Islamiques prétendent exercer la liberté d'expression tout en refusant d'adresser des lois strictes de la censure de l'Europe concernant la discussion de l' Holocauste et l'emprisonnement continu des révisionnistes historiques indique l'existence d'un ordre du jour plus sinistre derrière les dessins animés provocateurs.

Les "agents d'une certaine persuasion" sont derrière l'affront à l'Islam afin de provoquer les musulmans, a dit le professeur Mikael Rothstein de l'université de Copenhague à la BBC. L'"agent" clef est Flemming Rose, le rédacteur culturelle de JP, qui a donné pouvoir aux réalisateurs de dessins animés à produire les images blasphématoires et puis les a éditées en première de couverture dans le journal Danois en septembre dernier.

L'International Herald Tribune, qui a rendu compte des dessins animés blessants le 1er Janvier, a noté que même le libéralisme de Rose a eu ses limites quand il en est venu à la critique des chefs sionistes et de leurs crimes. Rose a également des liens claires au Néo--Cons sioniste derrière la "guerre de la terreur."

Rose a dit au journal international possédé par le Times de New York que "il n'éditerait pas un dessin animé d'Ariel Sharon d'Israel étranglant un bébé palestinien, ce qui pourrait être interprétée comme 'raciste.'"

Demandez pourquoi il protégeait Sharon, un criminel connu de guerre, tout en maltraitant les musulmans et leur prophète au nom de la liberté d'expresion, Rose ont dit à Américan free press qu'il "avait été cité incorrectement" dans l'article du Times.

Rose a voyagé à Philadelphie en octobre 2004 pour rendre visite à Daniel Pipes, le Néo--con idéologue qui dit que le seul chemin de la paix au Moyen orient viendra par une victoire militaire israélienne totale. Rose a alors parqué un article positif concernant Daniel Pipes, qui compare "l'Islam militant" au fascisme et au communisme.

En avril 2003, président George W. Bush a nommé le rabique anti-Musulman Pipes au bureau de l'institut des Etats-Unis de la paix, un think tank congressionnel commanditée consacré "à la résolution paisible des conflits internationaux."

Les ministres de 17 nations musulmanes ont condamné la publication des dessins animés comme "une offense indigne à l'Islam" et ont invité le gouvernement Danois pour s'assurer qu'on ne le répéterait pas.

Quand le gouvernement danois, qui soutient la "guerre de la terreur" avec plus de 500 troupes en Irak, a refusé de publier des excuses pour les dessins animés blessants, les consommateurs musulmans à travers le Moyen-Orient ont commencé un boycott des produits danois.

En quelques jours le boycott avait sévèrement affecté les exportateurs danois et les politiciens à Copenhague brouillés pour défaire les dommages.Arla food, une grande compagnie Danois-Suédoise de laiterie, a été frappées à mal par le boycott. La compagnie, qui a eu des ventes annuelles de quelques $480 millions dans le Moyen-Orient, a vu ses ventes dans la région à zéro pendant que les commerçants musulmans retiraient les produits danois des étagères.

"Cela nous a pris 40 ans pour accumuler du big business dans le Moyen-Orient, et nous l'avons vu venir à un arrêt complet en cinq jours," porte-parole de compagnie qu'astrid Gade Niels a indiqué la BBC.

"Nos ventes dans le Moyen-Orient en sont venues à un arrêt complet - dans tous les pays dans la région," elle a dit. "nous nous sommes trouvés au milieu d'un jeu où nous n'avons aucune part dedans."

Pendant que le boycott endommageait les affaires danoises et une alerte à la bombe ont fermé le bureau de son journal, Rose a continué pour défendre sa décision pour donner pouvoir et éditer les dessins animés blessants. "nous nous tenons prêt à la publication de ces 12 dessins animés," dit-il.

Questionné s'il l'aurait fait sachant ce que serait la réaction, Rose dit : "qui est une question hypothétique. Je dirais que je ne regrette pas d'avoir donné pouvoir à ces dessins animés et je pense que me poser la question est comme demander à une victime de viol si elle regrette de porter de jupe courte un vendredi soir à la discothèque."

Le "jeu" dangereux qui a été commencé par le rédacteur danois a été maintenant sélectionné par au moins 7 journaux à travers l'Europe. Censément à l'appui des Danois, les papiers en France, l'Allemagne, l'Italie, les Pays Bas, l'Espagne et la Suisse ont simultanément réimprimé les dessins animés le 1er février. La synchronisation suggère que cette réponse ait été coordonnée par une main cachée.

À Paris, par exemple, Arnaud Levy, le rédacteur-en-chef de France-Soir a choisi d'imprimer chacun des 12 des dessins animés blessants. Questionné s'il y avait eu coordination entre les rédacteurs européens au sujet de la publication simultanée des dessins animés, Levy a indiqué, "absolument pas."

Le jour suivant, Jacques Lefranc, rédacteur de France-Soir, a été mis à la porte par le propriétaire Raymond Lakah, un magnat égyptien de la presse, selon des employés. Le rédacteur en chef Levy, a cependant gardé son travail.

Peter Mandelson, commissaire commercial pour l'union européenne, a fortement réprimandé les journaux pour l' "huile se renversant sur le feu" en réimprimant les dessins animés blessants.

Robert Ménard, sécrétaire général de Reporters sans frontières, un média Parisien, cependant, a soutenu la publication des dessins animés blasphématoires disant, "tous les pays en Europe devraient être derrière les autorités Danoises pour défendre le principe qu'un journal peut écrire ce qu'il souhaite, même s'il offense des personnes.

"J'ai compris que cela peut choquer des musulmans, mais étant choqué fait partie du prix d'être au courant," a-t-il dit au New York Times.

Cependant, quand il vient à la discussion de l' Holocauste, les moniteurs de médias comme Ménard acceptent sans aucun doute les lois de censure et l'emprisonnement gouvernemental imposés des révisionnistes historiques. Au moins 4 historiens bien connus sont actuellement en prison en Allemagne et en Autriche pour l'écriture et en parlant au sujet du Holocauste.

Il y a clairement une raison plus sinistre pour laquelle le premier ministre danois Anders Fogh Rasmussen refuse de publier des excuses formelles comme exigé par des gouvernements Arabes et Musulmans. La ligne dure de la position prise par Rasmussen, un allié dans l'"guerre de la terreur," a plus à faire à avancer le "Clash des civilisations" que de défendre la liberté d'expression en Europe.

Il y a clairement une raison sinistre de plus que l'Islam soit une religion aniconic qui interdit des descriptions du prophète de la même manière que le deuxième commandement interdit "des images gravennes."Les rédacteurs européens se rendent certainement compte du fait que l'Islam interdit l'utilisation des icônes ou des images visuelles de dépeindre les créatures vivantes et qu'il est blasphématoire pour éditer des dessins animés du prophète Mohamed.
Encore, ils ont imprudemment et intentionnellement insulté des millions de Musulmans et sont peu disposés à faire des excuses.

"Le papier danois s'est mis à offenser et provoquer l'outrage dans la communauté musulmane," un musulman en Grande-Bretagne a écrit à la BBC. les "musulmans peuvent distinguer ceux qui souhaitent discuter et ceux qui souhaitent insulter. La tentative de camoufler des insultes sous l'apparence de la discussion ou de la liberté d'expression ne dupe personne."

Il y a une raison plus profonde derrière la publication des dessins animés blessants. Etant donné la position de non-excuses prise par le gouvernement danois et les rédacteurs il semble très probable que la tension avec des nations islamiques augmente et la crise internationale s'approfondisse. C'est, après tout, exactement ce que les planificateurs globaux derrière le "Clash des civilisations" veulent.

La réaction complètement prévisible parmi des musulmans place l'étape pour des attaques de terreur de violence et de "faux-drapeau" pendant que les Européens disposent à accueillir les Jeux Olympiques à Turin, Italie. Le journal basé à Turin la Stampa a irresponsablement édité les dessins animés le 1er Février, deux jours après la Corriere della Sera à Milan.

Le scandale anti-Islamique de dessin animé n'est en aucune manière risible. Si et quand une attaque de terreur se produit et les dessins animés et les musulmans fâchés sont blâmés d'être la cause, la raison qu'ils ont été édités deviendra claire. Les Européens deviendront de plus en plus polarisés et l'hostilité contre l'Islam se développera.

Il y a un mois, quand je me suis rendu compte la première fois des dessins animés provocateurs anti-Musulmans édités dans JP, je suis immédiatement entré en contact avec les rédacteurs et ai demandé pourquoi ils avaient permis à leur journal d'être traîné dans une situation si ridicule et provocatrice.

L'Europe déjà étant impliqué dans deux guerres au moyen orient et avec la tension politique croissant journalièrement en Iran, j'ai demandé aux rédacteurs, "Est ce vraiment une volonté de contrarier les musulmans?"

"Je soutiens la liberté de la parole et suis contre la censure," Rose, qui a donné pouvoir à ces dessins animés, a écrit dans la réponse. Il était, cependant, clairement pas simple d'exercer la liberté inexistante du Danemark de la parole que Rose a donné pouvoir à ces dessins animés anti-Musulmans. Le motif plus sinistre d'avancer le "Clash des civilisations" parmi Européens était évidemment derrière les images blessantes.

"Si l'issue est vraiment la liberté d'expression, vous éditeriez des dessins animés faisant l'amusement de l'Holocauste juif ?" J'ai demandé à Rose et aux rédacteurs. "Si non, soutenez-vous au moins le droit des journaux et des individus de soulever des questions historiques au sujet de Holocauste ?"

Pourtant après un mois de correspondance avec Rose et les rédacteurs, ils ont complètement évité de répondre à mes questions au sujet de l'Holocauste et au droit à la liberté d'expression pour les révisionnistes historiques en Europe.
http://www.rumormillnews.com/cgi-bin/forum.cgi?read=84976


Vendredi 10 Février 2006

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires