ALTER INFO

Les Liaisons Amoureuses Sarko-Qatar : La Face Clinquante D'Eurabia


Dans la même rubrique:
< >

"...L'Emir et Sarko sont si proches que dés qu'il y a une affaire à conclure - et il y a beaucoup d'affaires - l'Emir appelle Sarko directement, sans passer par les habituelles voies diplomatiques...."


Pepe Escobar
Vendredi 28 Août 2009

Les Liaisons Amoureuses Sarko-Qatar : La Face Clinquante D'Eurabia
Le Sheikh Hamad bin Khalifa al -Thani, l'Emir du Qatar " est un homme", pour citer les rock stars geopoliticos Mick Jagger et Keith Richards dans " richesse et goût". Sans mentionner sa seconde femme, la ravissante Sheikh Moza, l'une des plus puissantes femmes au Moyen Orient. Cela va sans dire que le couple royal du Qatar se devait d'être mordu par le bug de la francophilie, avec une superbe villa à Cannes (sans oublier le Dupleix prés de la Place de la Concorde à Paris)

Mais en terme de puissance mondiale de couple, peu rivalise avec la complicité entre l'Emir du Qatar et l'accroc à l'adrénaline qu'est le Président français Nicolas Sarkozy. Après tout, Sarko Ier comme des cyniques l'appellent en France, ne pouvait pas trouver meilleur partenaire comme soutien à la politique étrangère arabe de la France. Au Palais de l'Elysée, les relations très amicales avec un acteur clé du Golfe Persique sont considérées comme ultra stratégiques. Surtout si l'acteur en question possède les troisièmes plus importantes réserves de gaz au monde, juste après la Russie et l'Iran.

L'Emir et Sarko sont si proches que dés qu'il y a une affaire à conclure - et il y a beaucoup d'affaires - l'Emir appelle Sarko directement, sans passer par les habituelles voies diplomatiques. Ce n'est pas pour rien que le couple royal qatari est un invité d'honneur de chaque parade traditionnelle française du 14 Juillet.

L'Emir est effectivement une personnalité fascinante. Fidèle à l' Empire (le précédent), il a étudié à l'académie militaire britannique à Sandhurst. En Juin 1995, il a organisé un coup au palais sans bain de sang et a dérobé le pouvoir à son propre père qui se trouvait en Europe en pleine "dolce vita". Une fois de plus flirtant avec ce qui est iconoclaste, l' Emir non seulement s'est empressé de se comporter pratiquement dans tous les domaines à l'inverse de la Maison des Saud, mais s'est entiché de journalisme en lançant al -Jazeera, une chaîne d'information fonctionnant 24Hsur 24, made in Arabie.

L'Emir n'a aucun ressentiment vis à vis de l'Occident. Loin de là, le meilleur exemple étant peut être l'influence musclée de la Rand Corporation au Qatar. Actuellement, il cultive avec soin son profil de médiateur international - comme avec les accords de Doha qui ont conduit à l'élection présidentielle de 2008 au Liban.

Tu doutes, alors investit.

La puissante idylle entre Sarko et l'Emir est née alors que Sarko était encore ministre de l'intérieur de la France - ou, selon certaines critiques, le flic en chef, au moment ou des accords ont été conclus dans le cadre de la "guerre contre le terrorisme". C'est maintenant que tout se joue - spécialement les investissements qatari en France, tel que la rénovation de l'Hotel Lambert ultra chic, qui appartient au frère de l'Emir, de même que l'inévitable multitude de villas sur la Côte d'Azur. Pas étonnant qu'en Février le parlement français ait voté une loi exemptant de taxe tous les investissements faits par l'Emir ou ses entités publiques sur le marché de l'immobilier.

Cela concerne inévitablement un monstre, le Qatar Investment Authority ( QIA), un Fond souverain de 80 milliards de $, crée en 2005 pour diversifier une économie jusque là dominée par le pétrole et le gaz. QIA rejette tout simplement toute opportunité demandant moins de 100 millions d'euros ( 142.4 millions de $) d'investissement. L'Europe bénéficie d' 1/3 d'investissement du Diar qatari, la société chargée de financer les transactions du Fond.

QIA n'a pas hésité à dépenser 7 milliards d'euros pour acquérir 25% de Porsche. Il contrôle déjà 15% de la Bourse de Londres, 8% de Barclays, 2% du Credit Suisse, et 8% de la Banque la plus importante de Chine, la Industrial and Commercial Bank of China.

Il y a certainement plus de liasses de billets d' investies à Londres, mais le coeur de l'Emir bat pour Paris. Le Qatar s'empare carrément, rangée après rangée, d'immeubles de bureaux entre l'Opéra et la Madeleine dans le centre de Paris. Pourquoi l'immobilier ? C'est ce que les Qataris connaissent le mieux. Même le maire de Paris, l'excentrique Bernard Delanoe, mène actuellement campagne pour que les Qataris investissement dans d'autres quartiers parisiens moins riches.

Le rève du Qatar ce n'est pas vraiment de devenir un géant de l'immobilier. L' Emirat veut être respecté comme modèle de développement régional. C'est là qu'entre en jeu Moza Bent Nasser al-Misned, la femme de l'Emir.

La Fondation Qatar, qu'elle préside, finance tout une flopée de projets humanitaires et culturels - tel le récent blockbuster Home, pour une prise de conscience mondiale écologique, le directeur du film, Yann Arthus - Bertrand, ayant reçu 1 million d'euros de la Fondation. La femme de l'Emir fait désormais partie de l'Académie des Beaux Arts français.

Elle est aussi vice présidente du conseil suprême de l' éducation qatari, et dirige le campus géant ( le plan d'ensemble a été conçu par la superstar de l'architecture, Arata Isozaki) où six universités américaines y dispensent déjà des diplômes ( 60% des diplômés sont des femmes). Sheikh Moza mène une campagne particulièrement active pour l'éducation comme voie d'émancipation des femmes au Moyen Orient. Plutôt surprenant quand on sait que la péninsule du Qatar a été complètement imprégnée de Wahhabisme intolérant pendant longtemps.

Comme dans tous les autres Emirats du Golfe passés en moins d'un demi siècle d'une économie basée sur la pêche à la richesse incalculable du pétrole et du gaz, la culture n'est pas vraiment une priorité. La "Culture" dans la région peut être définie comme le ciment d'une cohésion sociale qui reste à inventer.

Donc oui, quand ils entendent le mot "culture", les Qataris agitent leurs carnets de chèques. Le Qatar n'a pas eu le Nouveau Louvre - c'est Abu Dhabi qui l'a récupéré. Mais le Qatar a eu l'architecte du Grand Louvre.

Les architectes viennent du Nord riche, les ouvriers du Sud pauvre. Cette apothéose symbiotique est plus qu' évidente au Musée d'Art Islamique de Doha inauguré en Novembre 2008. Il a seulement coûté 350 millions de $. L'architecte se devait d'être un génie, le Chinois Américain I M Pei- qui comme le savait très bien l' Emir, a construit la pyramide du Louvre. Le musée est un mélange sensationnel de cubes et de courbes qui se dressent au dessus d'une île artificielle éloignée de la corniche de Doha et faisant face à distance à un gratte ciel spectaculaire du XXIème siècle. La collection, comme l'indique un ancien expert du Victoria et Albert Museum de Londres, est tout aussi spectaculaire, couvrant 1300 années d'histoire dans trois continents.

Et la "culture" ne s'arrête pas là. Le Qatar construit également un Musée d'Histoire Nationale (l'architecte est une autre super star, Jean Nouvel), un Musée d'Histoire Naturelle ,une Librairie Nationale ( par l'architecte super star, Arata Isozaki) un Musée de la Photographie (architecte Santiago Calatrava) et un Musée d'Art Contemporain.

La pyramide en verre.

De toute façon, la "culture" au Qatar reste majoritairement une affaire de bizness. Et le bizness est en plein essor pour Alcatel, Alstom, Areva, EGF Suez, Total, tous les grands noms du Big Bizness français. Vinci par exemple construit rien moins que le premier pont mondial de 43 km, entre Doha et Bahram. GDF Suez installe une usine de desalinisation au milieu du désert.

Sur le territoire européen le bizness est aussi en plein boom. Le Qatar a dépensé plus de 2 milliards cette année pour 5 avions A-380 d'Airbus, sans mentionner les 17 milliards dépensés il y a deux ans pour 80 A-350s. Ajouter à cela les 1.5 milliards d'euros pour 20 hélicoptères miliaires Tigre d'Eurocopter (une branche du consortium géant européen EADS). L'industrie française de l'armement attend tout simplement encore plus du Qatar, misant contre les Américains dans une guerre commerciale, ces derniers faisant déjà du bizness avec Doha. EADS a vendu au Qatar son système de surveillance des frontières de même que des radars, et maintenant l' Emir veut un système anti missiles.

Le Qatar est vraiment un Paradoxe Central. Dans ce tout petit Emirat de seulement 11 000Km2 on trouve 900 000 personnes - 80% sont des expatriés - de même qu'al- Jazeera, une méga base militaire américaine essentielle pour le Commandement Central US, et la femme et les filles de Saddam Hussein. En plus de tout cela, le Qatar finance le Hamas en Palestine. Le GDP annuel atteint ridiculeusement les 74 000 $

Crise ? Quelle Crise ?

L' idylle du Qatar avec tout ce qui est français ne comprend pas vraiment " liberté égalité fraternité". Tout dans ce qui est techniquement une monarchie constitutionnelle appartient au clan al- Thani. Socialement c'est une pyramide extrême. Quel est la place de la démocratie libérale occidentale dans tout cet océan/désert de fric ? L' Emir et son équipe ultra pro ont projeté avec habileté l'image dans le monde d'un Qatar pays très moderne. Au Qatar, tout semble dilué dans le flux de modernité liquide débordante de services, services bancaires, et d'efficacité tranquille. Tout comme Dubai aux Emirats Arabes Unis a copié à l'extrême le modèle de Singapour, le Qatar fait un remake de la copie Dubai. Ce n'est en aucun cas un paradis de justice sociale.

La France et l'Union européenne en ce qui concerne ce point là peuvent vivre avec. La plus grande partie du gaz du Qatar - le pays est le N° 1 pour l'exportation de gaz naturel liquéfié, GNL - part en Asie. L'année dernière, la France a seulement acheté pour 85 millions d'euros de pétrole et 20 millions d'euros de gaz au Qatar. Les possibilités d'expansion non seulement pour la France mais pour l'UE dans son ensemble sont illimitées. Tout spécialement parce que le rêve de Bruxelles c'est de s'affranchir de l' énergie russe. Le saint Graal c'est North Pars, le champ gazier le plus grand dans le monde, que le Qatar partage avec l'Iran. Oublier les villas sur la Côte d'Azur, c'est le Big Bizness de l'énergie qui est au coeur d' Eurabia, en plein boom pour très longtemps encore.

Pepe Escobar Paris 28/08/09 - www.atimes.com - Copyright Asia Times Online

Il est l'auteur de "Globalistan: How the Globalized World is Dissolving into Liquid War (Nimble Books, 2007)" et de "Red Zone Blues: a snapshot of Baghdad during the surge". Son nouveau livre juste publié ; " Obama does Globalistan (Nimble Books, 2009)".

Email : pepeasia@yahoo.com.

traduction


Vendredi 28 Août 2009


Commentaires

1.Posté par said le 28/08/2009 18:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

oui c est celà les vrais ennemis de la paix entre palestiniens et israeliens car avec l argent qu ils
manipulent y a de quoi faire la paix dans le monde pas rien qu en palestine et eux qui ont parles de l embargo et ils disent qu ils ne font plus d affaire avec le sioniste sarkosy via telavive
c est un coup de bluf ils sont les premiers a vouloire declare la guerre a l iran c est pour celà que sarkosy resserrent les liens avec les hypocrhites du golf des musulmans corrompus qui jouent le double jeux

2.Posté par rachi le 28/08/2009 18:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ils ne pourraient pas investir une partie de leurs fonds dans les médias français , on auraient des médias qui seraient moins unilatéralement partisans, on aurait un peu de diversité, non ils n'y ont pas pensé ces cons.

3.Posté par Jean Aymard le 29/08/2009 16:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bah qu'ils investissent en masse en Europe et aux states et le jours où il y aura un conflit avec ses criminels en puissance ils remettront les pendule à l'heure en affichant 0 sur le compte bancaire ! Le comble serait que son fils lui fasse la même chose que ce qu'il a fait à son père: Tus quoque mi filii.

L'europe et l'usa aiment les zarabes au fond de leur grotte et dans les désert, ce qu'il aiment c'est leur richesse, l'or noir et le gaz.... attendons la fin du pétrole qu'on rigole !

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires