PRESSE ET MEDIAS

« Les Infiltrés » et la protection des sources : « Infiltration douloureuse » (Communiqué)


Dans la même rubrique:
< >

Mardi 29 Novembre 2016 - 08:00 LIVRE: Le Manifeste de la Raison Objective


Nous publions ci-dessous une tribune co-signée par une quinzaine de journalistes, écrivains et réalisateurs. (Acrimed)


Lundi 12 Avril 2010

« Les Infiltrés » et la protection des sources : « Infiltration douloureuse » (Communiqué)
INFILTRATION DOULOUREUSE
On peut s’interroger sur une émission (« Les Infiltrés ») uniquement basée sur l’emploi de caméras cachées. Ce procédé est à manier avec précautions. Son emploi systématique dérange car l’instrument devient le message et transforme le téléspectateur en voyeur. Passons. Longtemps journaliste, Hervé Chabalier est, à la tête de Capa, un producteur respectable et à succès. La pédophilie et ses réseaux supposés sont du pain bénit pour la télé poubelle. Les concepteurs de ces « infiltrés » expliquent qu’en s’attaquant à ce sujet, ils savaient que la loi les obligeait à dénoncer les pédophiles. La loi les oblige à dénoncer tout crime et délit. La pédophilie, comme le trafic de drogue ou d’armes. Passons. Ce qui ne passe pas, c’est que nous — producteurs, réalisateurs, journalistes —, soyons associés à ce que nous considérons comme une dérive de ce métier. Nous croyons en effet que le journaliste doit être un acteur social, libre et indépendant. Le journalisme doit rester une activité sans lien avec quelque pouvoir que ce soit : politique, policier, judiciaire, religieux. Au risque de disparaître. Hervé Chabalier, le présentateur de son émission, David Pujadas, et les journalistes de Capa doivent savoir que des dizaines de journalistes se sont retrouvés, se retrouvent et se retrouveront en prison pour n’avoir pas dénoncé leurs sources. Ceux que ne veulent pas dénoncer ces journalistes sont, dans la majorité des cas, de dangereux criminels ou des trafiquants en tous genres.
En 1975 , la presse s’extasiait devant le New York Times qui a préféré laisser un de ses journalistes (Myron Faber) en prison pendant quarante jours plutôt que de livrer à la justice ses notes confidentielles concernant un médecin qui assassinait ses patients. Les temps changent, les réflexes aussi. Jusqu’à présent, la police réagissait après la diffusion des enquêtes journalistiques et demandait à avoir copie des rushes ou des notes. Cette fois, les journalistes vont de leur propre initiative trouver la police pour lui remettre les éléments de leur enquête. De plus, ils communiquent sur cette divulgation. C’est du Grand N’importe Quoi.
« Le secret des sources pour lequel on se bat tellement saute ici », expliquent, la bouche en cœur, Chabalier et Pujadas. Ah bon ? Qui fixe ces règles ? Pourquoi dénoncer un pédophile et pas un criminel de guerre ? Un assassin ? Pourquoi ne pas décréter qu’en ces temps de crise un journaliste doit dénoncer à la police les criminels en col blanc à qui il aurait parlé ? Qui décide de la nature du crime à dénoncer ? Quand le secret des sources doit-il « sauter » et qui a le droit de le faire sauter ? Notre conception du journalisme et du documentaire nous oppose frontalement sur ce point aux justifications de Capa et des « Infiltrés ». Tout journaliste en situation d’enquête peut et doit avoir des problèmes de conscience qu’il résout au cas par cas, en franchissant parfois certaines limites. Nous ne sommes pas les défenseurs d’un dogme. Là n’est pas le débat que lancent aujourd’hui cette émission et la promotion faite autour. En se transformant en auxiliaires de police des journalistes, en arguant de morale plutôt que d’information, des journalistes ouvrent une brèche qui mène à la délation. Ceux qui seraient tentés de suivre ce dangereux précédent sonneraient le glas de ce qui reste des belles illusions de notre profession.
Fabrizio Calvi (journaliste, écrivain), Denis Robert (journaliste, écrivain), Jean-Pierre Moscardo (réalisateur), Pierre Péan (journaliste, écrivain), Benoît Collombat (journaliste), Bernard Langlois (journaliste, écrivain), Emmanuel Poncet (journaliste), Arnaud Sagnard (journaliste), Pascal Lorent (journaliste), Jean Marcel Bouguereau (journaliste), Patrick Fiole (journaliste), Marcel Gay (journaliste), David Dufresne (journaliste), Patrick Volson (réalisateur), Frank Eskenazi (producteur)…


http://www.acrimed.org


Lundi 12 Avril 2010


Commentaires

1.Posté par joszik le 12/04/2010 20:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Si on devait en dénoncer un, c'est tout le système qui serait en taule

2.Posté par ishtar le 12/04/2010 22:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

les journaliste ha,ah,ah,ah Des infiltrés= des Collabos qui travail avec la Police de la pensée , et la police tout court
Que de la racaille

3.Posté par Intellecterroriste le 13/04/2010 09:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Et là c'est mignon, mais Reporter Sans Frontières ne vient pas pleurer la défunte liberté d'information! Comme il ne vient pas la pleurer aux USA ou en Géorgie, par contre, à Cuba, au Venezuela, en Russie, bref, partout ou Washington n'est pas d'accord sur la politique locale, là, on chante!

La France, pays de libertés... Marf, c'est limite quand même. Certes on ne vit pas sous une dictature, mais il n'y a franchement pas de quoi se gargariser sur la "défense des libertés dont la France est le garant!" LOL!

Le très célèbre:

"Fais c'que j'dis, pas c'que j'fais!"

4.Posté par kadir le 13/04/2010 13:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

dénoncer des pédophiles c est irréprochable.
le fait est que des journalistes arrivent a faire ce que la police ne fait pas

5.Posté par abcd le 14/04/2010 00:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mes amis ,ce que vous avez oublié c que cet élu est membre du crif................

Maurice Gutman, conseiller municipal UMP du Mesnil-Saint-Denis, chargé d’Internet, a comparu vendredi 9 avril devant le tribunal correctionnel de Versailles pour corruption de mineur de 15 ans.

Cet homme de 64 ans s’est connecté sur un site Internet de chat où il a conversé avec un journaliste se faisant passer pour Jessica, une fillette de 12 ans. Après de longues minutes d’échanges, le conseiller municipal lui a proposé d’avoir des relations sexuelles.

Maurice Gutman, qui est aussi président du comité local de la Croix Rouge, membre éminent du consistoire, membre du CRIF, a été placé en garde à vue dans les locaux de la PJ de Versailles.

Info: Le Salon Beige

6.Posté par dik le 15/04/2010 11:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ishtar(post 2) réponds parfaitement à kadir (post 4) : Le journalisme, pour survivre, ne doit rien à voir avec la police ni les tribunaux. Sa religion devrait être la neutralité sinon, il suscitera la méfiance et ne pourra plus mener ses investigations pour dénoncer des phénomènes de société. Pourquoi donc le journalisme conventionnel est actuellement en perte de vitesse si ce n'est à cause de sa neutralité perdue?

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires