RELIGIONS ET CROYANCES

Les Gens du Livre par Zeineb Abdelaziz


Dans la même rubrique:
< >


zineomar@gmail.com
Vendredi 4 Décembre 2009

Les Gens du Livre par Zeineb Abdelaziz
La formule spécifiant "les gens du livre", d'après le Qur'ân, désigne ceux à qui les messages divins ont été révélés, à savoir : les juifs et les chrétiens, adeptes des deux religions monothéistes préislamiques, cependant, jamais énoncé n'a été aussi détourné de son vrai sens la plus part du temps. Que ce soient les orientalistes, les missionnaires ou toute la lignée qui a servilement suivi leurs pas, ils s'ingénièrent tous à ne souligner que le côté qu'ils voulurent présenter comme étant "conflictuel" de l'Islam, en déplaçant le Verset du contexte original, ou tout simplement en ne le signalant point. Sans nul doute, le Qur'ân renferme des Versets qui prônent la tolérance envers les gens du livres, comme ligne de base ou ligne de conduite, pour les relations humaines, dans le cours de la vie quotidienne des musulmans, à ne citer que les Versets suivants:

"Et ne discutez avec les gens du Livre que de la façon la meilleure, sauf ceux d'entre eux qui furent injustes. Et dites : <Nous croyons en ce qui nous a été Révélé, et en ce qui vous a été Révélé, et notre Dieu et votre Dieu est Un, et nous nous remettons à Lui>" (al-'ankabut, 46) ;

"Appelle à la Cause de ton Seigneur par la sagesse et la bienveillante exhortation, et discute avec eux de la façon la meilleure. Certes, ton Seigneur Est Plus-Scient de celui qui se fourvoie de Sa Voie, et Il Est Plus-Scient de ceux qui sont guidés" (an Nahl, 125)
De même, le Qur'ân contient des Versets, qui sont inséparablement liés à leur contexte, et par là même on ne saurait leur imputer  la désignation de "Versets qui prônent des relations conflictuelles", puisqu'en réalité ce sont des orientations, des modèles de comportement et de guidance, que  chaque  musulman a l'obligation de suivre, selon le cas mentionné, qui est la raison d'être du Verset. Ce n'est qu'après dix ans de tentatives pacifiques à l'égard des païens et des gens du livre que commença la Révélation de Versets qui permettent aux musulmans de réagir, de donner la réplique contre tout ce qu'ils subissaient de la part des juifs et des chrétiens. A souligner, que même cette permission de combattre, de réagir contre les actes des agresseurs, des mécréants, cette permission est limitée par la juste mesure, tel qu'on peut le voir par ces Versets :
 
"Combattez, pour la cause d'Allah, ceux qui vous combattent et n'agressez point, car Allah n'Aime point les agresseurs. / Et tuez-les où vous les saisirez, expulsez-les de là où ils vous ont expulsés : la sédition est pire que le meurtre. Ne les combattez pas auprès de la Mosquée Sacrée à moins qu'ils ne vous y combattent. Si alors ils vous combattent, tuez-les. Telle est la punition des mécréants. / S'ils s'arrêtent, alors Allah Est Absoluteur, Miséricordieux. / Et combattez-les jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de sédition et que la Religion soir pour Allah. Si jamais ils s'arrêtent : pas d'agression, sauf contre les injustes" (al Baqara, 190-193).
 
Cependant, demeurent la grande contrevérité ou cette grande falsification, de la part de l'Eglise, de l'Institution vaticane, de ces gens du livre, disant que le Qur'ân accuse le texte biblique d'avoir été manipulé! Sans tomber dans le piège d'une défense qui mènerait vers un labyrinthe inextricable de documents, nous prendrons comme exemple le récit d'Adam, pour mettre en relief  le rendu de ces textes monothéistes.
 
Nombre de récits historiques du Qur'ân se trouvent déjà cités dans les Livres précédents, puisqu'il s'agit du même message divin : l'unicité d'Allah, mais la narration diffère foncièrement. Pour le Qur'ân, le récit sert  d'abord à mettre en relief la leçon à retenir, la leçon profitable aux croyants. Puis, en second lieu, il sert à mettre en relief  la Révélation ; montrer que la Religion est une : se remettre à Allah en toute confiance ; que la Religion est foncièrement monothéiste, Allah n'a ni progéniture ni compagnons ; que les Prophètes adoptent le même moyen dans leur appel ; qu'Allah Soutient ses prophètes et Décrète la perte des dénégateurs. Comme conséquence directe de ces données narratives, le récit qur'ânique peut se répéter dans plus d'une Surah, sous des formes variées, non en entier, mais quelques séquelles qui mettent toujours l'accent sur l'enseignement qui en ressort, l'enseignement à retenir.
 
Dans le Récit d'Adam, qui se trouve signalé dans huit Suwar, il se termine chaque fois par sa sortie du Paradis et sa descente sur la terre. Ce qui met en relief la leçon à retenir, le prix payé pour la désobéissance. Le Texte nous révèle que c'était un être humain comme le reste des mortels, bien que différemment créé. Allah le Créa de Terre glaise, d'argile, dans l'image la plus harmonieuse, et lui donna la connaissance de tous les noms. Avantagé par l'aptitude du savoir, alors que les anges, ne sachant que prier et n'étant pas renseignés, n'arrivaient pas à dénommer les choses par leur nom, reçurent l'ordre de s'incliner devant Adam. Ils s'y appliquèrent sauf Iblis. Là il est nécessaire de souligner l'importance du savoir, en Islam, qui place l'être humain à un niveau plus élevé que celui des anges dans ce domaine.
 
La faute d'Adam, que le Qur'ân présente comme une stricte "désobéissance", est d'avoir goûté à l'arbre défendu, qui le rendrait, lui et sa conjointe, comme des anges ou de parmi les éternels. Ils se repentirent tous deux, Allah Agréa leur repentir, et par la suite, les musulmans n'ont pas à porter le poids d'un péché héréditaire. D’ailleurs aucun homme n’est appelé à porter le péché ou la faute d’un autre :
 
« Chaque personne n’acquiert qu’à ses dépens, et nulle personne ne portera la faute d’une autre. Ensuite, c’est vers votre Seigneur que sera votre retour, et Il vous Informera alors de ce sur quoi vous divergiez ». ( Al An’àm 164)
 
« Et nul ne portera la faute d’un autre. Et si qui que ce soit de surchargé, appelle pour son fardeau, rien n’en sera déchargé, même s’il s’adressait à un proche parent. » (Fàtir 18)
 
Dans le judaïsme, le récit d'Adam est conçu de sorte à ce que le péché passe de père en fils, qui devait se rançonner : "C'est moi le Seigneur, ton Dieu, un Dieu jaloux poursuivant la faute des pères chez les fils sur trois et quatre générations s'ils me haïssent" (Deutéronome V : 9).
 
Ensuite, une autre version abroge cette succession de la faute de père en fils, et la limite strictement au fauteur : "Celui qui pèche, c'est lui qui mourra : le fils ne portera pas la faute du père ni le père la faute du fils ; la justice du juste sera sur lui et la méchanceté du méchant sera sur lui" (Ezéchiel XVII : 20).
 
Ce qui révèle un changement catégorique de la Loi qui, du point de vue de la logique, ne va pas de paire avec un langage qui se veut divin, qui se veut un et invariable,  pour ne pas parler de contradictions ou de manipulations, passant en silence la réalité de ce dieu jaloux, vindicatif et rancunier !
 
Bien que le christianisme se présente comme héritier de l'Ancien Testament, puisque Jésus annonce nettement : "N'allez pas croire que je sois venu abolir la Loi ou les Prophètes : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir" (Matt. 5 : 17) l'Eglise, changea cette parole, contourna celle de l'Ancien Testament, et abrégea le péché en Jésus qui, par sa mort, disent-ils, libère ses adeptes. Est-il lieu de dire ici, de concert avec nombre d'exégètes, que c'est la raison pour laquelle  le christianisme inventa la crucifixion pour se libérer du péché originel ?! On ne peut que regarder de plus près pour voir que :
 
Le péché originel est une doctrine de la théologie chrétienne, dont la notion fut créée par Augustin d'Hippone au IVe siècle. Donc elle n'a rien de "Révélé", Jésus n'en a aucune idée. Elle a été approuvée par le Concile de Carthage en 418, par le Pape Zosime. Ensuite elle  a été confinée par l'Eglise catholique par un décret conciliaire, promulgué au Concile de Trente, en 1546. Un coup d'œil sur les deux dates, du début du cinquième jusqu'au seizième siècle, révèle l'étendue des débats qui eurent lieu pour imposer cette doctrine, selon laquelle tout être humain se trouve en état de péché, du seul fait qu'il relève de la descendance d'Adam !
 
A noter aussi qu'il n'y a aucune notion du péché originel dans le texte de la Genèse. Le concept et la formation reviennent à saint Augustin qui, lisant l'épître aux Romains V.12 de l'Apôtre Paul, l'explicite dans sa lutte contre Pélage et dit que le péché se transmet à tous les hommes par engendrement, comme souillure héréditaire. Bien que cette interprétation soit contraire à la lettre du texte, il l'assimile au "péché de chair", attache la faute à la sexualité, alors que l'Ancien Testament ne retient comme faute que le fait de se détourner de Yahvé. Inutile d'ajouter ou de se demander comment saint Augustin peut parler de péché alors que saint Paul parlait de la foi, de la Loi comme frontière dynamique : "ou plutôt éprouver le réconfort parmi vous de notre foi commune à vous et à moi" ?  Durant tout le chapitre il n'est nullement question ni de péché originel, ni de péché de chair, bien plus aucun texte n'impose ce péché inexistant, à tous les hommes, que le décret du Concile de Trente, le 17 juin 1546, à travers six clauses se terminant chacune par le fameux : "qu'il soit anathème" à quiconque refuse d'y croire !
 
Est-il lieu d'ajouter que les contemporains, de nos jours, lisent la Genèse et s'étonnent de voir comment saint Augustin a pu comprendre ce texte et imposer l'idée d'un péché de chair, faire le lien avec ce que Paul ne dit point ? Puis ils finissent par voir que tout cet amalgame et toute cette confusion remontent à une faute de traduction, du mot "malus" qui, en latin désigne et le mal et la pomme, commise par saint Jérôme, lorsqu'il entreprit de voir la cinquantaine d'évangiles qui circulaient à l'époque, pour en faire les quatre qui représentent le Nouveau Testament actuel, après avoir changé, remanié et rectifié les textes, comme il le dit dans la lettre qu'il adresse au Pape Damase, qui lui avait demandé d'accomplir cette tâche !
 
Il est intéressant de noter que malgré les décrets du Concile de Trente, les débats continuent critiquant ce dogme qui ne cesse d'ébranler les arcanes de l'Eglise. En 2007, Le père Vito Mancuso, qui enseigne à la faculté de théologie de l'université de saint Raphaël à Milano italien, écrit un ouvrage sur le péché originel, le dogme de la Rédemption, et la Résurrection de Jésus, dans lequel il entreprend en détail la formation de ces dogmes à travers les Conciles, pour aboutir au fait que l'être humain peut se sauver par ses propres actes, par sa raison, et n'a nullement besoin de textes forgés ou manipulés. Le livre a réalisé une vente de quatre-vingt mille exemplaires, - ce qui est énorme pour un livre de théologie, et aurait sûrement connu une plus grande expansion si les bras de l'Institution vaticane ne s'étaient tendus pour l'arrêter.
Là on ne peut que se demander : quelle est la victoire que la dite Institution accorde ou impose à Jésus bravant la mort ? Depuis la fameuse  crucifixion, tous les êtres humains, toutes les religions confondues, naissent et meurent, sans qu'un seul être ait pu y échapper ! La mort continue à faucher sans arrêt : que veut donc dire ce dogme édifié sur un amas de mensonges accumulés et de falsifications ?
 
Avant de terminer ce point il serait intéressant de revenir à la Genèse pour suivre le récit d'Adam et montrer que "Dieu créa l'homme à son image, à l'image de Dieu il le créa, homme et femme il les créa. Dieu les bénit et leur dit : "soyez féconds, multipliez, emplissez la terre et soumettez-la" (1 : 27,28). Donc, dans ce premier chapitre il n'est fait aucune mention de péché originel, bien plus Dieu créa l'homme et la femme à son image et leur demanda d'être féconds et remplir la terre par leur progéniture.
 
Au chapitre suivant on trouve que Dieu s'appelle : Yahvé Dieu, sans comprendre la nécessité de cet aditif, et qu'il "modela l'homme avec la glaise du sol, il insuffla dans ses narines une haleine de vie et l'homme devint un être vivant" (2 : 7). Quelques versets plus loin " Yahvé Dieu prit l'homme et l'établit dans le jardin d'Eden pour le cultiver et le garder. Et Yahvé Dieu fit à l'homme ce commandement : "Tu peux manger de tous les arbres du jardin. Mais de l'arbre de la connaissance du bien et du mal tu ne mangeras pas, car le jour où tu mangeras, tu deviendras passible de mort" (2 : 15-17). A noter ici une contradiction, et que la mise en garde concerne Adam seul, car Eve n'est pas encore créée selon ce second chapitre, tandis qu'au premier elle est créée en même temps que lui et il leur est recommandé d'être féconds et d'emplir la terre !
 
Quelques versets plus loin et dans le même chapitre on lit : "Alors Yahvé Dieu fit tomber une torpeur sur l'homme, qui s'endormit. Il prit une de ses côtes et referma la chair à sa place. Puis, de la côte qu'il avait tirée de l'homme, Yahvé Dieu façonna une femme et l'amena à l'homme. Alors celui-ci s'écria : Pour le coup, c'est l'os de mes os et la chair de ma chair ! Celle-ci sera appelée femme, car elle fut tirée de l'homme, celle-ci ! C'est pourquoi l'homme quitte son père et sa mère et s'attache à sa femme et ils deviendront une chair" (2 : 21-24).
 
Là on ne peut que s'étonner comment Adam qui dormit sous une torpeur assommante, sans rien sentir, sans sursauter de la douleur de se voir arracher une côte, puis, malgré le fait d'être le premier homme de la création, créé de glaise, donc n'ayant ni père ni mère, se mettre à déclarer sans aucune justification cette exclamation philosophico-théâtrale et sans lien avec ce qui la précède : "C'est pourquoi l'homme quitte son père et sa mère et s'attache à sa femme et ils deviendront une chair" ! A moins que ce ne soit là une phrase intercalée, comme tant d'autres, pour imposer cette union-fusion de la chair et imposer  le refus du divorce, qui représente une des pierres d'achoppements du christianisme. Signalons que dans ce second chapitre aussi il n'est nulle part question de péché originel.
 
Au troisième chapitre, le serpent niant que goûter à l'arbre fera mourir, dit à la femme: "Mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s'ouvriront et vous serez comme des dieux, qui connaissent le bien et le mal" (5). Après avoir mangé, "Alors leurs yeux à tous deux s'ouvrirent et ils connurent qu'ils étaient nus ; ils cousirent des feuilles de figuier et se firent des pagnes" (7). Là on se demande où est-ce qu'ils ont trouvé ou pu penser ou trouver du fil et une aiguille pour coudre en ce tout début de la création où tout était à créer avant de pouvoir inventer quoi que ce soit ! Le verset  suivant Yahvé Dieu "se promenant dans le jardin à la brise du jour" appelle l'homme qui lui répond : "J'ai entendu ton pas dans le jardin, j'ai eu peur parce que je suis nu et je me suis caché" (10), oubliant qu'au verset huit il s'était cousu un pagne avec les feuilles de figuier !
 
Et le gentil Yahvé Dieu, malgré sa colère et ses réprimandes à chacun des trois, l'homme, la femme et le serment, se met à faire "des tuniques de peau et les en vêtit" (21), puis se dit : "Voilà que l'homme est devenu comme l'un de nous, pour connaître le bien et le mal ! Qu'il n'étende pas maintenant la main, ne cueille aussi de l'arbre de vie, n'en mange et ne vive pour toujours" (22) ! Laissons le comique d'un dieu tailleur qui confectionne des tuniques de peau à ses créatures, pour nous arrêter sur une expression qui démolit le monothéisme judéo-chrétien puisque Yahvé Dieu trouve que l'homme "est devenu comme l'un de nous" qui indique nettement qu'il y a d'autres dieux avec Yahvé, et qu'il s'agit d'un polythéisme, puisque Elohim sera cité un peu plus loin.
 
Un autre point est à relever de ce dialogue divin : Yahvé qui craint qu'Adam ne mange de l'arbre de vie et ne vive pour toujours comme les dieux ! Ce qui annule l'idée de la Rédemption afin que les hommes vivent pour toujours, puisque Yahvé Dieu "bannit l'homme et il posta devant le jardin d'Eden les chérubins et la flamme du glaive fulgurant pour garder le chemin de l'arbre de vie" (2 : 24). Ce qui veut dire : point d'éternité pour l'homme d'après les textes bibliques que Jésus approuva et vint pour continuer, et non pour les annuler !
 
Il ne serait donc point déplacé de terminer cet exposé par quelques Versets du Qur'ân pour voir si ce Texte divin, Révélé et préservé de toute corruption jusqu'à la fin des temps, dit vrai, ou comme le prétend cette Institution vaticane, accuse injustement les textes bibliques :
 
"O gens du livre, pourquoi mécroyez-vous en les Versets d'Allah alors que vous en êtes témoins / O gens du livre, pourquoi confondez-vous le Vrai avec le faux et taisez-vous la Vérité en le sachant ?" (Al-Imran, 70,71).
 
"O gens du livre, pourquoi rebutez-vous celui qui croit de la Cause d'Allah ? Vous la désirez tortueuse, alors que vous êtes témoins ! Allah n'Est point Inattentif à ce que vous faites" (Al-Imran, 99).
 
"... : ils altèrent les mots de leur places, et oublièrent une part de ce qui leur fut rappelé..." (al-mâ'ida , 13)
 
"Un groupe des gens du livre voudrait bien pouvoir vous fourvoyer, mais ils ne fourvoient que leurs propres personnes et ils ne se rendent pas compte" (Al-Imran, 69).


Vendredi 4 Décembre 2009


Commentaires

1.Posté par voixlibre le 04/12/2009 21:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Excellent article!
Sincèrement et sans aucune inimitié, je voudrais bien entendre des réponses claires et surtout LOGIQUES de nos amis chrétiens. Il ne suffit pas de s indigner face à la violence ou plutôt la force de la vérité ou de s extasier en parlant de l AMOUR du Christ (donc de Dieu) pour l humanité. Je crois que par respect à la raison, cette faculté prestigieuse dont le Créateur nous a dotés, il faut qu un discours religieux ne soit pas uniquement basé sur les miracles et l émotion. Qui plus est, les miracles deviennent très fréquents de nos jours et (excusez l expression) le Saint Esprit parle un peu à tout le monde! Tous les messages adressés avant ne suffisent plus appremment, on passe au contact direct; et voilà, on est doublement sauvés: par le sacrifice de Jésus et par un miracle!!! Quel bonheur pour les ELUS!!!

2.Posté par Omar Mazri le 04/12/2009 23:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Comme toujours Zeinab est à l'avant garde non de la dénonciation, cela ne sied pas à une grande dame avec autant de talent et de sensiblité, mais de l'éclaircissement des réalités et des enjeux. De la honte de la bataille symbolique contre les minarets faisant suite à une nouvelle lutte larvée contre le foulard et le voile des femmes musulmanes et du déni de droit de sonner au musulmans vivant en France leur droit de congé chôme et payé pour la fête de l'Aid Zeineb ne fait pas de la dénonciation mais de la pédagogie pour réveiller les consciences. Elle explique, comme toujours, avec méthode, élégance et documentation la réalité des faits historiques, sociologiques du monde qui veut nous considérer tous musulmans et adeptes de Jésus comme des lobotomisés incapables de comprendre les enjeux et les falsifications derrière les enjeux.

En ce qui me concerne je suis arrivé à une conclusion qui va faire hurler les puristes : l'Eglise romaine et le Vatican sont produit de la civilisation greco romaine : un mélange détonique de mythologie, de rhétorique des grecs et d'administration des colonies et de puissance militaire des romains qui se sont appuyés sur les premiers chrétiens persécutés et exilés à travers l'Orient et l'europe et dont les chefs de communauté ont passé un deal avec les Cesars et ses légions pour fonder l'Eglise. Bien avant la fondation de l'église dont les hautes autorités ont repris à leur compte le pourpre de la gloire et de la puissance des cesars et des légionnaires généraux romains. le Coran a décrit avec compassion les souffrances des faibles chrétiens croyant en Dieu et partisans de la parole libérateur de Jésus qui prend le relais de Moise et efface le judaisme et annonce l'islam : Voici la sourate al bourouj qui reconnait la persécution des chrétiens par les romains avant le deal avec l'Eglise que les romains ont crée comme institution de lutte idéologique dans le projet de colonisation du monde contre les barbares de l'Orient et de l'Afrique :

4 les compagnons du Fossé ont été tués:
5 c’est le Feu au combustible.
6 Lorsqu’ils y étaient assis,
7 et eux sont témoins de ce qu’ils faisaient des croyants,
8 et ils n’ont tiré vengeance d’eux que parce qu’ils croient en Allah, l’Invincible, le Tout-Louable.
(sourate al Bourouj)

La seconde étape : l'avènement de l'islam naissant qui cherche non pas l'alliance mais l'entrainement des juifs et des chrétiens dans le même projet libérateur et civilisateur :

élevez-vous à une parole équitable entre vous et nous :nul ne prend l'autre comme maitre et nous croyons en Allah.

Ils ont rejeté le monothéisme et le pacte citoyen de Médine, le seul pacte républicain qui fait de l'état un état de citoyen dans lequel chaque communauté garde ses références religieuses et morales y compris pour rendre la justice et les affaires du droit privé personnel mettant le dénominateur commun sur le monothéisme, le vouloir vivre ensemble avec toutes ses interactions sociales, politiques, culturelles, affectives. Mohamed le Prophète a épousé deux femmes une d'extraction juive et l'autre d'extraction chrétienne pour fonder la famille monothéiste. Les falsifications qui ont donné le produit à deux monolatries, chacune se réclamant d'un dieu et d'un paradis réservés exclusivement pour elle ont détruit le pacte et ont se sont associés au paganisme des arabes pour trahir le premier état monothéiste à cette époque qui restaure tous les prophètes sans faire de distinction entre eux et entre les races.

Dans ces conditions socio historiques et politico religieuses la rupture est prononcée :
a vous votre religion, à nous la notre; à vous vos oeuvres, à nous les notre.

Dans ce rapport conflictuel dont les gens du Livre doivent assumer toutes les conséquences et demander repentance à Dieu pour les effets néfastes : colonisation, croisades, sionisme etc... Les chrétiens d'orient proche culturellement des musulmans, partageant la culture arabe et surtout proche des lieux saints qui porte l'emprunte des pas de tous les Prophètes et en particulier de Jésus sont en meilleur terme avec les musulmans. Ces derniers continuent à ce jour à reconnaitre aux chrétiens vivant chez eux, par un arrêté de la fonction publique, leur droit en terre d'islam de fêter, comme jour chômé et payé, Noël, Pâques et la pentecôte.

Zeineb a eu la pertinence et l'opportunité de montrer quelques lacunes de ceux qui veulent ne pas reconnaitre en nous des êtres doués de raison, d'intelligence et de sensibilité par cette tare de l'ethnocentrisme pour laquelle Jésus et ses Apôtres et quelques chrétiens et juifs dans le monde sont innocents. Jésus a bien dit " Avant de regarder la paille qui est dans l'oeil du voisin regardez la poutre qui dans votre oeil.

Zeineb bravo de montrer ces poutres, pour leur propre bien

3.Posté par Ait Hamza le 05/12/2009 10:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Merci Mr.Mazri !

Excellent article de Mme Zeineb,c'est ce qu'il nous manque actuellement ce genre d'éclairage qui nous prodigue les outils de la compréhension des textes sacrés.

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires