MONDE

Les Généraux marocains sur la sellette


« Les officiers de sa Majesté ». Un témoignage du militaire Mahjoub Tobji, ancien commandant des forces armées royale (réfugié à Paris), qui risque de secouer le Maroc. Ca révèle les scandales des officiers supérieurs... paru fin septembre chez Fayard.


Samir MEHALLA
Lundi 2 Octobre 2006

Feu sur les Généraux
Feu sur les Généraux
Ce document apporte de nombreuses révélations sur une armée qui n’a plus rien à voir avec le vrai professionnalisme militaire. L’auteur, un frustré de l'armée marocaine, est convaincu que le pouvoir effectif au Maroc a été détenu ces quarante dernières années par trois officiers supérieurs : Oufkir, Dlimi et Benslimane. C’est une thèse qui, au moins, pour ce qui concerne l’époque de Dlimi, est troublante. De même, le comportement de la troupe marocaine au Sahara, tel que le décrit Tobji, n’a rien à voir avec l’historiographie officielle. Ce qu’il dit à ce sujet et qui est fondé sur une implication personnelle très forte (il est pratiquement le seul officier marocain à avoir fait prisonniers des soldats du Polisario !) est tout simplement explosif.
Ce livre qui contient beaucoup d’autres informations fera beaucoup de bruit au Maroc et même au sein de l’importante communauté d’origine marocaine établie en France.
Mais il peut aussi intéresser un public plus large que le marocain, car il pose de nombreuses questions : crédibilité de cette armée, poids des islamistes, relations avec l’armée algérienne, niveau de la corruption, rapports avec le roi, etc.
Le royaume chérifien a aussi ses zones d'ombre et ses prédateurs. Au premier rang desquels Housni Benslimane, patron de la gendamerie et vrai maître du pays, selon un ancien haut-gradé de l’Armée Marocaine. Le livre de ce retraité tient la forme. Soldes misérables, corruption, gabegie, les bidasses du royaume sont presque à plaindre.
Certains vont jusqu’à sombrer dans l’islamisme. Les étoilés marocains ont fait main basse sur le pouvoir et l’économie du pays. Abstraction faite des différentes raison d’écrire un tel opus (règlement de compte ? volonté réelle de changer les choses ?), reste à la lecture un ouvrage décryptant l’histoire militaire marocaine, indissociable de l’évolution politique du pays.
Un feu d'artifice dans le paysage éditorial : la prise en main du pays et du Roi par le Général Housni Benslimane, véritable calife du royaume. Petite recette pour conquérir le Maroc sans que cela soit trop visible. A défaut de charisme, avoir de l’entregent, Oufkir (mais pas trop), Dlimi...
« Cela fait une bonne vingtaine d’années, depuis l’élimination d’Ahmed Dlimi, que Housni Benslimane occupe une place centrale sur l’échiquier politique marocain. Mohammed VI, qui n’a pas au fond de raison de supporter cet autre pilier de l’ère hassanienne que Driss Basri, n’a toujours pas réussi -au moment où ces lignes sont écrites-, à s’en débarrasser.
Sans avoir le charisme d’Oufkir ni l’ambition de Dlimi, Benslimane, qui a beaucoup appris de ses deux supérieurs hiérarchiques, possédait et possède sans doute encore à peu près autant de pouvoirs qu’eux, ce qui en fait le véritable homme fort du régime depuis le début des années 80. Benslimane s’est ainsi souvent retrouvé invité dans des fêtes où il put côtoyer Hassan II, Oufkir et d’autre haut-gradés de l’armée. Son mariage avec l’une des filles Hassar, famille connue de Salé, dont le père était un cadre de la sûreté nationale, l’a puissamment aidé à se faire admettre dans le cercle très étroit du général Oufkir. (...) Benslimane a ainsi été successivement commandant de toutes les unités CMI, haut commissaire à la Jeunesse et aux sports, ministre des P et T, directeur de la sûreté nationale avec Oufkir comme ministre de l’Intérieur.
« Une carrière aussi exceptionnelle ne laisse pas d’étonner. On peut en effet se demander comment un homme qui, depuis l’indépendance, a évolué dans tous les secteurs de l’appareil répressif, qui a été directeur de la police à une époque-« les années de plomb », comme disent les Marocains-où cette dernière se permettait tous les excès, toutes les exactions, qui avait été placé par Oufkir à la tête du gouvernement de Kénitra lors du second putsch, comment, donc, cet homme a réussi à se maintenir au pouvoir. C’est d’autant plus étonnant que, selon divers témoignages, Benslimane a accompagné Oufkir à plusieurs reprises lors de visites effectuées à la base aérienne de Kénitra, dans la semaine qui précéda la tentative de coup d’Etat. C’est de cette base que partirent les avions F-5 chargé d’abattre l’appareil royal.
Ceux qui le connaissent bien avancent une première explication et disent de lui que c’est « un poisson savonné », c’est à dire un individu tellement gluant qu’il est insaisissable, un homme sans foi ni loi qui a depuis belle lurette remisé au placard ses principes et son courage et vendu son âme au diable par amour du pouvoir. Il va de soi qu’il est de l’école d’Oufkir améliorée par Dlimi. Il a tiré grand profit de l’expérience de ces deux hommes, surtout de celle du second, avec lequel il avait sans doute davantage d’atome crochus et de points communs : une méchanceté foncière et bien peu de compétences militaires. En revanche comme Dlimi, Benslimane a toujours montré de remarquables dispositions pour le travail de flic et celui du renseignement.
Mais beaucoup plus discret que Dlimi qui était un fêtard invétéré, il est constamment resté dans l’ombre, manipulant tout un chacun en laissant notamment Driss Basri occuper le devant de la scène et jouer ainsi les bouc-émissaire en étant la cible de toutes les critiques. Tout le monde savait dans les milieux proches du sérail qu’une des plus grandes hantises de Benslimane était d’être convoqué par Hassan II. Cela peut paraître paradoxal, mais l’homme fort du régime avait une peur bleue du roi. Lors des réunions à plusieurs avec le monarque, il se tenait d’ailleurs toujours en retrait.
Quelques heures à peine après la mort d’Hassan II, ce personnage a montré toute l’étendue de sa lâcheté et de son opportunisme. Selon divers témoignages, il s’en est pris brutalement au grand vizir qu’il a molesté. N’eut été la digne intervention de Moulay Hicham, cousin du roi, Basri eût été passé à tabac et peut-être même incarcéré. Ce triste épisode a eu au moins le mérité de bien situer à leur place respective les deux hommes. Les quelques privautés que s’étaient permises Basri pendant les dernières années du règne de Hassan II - par exemple la nomination d’Allabouche à la tête de la DST, ou le copinage effréné dont il fit preuve en plaçant famille et copains - n’ont pas pesé lourd après le décès du souverain : on l’a jeté comme un malpropre.
C’est exactement le même scénario qui se déroule actuellement avec le général Laânigri dont on entend parler à tort et à travers. En réalité, derrière Laânigri se profile l’ombre d’un Benslimane toujours aussi puissant. Certes Laânigri n’hésitera pas à « tuer le père » si l’occasion se présente, mais Benslimane, qui a su remettre à leur place Fouad Ali el-Himma et consorts, n’est pas né de la dernière pluie et demeure indéboulonnable.

Affaire du Sahara

Ahmed Dlimi ayant fait du Sahara une affaire personnelle. Après sa mort il serait mis fin d’une manière ou d’une autre à cette guerre. Trop de morts, trop de sang avait coulé, et l’économie marocaine était littéralement saignée. Il n’en fut rien. Les successeurs de Dlimi, qu’il s’agisse de Benslimane ou d’Aziz Bennani, commandant de la zone sud, « ont continué à offrir à l’ennemi, sur un plateau d’argent, des morceaux entiers de nos lignes de défense, moyennant les mêmes trahisons et avec la même désinvolture qu’auparavant», écrit l’auteur. Les successeurs de Dlimi ont manifestement su établir ou préserver des liens indispensables avec leurs homologues algériens de l’autre côté de la frontière. Un jour les historiens mettront aussi tous les incidents provoqués par ces officiers supérieurs corrompus afin d’empêcher les tentatives de rapprochement esquissées par les responsables politiques de l’un et l’autre pays. On a assez dit que la sécurité militaire algérienne était le véritable détenteur du pouvoir à Alger ; on n’a malheureusement pas mesuré à quel point la monarchie marocaine est démunie face à sa propre hiérarchie militaire.
Fidèle à ses habitudes, Benslimane reste bien en retrait et laisse Aziz Bennani et surtout Driss Basri s’empêtrer dans le bourbier saharien. (...) Plaçant ses hommes à tous les étages, Bennani consacre son énergie à accumuler une fortune colossale sur le dos de l’armée en plaçant un peu partout des intendants à sa convenance. Grâce aux marchés de la viande passés en Argentine et en Australie, aux contraventions maritimes évoquées plus haut et qui portent sur une zone s’étendant de la latitude d’Agadir à la frontière mauritanienne, le général Bennani s’est retrouvé en peu de temps à la tête d’un immense pactole. Il est loin le temps où il me demandait d’intervenir auprès de Dlimi pour l’aider parce qu’un champ de céréales lui appartenant avait brûlé dans la région de Taza...

De son côté Benslimane n’est pas en reste. Ses intérêts, notamment ceux qu’il a partagés, jusqu’en 2003, avec Abdelhak Kadiri, au sein de la société de pêche Kaben, sont considérables. La prévarication de nombreux généraux et officiers supérieurs marocains est si connue que la presse satirique a même parlé de « généraux de haute mer » en raison du grand nombre de bateaux de pêche que d’aucuns possédaient -Benslimane et Kadiri- ou possèdent encore…


Lundi 2 Octobre 2006


Commentaires

1.Posté par medab@menara le 02/03/2007 18:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je vous conseille de proposer aux internautes la lecture du livre intitulé le LION de l'ATLAS qui retrace le vrai visage de notre glorieuse ARMEE ROYALE, en décrivant en particuluier le vrai parcours du Général OUFKIR et celui d'autres Officiers de sa génération, quant au minable cne tobji n'est qu'un arriviste dont l'ambition rompue par son incompétance et l'ignorance de l'autre, j'ai servi 35 ans au sein des Forces Armées Royales, une école d'acceptation de soi, d'affirmation, d'objectiité, de sacrifice, de probité, une école qui forge et forme l' inexorable militaire des Forces Armées Royales. A popos de tobji, j'ai fais partie du contingeant des Forces Armées Royales pour défendre les terres Arabe, lui comme capitaine Cdt du CQG et moi comme MDL ( Sergent ) mécanicien auto engin blindé. tobji, ça ne sera nullement le dernier des traitres à porter atteinte, à dire du mal et à discriminer les institutions et les hommes intègres qui ont servi avec amour et abnégation leur patrie le Maroc.-

2.Posté par MALOU Rouane le 27/03/2007 22:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

l'article est bien détaillé et le livre sera d'une grande importance de par les révélations qu'il soulèvent.il n'y a plus de zone sombre à travers laquelle un secret quelconque pourra trouver refuge.Tout est dévoilé pour celui qui bon lui plaira,voir ou faire l'aveugle,savoir ou ignorer.l'enjeu est de taille.

3.Posté par katoz le 28/03/2007 10:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pour malou

cher malou sache qu'ici en France tes généraux et ton roi, n'ont aucun pouvoir ni de dissuasion ni de critique ....

Profite donc du fait que tu puisse librement ecrire afin de ne pas trembler des genoux et des coudes !

Sois honnête et accepte ce qui est vraie !!!!
Les pays du maghreb et en particulier le maroc sont minés par la corruption et l'autoritarisme

Est ce que de l'avouer te ferrais donc extraire ta pomme d'adan ???

mes pauvres amis réveillez vous et obtenez enfin une démocratie digne de ce qu'était la grandeur du maghreb a la grande époque et n'étouffez pas ce qui est vraie par pure lâcheté

4.Posté par kortico le 03/08/2007 22:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

c'est bien mais il faut plus de detailles

5.Posté par alaoui m'hammedi faisal le 31/12/2007 08:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

je pense que c,est une bonne chose que d'anciens militaires prennent la parole pour apporter des éléments que nous ignorons. la corruption des généraux marocains est de notoriété publique, et ca continue car l'impunité règne dans notre chère patrie. A ce propos, les tribunaux ne sont là que pour juger les petits délits: vol à l,arrachée, loyer non payé par un pauvre locataire, etc....donc une ''justice'' destinée aux pauvres marocains; mais les gros bonnets en sont exonérés. Dommage! le maroc a été toujours comme ca, et il ne va pas changer....

6.Posté par MINOU99 le 31/12/2007 16:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce qui devait arriver avec les ressortissants marocains frappés d'un mandat d'arret international est tout a fait contraire avec le code judiciaire du juge RAMEL PATRICK ........chargé de clore l'affaire Ben BARKA sur la base de theses biscornues puisqu'il tente d'étayer ses accusations à l'encontre de CHTOUKI sur la base d'une carte de débarquement (fiche de police) remontant à 1965. Et le pire, C'est qu'il atteste la concordance des écritures graphologiques de Miloud TOUNSI depuis 1965 jusqu'au dépot d'une demande de visa par le sieur CHTOUKI en 2005. 40 ans apres; ce juge qsui veut aller tres vite en besogne s'illustre par l'absurde ne peut pretendre que deux écritures sont parfaitement identiques surtout que TOUNSI a vieilli et que cette accusation est battu en breche malgré les fortes presomptions qui pesent sur CHTOUKI mais a defaut de pouvoir prouver la culpabilité de quelqu'un, a-t-on le droit de l'envoyer au mittard?
J'ai deja redit que l'affaire BEN BARKA et celle des généraux marocains étaient l'apanage exclusive de l'appareil judiciaire marocain.

7.Posté par Ben le 31/12/2007 20:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Personnellement je vois aucun intêret a écrire ce livre. Pour la simple raison que c'est du passé. On parle de personnes qui gouvernaient sous le reigne de sa MAJESTE le ROI HASSAN 2 et des événements que tous le monde connaient ici au Maroc petit et grand. "Ce livre n'a porte rien de nouveau. "
Nous marocains on s'interesse plus a l'avenir de notre nation et sa prospérité qu'a notre sombre passé sinon on n'en finira jamais de raconter ses années de plombs.
VIVE le roi et la patrie

8.Posté par Pour Ben ! le 01/01/2008 02:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L' avenir ce n est qu un remake du passé !!!
d ou l importance de connaitre et analyses son passé :-)

9.Posté par Chafik Abdellaoui le 01/01/2008 14:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce livre est un signe fort du grand pathétisme de son écrivain. Si cet ex-officier frustré avait eu l'opportunité de monter jusqu'en haut de l'échelle de l'armée marocaine, il aurait fait la même chose que Dlimi, Benslimane, ou autres. En d’autres termes, tuer les parasites, et accumuler une grosse fortune grâce au pouvoir. Mais non, cet homme a échoué, il s'est retrouvé exilé en france, aucun pouvoir dans son pays d'origine, et frustré par une très grande jalousie de ceux qui vivent la belle vie au Maroc. Que ce soit sa majesté, benslimane, ou homme d'affaires fortunés, tous vivent une vie bien meilleure au Maroc que celle de ce pathétique ex-officier à paris. Je souhaite lui passer ce message:
Profite bien des années qui te reste a vivre, vielle homme a Paris, car les années passent, les critiques s'oublient rapidement, les gens vivent dans leurs pays d'origine jouissant de la proximité de leurs familles et du bon climat du pays. Toi, tu mourras dans un pays qui n'est pas le tien, ton cadavre sera transporte, tel une marchandise dans un avion, et tu seras enterré comme un modeste paysan. Ton livre ne changera rien à mon pays.

10.Posté par waheb le 01/01/2008 18:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

chafik tu doit etre un agent sioniste,ou un "élite" marocain pouris par les immperialistes chez qui tu a mis ton nid,vue que c'est la bas que tu est domicilié ,comme tu marque sur ton cite,pas possible autrement, donc il dénonce des faits horibles comis par des genneraux ,tes freres marocains sont mort par leur fautes ou mis a la tortures et mis au bagne, ou en sérvitudes, juste pour leurs profits bassement materiel,pendent que le petit peuple,les sans grades,les pauvres créves et continue de crevées,et cela est normal pour toi,tu ne fait pas partis de se peuple,tu est l'"elite" ,bénis par quel gennerals?, tu ne vois que le brillent,l'argent,le pouvoir,les choses materiels de la vie comme j'ai vue sur ton cite ,tu oublie que toute ses choses vont disparaitre a ta mort,la vrai vie elle est pas sur terre tu la oublier, comme tu a peu etre oublier ton créateur hallah soubhanou,rassure toi lui il ne t'oublie pas,continue a vénérées tes idoles,continue a défendre des bourraux,eux aussi allah soubhanous ne les oublira pas ni eux ,ni leurs crimes.

11.Posté par naciri le 01/01/2008 19:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

monsieur medab,
j adore,
c qui est frappant c dés qu il ya qq un qui critique la monarchie ,ou le circuit du pouvoir marocain les vizir et slariés du taroot sortes leurs griffes et densts pour defondre leur bien faiteurs.
tu n as pas honte monsieur medab,tu n as pas honte d appartenir a une bonde de corrompu(rachwa),de voleurs de poules et pommes de terre?
ce qui marron ce que tu es tellement fiere da voir servi cette etat fachiste,qui a tiré sur des innocents en 82 et continues d'emprisonnés des femmes et des hommes sous pretextes (terrorisme).
Pour finir,si tobji etais un traitre de la nations pour toi,excuse moi de te dire que toi et tes semblables et tobji ,vous servais et vous mourrez a servir le meme drapeau(PONION).
nb:tt ce que le gendarmerie royale a fais par le passé ou entrain de faire dans les prisons de salé ou kenitra ou autre je vous le pardonnes pas,et je souhaite que dieu te le rendra dans tes enfants toi tobji et les autre qui ont colaboré avec cette dictatuture -si tu en a et si nons dans tes plus prcohes
que dieu te guide ou te paralyse a jamais

12.Posté par a le 05/01/2008 17:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Fils de militaire et 40 ans aujourd'hui. Laissez moi vous dire que j'ai lu le livre du Cdt et je peux confirmer personnellement la vente de revitaillement militaire, même à des soldats à qui ça revenait de droit. Des camions chargés d'obus en cuivre se promenaient jusque leurs acheteurs sans être inquiétés, etc..

Mon père que son âme soit en paix est de la promotion de Benslimane à St-Cyr. juste pour vous dire, il est resté Cdt pendant 18 ans. Et pourtant, il a été dans le coin de Smara coincé sans soutien adéquat.

Bref, la grande muette a permis à des tortionnaires, ripoux et j'en passe, de s'enrichir, fermes, bateaux, passe droit, etc..

13.Posté par African eagle le 06/04/2008 07:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

On aime le roi et on aime le Maroc, mais etant un militaire a la retraire qui a servit la patrie avec honneur et abnegation, je confirme que ce ne sont que les arrivistes qui ont leur place dans cette boite tenebreuse, il y'a becoup de facteurs qui agissent negativement sur la peronnalite du militaire,il n'ose meme pas reveler son appartenance a cette boite de braves et non pas aux traitres ,qui laissent leur troupe a la merci de la faim, un treillis raccommode a la main et un brodequin qui fait entrer de l eau quand il pleut et de la poussiere quand il fait chaud, c est vraiment miserable de voir un militaire tenant un sac de platique noir a la main,ou montant une bicyclette par necessite et non pas par vocation comme le fait les militaires d 'autres pays, bref, j aime passer mon message a ceux qui portent de l 'amour au Maroc et aux heritiers de la dynastie alaouite que Dieu le tout puissant les preserves de tout malheur , de couper le chemin sur les nouveux venus qui veulent s'enrichir eux aussi au detriment de ces pauvres gens ,car je suis avec le capitaine Adib et non pas avec celui qui est refuge en France, malgre mon amour a ce dernier pays aussi, car le maroc sans la france est comme un train pousse avec un locomotiv a charbon. je garde un tres bon souvenir de la France pendant mon bref sejour et une nostalgie aux annees 80 avant le depart malheureux des cooperants francais, je me souviens des exercices de nuit et la fierte d'appartenance a cette boite qui n est qu 'une machine qui ne faisait que des elites, il y avait et il y'a encore des chefs d'arme , des unites et de garnisons qui n aiment pas voir ses hommes humilies, affames et lymphatique,malgre ca je souhaite une tres bonne continuation et une belle resistance aux elites de tous les armes et directions sans exception , pour terminer je dis vive le roi chef supreme d 'etat major general,vive le Maroc et mes sinceres souhaits de bonheur aux prince heritier moulay Rachid et a toute la famille royale.

14.Posté par zaxmo le 03/09/2008 14:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Malheureusement la corruption envenime la société marocaine de plus en plus. Certainement on promulgue des lois à l'encontre des fraudeurs, mais quand on peut frayer son chemin en corrompant à tous les nivaux, à quoi servent les lois? Chaque secret dévoilé au public, surtout s'il émane d'un corps aussi fermé que l'armée est positif. D'ailleurs la corruption, le népotisme et la Hogra sont des pratiques courantes à tous les niveaux. Je suis marocain résident à l'étranger depuis une trentaine d'année et chaque fois que je suis au Maroc je remarque hélas que ces injustices et ces vices sont de plus en plus institutionnalisés.

15.Posté par OMAR le 05/03/2009 12:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

VIVE LE MAROC : DIEU , La PATRIE , LE ROI.

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires