Géopolitique et stratégie

Les Etats-Unis soupçonnent la Russie de disséminer des ADM


Le département d'Etat américain a imposé des sanctions contre deux compagnies publiques russes - Rosoboronexport (exportateur officiel d'armes russes) et Sukhoi (avionneur), les accusant d'avoir violé la loi américaine interdisant la coopération avec l'Iran en matière de développement d'armes de destruction massive (ADM).


RIA Novosti
Mardi 8 Août 2006

Les Etats-Unis soupçonnent la Russie de disséminer des ADM




C'est vendredi dernier que l'administration du président des Etats-Unis, George W. Bush, a annoncé avoir décrété depuis le 28 juillet des sanctions contre sept compagnies de quatre pays, dont la Russie. La direction pour la sécurité internationale et la non-prolifération du département d'Etat américain indique notamment dans un communiqué officiel que des sanctions sont imposées pour un délai de deux ans contre Rosoboronexport et Sukhoi (Russie), Center for Genetic Engineering and Biotechnology (Cuba), ainsi que contre Balaji Amines et Prachi Poly Products (Inde), Korean Mining and Industrial Development Corporation (KOMID) et Korea Pugang Trading Corporation (Corée du Nord).

Le document de la diplomatie américaine signale que le 25 juillet dernier, le gouvernement des Etats-Unis en est venu à la conclusion que toutes les compagnies évoquées avaient violé les dispositions de la loi adoptée par le Congrès américain sur la prévention de la prolifération d'ADM en Iran car elles étaient impliquées, prétend-on, dans des fournitures en Iran "de matériel et de technologies" pouvant "contribuer au développement des armes de destruction massive, des missiles de croisière ou des missiles balistiques" en Iran.

Imposées par Washington, les sanctions unilatérales contre les compagnies évoquées signifient avant tout la suspension de toute coopération d'affaires du gouvernement américain avec les personnes morales en question. Qui plus est, il est désormais interdit aux autorités des Etats-Unis d'accorder toute aide à ces sociétés et de leur vendre des marchandises ou technologies à vocation militaire.

Selon les sources du journal "Kommersant" au sein du complexe militaro-industriel russe, cette démarche de Washington contre les compagnies russes aurait été une réaction formelle au contrat signé fin juillet dernier pour la modernisation de 30 bombardiers tactiques Su-24 iraniens, pouvant théoriquement porter une arme nucléaire tactique. C'est Sukhoi qui a signé ledit contrat, côté russe.

Quoi qu'il en soit, a estimé en direct à la radio "Echo de Moscou" le directeur du Centre d'analyse des stratégies et des technologies (Russie), Rouslan Poukhov, ces sanctions sont "une vengeance des Etats-Unis pour le contrat conclu récemment dans le cadre de la visite en Russie de Hugo Chavez pour la fourniture au Venezuela de 24 avions Su-30 et d'autres matériels". Somme toute, a fait remarquer l'expert, "lesdites sanctions sont plutôt symboliques: elles montrent notamment le mécontentement de Washington à propos des actions de telle ou telle entreprise. Mais les autorités américaines ne peuvent pas imposer des sanctions contre la Russie ou contre toute une branche. Aussi imposent-elles des sanctions locales de ce genre".

Rosoboronexport: il s'agit d'une démarche inamicale à l'égard de la Russie

Selon Rosoboronexport également, la décision des Etats-Unis d'imposer des sanctions aux deux sociétés russes est une démarche inamicale à l'égard de la Russie. "La décision d'imposer ces sanctions peut être considérée comme un acte pouvant exercer par la suite un impact très négatif sur le partenariat russo-américain, tant en matière de lutte contre les fournitures illégales, par exemple, en Iran et en Afghanistan, de contrefaçons de productions militaires russes que dans le domaine de la coopération dans le cadre d'autres projets prometteurs", lit-on en substance dans une déclaration de l'exportateur russe officiel d'armements.

En tant qu'unique intermédiaire public en matière d'exportation d'armements, Rosoboronexport effectue ces livraisons à l'étranger "en stricte conformité avec la législation russe en vigueur, les arrêtés du gouvernement et les décrets du président de la Fédération de Russie, ainsi qu'en respectant à la lettre les normes du droit international", rappelle l'entreprise. "Par conséquent, les sanctions évoquées ne peuvent pas être considérées autrement que comme une démarche inamicale à l'égard de l'Etat russe et une tentative de déstabiliser la coopération militaire et technique de la Russie avec les pays étrangers", est-il indiqué dans la déclaration de Rosoboronexport.

Sukhoi: "Nous n'avons pas fourni un seul écrou à l'Iran"

L'avionneur russe Sukhoi est tout aussi perplexe face à ces sanctions. "Nous sommes depuis longtemps présents sur le marché américain, nous en étudions attentivement la législation. Nous n'y avons jamais violé quoi que ce soit et n'avons pas l'intention de le faire à l'avenir", a notamment déclaré le directeur général adjoint de Sukhoi, Alexandre Klementiev, commentant en direct à la radio "Echo de Moscou" l'information sur les sanctions américaines.

"A part le programme de mise au point d'un avion régional russe en commun avec la société Boeing et certaines autres compagnies, nous n'avons pas d'intérêts directs aux Etats-Unis", a-t-il souligné.

Sukhoi est certain que les sanctions américaines contre elle seront levées car elles ont été imposées sur la base d'une fausse information. C'est ce qu'a déclaré un autre directeur général adjoint de Sukhoi, Vadim Razoumovski. "Les sanctions du département d'Etat américain ne suscitent chez nous que de la perplexité et du regret. Nous sommes persuadés que ces sanctions ont été décidées sur la base d'une fausse information", a déclaré M. Razoumovski, cité par Newsru.com.

Selon le directeur général adjoint de Sukhoi, la direction de la société ignore pour le moment le volume des sanctions. "A présent, des juristes essaient tant aux Etats-Unis qu'en Russie de faire toute la lumière sur cette question", a fait savoir M. Razoumovski. "On nous accuse de prétendues irrégularités dans notre coopération avec l'Iran. Mais c'est tout à fait absurde. Ces huit dernières années, nous n'avons pas fourni un seul écrou à l'Iran", a-t-il dit.

"Selon le règlement américain intérieur"

Le ministère russe des Affaires étrangères (MID) a qualifié d'inacceptables les sanctions imposées par les Etats-Unis contre les deux sociétés russes. "Il s'agit au fond d'une nouvelle tentative parfaitement illégitime d'obliger les compagnies étrangères à travailler selon le règlement américain intérieur", a déclaré le MID.

Moscou souligne que "de telles sanctions que les Etats-Unis imposent à titre unilatéral à d'autres pays et leurs organisations ne sont en fait qu'un anachronisme juridique et politique".

"Nos sociétés effectuant une coopération militaire et technique avec les pays étrangers agissent en stricte conformité avec les normes du droit international et de la législation de la Fédération de Russie, y compris avec les engagements de notre pays en matière de non-prolifération et de contrôle des exportations".

Cet article a été préparé par la rédaction Internet www.rian.ru sur la base de l'information de l'Agence RIA Novosti et d'autres sources


Mardi 8 Août 2006


Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires