Géopolitique et stratégie

Les Etats-Unis poursuivent leur tapage médiatique contre l'Iran


Suite à l'intensification des critiques internationales contre l'unilatéralisme américain, les caciques de la Maison Blanche ont décidé de poursuivre leurs campagnes d'intoxication contre la RII. Alors que la plupart des pays du monde croit, en grande majorité, au règlement, via le dialogue, de l'affaire nucléaire iranienne, les stratégies de Washington, qui s'inscrivent dans le cadre des sanctions anti-iraniennes, sont réjetées par d'autres pays du monde.


IRIB
Vendredi 16 Février 2007

La Russie, l'Inde, la Chine et la plupart des autres pays européens, les membres des Non-alignés, ainsi que les pays de la région, ont, ces derniers jours, estimé la reprise des négociations nucléaires, comme la seule issue, permettant de mener à bien la question du nucléaire iranien. Récemment, un rapport confidentiel faisant état de l'opposition de l'Europe à la politique américaine, qui soutient des sanctions contre Téhéran, a été révélé.

On peut, donc, en conclure que l'Amérique n'est pas parvenue à créer un consensus international contre les activités nucléaires iraniennes, à vocation pacifique. C'est pourquoi, les faucons américains ont décidé de proférer des accusations sans fondement contre L'Iran, notamment, à propos d'une prétendue intervention iranienne dans les affaires irakiennes.
Cependant, de telles déclarations contradictoires témoignent de l'incapacité et du malaise de l'administration Bush devant la crise actuelle, dans laquelle s'est enlisée. Le Pentagone a, récemment, prétendu des bombes iraniennes étaient utilisées, en Irak. Et ce, alors que la date gravée sur ces bombes prouvait que de tels armements n'étaient utilisés qu'aux Etats-Unis. Ces allégations sont si médiocres et si nulles que de nombreux média les ont dédaignées, à tel point que le Président Bush a, même, fini par reconnaître qu'il n'existait aucun document établissant, clairement, des ingérences iraniennes, en Irak.

Les observateurs politiques pensent que les pressions accrues qui s'exercent, aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur du pays, sur l'administration américaine, ont amené les décideurs de la Maison Blanche à faire un grand tapage contre l'Iran. Sur cette base, ils s'efforcent de faire croire que l'Iran est responsable des troubles, en Irak, alors que c'est bien la poursuite de l'occupation de l'Irak qui est à l'origine de l'insécurité, dans ce pays. En vérité, l'administration américaine a pointé un doigt accusateur contre l'Iran, pour duper l'opinion publique, qui s'oppose à l'occupation de l'Irak, tout en tenant tête aux demandes de la Communauté internationale qui exige le retrait des soldats US d'Irak.

Dans le même temps, l'accent, mis, par l'Iran, sur ses droits nucléaires, a réveillé les pays en voie de développement, qui, eux-aussi, souhaitent faire valoir leurs droits légitimes, en matière du nucléaire. En effet, ces derniers se sont rendus compte de l'attitude discriminatoire des Etats-Unis, dans le domaine du nucléaire, et, notamment, en faveur du régime sioniste. En tout état de cause, contrairement à ce que prétend Washington, non seulement, la Communauté internationale insiste sur le caractère pacifique du nucléaire iranien, mais encore, elle dénonce l'unilatéralisme américain.


Vendredi 16 Février 2007


Commentaires

1.Posté par ALI14 le 16/02/2007 18:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

LE DANGER AU MOYEN ORIENT VIENT DES SIONISTES ET DE LEURS VALETS. SANS LEUR PRESENCE, LA REGION SERAIT EN PAIX.

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires