Politique Nationale/Internationale

Les Etats-Unis intensifient les provocations contre Cuba



Après que Fidel Castro eut annoncé qu’il remettait temporairement les rênes du pouvoir à son frère Raul, avant de subir une chirurgie d’urgence pour des saignements intestinaux, l’administration Bush a intensifié ses provocations contre Cuba, posant la menace d’une intervention directe des Etats-Unis contre la nation insulaire.


wsws.org
Vendredi 4 Août 2006

Les Etats-Unis intensifient les provocations contre Cuba

par Bill Van Auken


C’était la première fois en 47 ans, depuis son arrivée au pouvoir à la suite d’un soulèvement de guérilla contre la dictaturede Fulgencio Batista, soutenue par les Etats-Unis, que Castro abandonnait sa position de chef de tous les principaux organes de l’Etat cubain.

L’annonce a été accueillie par voyantes manifestations des émigrés cubains de droite à Miami et ailleurs aux Etats-Unis, alors que le Washington officiel insistait que l’état d’invalidité ou la mort du chef cubain de longue date n’entraînerait aucun relâchement de la politique américaine d’agression contre le pays.

Le porte-parole de la Maison-Blanche, Tony Snow, a souligné que « Nous ne prévoyons pas tendre la main » et a décrit Raul Castro comme étant un « gardien de prison ».

Le député cubain-américain Lincoln Diaz-Balart, un républicain de droite, a exigé lors d’une conférence de presse à Miami que les forces de sécurité cubaines n’obéissent à aucun ordre demandant de réprimer une agitation, menaçant qu’autrement « leurs noms se retrouveraient sur une liste d’infamie ». Il brandit ensuite sa propre soi-disant liste de 56 individus pro Castro qui auraient été identifiés dans des manifestations à Cuba devant les habitations de « dissidents » appuyés par les Etats-Unis.

Alors qu’en Floride des groupes exilés cubains antiCastro appelaient à la désobéissance civile de masse et à la mutinerie militaire, des reportages de Cuba ne montraient aucun signe d’agitation.

Les médias cubains firent la lecture d’une déclaration de Castro où il se décrivait lui-même comme étant dans un « état stable », ajoutant que « pour ce qui est du moral, je me sens parfaitement bien ». Dans son annonce initiale du transfert « provisoire » du pouvoir à son frère, Fidel a décrit la chirurgie qu’il devait subir comme étant « complexe » et a affirmé que par la suite il devrait « être au repos pour plusieurs semaines ».

Parallèlement aux appels rituels pour une « démocratie » à Cuba, des représentants du gouvernement américain ont annoncé les plans d’un important déploiement de la marine et de la garde côtière des États-Unis qui imposeraient un blocus de l’île et empêcheraient les réfugiés de fuir vers les Etats-Unis dans le cas où Washington interviendrait militairement ou réussirait à précipiter une crise majeure dans l’île.

La tentative pour stimuler une crise au sujet de la santé de Castro n’a été mise de l’avant que quelques semaines après que l’administration à Washington eut dévoilé un programme de « démocratie » cubaine de 80 millions de dollars pour financer l’opposition interne au régime de Castro et préparer la « transition » vers l’installation d’un régime pro-américain. Cela s’ajoute aux 35 millions de dollars que les Etats-Unis dépensent annuellement pour financer la diffusion de la propagande de Radio et TV Marti vers Cuba, ainsi que le budget secret de la CIA pour ses activités de déstabilisation sur l’île.

Le rapport public émis par la Commission d’assistance à un Cuba libre, mis sur pied trois ans plus tôt par l’administration Bush en collaboration avec des groupes exilés de droite, fut accompagné d’une série de recommandations secrètes, qui comprendraient apparemment des plans pour des opérations clandestines de la CIA et du Pentagone, sinon des plans pour une intervention militaire américaine directe visant à provoquer un « changement de régime » à Cuba.

La banqueroute de la politique de Washington envers Cuba (qui fut celle de dix administrations américaines consécutives) se résume par le fait que la principale stratégie américaine consiste à attendre que Castro, âgé de 79 ans, meure. Un embargo économique de 45 ans, l’invasion manquée de la Baie des Cochons en 1961, d’innombrables attaques terroristes contre le peuple cubain appuyées par la CIA aussi bien que des centaines de tentatives d’assassinats contre Castro n’ont pas réussi à faire tomber le régime.

Les plans de la commission, qui est codirigée par la secrétaire d’Etat Condoleezza Rice et le secrétaire au Commerce Carlos Gutiérrez, un Américain d’origine cubaine, consiste largement à exploiter la mort et l’incapacité de Castro et d’intervenir dans les tentatives de l’Etat cubain d’organiser une transition de pouvoir dans l’ordre.

Tout en proclamant que l’intervention américaine a pour but d’aider le peuple cubain à « reprendre sa souveraineté », le plan dicte essentiellement la forme de gouvernement et les politiques économiques (« le libre marché ») qu’un futur régime cubain ayant l’appui des Etats-Unis doit implanter. La tentative de Washington d’établir les termes d’une « transition démocratique » à Cuba représente une tentative évidente de rétablir la domination semi-coloniale que les Etats-Unis ont fait régner sur le pays de la guerre américano-espagnole jusqu’à la révolution de 1959.

La campagne que mènent les Etats-Unis pour imposer de nouveau leur domination sur Cuba est motivée en bonne partie par la réalisation croissante qu’ils abandonnent un marché potentiellement profitable à leurs rivaux en Europe, en Asie et au Canada, qui ont tous réalisé d’importants investissements dans l’industrie touristique de l’île aussi bien que dans l’industrie minière du nickel et d’autres secteurs de l’économie. De plus, la récente découverte de réserves pétrolières en haute mer, suscitant un important intérêt des pétrolières chinoises et européennes, a accru le désir de Washington de réclamer le secteur manquant depuis longtemps de sa « propre cour ».

La passation des pouvoirs à Raul Castro est largement considérée comme une mesure provisoire qui pourrait être suivie par le développement d’un nouveau leadership à partir du haut rang du Parti communiste cubain. Néanmoins, la forme quasi dynastique de la succession passant du vieux Castro à son frère plus jeune (Raul a 75 ans) souligne le caractère de classe du régime cubain qui n’est pas arrivé au pouvoir sur la base d’une révolution socialiste de la classe ouvrière, mais en conséquence d’un mouvement de guérilla nationaliste petit-bourgeois.

La longévité du régime de Castro (et sa survie à l’effondrement de l’Union soviétique qui a subventionné l’économie cubaine pendant une trentaine d’années) est habituellement expliquée à Washington par la répression politique.

En réalité, la popularité dont Castro continue de jouir à Cuba est enracinée dans le ressentiment nationaliste du peuple cubain envers les tentatives des Etats-Unis d’affamer l’île pour la soumettre et dicter son avenir. Il est aussi nourri pour l’hostilité et la crainte envers les groupes d’exilés cubains de Miami dont le but est de revenir au pays et de prendre le pouvoir politique.

On croit largement que cette couche semi-fasciste, qui bénéficie d’une influence très disproportionnée dans l’établissement de la politique étrangère américaine cherchera à redonner à l’oligarchie cubaine les propriétés qui ont été expropriées au cours de la révolution de 1959, à réprimer la classe ouvrière et à éliminer les gains limités, mais significatifs réalisés par la révolution de 1959, entre autres un système de santé et un système d’éducation universel et gratuit.






Vendredi 4 Août 2006


VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires