Palestine occupée

Les Etats-Unis étudient l’éventualité de pomper du pétrole à partir du Nord de l’Irak vers Haïfa, via la Jordanie


Dans la même rubrique:
< >


Jeudi 22 Novembre 2007

Les Etats-Unis étudient l’éventualité de pomper du pétrole à partir du Nord de l’Irak vers Haïfa, via la Jordanie
Les Etats-Unis étudient l’éventualité de pomper du pétrole à partir du Nord de l’Irak vers Haïfa, via la Jordanie [2003]
par Amiram Cohen
in Haaretz, 25 août 2003
www.haaretz.com/hasen/objects/pages/PrintArticleEn.jhtml?itemNo=332835
traduit de l’anglais par Marcel Charbonnier

[Etrange info, où l’on voit les Etats-Unis demander à Israël – et non à l’Irak – d’étudier la possibilité de pomper du pétrole irakien vers Israël, cette demande émanant du cabinet d’Olmert et les Etats-Unis mettant le petit doigt sur la couture du pantalon. S’ils pensent que la mise sur le marché mondial de pétrole irakien est quelque peu problématique, ce « plan », au cas où ils tenteraient de le mettre en pratique, ne serait, après tout, que le dernier fiasco en date de la guerre pour Israël menée par les Etats-Unis, laquelle guerre a été élaborée par une poignée de sionistes fanatiques qui n’ont toujours pas repris contact avec le réel. Jeff Blankfort]


Les Etats-Unis ont demandé à Israël de vérifier la faisabilité du pompage de pétrole irakien jusqu’aux raffineries du port de Haïfa. Cette requête a été signifiée, la semaine dernière, par un télégramme émanant d’un haut responsable du Pentagone, et destiné à un haut fonctionnaire du ministère israélien des Affaires étrangères, à Jérusalem.

Le bureau du Premier ministre (israélien), qui voit dans le pipeline vers Haïfa la « cerise sur le gâteau » que les Etats-Unis pourraient éventuellement donner à Israël en récompense de son soutien sans mélange à la campagne sous direction américaine en Irak, a demandé aux Américains [confirmation] officielle de cette missive.

Le nouveau pipeline puiserait du pétrole extrait dans la région de Kirkuk (où 40 % du pétrole irakien sont produits) et l’acheminerait, via Mossoul, puis à travers la Jordanie, jusqu’en Israël. Le télégramme américain incluait une demande d’estimation du coût de la réparation du pipeline Mossoul-Haïfa, hors d’usage depuis 1948. Durant la guerre d’indépendance [sic ! on ne rit pas ! ndt] (d’Israël), les Irakiens avaient tourné le robinet, coupant le déversement du pétrole vers Haïfa, et le pipeline s’était dégradé, inutilisé, au fil des années.

Le ministère (israélien) des Infrastructures a récemment mené des études, qui ont montré que la construction d’un pipeline d’un diamètre de 42 pouces entre Kirkouk et Haïfa serait d’un coût évalué à 400 000 dollars le kilomètre. L’ancien pipeline Mossoul-Haïfa n’était, quant à lui, que d’un diamètre de 8 pouces.

Le ministre israélien des Infrastructures nationales, Yosef Paritzky, a déclaré hier que le port de Haïfa est un terminal sexy pour le pétrole irakien, et qu’il a l’intention de discuter cette question avec le secrétaire américain à l’Energie lors de sa visite prévue pour le mois prochain à Washington. Paritzky a ajouté que le projet dépendait du feu vert jordanien, et que la Jordanie se verrait allouer des royalties de transit compensant son acceptation que le pétrole irakien soit acheminé via son territoire. Le ministre a fait observer, toutefois, qu’ « en raison de réticences panarabes, les Jordaniens auront vraisemblablement beaucoup de difficultés à donner leur accord au transit de pétrole irakien sur leur territoire. »

A Jérusalem, plusieurs sources bien informées ont confirmé, hier, que les Américains sont en train d’envisager la possibilité d’installer un nouveau pipeline, à travers la Jordanie, et Israël (il y a également un autre pipeline, qui passe en territoire syrien, et qui n’est plus utilisé depuis près de trente ans).

Le pétrole irakien est actuellement acheminé, via la Turquie, vers un petit port turc sur la Méditerranée, près de la frontière syrienne. Les royalties prélevées par la Turquie représentent une source importante de revenus pour ce pays. Ce pipeline a été endommagé à deux reprises par des actions de sabotage, au cours des dernières semaines, et il est actuellement hors-service.

Désirant couper court à des rumeurs au sujet de l’éventuelle construction d’un nouveau pipeline Kirkouk-Haïfa via Mossoul, la Turquie a averti Israël qu’il verrait dans cette initiative un coup sévère porté aux relations turco-israéliennes [par ailleurs – hélas – florissantes, ndt].

Des sources informées, à Jérusalem, suggèrent que les ballons d’essai lancés par les Américains à propos de ce pipeline court-circuitant la Turquie s’inscrivent dans une opération plus large visant à mettre la pression sur la Turquie.

L’Irak est un des plus gros producteurs de pétrole au monde, avec un potentiel de production atteignant environ 2,5 millions de barils/jour. Les exportations irakiennes de pétrole ont été stoppées, après la guerre du Golfe, en 1991, puis elles purent reprendre, de manière limitée (1,5 millions de barils/jour), afin de permettre à l’Irak de financer ses importations de denrées alimentaires et de médicaments indispensables. L’Irak exporte aujourd’hui plusieurs centaines de milliers de barils de pétrole brut quotidiennement.

Au cours de sa visite à Washington, dans environ deux semaines, Paritzky envisage également de discuter de la possibilité d’une assistance américaine et, plus largement, internationale, à des projets communs israélo-palestiniens dans les domaines de l’énergie et des infrastructures, (gaz naturel, désalinisation de l’eau de mer et électricité, notamment).

°°°°°°°
U.S. checking possibility of pumping oil from northern Iraq to Haifa, via Jordan
By Amiram Cohen
Last update - 02:51 25/08/2003
www.haaretz.com/hasen/objects/pages/PrintArticleEn.jhtml?itemNo=332835

This a strange story, with the US asking Israel, not Iraq, about the possibility of pumping Iraqi oil to Israel, and the request to do so coming from Olmert's office and the US obediently complying. If they think there are problems now getting Iraqi oil to the market, this "plan," if attempted would be just the latest fiasco in the US war for Israel which was conceived by a handful of Zionist zealots who are still out of touch with reality.-JB

The United States has asked Israel to check the possibility of pumping oil from Iraq to the oil refineries in Haifa. The request came in a telegram last week from a senior Pentagon official to a top Foreign Ministry official in Jerusalem.

The Prime Minister's Office, which views the pipeline to Haifa as a "bonus" the U.S. could give to Israel in return for its unequivocal support for the American-led campaign in Iraq, had asked the Americans for the official telegram.

The new pipeline would take oil from the Kirkuk area, where some 40 percent of Iraqi oil is produced, and transport it via Mosul, and then across Jordan to Israel. The U.S. telegram included a request for a cost estimate for repairing the Mosul-Haifa pipeline that was in use prior to 1948. During the War of Independence, the Iraqis stopped the flow of oil to Haifa and the pipeline fell into disrepair over the years.

The National Infrastructure Ministry has recently conducted research indicating that construction of a 42-inch diameter pipeline between Kirkuk and Haifa would cost about $400,000 per kilometer. The old Mosul-Haifa pipeline was only 8 inches in diameter.

National Infrastructure Minister Yosef Paritzky said yesterday that the port of Haifa is an attractive destination for Iraqi oil and that he plans to discuss this matter with the U.S. secretary of energy during his planned visit to Washington next month. Paritzky added that the plan depends on Jordan's consent and that Jordan would receive a transit fee for allowing the oil to piped through its territory. The minister noted, however, that "due to pan-Arab concerns, it will be hard for the Jordanians to agree to the flow of Iraqi oil via Jordan and Israel."

Sources in Jerusalem confirmed yesterday that the Americans are looking into the possibility of laying a new pipeline via Jordan and Israel. (There is also a pipeline running via Syria that has not been used in some three decades.)

Iraqi oil is now being transported via Turkey to a small Mediterranean port near the Syrian border. The transit fee collected by Turkey is an important source of revenue for the country. This line has been damaged by sabotage twice in recent weeks and is presently out of service.

In response to rumors about the possible Kirkuk-Mosul-Haifa pipeline, Turkey has warned Israel that it would regard this development as a serious blow to Turkish-Israeli relations.

Sources in Jerusalem suggest that the American hints about the alternative pipeline are part of an attempt to apply pressure on Turkey.

Iraq is one of the world's largest oil producers, with the potential of reaching about 2.5 million barrels a day. Oil exports were halted after the Gulf War in 1991 and then were allowed again on a limited basis (1.5 million barrels per day) to finance the import of food and medicines. Iraq is currently exporting several hundred thousand barrels of oil per day.

During his visit to Washington in about two weeks, Paritzky also plans to discuss the possibility of U.S. and international assistance for joint Israeli-Palestinian projects in the areas of energy and infrastructure, natural gas, desalination and electricity.



Jeudi 22 Novembre 2007


Commentaires

1.Posté par waheb le 22/11/2007 12:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

l'ocupation ne sufit pas,les massacres ne sufises pas, le vole des ressources petrolier ne sufit pas ils faut que ces imperialiste americains se sentent en pays conquie voulents fair profiter du petrole volé au irakiens a moindre coups au regime nazisionistes d'israel.

2.Posté par al akl le 22/11/2007 15:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le peuple élu par le diable, ment plus qu'il respire. c'est effarant le nombre de menssonge cumulé dans un si court texte. A force de créer une réalité virtuelle ils finissent par y croire ?


3.Posté par mehdi le 22/11/2007 21:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

certes, l'existence même de l'état sioniste est un drame, ses actions et ses complots, encore plus, mais pire encore est la trahison des régimes arabo-musulmans de la région (Egypte, Tunisie, Maroc, Jordanie, Turquie, Pétromonarchies du Golfe, etc), qui poignardent à chaque occasion leurs peuples en soutenant les projets sionistes...
La trahison des élites arabo-musulmanes est plus détestable encore que l'agression sioniste, et j'espère qu'on aura le plaisir de voir un jour les têtes de tous ces dirigeants vendus, recouvrir l'esplanade de la mosquée El Aqsa libérée !

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires