Géopolitique et stratégie

Les États-Unis donnent carte blanche à Israël pour faire la guerre



L’administration Bush a donné carte blanche à Israël pour faire la guerre au Liban, permettant ainsi à l’État d’Israël de bombarder et de tuer comme il l’entend. Dans la crise précipitée par l’agression d’Israël, d’abord contre Gaza et ensuite contre son voisin au nord, la diplomatie américaine est orientée principalement vers l’empêchement de tout cessez-le-feu et vers l’élaboration d’un prétexte pour une future action militaire contre la Syrie et l’Iran.


Mercredi 19 Juillet 2006

Les États-Unis donnent carte blanche à Israël pour faire la guerre


par Barry Grey


Il est tout à fait clair que, pour le président Bush, le fait que des dizaines de milliers de citoyens américains, ainsi que d’autres nationalités étrangères, soient en danger est sans importance, alors qu’Israël continue de bombarder la population civile partout à travers le pays, y compris dans la capitale, Beyrouth. Déjà, huit Canadiens sont morts des suites d’un bombardement israélien sur une maison du sud du Liban.

Loin d’avertir Israël de cesser ses attaques jusqu’à l’évacuation des Américains, Bush et la secrétaire d’État Condoleezza Rice ont utilisé chaque tribune disponible pour justifier l’assaut brutal d’Israël et faire échouer toute tentative de stopper le combat inégal, dans lequel Israël profite d’un avantage militaire écrasant.

L’indifférence du gouvernement des États-Unis envers les vies américaines, ou libanaises, ou israéliennes, illustre très bien le cynisme et la cruauté de la politique impérialiste américaine, ainsi que son incommensurable hypocrisie. Il vaut la peine de rappeler qu’en 1983 l’administration Reagan avait invoqué un danger, qui n’existait pas, envers quelques étudiants américains en Grenade comme prétexte pour envahir l’île des Caraïbes après qu’une guerre de factions eut éclaté à l’intérieur du gouvernement du New Jewel Movement.

L’establishment politique américain au complet, les démocrates autant que les républicains, tout comme les médias, proclament à l’unisson qu’Israël est la victime et que les groupes militants islamiques, le Hezbollah et le Hamas, et leurs alliés politiques, la Syrie et l’Iran, sont les agresseurs. Ils répètent sans arrêt qu’Israël ne fait qu’exercer son «droit de défense», et que le blocus et le bombardement d’un pays souverain, le Liban, ont été provoqués par le kidnapping de deux soldats israéliens par le Hezbollah.

Il est pratique pour eux d’ignorer les déclarations des familles des soldats israéliens capturés, qui ont exigé que le gouvernement israélien négocie avec le Hezbollah pour la libération de leurs proches dans un échange de prisonniers, et qui ont critiqué leur propre gouvernement pour avoir refusé d’entreprendre des mesures diplomatiques, en se demandant tout haut si les soldats avaient été abandonnés pour des objectifs expansionnistes.

De manière orwélienne, toute forme de résistance arabe contre Israël est cataloguée comme du «terrorisme», alors que le bombardement systématique de villes, de villages, de routes, de centrales énergétiques, d’aéroports et de ponts est qualifié «d’autodéfense».

Un exemple de l’autodéfense d’Israël est survenu samedi, lors de la plus meurtrière attaque sur des civils libanais depuis le déclenchement de la guerre par Israël mercredi dernier. Selon Reuters, des résidents ont tenté de quitter le village frontalier de Marwaheen, au sud du Liban, après que l’armée israélienne eut ordonné, à l’aide d’un haut-parleur, d’évacuer. Israël a ensuite bombardé un convoi civil qui tentait de quitter le village, tuant ainsi 16 personnes.

Même le régime pro américain à Beyrouth, le produit de la Révolution du cèdre de 2005 orchestrée par les États-Unis et l’Europe, a été repoussé catégoriquement lorsqu’il a demandé que Washington en appelle à un cessez-le-feu. Les mêmes gouvernements et médias, qui avaient acclamé la «révolution» qui avait supposément établi une souveraineté libanaise en expulsant les troupes syriennes, appuient maintenant ouvertement ou tacitement l’attaque d’Israël contre le pays «souverain».

En réalité, le carnage au Moyen-Orient, qui pourrait potentiellement éclater en une guerre beaucoup plus importante, est la conséquence des politiques impérialistes et colonialistes des États-Unis et de leur principal régime satellite, Israël, en Palestine, en Irak et à travers la région.

Il est difficile de saisir par des mots le degré de cynisme exprimé dans les déclarations des leaders et des politiciens américains. Dans sa manière typiquement grossière et stupide, Bush a, dans les faits, exigé du Hezbollah et de ses centaines de milliers de partisans libanais chiites qu’ils se suicident. Samedi, après avoir discuté avec le président russe Vladimir Poutine, le président des États-Unis a déclaré: «La meilleure façon de mettre un terme à la violence est que le Hezbollah dépose les armes et cesse ses attaques.»

Les représentants de l’administration et des deux partis politiques ont mis de l’avant essentiellement la même ligne. Dans une entrevue qu’elle a donnée au sommet du G8 à Saint-Pétersbourg, Rice a réitéré dans l’émission de CBS Face the Nation (Devant la nation) l’opposition ferme des États-Unis à un cessez-le-feu et a répété la demande des États-Unis et d’Israël que le Hezbollah soit écarté de la frontière sud du Liban et désarmé ainsi que des menaces contre la Syrie et l’Iran.

Jane Harman, la démocrate de Californie membre de haut niveau du comité select sur le renseignement de la Chambre des représentants, a répondu aux commentaires de Rice: «Je suis d’accord avec ce qu’elle a dit jusqu’à maintenant...» Elle a dit l’incontournable «Je crois que l’Israël a le droit de se défendre» et a ensuite cherché à attaquer l’administration Bush de la droite, la dénonçant pour n’avoir pas agi plus tôt pour désarmer et déplacer le Hezbollah.

Déclarant que le mouvement politique et de guérilla, qui a une base d’appui de masse au sein de la population pauvre chiite du Liban et des postes au conseil des ministres libanais, était «plus dangereux qu’al-Qaïda», elle a continué en décrivant l’attaque de trois semaines de la bande de Gaza et la guerre contre le Liban par l’Israël dans des termes ouvertement racistes: «L’Israël est en train d’assécher les marécages là-bas, tant au Liban que dans la bande de Gaza…»

Sur Fox News Sunday, le sénateur George Allen, un républicain de Virginie, a déclaré son appui sans réserve pour Israël et s’est ensuite laissé aller à exprimer la haine viscérale des masses arabes qui anime la politique américaine, disant «Vous savez, il y a eu une lueur d’espoir lorsque ce reptile corrompu terroriste d’Arafat est mort… »

Sa contrepartie démocrate, le sénateur Chris Dodd du Connecticut, a commencé en disant qu’il était nécessaire de «commencer toute discussion sur ce sujet en reconnaissant que ce qui est s’est passé depuis les derniers jours est arrivé à cause des actions méprisables du Hezbollah et du Hamas…»

Lors de l’émission Meet the Press (Rencontre avec la presse), l’ancien président de la Chambre, Newt Gingrich a non seulement défendu les actions d’Israël et appelé à ce que le Hezbollah soit «repoussé» du sud du Liban, mais il a aussi dit que les événements au Liban faisaient partie d’une nouvelle «guerre mondiale» contre le terrorisme et les régimes terroristes comme la Corée du Nord, l’Iran et la Syrie.

Le sénateur démocrate Joseph Biden du Delaware, un prétendant à la candidature présidentielle des démocrates de 2008, a qualifié les actions d’Israël d’ «acte entièrement légitime de défense» et nécessaire à cause d’une «tentative non provoquée des organisations terroristes qui ont l’appui d’États étrangers de détruire la démocratie» au Moyen-Orient.

Le New York Times, dans un éditorial publié samedi, a publié une défense particulièrement cynique et malhonnête de l’agression d’Israël à Gaza et au Liban. Déclarant sans équivoque que la responsabilité pour la «dernière explosion de la spirale de la violence au Moyen-Orient» reposait sur les épaules du Hamas et du Hezbollah, le Times a donné l’avertissement qu’Israël devait bien ajuster sa réponse militaire «aussi légale et moralement justifiée qu’elle puisse être», pour ne pas donner aux groupes islamiques «l’occasion de rallier un plus large appui arabe».

Le quotidien a continué en disant que Israël était «pleinement justifié de traiter [l’enlèvement de soldats israéliens par le Hamas et le Hezbollah] comme un acte d’agression inacceptable» et de dénoncer les «provocateurs du Hamas et du Hezbollah et leurs alliés à Damas et à Téhéran».

Comme le Times le sait très bien, ceci représente une version tronquée des événements, sans relation avec leur véritable contexte historique et historique.

Cette dernière éruption d’agression militaire par l’Israël est le résultat de la campagne incessante de violence et répression systématiquement mises en oeuvre depuis 2000 avec l’appui des États-Unis. En septembre de cette année-là, après que le président Bill Clinton et que le premier ministre Ehud Barak eurent échoué à obtenir une capitulation totale de Yasser Arafat lors des pourparlers de Camp David, Ariel Sharon a monté sa tristement célèbre provocation à la mosquée d’Al Aqsa à Jérusalem. La démonstration par Sharon du mépris israélien pour les Palestiniens et leurs déclarations de souveraineté sur la ville était calculée pour provoquer des manifestations de rage, qui furent ensuite utilisées pour augmenter le niveau de répression.

L’acte de Sharon, qui bénéficiait de l’appui tacite de l’administration Clinton aussi bien que celui de Barak, signifiait un changement décisif d’une entente négociée avec les Palestiniens à une politique visant la destruction de l’Autorité palestinienne.

Sous Bush, cette politique a été intensifiée et Israël s’est vu offrir un blanc-seing pour qu’il poursuive sa guerre contre les masses palestiniennes et arabes.

L’administration Bush considère que la violence israélienne sans entraves contre toutes les formes de résistance palestinienne comme allant dans le sens de ses propres visées pour l’invasion de l’Irak et pour établir l’hégémonie et le contrôle sans partage des États-Unis sur le pétrole du Moyen-Orient. Israël devait être l’allié de Washington et un des principaux agents pour imposer la domination américaine dans la région.

Washington a abandonné toute prétention d'impartialité dans le conflit israélo-palestinien, et a donné sa bénédiction à Israël pendant que ce dernier lançait une campagne de provocations, de violence militaire, d'assassinats ciblés, de sabotage économique et de saisies de territoire qui continue jusqu'à présent. Israël a pris l'habitude de lancer une attaque pour couper court à chaque nouvelle tentative de la direction palestinienne d'entamer des négociations en vue d'un règlement diplomatique.

Le retrait israélien du Liban sud en 2000, et le démantèlement des colonies juives à Gaza en 2005, présentés tous deux par les défenseurs d'Israël comme des gestes de paix, faisaient partie en fait d'une stratégie pour tracer unilatéralement les frontières d'Israël, en annexant une grande partie de la Cisjordanie et l'ensemble de Jérusalem, et en laissant aux Palestiniens des bouts de territoires non contigus qui ne pourraient jamais former la base d'un État viable.

Depuis six mois, à partir du moment où le Hamas a remporté les élections à l'Autorité palestinienne, Israël mène un siège militaire et économique contre les territoires occupés. Israël a intensifié son offensive militaire ces dernières semaines, déversant des centaines d'obus sur Gaza et tuant au moins 14 civils.

Le raid mené par le Hamas en Israël et sa capture d'un soldat israélien le 25 juin a fourni au gouvernement du premier ministre Ehud Olmert le prétexte qu'il cherchait pour lancer son incursion à Gaza. Cette escalade israélienne a coïncidé, nullement par hasard, avec l'acceptation par le Hamas d'un accord où il s'engageait en faveur d'une solution «des deux États» reconnaissant implicitement Israël.

Un tel développement était vu d'un mauvais oeil par Israël, qui ne veut aucune sorte d'accord de paix et est déterminé à empêcher la création même d'un État palestinien tronqué. L'attaque israélienne sur Gaza a mis fin aux efforts de la direction du Hamas et du président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas pour mettre en place une nouvelle base de négociations.

Il y a en fait des éléments convaincants montrant que le gouvernement israélien a laissé le Hamas lancer son raid trans-frontalier. Le service de sécurité israélien, Shin Bet, a insisté au lendemain du raid qu'il avait donné au gouvernement et aux forces de défense israéliennes un avertissement précis que des militants avaient l'intention d'utiliser un tunnel pour enlever des soldats à un croisement sur le côté sud de la frontière entre Israël et Gaza.

C'est le contexte dans lequel le Hezbollah, après plus de deux semaines d'une brutale offensive israélienne à Gaza, a mené le raid à la frontière nord d'Israël qui a entraîné la mort de huit soldats israéliens et la capture de deux autres.

Le Hezbollah est un mouvement nationaliste bourgeois qui jouit d'un grand appui au Liban et dans tout le monde arabe. Il a gagné un tel appui en raison surtout de sa résistance armée contre l'occupation israélienne du Liban sud, qui a duré de l'invasion israélienne de 1982 jusqu'au retrait israélien du Liban sud en 2000.

Il a pleinement le droit de mener des actions contre des cibles militaires israéliennes, dans un contexte où Israël continue son occupation brutale et illégale des territoires palestiniens.

Israël et les États-Unis exigent maintenant la destruction du Hezbollah, ou son expulsion du Liban sud. Une telle politique nécessiterait la mise à mort de centaines de milliers de chiites libanais et l'éruption d'une nouvelle guerre civile dans le pays.

Ce qui souligne que la véritable cible de la politique américaine et israélienne, c'est toute forme de résistance par les masses opprimées du Moyen-Orient aux objectifs colonialistes des deux puissances.




source: wsws.org


Mercredi 19 Juillet 2006

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires