Géopolitique et stratégie

Les Etats-Unis cherchent à créer un nouveau front contre l'Iran



Irib
Mardi 31 Juillet 2007

Les Etats-Unis cherchent à créer un nouveau front contre l'Iran
La Secrétaire d'Etat américaine, Condoleezza Rice et le Secrétaire à la Défense, Robert Gates, sont attendus, très prochainement dans la région du Moyen-Orient. Selon les milieux politiques et médiatiques, ils poursuivront, plusieurs objectifs, lors de cette visite. Les milieux médiatiques ont annoncé que Rice et Gates tenteront de persuader les dirigeants des pays arabes de la région, notamment, les voisins de l'Irak, d'adopter une position constructive pour aider le gouvernement irakien.

Par ailleurs, des informations ont été diffusées, selon lesquelles les Etats-Unis envisageaient de fournir, dans les 30 ans à venir, 30 milliards de dollars d'aide militaire au régime sioniste. Et selon l'AFP, Washington entendait signer un contrat d'armements de 20 milliards avec les pays du Conseil de Coopération du golfe Persique. Et la chaîne Fox News a révélé un autre objectif de la tournée dans la région de la Secrétaire d'Etat américaine et du Secrétaire à la Défense, Robert Gates, qui expliqueront le nouveau projet américain pour contrer l’influence de l’Iran dans le littoral du golfe Persique.

Au cours de ces dernières, les Autorités de la Maison, lors de leurs déplacements, dans la région, ont tenté de créer une coalition régionale contre l'Iran. Et lors de sa dernière rencontre, avec les Ministres des Affaires étrangères des pays du Conseil de coopération du golfe Persique, Condoleezza Rice s’est employée à les pousser à adopter une position anti-iranienne, mais elle a reçu une fin de non recevoir de la part des responsables de ces pays.

En fait, Condoleezza Rice vient dans la région pour obtenir, d'une part, la signature d'un contrat d'armements de 20 milliards de dollars avec les pays de la région et de l'autre, les exhorter à participer à une coalition anti-iranienne, composée des Etats-Unis, de la Grande Bretagne, du régime sioniste et des pays arabes. Il ne fait l'ombre d'un doute que l'objectif de la vente d'armes américaines aux pays de la région, est d'assurer les dépenses vertigineuses, de la guerre en Irak et en Afghanistan. Et s'agissant de la création d'un nouveau front avec les pays arabes, les Etats-Unis, la Grande Bretagne, contre l'Iran, on l'a déjà expérimenté, à une vaste échelle lors de la guerre imposée de l'ancien régime irakien de Saddam Hussein. Mais, reste à savoir si les dirigeants arabes de la région vont-ils oui ou non se soumettre à cette expérience échouée.


Les ingérences américaines dans les relations Iran-Amérique latine

Nuire aux relations de la RII avec les autres pays, en ayant recours à des allégations mensongères, a, toujours, été à l’ordre du jour des autorités israélo-américaines. Pour isoler la RII, les responsables américains ont imposé, durant ces 27 dernières années, de vastes sanctions qui se sont, d'ailleurs, toutes, traduites par des échecs, ce qui a conduit les locataires de la Maison Blanche à faire pression, unilatéralement, sur les compagnies et banques engagées par des contrats avec l'Iran.

Dans le même temps, l'essor, ces dernières années, des relations entre l’Iran et l’Amérique latine, n'ont pas plu, ni aux Américains, ni aux Sionistes. Washington a, donc, décidé d'exercer des pressions sur les pays latino-américains, pour qu'ils rompent leurs relations avec l'Iran. Récemment, l'Ambassadeur des Etats-Unis, au Nicaragua, a mis en garde Managua contre la promotion des relations avec la RII. La mise en garde américaine est intervenue simultanément avec l'entrée des tracteurs « made in Iran », en provenance du Venezuela, au Nicaragua. Il est à noter que l’Iran et le Venezuela se sont investis dans le domaine de la fabrication de tracteurs, sur le sol vénézuélien, dont le projet est devenu opérationnel, dès l’année dernière. Quelques uns des tracteurs « made in Iran », ont été exportés au Nicaragua et en Bolivie. Au Nicaragua, le Président Daniel Ortega a offert les tracteurs aux agriculteurs pauvres du nord du pays. N’oublions pas, en passant, que les 17 ans de règne d’un gouvernement inféodé aux Etats-Unis, au Nicaragua, se sont traduits par l’accroissement de la pauvreté, pour les Nicaraguayens, tandis que la Bolivie, riche de ressources gazières, compte parmi les pays les plus pauvres d’Amérique latine. Les mouvements populaires de ces quelques dernières années, dans un certain nombre de pays latino-américains, et l’arrivée au pouvoir de gouvernements populaires et indépendants, ont mis un point final à la suprématie américaine dans cette région.

Et cela a préparé le terrain à l’essor des relations de pays, tels que le Venezuela, le Nicaragua, la Bolivie, le Chili et Cuba avec l’Iran, car ces derniers partagent des points de vue similaires, dans leur opposition aux Etats-Unis. Dans ce droit fil, l’Iran a décidé de transférer à ces pays ses expériences et acquis scientifiques et économiques. Parallèlement, le régime sioniste, avec ses lourds antécédents entachés d’actes terroristes et de sabotages, en Amérique latine, en s’alignant sur les positions américaines, s’est mobilisé, pour orchestrer une campagne d’intoxication contre les relations Iran-Amérique latine. Récemment, les milieux sionistes ont prétendu que les ambassades et les diplomates iraniens multipliaient leurs activités, dans la région latino-américaine, dans le but de procéder à des démarches terroristes.

Les Latino-Américains gardent, cependant, toujours en mémoire l’implication et le rôle des services d’espionnage israéliens, dans la chute du Président chilien, Salvador Allende, l’équipement des milices colombiennes, le coup d’état de l’an 2002 contre Hugo Chavez et les vastes interventions des milieux sionistes, en Argentine. La solidarité et l’unité des pays en voie de développement et la vague croissante des mouvements populaires anti-américains, aussi bien, en Amérique latine, que dans les autres régions du monde, témoignent, tous, de la fin de l’époque des politiques arrogantes et interventionnistes américaines.


Mardi 31 Juillet 2007

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires