Géopolitique et stratégie

Les États-Unis au-dessus de leur plafond de dette: les opérations du gouvernement pourraient être perturbées


Le gouvernement américain est maintenant dans une situation critique: le plafond de dette fixé par le congrès est pratiquement atteint, et le gouvernement devra cesser de payer les comptes à moins que le Congrès n'augmente le plafond de dette bientôt.


Samedi 25 Mars 2006




C'est ce que le secrétaire au trésor John Snow aurait mentionné dans une lettre récente au Congrès, avertissant que si le plafond de dette n'est pas augmenté d'ici la mi-mars, "nous ne seront plus capables de financer les opérations du gouvernement".

Au cours des 50 dernières années, les États-Unis auraient augmenté le plafond de la dette plus de 70 fois et des analystes financiers spéculent que les membres du Congrès sont devenus des experts à repousser à plus tard cette tâche ignoble politiquement.

En Mai 2003, le congrès avait autorisé l'augmentation du plafond de dette à $7.4 trillons. En novembre 2004, les membres du congrès avaient dû l'augmenter à nouveau à $8.184 trillons. La limite doit être augmentée à nouveau pour protéger "le crédit" des États-Unis.

La dette fédérale est tellement élevée que ce n'est pas surprenant que les élus n'y pensent pas. La dette présente par habitant est maintenant d'environ $27 000 pour chacun des 290 millions d'américains.

Les économistes, eux, ne s'en font pas trop et voient la dette nationale en tant que pourcentage du produit intérieur brut (PIB). Ceci associe le niveau de la dette avec la capacité de la nation de la repayer et inclut l'effet de l'inflation.

Selon cette mesure, la dette américaine aurait plafonné à 121.7 % du PIB en 1946 à cause de la deuxième guerre mondiale, serait tombée à 33 % du PIB en 1980 et aurait doublé à 60 % du PIB après le premier terme de George Bush sénior.

Les prédictions estiment que la dette nationale sera d'environ 70 % du PIB en 2010.
Les analystes disent que le présent niveau de dette n'est pas le problème. Ils sont principalement préoccupés par ce qui arrvera après 2010 lorsque les Baby Boomers prendront leur retraite et se mettront à collecter leurs retraites et bénéficieront du programme médical fédéral (Medicare).

"Ce n'est pas où nous sommes, c'est notre trajectoire qui est le problème" a mentionné Douglas Holtz-Eakin, qui vient juste de démissionner du Congressional Budget Office, le bureau de recherche financière du Congrès.

"Il n'y a pas de solution facile pour réduire les dépenses, et les programmes sociaux vont coûter une fortune, aussi tôt qu'en 2020."

"Ce qui est effrayant, c'est qu'il ne semble pas y avoir de moyen de contrôler le déficit" a mentionné Alice Rivlin, fondatrice du Congressional Budget Office. "Augmenter le plafond de la dette est une sorte de voyant lumineux qui dit "Nous avons un réel problème!".

La conseillère Maya MacGuineas mentionne que le plafond de la dette doit être augmenter, sinon cela pourrait causer une crise financière. Mais l'augmentation doit être faite le plus furtivement possible, pour avoir à discuter des choix difficiles qui devront ultimement être faits.

"Ce qui me préoccuppe le plus est l'aspect générationnel" a t-elle mentionné. "nous laissons une économie avec une dette énorme, des promesses énormes et ceci ne peut aller qu'en empirant.

Source: San Francisco Chronicle - 8 Jan. 2006


Samedi 25 Mars 2006

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires