Géopolitique et stratégie

Les Etats-Unis amplifient leur battage médiatique contre l’Iran


Après l’annonce de la nouvelle stratégie américaine en Irak, les attaques politico-médiatiques des autorités américaines contre la RII se sont amplifiées.


Zeynel CEKICI
Mardi 16 Janvier 2007

Les Etats-Unis amplifient leur battage médiatique contre l’Iran

Depuis mercredi dernier, date à laquelle, le président Bush a accusé l’Iran d’ingérence dans les affaires irakiennes sans donner aucune preuve de ses allégations, les autres autorités américaines, notamment la secrétaire d’Etat, Condoleezza Rice son nouvel adjoint John Negroponte et le secrétaire à la Défense, Robert Gates ont répété les mêmes allégations, toujours sans présenter des preuves bien entendu.

Le vice président américain, Dick Cheney, a pour sa part déclaré que non seulement l’Iran jouait les trouble-fête en Irak mais qu’il était également un facteur d’instabilité au Moyen-Orient. L’expérience montre que dans le cadre de leur politique expansionniste dans la région, les Etats-Unis et le régime sioniste n’hésitent pas au besoin d’imputer leur échec aux facteurs extérieurs afin de se dérober des pressions internes et internationales. La répétition des allégations infondées d’une prétendue ingérence de l’Iran dans les affaires irakiennes est motivée justement par cette même politique. Les médias occidentaux prétendent que l’administration américaine dans son ensemble est déterminée à contrer ce que Washington appelle l’ingérence iranienne en Irak.

Mais en réalité, l’amplification de l’offensive politique et médiatique contre Téhéran prouve que la situation que vivent les forces d’occupation en Irak est grave, ce qui aggrave d’ailleurs la position du président Bush à l’intérieur des Etats-Unis. Pour compenser ses échecs répétitifs en Irak, le locataire de la Maison Blanche accuse l’Iran. Or, la crise irakienne avec son lot d’insécurité et d’instabilité n’a pour raison que la seule présence militaire américaine qui poursuivent l’occupation de l’Irak.

S’il y a question d’ingérence, ce sont les Etats-Unis qui s’ingèrent dans les affaires irakiennes, puisque ce sont eux qui occupent ce pays et qui à l’aide de certains éléments inféodés surplace, tentent d’étendre l’insécurité, afin d’y prolonger leur présence. Si l’Iran est accusé par Washington et fait l’objet de ses menaces c’est parce qu’il constitue le front de la résistance face à la politique expansionniste des Etats-Unis, du régime sioniste et de certains Etats européens. L’Occident cherche à faire peur au peuple et aux responsables iraniens. Pourtant l’expérience montre que le langage de la force ne pourra jamais affecter la détermination du peuple iranien très attaché à sa liberté et à son indépendance.

IRIB


Mardi 16 Janvier 2007


Commentaires

1.Posté par mkkabdee le 16/01/2007 18:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le vice président américain, Dick Cheney, a pour sa part déclaré que non seulement l'Iran jouait les trouble-fête en Irak... trouble- fête, mais quelle fête ? A moins que ce cretin de cheney parle des explosions en "viscères d'artifices" du peuple irakien et des soldats envahisseurs. cheney vieux con vah...

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires